La dette publique s’élève à 1692,7 milliards d’euros

Le chiffre est colossal! Bien sur avec de bonnes décisions, cela pourrait s’améliorer mais pour cela, il faudrait arrêter cette supercherie bancaire qui est responsable de la situation et nettoyer un peu l’oligarchie qui s’enlise dans cette situation devenue inextricable avec le temps. Les grandes banques américaines spéculent contre les pays européens dont la France, les agences de notations jouent le jeu des grands financiers, et notre dette explose inexorablement…

http://www.contrepoints.org/wp-content/uploads/2011/05/Dette-publique-276x300.jpg

La dette publique augmente de 46,4 milliards d’euros entre le 1er trimestre 2011 et le 2e trimes-tre 2011…
À la fin du deuxième trimestre 2011, la dette publique de Maastricht, qui est une dette brute, s’établit à 1 692,7 Md€, en augmentation de 46,4 Md€ par rapport au trimestre précédent. Exprimée en pourcentage du PIB, elle se situe approximativement à 86,2 %, en augmentation de 1,7 point par rapport au trimestre précédent. La dette publique nette progresse plus modérément (+23,1 Md€).
…sous l’effet d’une hausse de l’endettement de l’État
La contribution de l’État à la dette augmente de 52,6 Md€ au deuxième trimestre ; il s’agit pour l’essentiel de sa dette négociable à long terme (+44,5 Md€). La dette à court terme et les dépôts des correspondants, hors administrations publiques, progressent respectivement de 4,5 Md€ et 1,8 Md€.
…alors que les organismes divers d’administration centrale, administrations publi-ques locales et administrations de sécurité so-ciale se désendettent
La contribution des organismes divers d’administration centrale à la dette diminue ce trimestre (-1,2 Md€) en raison du désendettement de la Société de Prise de Participation de l’État (SPPE) à hauteur de 1,0 Md€.


Les administrations publiques locales se désendettent (-2,7 Md€) à un rythme comparable à celui observé lors des deuxièmes trimestres des années précédentes. La contribution des administrations de sécurité soci
ale baisse (-2,3 Md€). En effet, la reprise de la dette de l’Acoss par la Cades (29 Md€) est en partie financée par des ventes d’actifs (2,1 Md€ du FRR et 5,2 Md€ de la Cades). De plus, l’Unedic se désendette de 1,3 Md€.

Source: insee.fr via un fichier PDF.

7 commentaires

  • Dr.um

    1 692 000 000 000 €
     
    Mouais de toute façon c’est du vent il suffit d’arrêter d’y prêter de l’importance et le problème est résolu.
     
    On m’aurais dit 1 692 000 000 000 tonne d’or la oui à la rigueur mais bon leurs monnaie de singe la…

  • illusion

    bon, qui va payer ? un volontaire svp ?

  • hé bééé

    Bof , ils peuvent mettre tous les zéro qu’ils veulent , le problème c’est qu’on ne pourra pas payer ce qu’ils demandent parce qu’il n’existe pas assez de ressources naturelles sur terre pour créer l’argent qu’ils demandent . Quoi qu’ils disent et quoi qu’ils fassent , la croissance à ses limites ! Si ils veulent continue à croitre , je les invite à monter dans une navette spatiale et aller conquérir ce vaste territoire qu’est l’espace , en espérant qu’on ne les reverra plus jamais .

  • Patapouf

    De quoi verser un salaire mensuel à tout le monde meme les gosses de 2350€

  • Pikpuss

    Depuis que Pompidou à vendu le droit régalien que la France avait d’émettre sa propre monnaie à la finance, nous payons depuis 1973, des intérêts totalement injustifiés à des familles de banquiers. On parle de 1800 milliards d’Euros ainsi payés par les Français depuis cette époque où Pompidou, ancien banquier de la famille Rotschild vendit ce droit régalien essentiel pour un plat de lentilles. Ces dettes sont donc totalement illégales et constituent un véritable racket.

    D’ailleurs, ils ont bien attendu que le général De Gaulle soit mort pour agir ainsi. Ënsuite, il ne restait plus qu’à faire entre la Grande Bretagne dans l’Europe ( et aux conditions qu’elle avait exigé…) pour mettre le ver dans le fruit… 40 ans après, force est de constater que les Anglais ont parfaitement réussi leur coup : pourrir de l’intérieur une Europe qui ne demandait qu’à naître et nous plonger dans leurs guerres coloniales.