Marseille : prise d’assaut par la police, deux fois, à 85 ans…

Incroyable cette histoire, pauvre mamie… Les cow boys d’élite de ce qu’il reste de la ripoublique en action, et des excuses plutôt méprisantes, pour payer les dégâts…..

Porte fracassée, tapisserie déchirée par les projectiles de flash ball : qui va payer les 2000€ de réparations ? Photo Bruno Souillard

Par erreur, les hommes en noir du GIPN et de la PJ défoncent deux fois sa porte
A la Résidence Consolat à Marseille (15e), ce ne sont pas les voyous, ni les cambrioleurs, ni les agresseurs de vieilles dames qui terrorisent Francesca. Les « hommes en noir » que cette paisible grand-mère a peur de voir débouler chez elle à tout instant, ce sont… des policiers. Des flics d’élite, appartenant à la police judiciaire et au GIPN, qui par deux fois ces jours-ci, ont défoncé sa porte, avant de faire irruption, arme au poing, dans son salon.

 
Le 25 octobre, à 6h du matin, la vieille dame est réveillée par la déflagration de l’explosif utilisé pour faire sauter la porte de l’appartement du bâtiment B, où elle vit seule depuis des années. « Des hommes cagoulés se sont précipités dans ma chambre. L’un d’eux m’a poussée sur le lit… ».

Le salon conserve les traces de l’effraction : porte fracassée, cadres brisés, tapisserie déchirée par les projectiles de flash ball. Ce matin-là, la PJ de Toulon était descendue en force dans la cité pour interpeller « un dangereux malfaiteur, accusé d’avoir tiré à la kalachnikov sur les forces de l’ordre », indique un des responsables de l’opération. Qui reconnaît aussi… « une erreur de porte ». Oups ! Le criminel habitait l’appartement d’à côté. Désolés pour le dérangement.
« Quand je suis arrivée chez ma mère, elle était en pleurs, terrorisée, dans un appartement saccagé. Et allez expliquer ça aux voisins, à l’assurance… », raconte Chantal, la fille de Francesca, qui a fait sécuriser la porte à ses frais (306€), en attendant d’hypothétiques recours de son assureur auprès des services de police : « Ce type d’effraction n’est pas prévu dans votre contrat », a observé la Matmut… D’après les devis, le total des réparation s’élève à plus de 2000€. « Le plus difficile, bien sûr, a été de rassurer ma mère, de lui expliquer que c’était une erreur, que ça n’arriverai plus jamais. »

Francesca commençait à peine à le croire quand les murs du bâtiment B ont à nouveau tremblé. « Jeudi, à 14 h, ils ont remis ça en défonçant sa porte avec un bélier ! ». Même armes, même cris, mêmes cagoules. Cette fois, la police pense que le malfaiteur s’échappe par le balcon de Francesca. Nouvelle erreur : à moins d’être Spiderman, impossible de franchir les 3 mètres qui séparent les deux fenêtres ! C’est par le balcon de la voisine… de droite que l’homme a pris la fuite (avant d’être interpellé au pied de l’immeuble).

Quand Chantal arrive sur place, sa mère est tétanisée. « Ils l’ont encore laissée toute seule dans un appartement sans porte, sans même laisser un numéro où les joindre. Comment aurait-elle fait si je n’avais pas été là ? » En cette veille du 11 novembre, pas moyen de trouver un artisan pour sécuriser la porte. Impossible donc de laisser l’appartement vacant. L’assurance a tout de même consenti à envoyer un vigile sur place, en attendant que la porte soit sécurisée. Mais qui paiera les travaux (cette fois, le mur qui soutient le chambranle est en partie écroulé) ? Et surtout, comment rendre le sommeil à Francesca ? Extrêmement choquée, placée sous tranquillisants, la vieille dame ne veut plus sortir de chez elle : « J’ai trop honte : maintenant, c’est sûr, les voisins me prennent pour une criminelle »…

Dégât collatéral

Scandalisée, « non par les erreurs, mais par le mépris manifesté par les services de police », la famille de Francesca envisage de déposer plainte. Contactée hier, la PJ de Toulon, « désolée » de ces dégâts collatéraux explique que « dans les HLM, il suffit de requérir le bailleur pour faire changer la porte ». Mais pour Francesca, copropriétaire, c’est au juge d’instruction de saisir le président du tribunal, lequel en réfère à la Chancellerie… Bref ! Des mois de démarches, sans garantie de résultat. Pour accélérer les choses, la PJ de Toulon nous indiquait hier être disposée à agir par commission rogatoire. Nous avons passé le message à Chantal et Francesca… qui attendent l’appel du commissaire.

Sophie MANELLI
Source La Provence

15 commentaires

  • VOYAGEUR

    http://www.youtube.com/watch?v=Rgrf9-05Lt8
     
    je sais pas comment elle a pas eue une crise cardiaque cette vieille femme !! 2 fois en plus
    regardez ces ânes,
    …non c’est pas vous… c’est pas le bon…après avoir défoncé sa porte, le pire c’est que le bon, michel le pivot du trafic ,c’est celui d’en face, et là, après tout le bordel ambiant, ces boloss frappent à la porte.

  • Valderkvart

    J’ai lu ça sur « l’Elysée pour les nuls » de FIST édition.
    Il  s’agit, à priori, d’une opération de communication pilotée par l’Elysée:
    Les nouvelles prérogatives de la police et de la gendarmerie sont de terroriser les petits vieux chez eux pour faire craquer les malfaiteurs… Officieusement c’est aussi pour faire des économies de santé.
    Les assureurs sont évidement dans la confidence  ;o)
    Ca serait bien plus efficace s’ils allaient casser les portes des sénateurs, parlementaires et autres dinosaures de collection.
     
     
     

    • Lqpin

       » J’ai lu ça sur « l’Elysée pour les nuls » de FIST édition.Il  s’agit, à priori, d’une opération de communication pilotée par l’Elysée:Les nouvelles prérogatives de la police et de la gendarmerie sont de terroriser les petits vieux chez eux pour faire craquer les malfaiteurs… Officieusement c’est aussi pour faire des économies de santé.Les assureurs sont évidement dans la confidence  ;o)  »

      Il faudrai effectivement être nul pour croire a sa ! franchement c’est chercher le mal des qu’il se presente une occasion. On va finir par ne plus croire personne, et la on n’est perdu….

    • observateur

      mdr,peut etre que la mamie était un guetteur pour le délinquant,sous peu pour pas payer les frais de leur intervention ,il vont dire qu’elle était la maitresse de celui ci ou que y’avait du pshiiiiiiiiit (shit) dans le frigo ,ou encore que le sucre glace s’était pas du sucre glace.Mais en tout cas ça doit faire drole ce type de situation ,et 2 fois en plus ,pffffffffff,pauvre mamy,s’il refont cela une fois elle risque d’avoir une attaque.

      • engel

        Prochain titre du petit marseillais.
        « Joli coup de filet de notre police nationale; La maîtresse de Dédé la mitraille avait  80 ans! »

        Pas de doute, me « vlarassuré » le GIPN veille…

  • N° 6

    Totalement d’accord, Valderkvart :
    « Ca devient de plus en plus difficile de faire passer le second degré ». 
    Pourtant, c’est un très bon moyen de dire les choses avec force, sans blesser ni agresser personne. 
    La lobotomisation des cerveaux serait-elle à ce point avancée ?
    Voire ici même, l’article récent sur Stéphane Guillon.
    Voire aussi certains commentaires dans différents sujets dont l’humour a été mal compris, ou pas compris du tout, et qui se sont attirés des répliques cinglantes !!! 

    Idem pour la capacité du « si » = anticipation, projection dans le futur : « ah non, il faut pas parler de ce qui pourrait nous arriver ; ça fait trop  peur, et y’a aucune preuve ».

    Et enfin, idem pour les réflexions tirées du passé et de l’histoire : éducation et vision de l’histoire sans aucun sens critique. Et même pour beaucoup, inculture totale : « Ben Barka, c’est le mec qui fait le buziness à coté du bureau de tabac, non ? ».

    Conclusion:
    On enlève le second degré, la possibilité de se projeter dans l’avenir, l’étude de l’histoire, et il reste :
    la réalité du 1er degré : « métro, boulot, dodo, euro » : pas follement enthousiasmant !
    Mais, peut-être que c’est ce qui est voulu ???           

  • observateur

    rébus:mon 1er s’apelle impunité;mon 2eme se trompe souvent,mon 3eme passe plus de temps a raquetter les automobiliste que faire son travail,mon 4eme est toujours armé et mon tout ,la population ne leur fait plus confiance ,car ils ont des ripoux, donc c’est: toute les reponses sont bonnes ,car vous pouver les appeler comme vous le souhaiter,mais rappelez vous,sous peu ils pourront vous tirer dessus sans sommation

    • DANY

      Je pense que nous vivons une dictature . On ne comprend plus rien à rien . Nos magistras sont tous corrompus .Essayez , comme moi d’etre de bonne foi et de vous défendre . J’en ai vraiment marre de cette société . Marre d’etre dirigées par des élites corrompus . Marre de payer des impots qui dépassent mes revenus . Marre de ne pouvoir rien faire parce que certaines personnes pondent des lois tous les jours auxquelles nous ne comprenons rien .En fait je voudrais partir mais je ne peux pas car je suis prisonnière .
      Nous n’avons plus aucune liberté . Plus rien , juste le droit de payer et de la fermer

  • DANY

    oops je crois que j’étais hors sujet :)

    • observateur

      pas vraiment hors sujet Dany,au contraire,il n’y a pas un incident ou une action de notre cher gouvernement qui rétrécie notre liberté d’etre,et la « bévue » de Marseille n’est qu’un exemple parmi tant d’autre,le plus dangeureux n’est pas celui qui tient une arme c’est celui qui décide ou commande,et pour le reste de ton commentaire tu as tout a fait raison.