Les poules vont-elles changer de standing en 2012 ? …

Si c’est comme pour le gavage des  canards, on aura 80% des « éleveurs » Français hors la loi!! :reallypissed:

Chaque poule pondeuse devra désormais disposer d’au moins 750 cm carrés d’espace. © REUTERS.

De nouvelles normes européennes augmentant l’espace minimum dont devra disposer chaque poule pondeuse entrent en vigueur le 1er janvier. Pour les volatiles, la vie dans les élevages industriels ne deviendra pas une sinécure pour autant.Une révolution se prépare-t-elle dans les basses-cours ? À compter du 1er janvier 2011, l’Union européenne interdit les « micro-cages » pour les poules pondeuses.


Une mesure qui touche, en réalité, non les basses-cours mais les élevages de volailles en batteries de plus de 350 poules.

En France, où 80% des poules pondeuses grandissent dans des élevages industriels, ces nouvelles normes concernent des millions de volatiles.

Pour la nouvelle année, ces poules peuvent-elles espérer des conditions de vie vraiment plus confortables ou vont-elles simplement troquer une cage de la taille d’un mouchoir de poche contre une autre à peine plus grande ? Jusqu’à présent, elles disposaient d’une cage de la taille d’une feuille de papier A4.

1. Quelques centimètres carrés de plus

À partir du 1er janvier, les cages des élevages en batteries qui ne réservent que 550 cm2 d’espace par poule ne seront plus autorisées. Les poules devront disposer d’au moins 750 cm2, pouvoir accéder à un nid et à un perchoir, battre des ailes et gratter une litière. Objectif de l’Union européenne : assurer un niveau de confort minimal aux pondeuses des élevages industriels.

Depuis janvier 2002, la construction de cages de moins de 750 cm2 « non aménagées » était déjà interdite pour les nouveaux élevages mais à partir de 2012 ces cages seront interdites dans tous les élevages industriels, quelle que soit leur ancienneté.

2. Un confort très relatif

« Pour le bien-être des poules, ces nouvelles normes ne changent pas grand-chose: c’est un moindre mal, mais cela reste de l’élevage intensif », estime Christophe Marie porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot.

« On passe à une superficie équivalente à une feuille A4 plus une carte postale, note-t-il. La litière peut être un simple bout de carton. Certains espaces, comme le perchoir, ne sont pas vraiment utilisables, car la cage n’est pas assez haute. »

Toutefois, avec les nouvelles normes, les poules d’élevage industriel disposeront de 750 cm2 chacune mais « pourront se déplacer sur 4,5 m2« , grâce au décloisonnement des cages, nuance Yves-Marie Baudet, président de la section œuf de l’Union des Groupements de Producteurs de Viande de Bretagne (UGPBV).

À titre de comparaison, l’élevage en plein air certifié Label rouge implique que les poules disposent d’au moins 5 m2 par tête sur un terrain arboré.

« Nous pensions, naïvement, que les éleveurs allaient passer au plein air à cause des contraintes économiques du réaménagement des cages mais cela n’a pas été le cas », déplore Christophe Marie.

3. Une mise aux normes coûteuse

Selon le ministère de l’Agriculture, « en 2010, avec un total de plus de 14 milliards d’œufs, la France est le premier producteur d’œufs de consommation de l’Union européenne devant l’Espagne, l’Allemagne et l’Italie. »

Les éleveurs français de poules pondeuses pratiquent-ils la politique de l’autruche ? Beaucoup d’entre eux ne se seraient pas encore mis aux normes, ce qui leur a valu des reproches de la Commission européenne au mois d’octobre.

Les professionnels soulignent le coût élevé de l’adaptation des exploitations : « d’’ici le 1er janvier 2012, les professionnels de la filière poules pondeuses auront investi 1 milliard d’euros, soit 25 euros par poule, pour se conformer à la réglementation européenne sur les hébergements collectifs« , insiste le Comité national pour la promotion de l’œuf.

« Certains exploitants ont fermé à cause des fonds demandés -environ une année de chiffre d’affaires- ou parce qu’ils étaient trop âgés pour s’engager dans la mise aux normes« , explique Yves-Marie Baudet, de l’UGPBV. Selon lui, en Bretagne, plus d’une trentaine d’élevages, c’est-à-dire 40% d’entre eux, rencontrent de grosses difficultés.

Les professionnels pestent contre ce qu’ils considèrent comme un double discours de l’État : d’un côté, il les contraint à s’adapter à de nouvelles normes, de l’autre il ne peut pas leur garantir que tous les œufs qui seront vendus en France seront conformes aux nouvelles normes de bien-être.

Les éleveurs britanniques sont encore plus remontés sur le sujet. Selon le journal The Independent, ceux-ci ont déboursé 400 millions de livres sterling (soit environ 480 millions d’euros) pour adapter leurs élevages par anticipation. Ils craignent aujourd’hui de subir la concurrence d’œufs polonais ou espagnols moins chers, qui ont trouvé le moyen de différer les dépenses de mise aux normes.

par
Source Quoi.info via Bruijitafr

19 commentaires

  • Michèle DRAYE

    J’ai enregistré un reportage sur les poules pondeuses en batterie:

    C’est à vomir..

    Depuis, j’achète  que des oeufs bio

    • Et même là, on est pas à l’abri d’une entourloupe, un peu comme les fermiers qui vendent sur les marchés et qui font croire qu’elles sont élevées en pleine air, sauf que sur les oeufs il y a le chiffre 3 qui veut dire en batterie ( camp de concentration ou elles ne peuvent même pas marcher, et puis elle sont tellement gavées que leur pattes se cassent sous leur poids… ).

      • Tex

         
        N’achetez QUE des oeufs étiquetés 0 ou 1 

        … ou mieux , les oeufs des poules de votre voisin…
        0 = poule bio
        1 = poule élevée en plein air (élevage où les poules peuvent se déplacer librement et aller et venir à l’extérieur)
        2 = poule élevée au sol (élevage où les poules peuvent se déplacer à l’intérieur des volières)
        3 = poule élevée en cage (élevage où les poules vivent en batteries ou en cages aménagées, soit un espace individuel maximal de 600 cm2 – 25x24cm au sol)

      • Hélas, le prix et nos salaires ne suivent absolument pas, qui aujourd’hui à les moyens d’acheter une barquette de 6 oeufs bio pour 2.70€ ? ( prix que j’ai vu à Auchan )
         
        Pas moi en tout cas.

      • observateur

        d’accod avec toi « léopard des neiges »,pour acheter du bio ,faut des sous,donc encore limitatif la possibilité,et donc pas de sous tu manges du « caca » ,a croire que dans ce monde faut etre pourri jusqu’a la moelle pour manger correct

      • voltigeur voltigeur

        Je viens d’entendre que les agriculteurs pourront
        être condamnés en tant que contrefacteurs, s’ils re-sèment les graines
        qu’ils ont produites….Mais c’est quoi ce système de merde?? ça fait des
        centaines d’années qu’on fonctionnent comme ça. Je ne sais pas comment faire,
        pour que tout le monde se motive, mais ce qui est sur c’est que si nous restons statiques, le bio et tout le reste
        va disparaitre et ce sont les empoisonneurs et breveteurs du vivant qui vont
        nous faire bouffer leurs caca à prix d’or et s’en mettre plein les poches!!! :reallypissed:

      • Pas obligé de prendre bio non plus, si l’on n ‘en a pas les moyens. Perso, je prend la pluspart du temps des oeuf de poules élevées en plein air, et ce n’est que quelques dizaines de centimes en plus…

      • Tex

        Snowleopard…arrête!!
        Tous les gens  que je connais et qui m’ont dit qu’ils n’ont pas d’argent pour manger bio ont TOUS, dis bien TOUS au moins 80% des objets qui suivent : au moins un ordinateur, au moins une voiture, au moins une télé à écran plat, un lecteur CD, un lecteur DVD, un lave-vaisselle, un four micro-ondes, au moins un téléphone portable, des jeux vidéos et des CD et DVD… de plus, ils ont de l’argent pour acheter des cigarettes tous les jours et ils partent régulièrement en vacances …
        A méditer….

      • Tex

        La seule chose qui leur manque pour acheter de la vraie nourriture, c’est du bon sens ou le sens des priorités…

  • mickye

    Quelles dépenses pour quelques cm de plus !

    L’UE se fout de notre gueule !

    Pour l’élevage en batterie, s’il disparaissait ce serait tant mieux. Les animaux doivent vivre dans des conditions décentes : c’est à dire en liberté, en petits élevages.

    Je n’achète que du bio  (enfin j’essaye) , en quantité plus petite, mais de meilleure qualité  , voilà ma nouvelle règle.  
    Pour les oeufs, j’en mange moins souvent.

    • delphine

      bonsoir Mickye

      le début de la sagesse :-)
      faire du mieux que l’on peut
      avec ce que l’on a

      et à force de réclamer du bio, du meilleur,
      les producteurs basculeront doucement
      et les prix baisseront
      dans l’intérêt de tous.

    • Buzz

      Tu as raison, il ne faut acheter que du bio, dans la mesure du possible…
      Et comme tu le dis, en quantité plus petite mais de meilleure qualité.
      Pour rappel, un article génial sur LME disait qu’une pêche de 1954 vallait plusieurs dizaine de pêche d’aujourd’hui!!! Franchement, c’est vrai, avec une tomate bio on est plus « calé » qu’avec 3 ou 4 industreilles…
      Au final, le bio est donc moins cher!

  • ticoq

    :chicken2: Si tout le monde achètent des oeufs bio*, çà aura pour conséquence de faire tomber ce système de production en batterie inhumain, car non respectueux de la vie animale.   

    *oeufs bio = poules élevées en plein air et nourries avec du grain bio, code 0 sur la boîte.
    (les codes vont de 0 à 3, 3 se référant à la poule de batterie qui ne voit jamais le jour et nourrit avec… on ne sait pas trop; c’est aussi les moins chers, certes!)

  • observateur

    pour résumer rapide:de gros investisseur ,bien graisser par les entreprises que l’on connait: banques,industriel vérreux,fabriquant d’OGM,veulent se mettre dans la poche toute production de nourriture ,histoire de dominer totalement nos sous,et donc pour y arriver change les normes de productions en se servant du soit disant manque d’espace pour les volatiles,et donc font passer une loi qui sera tellement difficile a mettre en place ,pour les producteur actuel au niveau financier,qu’eux seul seront capable de le faire et donc ,vous serez obligé d’acheter ce que eux vous propose ,le reste sera interdit.Personnelement je m’en balance vu que je suis végetarien ,mais ceci dit c’est encore une liberté de perdue.

  • Vous croyez que acheter des oeufs 0 et 1, ce n’est pas exploiter les animaux et c’est les respecter ? 
    Les poussins mâles avant d’arriver dans les élevages bio sont broyés et les poules partent à l’abattoir entre autres. C’est quelqu’un qui connaît l’intérieur des élevages qui vous parle. 
    Je propose de foutre la paix aux animaux. 
    C’est facile de se passer d’oeufs, pensez y ! Il y a des gâteaux sans oeuf, des substituts d’omelette si vous êtes vraiment accro, et on peut faire de très beaux desserts vegan, il suffit de taper « recette vegan » sur le net. 
    http://manger.vegan.fr/categories.php?cat_id=13
    http://www.veganwiz.fr/2010/06/30/v-omelette-de-tofu/
    http://www.veganwiz.fr/2011/11/28/fausse-omelette-de/
    http://veganfolies.fr/