Un joueur de poker dépendant attaque l’État pour ne pas l’avoir assez protégé ..

Doit on rendre l’état responsable de tout? Encourage t-il l’addiction en autorisant les jeux d’argent?

Un joueur réclame 100 000 euros de dommages et intérêts à l’État en lui reprochant de ne pas lui avoir interdit de jouer au poker en ligne alors qu’il s’était inscrit sur la liste des interdits de jeu du ministère de l’Intérieur, a-t-on appris, lundi, auprès de son avocat.

Un fichier, tenu par le ministère de l'Intérieur, mêle les interdits de jeu dans les casinos, qu'ils soient volontaires ou non. © Ansotte/Isopix / Sipa

Ce joueur, un habitant de Reims âgé de 37 ans dont l’identité n’a pas été révélée, s’est tourné vers le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne qui examinera sa demande le jeudi 15 décembre à 10 heures.

« On a beau essayer de moraliser les sites de jeu en ligne, on sait tous qu’ils s’appuient sur l’addiction et la maladie des joueurs », a expliqué Emmanuel Ludot, l’avocat du plaignant. Selon RTL, le ministère de l’Intérieur s’était engagé à l’été 2010 à interdire cet homme de 37 ans de toute table de jeu, mais il avait en fait continué à lui laisser libre accès aux sites de poker. Interrogé par l’AFP, le ministère n’a pas souhaité commenter « en raison de la procédure en cours ».

Selon une source proche du dossier, l’erreur serait due à une mauvaise transcription de l’état civil du joueur sur la liste des interdits de jeu. « Il a été enregistré comme habitant de la Haute-Marne, et non de la Marne, ce qui lui a permis de continuer à jouer », a précisé l’avocat. Ce fichier, tenu par le ministère de l’Intérieur, est l’héritier de celui des interdits de jeu dans les casinos, alimenté en grande majorité par les noms des joueurs qui souhaitent se faire interdire volontairement et pour le reste par les joueurs (triche, problème de comportement…) qui sont interdits. Depuis la loi de mai 2010 ouvrant le marché des jeux en ligne à la concurrence, les sites de jeux agréés en France doivent interroger le fichier du ministère de l’Intérieur avant d’autoriser l’inscription d’un joueur. Ce fichier compte actuellement 36 000 noms, quelque 800 noms en moyenne étant ajoutés ou enlevés chaque mois.

©AFP

SOURCE

8 commentaires

  • viking

    Voila le résultat de l’infantilisation pratiqué par l’Etat ( sécu….) la TV, Journaux et autres : la déresponsabilisation. Si de l’Etat vous attendez tout ? même le beau temps ?

    Pub, jeux, magazine TV, pour des niveaux d’enfant de 14 ans…. 

    Voir le site du passeur (s’il existe toujours)

    La télévision arme silencieuse de destruction massive

    • thehawk

      Tout à fait d’accord, pendant ce temps, vous ne vous posez plus de questions…et c’est ce qu’ils veulent!!!
      L »addiction est réelle, la même pour les drogues, la tv et les jeux d’argent etc….votre esprit n’est jamais rassasié….et vous vous lobotomisés peu à peu….un bon mouton quoi!

      • voltigeur voltigeur

        Il font tout pour enfumer les cerveaux, pendant ce temps personnes ne se pose
        les bonnes questions.
        Les gens n’ont jamais autant joué qu’en ce moment…..Sans prendre conscience qu’il
        n’y a qu’un seul gagnant! les sites de jeux, l’état via la FDJ!………ahh l’espoir!!
        Jamais vu un joueur s’enrichir, des milliers de ruinés ça OUI! :(

      • engel

        Un opium du pauvre.
        Le volume des jeux d’argent est toujours proportionnel au niveau de pauvreté de la populace…
        Forte augmentation en cours…

  • mémé

    A quel âge on est adulte?
    Il veut se refaire sur le dos de l’état. Encore une histoire de sous.

  • antinukciv

    Qu’il assume sa propre connerie. Moi je suis une fraction de l’Etat et je ne veux pas lui donner un euro ou, a défaut, un kopec ou un roupie indien etc.