C’est la destinée des enfants d’accepter les débris…

L’horreur nippone continue, triste….

http://japan.resiliencesystem.org/sites/default/files/u257/IwateMapCities.gif

“It’s the destiny of the children to accept the debris.”

http://fukushima-diary.com/2011/11/its-the-destiny-of-the-children-to-accept-the-debris/

Le 03/11/2011, à Tokyo du gouvernement local a commencé à accepter les débris de Iwate. Il a été interdit de mesurer le rayonnement autour pour une raison quelconque.

D’après le rapport d’un journaliste indépendant, une sorte de liquide s’est écoulé du conteneur et il était à 35 micro Sv / h.

Le gouvernement local de Tokyo a reçu plus de 2700 appels téléphoniques contre cette mesure.

Mis au courant de cette opinion des citoyens, le maire deTokyo, Ishihara a fait une déclaration publique. « Taisez-vous. »

Le gouvernement local de Tokyo est le 5ème plus gros actionnaire de Tepco qui détient 2,66% du capital de l’entreprise. (Source)

Le maire de Tokyo, Ishihara a une fois déclaré que le Japon avait besoin du nucléaire pour être en mesure de faire une bombe atomique chaque fois qu’il est nécessaire. (Source)

Toutefois, il a préparé un compteur de radiation énorme au bureau du gouvernement de la métropole plus tôt que quiconque.

Le gouvernement métropolitain a annoncé qu’il continueront à expliquer aux citoyens patiemment.

Aujourd’hui, un citoyen les a appelés. M., Takahashi au département de l’environnement de Tokyo a poliment répondu comme suit:

Peu importe combien de fois vous appelez, nous ne pourrons jamais arrêter d’accepter les débris.
C’est le destin des enfants d’accepter les débris.
Votre plainte est une plainte irrationnelle.
Si ce n’était pas mon travail, je n’aurais jamais du parler à quelqu’un comme vous.

Voici le numéro de téléphone. 
 +81-3-5388-3436

Source: aweb2u

3 commentaires

  • Poupinou

    quand le peuple Japonais se rendra compte du nombre de morts dus à l’égoïsme des dirigeants du pays dans le traitement de l’accident de Fukushima, il ne laissera pas le temps à ces assassins de pratiquer la cérémonie du Hara kiri avant de les réduire en charpies.