DSK-Banon: la plainte classée mais l’agression sexuelle reconnue

Game over pour le pervers pépère? Non, il y a encore des crédits dans la machine et personne ne va débrancher la prise à première vue… Il est reconnu coupable d’agression sexuelle sur Tristane mais ne sera pas condamné, la plainte ayant été classée, les faits étant trop vieux. Encore un pourri qui passe entre les mailles de la justice… DSK: Dérives Sexuelles Klassées?

Le parquet de Paris a classé sans suite jeudi la plainte pour "tentative de viol" de Tristane Banon contre Dominique Strauss-Kahn, estimant toutefois que des faits qualifiés d'agression sexuelle étaient "reconnus" mais prescrits.  (c) Afp Le parquet de Paris a classé sans suite jeudi la plainte pour « tentative de viol » de Tristane Banon contre Dominique Strauss-Kahn, estimant toutefois que des faits qualifiés d’agression sexuelle étaient « reconnus » mais prescrits. (c) Afp

Le parquet de Paris a classé sans suite la plainte pour « tentative de viol » de Tristane Banon contre Dominique Strauss-Kahn, estimant toutefois que des faits qualifiés d’agression sexuelle étaient « reconnus » mais prescrits.

La romancière avait prévenu que si le parquet décidait de classer sans suite, elle déposerait immédiatement plainte avec constitution de partie civile, ce qui prolongerait le combat judiciaire de la jeune femme contre l’ex-favori socialiste à la présidentielle.

« Le parquet de Paris a procédé au classement sans suite de la procédure diligentée à la suite de la plainte déposée par Madame Tristane Banon à l’encontre de Monsieur Dominique Strauss-Kahn pour tentative de viol », indique le communiqué du parquet publié jeudi.

A l’issue de l’enquête, « il ressort que si faute d’éléments de preuve suffisants, les poursuites ne peuvent être engagées du chef de tentative de viol, des faits pouvant être qualifiés d’agression sexuelle sont quant à eux reconnus », poursuit le communiqué.

« Néanmoins, commis en 2003 et n’ayant été révélés qu’en juillet 2011 ces faits ne peuvent être poursuivis, l’action publique étant éteinte en application de la prescription triennale en matière délictuelle », explique le parquet.

Lors de son audition, le 12 septembre, par la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne, l’ancien patron du FMI avait concédé avoir fait « des avances » à la romancière, âgée de 32 ans, selon une source proche de l’enquête. Il a cependant jusqu’au bout contesté avoir agressé la jeune femme.

« Dénonciation calomnieuse »

Tristane Banon avait porté plainte contre DSK début juillet au moment où étaient apparus à New York les premiers doutes quant à la crédibilité de la femme de chambre qui accusait celui qui était encore patron du FMI de l’avoir violée dans un hôtel de Manhattan en mai.

A plusieurs reprises, Tristane Banon a affirmé que DSK avait tenté de la violer lors d’un entretien professionnel dans un appartement parisien en février 2003, décrivant un pugilat. Elle a été entendue par la police le 11 juillet.

Dominique Strauss-Kahn a de son côté parlé d’une « scène imaginaire » et a porté plainte pour « dénonciation calomnieuse ».

Dans sa confession télévisée sur TF1 le 18 septembre, il avait affirmé qu' »aucune violence » n’avait été exercée sur Tristane Banon. « J’ai été entendu comme témoin. J’ai dit la vérité, que dans cette rencontre, il n’y avait eu aucun acte d’agression, aucune violence, je n’en dirai pas plus », avait-il dit.

Au cours de leur enquête, les policiers ont entendu une vingtaine de témoins dans ce dossier, et procédé le 29 septembre à une confrontation entre les deux protagonistes.

« Il y a eu une tentative de viol et ça je le maintiens », avait déclaré la romancière au soir de cette confrontation. Elle avait toutefois admis que plus de huit après les faits allégués, « la preuve matérielle, elle n’existe pas ».

La décision du parquet intervient le jour même de la sortie d’un ouvrage de Tristane Banon, « Le bal des hypocrites » (Ed. Au Diable Vauvert), une autofiction dans laquelle elle livre sa version des faits sans jamais citer le nom de DSK.

L’ancien patron du FMI reste l’objet d’une procédure au civil aux Etats-Unis, intentée par la femme de chambre qui l’accuse de l’avoir violée en mai dans un hôtel de Manhattan. Les poursuites pénales ont en revanche été abandonnées fin août par la justice américaine qui a jugé la plaignante insuffisamment crédible.

Source: tempsreel.nouvelobs.com

Un commentaire