SARKO ATTENTION DANGER …..

voici un article assez intéressant sur ce qui nous attend en 2012 quand le NAIN sera réélu par les petit moutons endormis par le lavage de cerveaux qu’on leurs donnent sur les chaines de TV .

Rappel historique – « l’homme providentiel »

En 1933, à la suite d’une élection démocratique, Hitler accédait au pouvoir dans une Allemagne rongée par la crise économique, où les citoyens ordinaires avaient subi un appauvrissement sans précédent à cause d’un chômage massif et d’une inflation galopante, créant dans l’opinion un sentiment d’amertume et le désir d’un changement fort pour remettre l’Allemagne sur la bonne voie.

Hitler était alors perçu comme « l’homme providentiel », le seul ayant l’autorité et la détermination nécessaires. Il bénéficiait du soutien du patronat et des classes aisées, en même temps que d’une partie des classes populaires victimes de la crise. Le danger représenté par Hitler était alors complètement sous-estimé ou ignoré par les médias et par la majorité de « l’intelligentsia ».

A l’issue de la seconde guerre mondiale, les Allemands ont durablement pris conscience des dangers du fascisme. Mais cette prise de conscience n’a pas eu lieu en France, où le régime fasciste de Vichy pouvait être considéré comme imposé par la défaite et l’occupation, et non véritablement choisi par les Français, alors qu’en réalité, les fascistes représentaient une force politique importante en France pendant les années 30, et le régime de Vichy bénéficiait d’un large soutien populaire. Mais les Français se sont dispensés de faire leur examen de conscience, et la « bête immonde » n’a pas été éradiquée dans les esprits comme en Allemagne. D’où la montée en puissance du Front National et l’actuelle dérive du principal parti de droite (l’UMP) vers l’extrême-droite.

Nous sommes aujourd’hui au 21è siècle, et le fascisme est de retour avec un nouveau visage. Il a évolué vers une forme « moderne », débarrassé de l’anti-sémitisme, mais en conservant les mêmes principes et les mêmes méthodes: autoritarisme, culte de la répression, mépris de la démocratie, propagation de la haine, désignation de boucs-émissaires, et absence de scrupules (« la fin justifie les moyens »).

Ainsi, Nicolas Sarkozy n’est pas anti-sémite (au contraire), mais il est violent, rempli de haine, et ne supporte pas les opinions différentes de la sienne.

Autre caractéristique du fascisme, Nicolas Sarkozy ne cesse de stigmatiser des catégories de personnes en les désignant à la vindicte publique et en les utilisant comme boucs-émissaires:

– les jeunes des banlieues (les « racailles », à nettoyer au « karscher »)
– les « assistés »
– « ceux qui se lèvent tard »
– les « soixante-huitards » et l’esprit de Mai 68 (cause de tous les maux de la France selon Sarkozy)
– les syndicalistes (« ces braillards », comme il dit)
– les défenseurs des droits de l’homme, qu’il appelle avec mépris les « droits-de-l’hommistes »

Ce n’est pas un hasard si l’édition italienne du livre de Sarkozy a été préfacée par Gianfranco Fini, le leader de l’Alliance Nationale, précédemment dénommée MSI, le parti fasciste mussolinien dont l’Alliance Nationale a conservé le logo, une flamme tricolore aux couleurs de l’Italie (un logo repris et mis aux couleurs de la France par le Front National).

Et ce n’est pas un hasard non plus si Nicolas Sarkozy est la deuxième personnalité préférée des électeurs du Front National après Jean-Marie Le Pen.

 

Une personnalité inquiétante

Son ambition dévorante, sa soif de pouvoir, le fait qu’il ne pense qu’à son intérêt personnel, sa démagogie, son mépris de la démocratie, son intolérance et sa haine font de Nicolas Sarkozy un danger majeur si il est élu. Sa soif de pouvoir est d’autant plus inquiétante qu’il a déclaré vouloir modifier la constitution pour étendre les pouvoirs présidentiels.

Les observateurs objectifs qui ont approché Sarkozy disent qu’il émane de lui de la violence. Anecdote révélatrice, lorsque Nicolas Sarkozy a été mis en cause par une manipulation dans l’affaire Clearstream, il a dit « je trouverai le salaud à l’origine de tout ça et je le pendrai à un croc de boucher ».

Comme il l’a souvent montré à l’Assemblée Nationale ou à Argenteuil, Nicolas Sarkozy est un violent, et il gouvernera avec brutalité, « à la cravache », il dressera les uns contre les autres, et le résultat sera une guerre civile. Les 5 semaines d’émeutes qu’il a déjà provoqué en 2005 ne sont qu’un avant-goût de ce qui arrivera si il s’empare du pouvoir.

Il est alors probable qu’il utilisera le soulèvement populaire comme prétexte pour prendre les pleins pouvoirs, comme l’article 16 de la constitution le permet lorsque « l’indépendance de la Nation, l’intégrité de son territoire ou l’exécution de ses engagements internationaux sont menacés d’une manière grave et immédiate et que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics constitutionnels est interrompu ».

Ce qu’il a fait – Le bilan de Sarkozy



– Baisse en trompe l’oeil de la délinquance, qui masque une hausse sans précédent des violences aux personnes. Cette hausse est de 20% en moyenne nationale mais elle atteint 70% dans certains départements.- Primes au rendement pour les policiers, les encourageant ainsi à une répression hystérique, disproportionnée, avec gardes à vues injustifiées, et tolérance zéro pour les automobilistes.

– Transformation des policiers en cow-boys agressifs qui se croient tout permis; hausse sans précédant des bavures et des violences policières.

– Généralisation du flashball et introduction du taser

– Recul sans précédent des droits de l’homme en France, dénoncé par Amnesty International et la Ligue des Droits de l’Homme. Transformation de la France en un état policier oppressant.

– Remplissage des prisons sans se soucier un instant des conditions de détention crées par la surpopulation carcérale (violence entre détenus, viols, suicides, propagation du sida et de la tuberculose). Par sa politique ultra-répressive, Sarkozy a créé une situation catastrophique dans les prisons, une situation indigne d’un pays qui prétend respecter les droits de l’homme et qui donne des leçons au reste du monde à ce sujet.

– Propos irresponsables et haineux qui, combinées aux violences policières et à la « tolérance zéro », ont provoqué une insurrection des banlieues pendant 5 semaines.

– Privatisation partielle d’EDF

– Fausse promesse que GDF ne serait jamais privatisé.

 

Ce qu’il fera – Le vrai programme de Sarkozy

– Baisse des impôts pour les riches et pour les entreprises. Cela sera compensé en creusant encore plus le déficit public et l’endettement de la France, ou bien en augmentant la TVA, l’impot le plus inégalitaire car non dégressif pour les bas revenus.

– Démantèlement du droit du travail, CPE pour tout le monde, précarité généralisée, avec un licenciement possible pendant 2 ans, sans justificatif ni recours.

– Retraite à 70 ans, et encouragement des retraites privées (fond de pension) pour ceux qui souhaitent partir plus tôt à la retraite et dans de meilleures conditions

– Semaine de 48 heures (alignement sur la norme européenne), et autorisation des heures supplémentaires jusqu’à 70 heures par semaine (opt-out, comme en Angleterre)

– Suppression des charges sociales sur les heures supplémentaires, ce qui encouragera les entreprises à recourir aux heures supplémentaires plutôt qu’embaucher

– Obligation d’effectuer un « travail d’utilité collective » (des travaux forcés payés moins que le SMIC) pour les bénéficiaires de minima sociaux

– Adoption de la constitution européenne par le parlement, sans consulter les Français par référendum

– Privatisation d’EDF, de la SNCF, de la Poste. ANPE remplacée par des agences privées pour le placement des chômeurs.

– Autorisation des OGM. (Nicolas Sarkozy est le seul candidat à la présidentielle à ne pas s’être engagé à un moratoire sur les cutures d’OGM).

– Discrimination positive et encouragement du communautarisme

– Immigration choisie, c’est à dire appel à l’immigration quand le rapport entre l’offre et la demande sur le marché du travail est défavorable aux entreprises, risquant ainsi de les obliger à augmenter les salaires

– Suppression de la séparation des églises et de l’état, pour permettre aux lieux de culte d’être financées par l’argent du contribuable

– Réduction du nombre d’enseignants, réduction du budget de l’éducation nationale, l’argent restant devant être partagé avec les écoles privées (suppression de la loi Falloux)

– Augmentation du budget militaire pour renforcer les capacités de la France à participer aux guerres des Etats-Unis, au grand bénéfice des multinationales de l’armement, notamment Dassault (dont le PGD Serge Dassault est député UMP et sarkozyste convaincu), et Lagardère (dont le PDG Arnaud Lagardère est le parrain d’un fils de Sarkozy).

– Extension des pouvoirs présidentiels, au détriment du premier ministre et du parlement

– Généralisation des machines à voter, afin de pouvoir truquer les futures élections

– Modification probable du jeu électoral en autorisant à nouveau les entreprises à financer les partis politiques, et en légalisant les publicités politiques à la télévision (comme aux USA), afin de donner l’avantage au parti le plus riche, c’est à dire le plus favorable aux intérêts des multinationales afin de bénéficier de leur « générosité »

– Généralisation de la vidéosurveillance « intelligente », avec détection automatique des comportements interdits ou jugés suspects y compris pour les infractions anodines, comme allumer une cigarette dans un lieu public. La vidéosurveillance « intelligente » aura pour effet de multiplier les bavures policières (comme l’assassinat d’un jeune brésilien par la police à Londres après les attentats)

Fichage des enfants dès la maternelle, pour repérer les « futurs délinquants ».
(En tant que ministre de l’intérieur, Nicolas Sarkozy avait prévu de faire adopter cette mesure début 2007, mais il l’a finalement retirée à cause de la polémique qu’elle pouvait susciter avant l’élection présidentielle)

– Création de prisons privées, comme dans le film « Fortress« . Aux Etats-Unis, un tiers des prisons sont déjà privées, et l’un des buts de la répression est désormais de gonfler les profits des sociétés qui gèrent ces prisons et qui sont rémunérées en fonction du nombre de prisonniers.

Et à plus long-terme:

– Arrestations préventives, comme dans « Minority Report », avec emprisonnement des personnes en raison des crimes qu’elles « pourraient commettre » en fonction de probabilités établies par la police grâce au recoupement des fichiers informatiques publics et privés. Ces fichiers enregistrent de multiples données qui permettent de presque tout savoir sur chaque individu (consommation, déplacements, fréquentations, situation professionelle, financière, familiale, santé, horaires et habitudes de vie, lectures et sites internet consultés, caméras de surveillance, etc)

– Utilisation du terrorisme comme prétexte pour rendre obligatoire le marquage de chaque citoyen avec une puce électronique insérée sous la peau et lisible par un scanner ou par satellite. (voir l’article sur les implants)

Avec Nicolas Sarkozy, vivre en France deviendra un cauchemar digne des visions les plus sombres de la science-fiction, comme « 1984 » de George Orwell ou « un bonheur insoutenable » d’Ira Levin. Une minorité de privilégiés vivront dans l’opulence et à l’abri de la répression, tandis que le reste de la population vivra dans la misère et dans la peur (peur de la répression, peur des délinquants, peur des violences policières, peur des attentats, peur de perdre son misérable emploi ou son logement).

 

Dévotion envers les Etats-Unis

Nicolas Sarkozy veut tuer l’âme de la France, un pays qu’il n’aime pas et qu’il veut rendre semblable au pays qui est son modèle: les Etats-Unis. Nicolas Sarkozy l’a dit à de nombreuses reprises: il veut en finir avec le modèle social français, lui préférant un modèle américain, caractérisé par une société inégalitaire, violente, et ultra-repressive.

Par ailleurs, Nicolas Sarkozy alignera la politique de la France sur celle des Etats-Unis et engagera la France dans les futures guerres américaines au Proche-Orient. A cause de la politique étrangère de Sarkozy, la France subira des attentats sanglants comme ceux de Madrid ou de Londres. Et ces attentats lui fourniront le prétexte pour réduire encore les libertés et parachever ce qu’il a commencé au ministère de l’intérieur: l’instauration d’un état policier fasciste.

Enfin, par son soutien inconditionnel aux Etats-Unis de Bush, Sarkozy se fait le complice des crimes de guerre américains, des tortures (à Guantanamo, en Afghanistan, en Irak, et dans les prisons secrètes), des assassinats de journalistes par l’armée américaine en Irak, ou de l’emploi de bombes au phosphore contre des civils irakiens. Complice aussi de l’utilisation d’obus et de missiles à uranium appauvri, de l’absence d’interdiction des mines anti-personnelles et des bombes à fragmentation, et du refus américain de ratifier le protocole de Kyoto sur les émissions de CO2.

 

La garde rapprochée de Sarkozy qui attend dans l’ombre

La « garde rapprochée » de Sarkozy est constituée par Brice Hortefeux et Christian Estrosi, ses fidèles depuis toujours. Il les a nommé à ses cotés au ministère de l’Intérieur, et ils seront récompensés par des postes-clé si Sarkozy arrive au pouvoir.

Tous les deux se situent franchement à l’extrême-droite, encore plus que leur mentor. Sorte de Dick Cheney français, Brice Hortefeux n’aurait pas déparé au gouvernement de Vichy. Quant à Christian Estrosi, c’est un clone de Sarkozy avec l’intelligence en moins et les « connexions niçoises » en plus. (il est président du conseil général des Alpes Maritimes, un poste précédemment occupé par Jacques Médecin)

Brice Hortefeux sera probablement nommé ministre de l’intérieur, ce qui laisse présager le pire.

Pour faire plus ample connaissance, voici quelques photos des « lieutenants » de Sarkozy…

sic… 

Un ticket sans retour

Si Nicolas Sarkozy est élu, il généralisera les machines à voter, ce qui lui permettra de truquer les prochaines élections, comme Bush aux Etats Unis.

Les machines à voter sont une grave menace pour la démocratie, car elles sont facilement piratables par des virus informatiques destinés à modifier le comptage des votes, ou par le remplacement de composants par des versions truquées. De plus, les machines à voter signifient la fin de l’anonymat du vote, car l’électeur doit s’identifier par une carte magnétique qu’il doit insérer dans la machine pour valider son vote. Techniquement, rien n’empêche que les machines gardent en mémoire qui a voté quoi.

Nicolas Sarkozy s’est déjà déclaré favorable aux machines à voter. Les élections de 2007 risquent donc bien d’être les dernières élections démocratiques en France.

sic…

Article entier+vidéos+livres sur le sujet: syti.net

AMICALEMENT A TOUS

By: domdom26

37 commentaires

  • Ertalif

    « et le fascisme est de retour avec un nouveau visage. Il a évolué vers une forme « moderne », débarrassé de l’anti-sémitisme »
    Le fascisme historique, celui de son inventeur(?), Mussolini, n’était pas anti-sémite.. Ce serait plutôt un retour aux sources, non?

  • filibert

    Oui les élections risquent d’être annulées pour cause d’urgence nationale suite à la fermeture des banques et de guerre. Notre dictateur restera en place !

  • pokefric pokefric

    Bonjour la compagnie.
    J’ai bien aimé le lapsus si on peu dire de sarko lors de la dernière réunion entre merkel sarko et Monti:
    http://www.20minutes.fr/economie/829696-live-merkel-sarkozy-monti-crise-revivez-conference-presse
    Je cite « Nous faisons tous les trois confiance à la BCE et à son dirigeant, confirme le président français »
    La personne remerciée Mario Draghi vous l’aurez compris.

    Et de se reprendre tout de suite derrière « ses dirigeants »

  • Lyliberté

    http://www.dailymotion.com/video/x88823_starko-defend-le-n-o-m_news

    Personne!! J’ai bien dit PERSONNE!! ne pourra s’y opposer ( NOM)…. ça ne fait qu’ajouter à ce qu’il est, un Dictateur destructeur de la Nation, de notre histoire, du peuple!!

    • Mazar

      Et son principal crime??? un assassin de pleins d’étranger libyens ou afghans!!
      Nous, au fond c’est rien, juste un crime moral,de vertu et une histoire d’argent !!

  • gascon

    Bonjour, cet article ne fait que confirmer ce que Je ne cesse de dire autour de moi depuis juin dernier.,  notre président ce maintiendra au pouvoir par la force. avec ou sans élection….   le lien suivant vous remettra en mémoire les intentions de nos dirigeants pour se maintenir au pouvoir Bonne journée à vous
    Arrêté publié au JO le 1er juillet, signé François Fillon:
    http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=?cidTexte=JORFTEXT000024287129&dateTexte&oldAction=rechJO&categorieLien=id
    http://lesmoutonsenrages.fr/2011/07/14/france-le-calibre-762-versus-les-manifestants/#comments

  • Fille de l'Eau

    Il faudrait corriger cette énorme erreur, Christian Estosi n’est plus président du Conseil Général du 06 depuis mars 2011. Il a fait mettre à sa place, son mentor, Eric Ciotti, député aussi. A Nice, les caméras se multiplient. 
    Estrosi faisait partie de ceux que l’on appelait les « bébés Médecin ».
    Nice première police municipale de France avec 380 agents

    http://www.lepost.fr/article/2011/10/25/2621806_la-police-municipale-fait-du-zele-a-nice.html

  • ratgana

    En cas de problème, il peut toujours mettre en application l’art 16 de la constitution

  • heaventramp

    Ce personnage m’inquiète depuis le début. Je ne l’ai jamais calculé…
    Imaginez le pire : machines à voter qui supprimeraient l’anonymat… Avec une bonne campagne média qui prétendrait le contraire…Cela pourrait donner un fichier d’une population qui serait traitée selon son degré de soumission au pouvoir… Suppression des aides de l’état aux rebelles qui seraient accusés de vouloir déstabiliser l’état alors qu’il est en difficulté…etc…  Même pas besoin de puces rfid sous la peau… Il suffira d’une simple puce sur une carte d’identité ou la carte de sécu ou encore sur une carte de crédit et d’un super ordinateur centralisateur capable de recevoir et traiter des milliards d’informations à la seconde… Ce qui me laisse espérer, c’est qu’il y a encore dans l’administration et chez les scientifiques des gens qui ont une conscience… Pour combien de temps ? Ca devient urgent,   les moyens techniques de l’asservissement sont là… Si on ne bouge pas tant que c’est encore possible, c’est cuit !
    Les puces peuvent être désactivées, mais c’est encore une façon de se faire remarquer… pas de puces, pas de retraite, de sécu, d’allocs…. Si il ne se passe rien qui mette vraiment le feu aux poudres, je suis très pessimiste pour la décennie à venir…

    • gascon

      les moyens techniques de l’asservissement sont là
      Je partage complétement votre point de vu.D’ailleurs tout est déjà prévu prés à être mis en place, nouveau permis de conduire, nouvelle carte d’identité….
      « Et elle fit que tous, petits et grands; riches et pauvres, libres et esclaves, reçoivent une marque dans leur main droite ou dans leur front: et qu’aucun homme ne puisse acheter ni vendre, sans avoir la marque de la Bête ou le nombre de son nom  »
      Apocalypse 13 :16 et 17

      • homme des bois

        ouais, ya pas besoin d’aller voir dans la bible pour savoir que personne fera rien. perso moi j’abandonne, les gens sont trop cons. et puis je suis pas plus attaché a la France que ça. j’aime mieux l’amerique du sud. Dans, si vous voulez ester dans le monde occidental, preparez vous bien !! haha ^^

      • zoé

        Tout à fait gascon !

  • retro

    serge dassault est plutot senateur … non ? http://fr.wikipedia.org/wiki/Serge_Dassault

  • moutondu22

    et l’aut’ abruti qui lui ouvre un boulevard …

  • zoé

    cet article circulait déjà avant les dernières présidentielles en 2008 ! Cela paraissait un peu gros à l’époque ! Nous y sommes !

  • manquepasdair

    n oublier pas que la plupart des dictateurs ont fini au buché et cela depuis antiquité
    voila pourquoi l histoire est importante  de ce rappeler ces dictateur venu au monde    pour pourrir la vie des gens.    il y aura toujours une personne derrière la porte avec une arme pour  l éliminer  , mais malheureusement un fou en cache un autre
     

    • shalkare

      Les dictateurs « déclarés » oui. Là, il agit sous couverture « démocratique », élu au suffrage universel. Donc « légitime ».
      Ce qui ne sera pas légitime et bien… le finira, merci d’avance aux médias.

      Attendons que le peuple français ai faim, et là, ça devrait bouger.

      Mais on sera l’un des derniers pays à avoir faim.

  • Quidiquoi

    ben les mecs notre Sarko en prend un coup avec vous… mais alors que va nous prpoposer le Mou Hollande ? c’est quand même les sociolos qui depuis 81 nous ont mis dans la merde  et grace également a Jospin… vous avez l’air d’oublier toute cette période … 

  • heaventramp

    Demande à Tex, elle va se faire un plaisir de te dire ce qu’elle pense de Flamby :lol:

  • shalkare

    Vous êtes sûr de demander son avis ? Il faut se méfier de ce que l’on demande, on pourrait l’obtenir  :laugh:

    Hollande vs Sarkozy… heu…  ha non, pas le droit au vote blanc…

    :bomb:

  • Le probleme , lois pompidou 1973 me semble t’il…   Qui sonne le fin du pret à taux zéro pour l’état…Afin de se faire preter des milliards par les copains des élites, avec des taux,   comme disait volti /benji…..  Des taux cetelem…  Honteux, on ne paye que des INTERETS AUX BANQUES..C’est le plus grand pillage légale des peuples du XXème /  XXI ème siècle. Comme dit  shalkare, il s’agit non pas d’une réelle dictature, mais d’une fausse démocratie…et de ce fait, on ne pourra pas leur couper la tete….On est pas dans la M…..   J’ose croire aux Francais, qui,  dès que l’on touche aux retraites, aides, ou meme juste la mise en place d’ un CPE peuvent sortir massivement dans la rue….Esperons…

  • brujitafr

    2012 : Un Français sur deux ne souhaite voir élu ni Hollande ni Sarkozy, le peuple se réveillerait-il de son coma politique ?   http://www.brujitafr.fr/article-2012-un-francais-sur-deux-ne-souhaite-voir-elu-ni-hollande-ni-sarkozy-le-peuple-se-reveillerait-il-d-90953690.html

  • Michèle DRAYE

    SCANDALEUX – Y-A-T-IL LEVEE DE BOUCLIER ?  ETIEZ-VOUS AU COURANT ?
     
     
    1)

    Dimanche dernier, les commentateurs du 1er tour des élections municipales se sont montrés unanimes : alors qu’on attendait un effondrement de la droite, la première surprise de la soirée aurait été la relative et inattendue bonne tenue des listes UMP ; la seconde surprise, c’est que le taux global de participation était en hausse depuis 2001.

    La tonalité de la soirée électorale fut ainsi donnée par ces deux « surprises », qui dominèrent également les lignes éditoriales de la presse écrite du lendemain. Pour la majorité des Français, la messe du 1er tour était dite : forte participation et maintien surprise de l’UMP. Pourtant, dès le mardi, puis tout au long de la semaine, des informations d’une toute autre tonalité ont commencé à se faire jour. Des informations capitales dont ont été privés la grande majorité des Français, qui n’ont porté attention à ces élections que le dimanche soir ou dans la presse écrite du lundi.

    Ainsi, il a fallu attendre le vendredi, ce qui ne s’était jamais vu depuis la dernière guerre, pour enfin connaître les chiffres officiels de la participation. Surprise : il n’est plus du tout question d’une hausse mais d’un effondrement historique : jamais depuis 1959 la participation n’avait été aussi basse : 66,54% au total et 61,07% dans les communes de plus de 3500 habitants. Dans la capitale, c’est même 43% des électeurs qui ont refusé d’aller voter.

    Les étranges innovations électorales du ministère de l’intérieur

    Que s’est-il passé le soir de l’élection pour que l’information et la perception de la situation politique réelle soient ainsi faussées ?

    Un début de réponse nous a été donné par un article stupéfiant du journal le Monde. On y apprend les causes de la « panne » : « Les résultats ont d’abord parcouru le chemin traditionnel : les mairies les ont envoyés, par téléphone ou par fax, dans les préfectures, qui les ont communiqués via un système Intranet au ministère. « La synthèse s’est faite tout à fait normalement » (…) Mais les serveurs, hébergés par une société externe, dont le ministère n’a pas voulu divulguer le nom, se sont écroulés à plusieurs reprises. »

    En clair, cela signifie :

    * d’une part que les serveurs du ministère de l’intérieur ne sont pas gérés par les fonctionnaires habilités à cette fin mais par « une société externe »

    * d’autre part que le ministère de l’intérieur refuse de communiquer l’identité de la société qui a désormais la haute main sur les élections françaises.

    Ce n’est pas tout : « Le système étant engorgé, les services de l’intérieur ont dû ressaisir les résultats. Le taux de participation définitif n’a été établi que lundi après-midi. Le prestataire, qui avait traité les élections présidentielle et législatives de 2007, utilise « ce que l’on peut trouver de plus puissant », assure Bertrand Maréchaux, directeur des systèmes d’information du ministère. (…) M. Maréchaux confiait, lundi soir, n’avoir toujours pas trouvé « de véritable explication technique ». Mme Alliot-Marie, rompant avec l’habitude de la plupart de ses prédécesseurs, s’est refusée dimanche à toute apparition publique pour donner les résultats et s’est contentée d’un communiqué diffusé à 23 h 13. »

    En clair cela signifie :

    * que le mystérieux prestataire privé a eu également la haute main sur les présidentielles et les législatives, premières élections françaises où étaient utilisées les machines à voter, qui, elles aussi, suscitent de nombreuses et justifiées interrogations.

    * et que le directeur des systèmes d’information du ministère de l’intérieur avoue n’avoir reçu aucune explication de ce mystérieux prestataire extérieur.

    Qui est la mystérieuse société qui produit désormais les résultats électoraux français officiels ?

    Est-il normal et sain pour la démocratie que le ministère de l’intérieur garde le silence sur l’identité de la société prestataire qui gère désormais nos résultats électoraux officiels ?

    Pour l’UPR, la réponse est non. Nous avons donc décidé d’en savoir plus, ce qui n’est pas très difficile puisqu’un simple logiciel gratuit « whosip.exe » permet à tout internaute de découvrir le pot aux roses.
    (télécharger whosip ici, copiez-le dans C: puis, dans Accessoires > Invites de commandes > tapez cd > Enter puis : whosip http://www.interieur.gouv.fr > Enter )

    Vous obtiendrez ce résultat autant spectaculaire que révoltant, s’agissant du ministère de l’intérieur de la République Française :

    WHOIS Source: ARIN

    IP Address: 8.12.199.126
    Country: USA – Colorado
    Network Name: LVLT-ORG-8-8
    Owner Name: Level 3 Communications, Inc.
    From IP: 8.0.0.0
    To IP: 8.255.255.255
    Allocated: Yes
    Contact Name: Level 3 Communications, Inc.
    Address: 1025 Eldorado Blvd., Broomfield
    Email: ipaddressing@level3.com
    Abuse Email: abuse@level3.com
    Phone: +1-877-453-8353

    Sauf erreur, cela signifie, en clair, que « le système intranet » du ministère français de l’intérieur est hébergé par la société américaine LEVEL 3 COMMUNICATIONS, situé à Denver, Colorado, USA.

    Résumons :

    1. La soirée électorale, donc l’élément décisif de la campagne du second tour, a été complètement faussée par une panne informatique.

    2. Contrairement à ce que tous les Français croient, le ministère de l’intérieur ne gère pas lui-même les moyens nécessaires à la production des résultats électoraux officiels, ayant force de loi.

    3. Ce travail décisif pour la démocratie française est confié non seulement à une société privée, mais, mieux encore, à une société américaine, LEVEL 3 COMMUNICATIONS

    4. Vérifications faites à partir d’informations ouvertes disponibles sur Internet, cette importante société américaine se trouve avoir des liens très étroits avec les deux principaux partis politiques américains, le Parti Républicain et le Parti Démocrate, qu’elle finance l’un et l’autre avant chaque élection présidentielle (cliquez ici)

    5. La société en question n’a fourni aucune explication sur la panne. Personne n’est donc en mesure de garantir que cette panne n’a pas été volontairement provoquée, à la demande d’un mystérieux commanditaire, pour aboutir aux résultats faux de dimanche soir. Circulez, il n’y a rien à voir !

    6. Mis à part l’article du Monde, aucun média ne s’est interrogé sur ce grave et troublant dysfonctionnement qui entachent le résultat officiel des élections. Personne ne s’interroge non plus sur la fiabilité et les contrôles réels de l’ensemble « machines à voter + serveurs hébergés par la société américaine LEVEL 3 COMMUNICATIONS » qui a également produit les résultats des présidentielles et des législatives.

    7. On nous présente un scénario rocambolesque à base de « serveurs qui s’écroulent » puis « d’adresse de délestage ». Mais ce scénario ne tient pas la route une seconde pour qui connaît un minimum l’informatique : collecter les votes de 25 millions d’inscrits, préalablement centralisés dans une centaine de préfectures, c’est bien le minimum que doit pouvoir faire n’importe quel serveur informatique bon marché. Du reste, on n’a pas attendu mars 2008 pour gérer ce type de situations et les Français ont connu suffisamment de soirées électorales télévisées depuis 40 ans pour savoir que la collecte des résultats ne posait aucun problème par le passé, avec des ordinateurs pourtant infiniment moins puissants que de nos jours. Comme par ailleurs le ministère précise avoir recours à « ce qu’on peut trouver de plus puissant », on est en droit de se poser de très graves questions sur la cause réelle de la « panne ».

    8. Nous voudrions également comprendre pourquoi un gouvernement qui nous rebat les oreilles avec son soutien à l’économie numérique juge préférable d’avoir recours aux services d’une société étrangère pour résoudre un problème bête comme chou, et parfaitement bien résolu depuis des décennies, qui est la simple collecte des résultats électoraux transmis par la centaine de préfectures françaises.

    9. Nous voudrions enfin comprendre pourquoi la France, qui est capable de mettre au point des armes thermonucléaires par des simulations informatiques extraordinairement sophistiquées, qui a été choisi internationalement pour développer le centre de recherche sur la fusion atomique ITER serait incapable de gérer par lui-même l’addition des votes de ses électeurs.

    Conclusion :

    Il n’est pas tolérable qu’une société américaine produise, on ne sait comment, ce que le peuple français est censé devoir accepter comme l’expression suprême de la souveraineté populaire. Cette procédure est d’autant moins admissible qu’elle s’accompagne de la mise en place, en nombre croissant, de « machines à voter » électroniques qui produisent des résultats dont l’opacité suscite la défiance d’une écrasante majorité de nos concitoyens.

    Rien ne serait plus grave pour la démocratie et plus périlleux pour la paix civile en France si une suspicion généralisée devait désormais se porter sur la véracité des résultats annoncés à l’issue de toutes nos élections.

    Nous exigeons donc de revenir à la situation antérieure, qui donnait toute satisfaction sans soulever les moindres soupçons. Le ministère de l’intérieur doit obtenir et rendre publiques les explications de son prestataire américain, puis rompre immédiatement ce contrat.

    L’Union Populaire Républicaine envoie le présent texte à l’ensemble des députés et sénateurs de la République, et leur demande que soit créée une commission d’enquête parlementaire sur cette question d’une exceptionnelle gravité.

    Nous leur demandons aussi que soit déposé, le plus rapidement possible, une proposition de loi interdisant toute intervention de sociétés privées dans les opérations électorales, ainsi que tout usage des machines à voter.

    Reproduction autorisée en citant la source : Union Populaire Républicaine
    et le lien cliquable : http://u-p-r.org/ab/index.php?page=article&id=27

    à suivre 

  • Michèle DRAYE

    suite:

    2)  Censure inconcevable…
     
    Dimanche 22 avril 2007 (23h12)

    En France, on n’a pas le droit de divulguer les résultats des élections avant 20h ; à l’étranger, oui.
     
    Curieux comme beaucoup d’électeurs, j’ai voulu aller voir « ailleurs » avant l’heure…

    Et bien, c’était impossible : tous les sites d’informations étrangers (et peut-être même tous les sites étrangers d’ailleurs), étaient inaccessibles.
     
     J’ai pensé qu’un nombre de curieux, à mon image, saturaient le trafic sur ces sites, les rendant inaccessibles.

    Je me suis donc retranché sur ma télé, et ai cherché les chaines étrangères sur TPS.
     
    Magie : disparues du bouquet habituel.
     
     A ma connaissance, une telle censure est une première.
     
     Quel boulot monstrueux pour fliquer et rendre inaccessibles tous ces sites et chaines télévisées.

    Que d’efforts déployés pour désinformer. Comment peut-on avoir encore envie de voter pour un gouvernement aussi totalitaire ?
     
     Pourquoi, par désir de pouvoir, priver des millions d’’étrangers innocents et non concernés de leurs chaines favorites ; alors qu’ils payent des abonnements pour ça ? Je trouve ça scandaleux ! Pas vous ?

    Le vote utile au premier tour nous a rendu victime de cela ; que nous prépare le futur gouvernement comme fliquage et censure ?
     
     En tous cas, il vient de nous prouver qu’il est capable d’employer des moyens considérables !
     
     Nos libertés sont en danger.

    Pour moi, le vote du second tour sera un réel vote utile : contre qui ? contre quoi ?
     
     Je pense que vous l’avez compris et me suivrez tous !

    Chien Guevara en colère  (Message posté sur le site de bellaciao.org)
     
    à suivre

  • Michèle DRAYE

    suite:

    Scandale autour des parrainages
     
    Pris en flagrant délit de mépris de la Démocratie
     

    Lundi 19 mars 2007 à 17h30,
     
     Le Conseil constitutionnel a publié la liste des candidats à l’élection présidentielle ayant obtenu plus de 500 parrainages. Ils étaient douze : 7 candidats à gauche, 2 à droite, 1 au centre, 1 à l’extrême-droite, et 1 chasseur.
     
    Aucun candidat écologiste indépendant n’a pu obtenir les 500 parrainages (ni France Gamerre, ni Antoine Waechter, ni Jean Marc Governatori).
     
     Deux candidats ont été très surpris de ne pas avoir obtenu les 500 parrainages : Rachid Nekkaz, qui disait avoir réuni plus de 700 promesses de parrainages et Jean Marc Governatori qui avait réussi à cumuler sur son nom plus de 800 promesses en tant que représentant de 9 candidats émergents à la présidentielle.

    Rachid Nekkaz a déposé un recours devant le Conseil constitutionnel le 21 mars, affirmant que des pressions auraient été exercées sur des élus. Sa réclamation a été rejetée mais elle a permis de révéler le nombre de parrainages qui avait été validé par le Conseil constitutionnel : 13.

    Les autres candidats n’ont pas pu savoir officiellement le nombre de parrainages qu’ils ont obtenu. En effet le Conseil constitutionnel a décidé de ne pas publier le nom des élus qui ont accordé leurs parrainages aux candidats qui ont obtenu moins de 500 parrainages (ce qui n’était pas le cas lors des trois élections présidentielles précédentes). Il semblerait que la loi n’oblige pas le Conseil à publier cette liste.

    Fait troublant, on peut noter que Jean Louis Debré a été nommé à la tête du Conseil constitutionnel le 23 février, soit le lendemain du début de l’enregistrement des parrainages par le Conseil.

    De son côté Jean Marc Governatori, qui avait demandé aux élus d’envoyer leurs parrainages directement au Conseil constitutionnel, n’a pas pu obtenir officiellement le nombre de parrainages enregistrés. Cependant un des membres du Conseil constitutionnel a révélé au conseiller de Jean Marc Governatori que le Conseil constitutionnel aurait enregistré 11 parrainages à son nom (sur plus de 800 promesses !).

    Trois hypothèses sont donc apparues :

    Soit la plupart des élus n’ont pas tenu leurs promesses

    Soit la plupart des parrainages ont été invalidés par le Conseil constitutionnel, ce qui est fort peu probable car il y a habituellement à peine 1% de parrainages invalidés

    Soit la plupart des parrainages ne sont jamais parvenus au Conseil constitutionnel, car le courrier destiné au Conseil constitutionnel aurait mystérieusement disparu.

    Mercredi 21 mars 2007 au matin,
     
    Le conseiller de Jean Marc Governatori a évoqué ces hypothèses avec le candidat par téléphone, et lui a suggéré de déposer un recours, sachant qu’il était possible de connaître le nombre d’élus qui avaient envoyé un parrainage au Conseil constitutionnel en le leur demandant directement.

    Quelques heures plus tard le secrétariat de Jean Marc Governatori recevait un appel anonyme leur affirmant :
     
     « nous sommes au courant de la conversation téléphonique de ce matin et nous vous conseillons vivement de ne pas entamer de procédure de recours, si vous tenez à rester en vie.
     Oubliez l’élection présidentielle. C’est un domaine réservé. »

    Suite à cela, Jean Marc Governatori a décidé de ne pas entâmer de procédure de recours pour pouvoir préparer sereinement les élections législatives avec son mouvement « La France en action ».

    Les menaces envoyées à Jean Marc Governatori semblent donc prouver qu’il avait en fait obtenu les 500 parrainages, mais que sa candidature dérangeait énormément certains. Cela expliquerait également pourquoi il a eu si peu accès aux médias ces derniers mois, et surtout pourquoi certains enregistrements télévisés ont été coupés au montage. A l’évidence le programme que porte Jean Marc Governatori dérange beaucoup les gouvernants en place et ils ont tout fait pour qu’il ne puisse pas le faire connaître auprès du grand public.

    A l’évidence, dans cette élection, un candidat qui avait le contrôle des renseignements généraux (et donc des « écoutes ») et des services secrets (et donc la possibilité d’intercepter du courrier destiné au Conseil constitutionnel) a fait en sorte d’éliminer tous les candidats qui le dérangeaient

    (et notamment Nicolas Dupont Aignan, Rachid Nekkaz et Jean Marc Governatori).

    Il a également aidé certains candidats dont la présence au 1er tour l’arrangeait à obtenir les 500 parrainages (notamment Olivier Besancenot et Jean Marie Le Pen).

    Tout cela dans le seul but de parvenir au pouvoir.

    Mais au delà de la colère que peut susciter une telle injustice et un tel mépris de la démocratie, nous avons le pouvoir de rétablir la justice et la démocratie, par notre vote le 22 avril 2007 mais aussi en éclairant les citoyens sur la personnalité de ce candidat, par la diffusion de ce message au plus grand nombre.

    Des décisions que nous allons prendre dans les jours et les semaines à venir dépend le destin de la France et l’avenir de nos enfants et de notre planète. Ils peuvent être le pire comme le meilleur.

    Bertrand Séné, Paris, le 25 mars 2007

    Article extrait du site Démocratie en danger  Jeudi 24 avril 2008
     
    à suivre

  • Michèle DRAYE

    suite

    LA STRATEGIE EUROPENNE DES NEO-CONSERVATEURS
     
     
    http://www.voltairenet.org/article128785.html
     
    Extraits :
     
     
    Ce Comité, qui évitera d’intervenir trop ouvertement dans la politique de l’Union, a immédiatement sollicité des « amis de l’Amérique » pour le faire en son nom.
     
     Ainsi, l’Arabie saoudite a-telle répondu présent pour financer les prochaines campagnes électorales de Nicolas Sarkozy en France et permettre aux néoconservateurs d’en finir avec Dominique de Villepin.
     
     Des mesures similaires ont été prises pour chaque grand État membre de l’Union.

    à suivre

  • Michèle DRAYE

    suite

    Qui était la cible de la manipulation Clearstream : Sarkozy ou Villepin ?
     
    http://www.voltairenet.org/article163784.html

    Le Tribunal de grande instance de Paris a rendu son jugement dans l’affaire Clearstream (Télécharger le document). Il a condamné deux prévenus et innocenté Dominique de Villepin. Cependant le Parquet a immédiatement interjeté appel de cette décision, de sorte que les déboires judiciaires de l’ancien Premier ministre vont se poursuivre et entraveront les préparatifs de sa candidature à la présidence de la République.
    L’histoire n’est pas banale. De faux listings bancaires ont circulé attestant mensongèrement que plusieurs personnalités disposeraient de comptes occultes. Cela n’est pas en soit bien grave, mais l’une des personnes diffamées, Nicolas Sarkozy, a choisi d’en faire une grosse affaire, en espérant démontrer que son rival, Dominique de Villepin, avait fait usage des faux documents contre lui.
    Durant la procédure, Dominique de Villepin se vit interdire tout contact avec ses anciens collaborateurs, ce qui par voie de conséquence l’empêchait de développer un mouvement politique en vue de l’élection présidentielle. Le président Sarkozy modifia le plan de carrière des magistrats pour que des juges d’instruction particulièrement inquisiteurs se chargent du dossier. Puis, lorsque le procureur de la République conclu que les éléments rassemblés par une armée d’enquêteurs ne justifiaient pas de passer en jugement, le président Sarkozy su le convaincre de changer d’avis. Bafouant la présomption d’innocence et sa charge de président du Conseil de la magistrature, Me Sarkozy alla jusqu’à déclarer en privé qu’il prendrait son rival de toujours à un croc de boucher, puis à le qualifier de « coupable » lors d’un entretien télévisé. A tout instant, il était apparu comme instrumentant la procédure.
    Encore ne faudrait-il pas se tromper et réduire ce combat à un simple conflit d’ambition. C’est de l’opposition entre deux courants de la droite française dont il s’agit ; une opposition qui divise le pays depuis l’affrontement entre Edouard Balladur et Jacques Chirac, un choc qui dépasse les enjeux franco-français depuis le discours de Dominique de Villepin au Conseil de sécurité de l’ONU pour défendre le droit international face, tandis que Nicolas Sarkozy affichait sa proximité avec George W. Bush.
    Pour notre part, nous avons depuis longtemps indiqué que cette affaire a été montée de toutes pièces par le cabinet londonien Hakluyt & Co [1]. Il est désormais établi que l’un des condamnés, Jean-Louis Gergorin, tenait ses informations de ce cabinet [2], pourtant les juges d’instruction n’ont pas voulu envisager qu’Hakluyt & Co ait pu organiser la manipulation. Et pour cause : ce cabinet, notoirement lié à la CIA et au MI6, est notamment administré par le beau-père par alliance de Nicolas Sarkozy.
    [1] « Opération Sarkozy : comment la CIA a placé un de ses agents à la présidence de la République française », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 19 juillet 2008.
    [2] Voir jugement p. 177.
     

  • Michèle DRAYE

    suite

    LE SCANDALE DU VOTE ELECTRONIQUE SE PRECISE

    Une étude, conduite par Mme Chantal Enguehard en relation avec l’Observatoire du vote, est la première recherche quantitative très sérieuse sur la dématérialisation du vote dans les élections politiques en France. Elle a été menée à partir de données provenant de 20.051 bureaux de vote, dont environ un tiers pratiquant le vote électronique, dans 46 communes de référence, dont 24 utilisant des ordinateurs de vote, lors des dernières élections présidentielles (premier et second tour), législatives (1er tour) et municipales (1er tour). Autant dire que l’énormité de la taille de l’échantillon rend l’étude statistiquement incontestable.
    Entre 4 et 8 fois plus « d’erreurs » d’émargement avec le vote électronique.
    Les résultats obtenus montrent en premier lieu que le nombre de bureaux « en erreur », c’est-à-dire où le nombre de votes n’est pas égal au nombre d’émargements, est bien plus élevé parmi ceux qui utilisent les machines à voter que dans ceux qui ont recours à l’urne traditionnelle.
    Globalement, sur les quatre tours d’élections étudiés, on relève ces erreurs dans près de 30% des bureaux procédant au vote électronique (29,8%) contre 5,3% de ceux utilisant l’urne.
    Il est extrêmement préoccupant de constater que la mise en place en France de bureaux de vote avec ordinateurs coïncide avec le recours à une société de service américaine (LEVEL 3 COMMUNICATIONS) chargée… de centraliser les résultats électoraux français dans son centre de Denver* au Colorado !

    *Là où les pièces d’Amero auraient été frappées…
    Voir : http://artemisia-college.org/O_ugrave__vont_les_USA__-00-050-01-0189-01.html
    à suivre

  • Michèle DRAYE

    suite

    « Manipulations de l’opinion »
     
    http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Elysee-Delit-de-sondages-171869/
     
    (extraits)
    …/….
    « C’est à Patrick que je dois d’avoir été élu »,
    aurait déclaré le chef de l’Etat lors de la remise de la Légion d’honneur à l’ancien journaliste en septembre 2007.
    De nombreux éléments qui ont convaincu l’association de déposer plainte. « Anticor estime avoir un intérêt à agir par rapport au préjudice que pourraient avoir subi nos concitoyens, de plus en plus sensibles en ces temps de crise à la bonne utilisation de l’argent public et à ce qui pourrait être des manipulations de l’opinion », conclut l’organisation. Cette plainte devrait réjouir le Parti socialiste, qui avait demandé la création d’une commission d’enquête devant l’Assemblée nationale. Une action à laquelle les députés socialistes avaient renoncé le 26 janvier, dénonçant le fait que l’UMP ait limité son champ d’investigation en excluant explicitement les dépenses de l’Elysée.
    http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Elysee-Delit-de-sondages-171869/
     
    . Que dire en plus du zèle, de l’attitude sans vergogne qui fait office de mode de fonctionnement de la Sarkozie et/ou « France à Fouquet’s », quand on voit la nomination du procureur de la République de Paris Jean-Claude Marin comme officier de la légion d’honneur alors que l’affaire Clearstream n’est même pas finie ? Qui peut oublier son acharnement sur l’ancien premier-ministre Dominique de Villepin qu’il a voulu faire condamner par tous les moyens et dont il a fait appel du jugement ?
     
    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/dans-les-meandres-de-la-72868?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+agoravox%2FgEOF+%28AgoraVox+-+le+journal+citoyen%29

  • Michèle DRAYE

    suite

    Opération Sarkozy : comment la CIA a placé un de ses agents à la présidence de la République française   Édition spéciale
    par Thierry Meyssan*
    http://www.dorffer-patrick.com/ext/http://www.voltairenet.org/article157210.html
     
     

  • Michèle DRAYE

    Mon commentaire:

    « Les élections de 2007 risquent donc bien d’être les dernières élections démocratiques en France…. » sic…

    Les mêmes méthodes semblent être mises au point pour les  prochaines présidentielles, éliminer la concurrence:

    L’affaire du Sofitel de New York est loin d’avoir livré tous ses secrets. Accusé d’agression sexuelle par une femme de chambre le 14 mai dernier à New York, Dominique Strauss-Kahn a admis une « faute morale » après avoir échappé à un procès au pénal. Mais l’affaire n’est pas close. Les questions inédites posées par Edward Epstein dans un long article de la New York Review of Books à paraître ce week-end, et auquel LeMonde.fr a eu accès, soulèvent de nouvelles zones d’ombre.
    Qu’est-il advenu du BlackBerry disparu de l’ancien directeur du FMI ? Avait-il été piraté ? Que s’est-il passé dans la chambre 2820, située au même étage que la suite de DSK et où Nafissatou Diallo s’est rendue à plusieurs reprises avant et après sa rencontre avec l’ancien favori des sondages ?
     Le journaliste américain, qui a eu accès aux enregistrements réalisés par des caméras de surveillance du Sofitel et à certains relevés téléphoniques, revient, minute par minute, sur les événements troubles qui ont jalonné ce 14 mai.
    Début de matinée
    Dominique Strauss-Kahn découvre qu’il a « un sérieux problème avec un de ses téléphones BlackBerry ». L’appareil, qu’il utilise pour envoyer et recevoir des messages personnels et professionnels, a vraisemblablement été hacké. Une amie de l’ancien directeur du FMI, qui travaille comme documentaliste au siège parisien de l’UMP, lui a envoyé un message dans la matinée pour le prévenir « qu’au moins un de ces e-mails privés récemment envoyés depuis son BlackBerry à son épouse, Anne Sinclair, avait été lu dans les bureaux de l’UMP à Paris. »
    10 h 07
    Inquiet, Dominique Strauss-Kahn téléphone à sa femme depuis le BlackBerry en question. « Au cours d’une conversation qui dure moins de six minutes, il lui annonce qu’il a un gros problème » et insiste pour qu’elle contacte Stéphane Fouks. Patron de l’agence Euro RSCG, ce dernier pilote depuis quatre ans la stratégie de communication de DSK en vue de la présidentielle de 2012. L’ancien directeur du FMI demande à son épouse de prévenir cet « ami » pour qu’il puisse rapidement « faire examiner le BlackBerry et l’iPad par un expert », une fois que DSK sera rentré à Paris.
    12 h 06 – 12 h 07
    Nafissatou Diallo, qui travaille depuis trois ans comme femme de chambre au Sofitel, pénètre dans la suite présidentielle occupée par Dominique Strauss-Kahn. D’après les déclarations de l’ancien directeur du FMI, ses bagages sont « visibles » dans l’entrée. « En temps normal, rappelle le journaliste de la New York Review of Books, le personnel n’entre pas dans une chambre pour la nettoyer tant que le client s’y trouve ».
    Que se passe-t-il dans les six ou sept minutes qui suivent ? Edward Epstein s’en tient au rapport du procureur de New York qui évoque un « rapport sexuel hâtif ». A 12 h 13, Dominique Strauss-Kahn téléphone à sa fille Camille avec laquelle il a rendez-vous pour déjeuner, pour la prévenir qu’il risque d’être en retard.
    12 h 26
    Nafissatou Diallo entre dans la chambre 2820, située au même étage que celle de Dominique Strauss-Kahn. La femme de chambre s’y est déjà rendue à plusieurs reprises dans la matinée, selon Edward Epstein. « Y avait-il quelqu’un dans la chambre 2820 en dehors de Nafissatou Diallo avant et après sa rencontre avec DSK ? Si oui, qui étaient-ils et que faisaient-ils là ; et pourquoi, dans tous les cas, Diallo a-t-elle nié qu’elle s’était rendue dans la chambre ? » s’interroge le journaliste. Questionné à ce sujet par les avocats de l’ancien directeur du FMI, le groupe Accor a refusé de répondre.
    12 h 28
    Dominique Strauss-Kahn quitte le Sofitel dans un taxi en direction du restaurant McCormick & Schmick’s, sur la Sixième Avenue. D’après les caméras de surveillance de l’établissement, il arrive à destination à peu près une demie-heure plus tard.
    12 h 51
    Le téléphone de DSK est déconnecté et le système de géolocalisation de l’appareil désactivé, comme en témoignent les archives de la compagnie BlackBerry. « Si on excepte la possibilité d’un accident, pour qu’un téléphone soit mis hors service de cette façon, il faut, selon un expert légal, une connaissance technique du fonctionnement du BlackBerry », précise Edward Epstein.
    12 h 52
    Nafissatou Diallo est prise en charge par le service de sécurité de l’hôtel.
    13 h 03
    John Sheehan, un expert des questions de sécurité « identifié sur son profil LinkedIn comme ‘directeur de la sûreté et de la sécurité’ chez Accor », reçoit un appel du Sofitel. Appelé en renfort pour assiter les équipes de l’établissement, il passe au moins un coup de fil dans la voiture qui le conduit à l’hôtel. A qui et pourquoi ? Impossible de le savoir. Le journaliste de la New York Review of Books se borne à rappeler que le responsable de la sécurité  du groupe Accor, et donc le plus haut supérieur hiérarchique de John Sheehan, n’est autre que René-Georges Querry, un ancien membre de la brigade antigang, qui « a travaillé dans la police avec Ange Mancini, coordinateur national du renseignement du président Sarkozy ».
    13 h 33
    Brian Yearwood, ingénieur en chef du Sofitel, et un homme dont l’identité n’a pas été dévoilée – mais qui a auparavant accompagné Nafissatou Diallo jusqu’au PC sécurité – s’éloignent du groupe rassemblé autour de la femme de chambre. A l’abri des regards, ils se congratulent, frappent dans leurs mains et se lancent dans « ce qui ressemble à une extraordinaire danse de fête qui dure trois minutes ». Pourquoi les deux hommes se livrent-ils à une telle démonstration de joie ? Edward Epstein, qui a visionné les enregistrements des caméras du Sofitel, s’abstient d’émettre la moindre hypothèse.
    14 h 05
    Deux officiers de police arrivent au Sofitel.
    14 h 15
    Dominique Strauss-Kahn se rend compte dans le taxi qui le mène à l’aéroport que le BlackBerry qu’il souhaite faire expertiser à Paris a disparu. Depuis un autre mobile, il réussit à joindre sa fille et lui demande de retourner au restaurant pour vérifier que l’appareil ne s’y trouve pas. Camille renvoie un message à son père à 14 h 28 pour le prévenir  qu’elle a fait chou blanc. A 15 h 01, le directeur du FMI, toujours en route vers l’aéroport, essaie en vain de joindre le BlackBerry à partir de son portable de rechange. Une demie-heure plus tard, il se résigne à appeler le Sofitel pour avertir le personnel qu’il a vraisemblablement oublié son téléphone dans la suite 2806.
    15 h 42
    Un employé de l’établissement new-yorkais rappelle DSK. L’homme, qui parle en présence d’un détective de la police, annonce « faussement » à l’ancien directeur du FMI que son téléphone a été retrouvé. Il lui propose de lui faire porter. « Je suis au terminal d’Air France, porte 4, vol 23″, répond l’intéressé.
    16 h 45
    La police arrête Dominique Strauss-Kahn dans l’avion qui devait le conduire à Paris. Le BlackBerry ne sera jamais retrouvé et les soupçons de piratage de l’appareil jamais étayés par des analyses d’expert.
    Source: Lemonde.fr