Le gendarme des aliments trop laxiste…

L’EFSA sensée protéger les consommateurs, me fait penser aux syndicats cités dans un post précédent. On ne mord pas la main qui vous nourrit :evilgrin:


L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) décide de ce qui est autorisé dans nos assiettes. Censée protéger les consommateurs, elle est aujourd’hui de plus en plus contestée en raison des liens étroits qu’elle entretient avec l’industrie agro-alimentaire.

L’EFSA est censée protéger les consommateurs, c’est sa mission. Ses représentants, dont la tâche est d’autoriser en toute indépendance la mise sur le marché de nouveaux produits, travaillent pourtant en étroite collaboration avec l’industrie agro-alimentaire.

Le président du groupe scientifique de l’EFSA, Albert Flynn, est personnellement employé par le géant américain Kraft. Jiri Ruprich, membre du conseil d’administration de l’EFSA, était également employée jusqu’en mars 2011 par Danone en République tchèque. Enfin, Carlo Agostini, membre du groupe de travail de l’EFSA, est régulièrement rétribué par des sociétés comme Nestlé, Danone, Heinz, Hipp, Humana et Mead Johnson à titre de conférencier.
Des règles trop souples

Voilà qui a de quoi inquiéter car c’est cette institution qui décide de ce qui peut ou non atterrir dans l’assiette des consommateurs européens. Avec ses 450 employés, l’autorité de contrôle installée à Parme, en Italie, constitue le pilier du dispositif de sécurité alimentaire européen et dispose d’un budget de 73 millions d’euros.

On reproche aujourd’hui à l’EFSA de ne pas lutter assez efficacement contre les conflits d’intérêts, et ce en dépit de nombreux scandales.

« Il n’est pas acceptable de laisser des représentants d’un secteur industriel entrer au sein même de l’organisme chargé du contrôle de leurs produits », s’insurge Timo Lange, responsable de LobbyControl.

Le principal obstacle à toute réforme tient toutefois à une disposition européenne : les membres de l’EFSA ne sont pas formellement interdits d’exercer une activité pour l’industrie agro-alimentaire du moment qu’ils la déclarent.

(…)
Pour lire d’autres révélations sur le sujet, cliquer ICI

Auteur : Marvin Oppong – Marianne Falck

Source : www.presseurop.eu partagé avec Sos-Planète

4 commentaires