Crash test à 190 km/h, ce qu’aurait pu connaître Jean-Paul Huchon en direct live…

C’est le double article du jour puisqu’on peut y trouver un rapport, les conséquences d’un crash à grande vitesse, et de l’autre côté un politicien qui se fait flasher à 171 km/h! On va l’inviter à lire l’article  peut être que ça le fera réfléchir ce bon monsieur…

http://images.caradisiac.com/logos/4/7/1/7/144717/S7-Un-crash-test-a-160-km-h-ca-donne-quoi-57087.jpg

Voici les conséquences d’un crash à 190 km/h.

Lors d’un crash test pour l’émission « Fifth Gear », une Ford Focus 1 a été lancée à 190 km/h sur un mur de béton. Il s’agissait du crash test le plus rapide du monde. Les experts du secteur EuoNCAP expérimentent d’habitude les véhicules lors de crash test à une vitesse avoisinant les 60 km/h.

Mais l’émission voulait expérimenter et voir ce qui se passait lors d’une collision frontale à 190 km/h.

En seulement 68 millisecondes, la voiture est passée de 190 km/h à zéro (avec une décélération de l’ordre de 400 G) . En raison du résultat attendu, les organisateurs ont d’ailleurs refusé d’utiliser les mannequins habituels (très coûteux) afin de ne pas les gaspiller, et ont donc utilisé deux mannequins de magasin de prêt-à-porter :

http://www.youtube.com/watch?v=6dI5ewOmHPQ

Source: EVO

 

MUR D’HUCHON – Jean-Paul Huchon flashé à 171 km/h

Rien ne sert de courir… Jean-Paul Huchon aurait dû se le rappeler, lui qui semble ne pas être parti à point. Le président PS de la région Ile-de-France a en effet été arrêté, dimanche 23 octobre, sur l’A13, alors qu’il roulait à 171 km/h, largement au-dessus des 130 km/h autorisés, révèle le site d’information TF1 News.

L’élu était au volant d’une voiture de fonction du conseil régional, qu’il « peut utiliser sur son temps libre, sous réserve de la déclarer fiscalement comme avantage en nature ». Après un contrôle, rapide lui aussi, il a été invité à présenter son permis de conduire aux gendarmes, qui n’ont pas attendu une seconde avant de le lui confisquer. Une rétention de permis dont l’élu avait déjà été victime par le passé, souligne une source interrogée par TF1 News.

M. Huchon n’est pas le premier homme politique à être pris en flagrant délit d’excès de vitesse. « Durant la campagne présidentielle de 2007, des journalistes d’Auto Hebdo avaient suivi les candidats à l’élection, rappelle Le Figaro. Nicolas Sarkozy avait été suivi à 190 km/h sur une autoroute, Jean-Marie Le Pen, à 185 km/h, tandis que François Bayrou avait été surpris à 120 km/h sur une voie limitée à 70 km/h. Ségolène Royal s’était elle fait prendre à 158 km/h sur une double voie limitée à 110 km/h.

Le dernier homme politique en date à s’être fait pincer était Xavier Bertrand. Il avait été flashé de nuit à 144 km/h sur une voie limitée à 90 km/h entre Pornic et Nantes en 2010. L’affaire avait fait du bruit car M. Bertrand et son chauffeur avaient pu repartir sans procès verbal, après que le ministre se fut rapidement présenté.

Source: lemonde.fr