La RUSSIE en plein réarmement..

Titre original de l’article Russie : l’armée s’arroge la part du lion dans le budget 2012

Vladimir Poutine ©REUTERS

La priorité de Poutine va au réarmement dans le budget triennal présenté mardi, qui a coûté son poste au ministre des Finances. Les dépenses concernant la santé, l’éducation et le soutien à l’économie baissent par rapport au PIB du pays.

Les paramètres du budget triennal russe (2012, 2013 et 2014) ont été rendus publics mardi, au lendemain du limogeage de l’homme qui les a définis. Alexeï Koudrine a été remercié après onze années à la tête des Finances russes pour avoir exprimé son mécontentement de voir les dépenses de défense augmenter.

Le budget de l’armée va passer de 3% à 4% du PIB russe d’ici à trois ans. Un poste auquel il faut encore ajouter les dépenses pour la « sécurité intérieure » (police, FSB) soit presque 30% du budget total (3% du PIB). La hausse de 20% entre 2011 et 2012 en termes nominaux est la plus forte jamais enregistrée. En termes absolus, les dépenses militaires russes s’élèveront à 42,16 milliards d’euros l’année prochaine. A l’inverse, l’aide à l’économie tombe de 3,1% à 2,3% du PIB. La ligne finançant la construction et l’entretien de logements sociaux perd une décimale par an, même chose pour l’éducation (de 1% en 2012 à 0,7% en 2014), pour les dépenses de santé et pour la politique sociale, qui restent d’une courte tête (30,8% du budget total) devant les dépenses de sécurité (armée et police).

L’autre problème de ce budget tient dans l’évolution des ressources, dont les deux tiers sont alimentés par les taxes à l’extraction et l’exportation de matières premières. Le budget sur les trois années à venir est calculé sur la base d’un baril à 100 dollars. Or, selon l’économiste Sergueï Gouriev, l’équilibre budgétaire ne peut être obtenu qu’avec un baril à 125 dollars.

Le gouvernement compte aussi sur un vaste programme de privatisations qui pourrait lui rapporter 30 milliards d’euros sur trois ans, grâce à la réduction de sa participation dans les banques VTB et Sberbank, le pétrolier Rosneft et toute une série d’actifs allant de l’agriculture à l’armement et aux infrastructures de transport.

Réformes indispensables

En 2012, les dépenses totales vont atteindre 288 milliards d’euros (soit 15% d’augmentation par rapport à cette année) contre des recettes de 268 milliards d’euros. Le déficit atteindra 1,5% cette année, et doit en principe diminuer jusqu’à 0,7% du PIB en 2014, a insisté Vladimir Poutine. Il a enjoint son cabinet de « ne pas gonfler les dépenses ».

Dans leur ensemble, les observateurs sont sceptiques. Charles Robertson, de Renaissance Capital, note que le successeur de Koudrine devra se coltiner « des réformes indispensables, comme les privatisations, la réforme des retraites et une réforme fiscale car le budget 2012 équilibré à 115 dollars le baril, est très optimiste ». Le budget sera examiné avant le 1er octobre et naturellement adopté par cette chambre d’enregistrement qu’est devenu le parlement russe.

Source La Tribune

By: breizhjoker

6 commentaires

  • breizhjoker breizhjoker

    Le rouble a connu une grosse dévaluation mais sa remontée est due à l’action de la banque centrale russe.
    En fait ils pourront soutenir le rouble jusqu’à la mi 2012 !
    Après c’est un saut dans l’inconnu.
    la situation de l’économie russe est très difficile et se traduit par une crise sociale sévère entre alcoolisme de masse, suicides, délinquance, chômage, pauvreté etc .
    La seule richesse de la Russie réside dans ses exportations de matières premières, aussi son réarmement massif pourrait présager des opérations contre des pays voisins riches en ressources naturelles et stratégiquement bien placés.
    Une certaine similitude avec l’Allemagne des années 30 en somme.

  • pokefric pokefric

    La coopération sino russe et maintenant l’Iran qui veulent développer un bouclier anti missile en commun accord va faire cogiter les commandants de la planète.
    La course à la destruction planétaire n’est plus contrôlable et la question est?
    Qui aura le dernier mot ?

    • YAH

      Parce que le bouclier que dresse l’OTAN (USA) et les guerres que les américains font ne sont pas de la déstruction ou parceque sa arrange les petits pays européen qui lèchent les bottes de leurs maitres américains et leurs souhaite une bonne réussite car sans eux ils valent rien ?
      Petites personne va prochaine fois quand tu traite un sujet militaro-politique soit à la hauteur c-à-d neutre
       

  • pokefric pokefric

    L’Iran, la Russie, la Chine, réfléchissent
    pour un bouclier anti missiles commun.

    TEHERAN – Des sources non officielles ont annoncé que l’Iran, la Russie et la Chine sont actuellement en pourparlers sur une proposition visant à créer un bouclier antimissile commun de défense comme un contrepoids à l’OTAN d’un bouclier de défense, selon un récent rapport.
    Le rapport, qui a été publié dans le journal iranien quotidien Kayhan, dimanche, dit que les sources ont cité deux raisons pour lesquelles des consultations sérieuses ont eu lieu sur l’initiative.
    D’abord, les trois États en sont tous venus à la conclusion que l’affirmation des responsables américains selon laquelle leur préoccupation face aux capacités nucléaires et aux capacités de lancement de missiles de l’Iran et la Corée du Nord, est la raison de la décision d’établir un bouclier de défense antimissile de l’OTAN, est juste un prétexte, et que le véritable objectif du bouclier est de menacer la Russie et la Chine.
    En plus, maintenant que la proposition d’établir un système de radar d’alerte précoce dans le sud-Turquie, qui est une composante du bouclier antimissile de l’OTAN de la défense, qui semble être un fait accompli, les Etats-Unis envisagent de mettre en place les autres composantes du nouveau système dans la Corée du Sud et Taiwan, ce qui montre clairement que Washington utilise la menace alléguée de l’Iran et la Corée du Nord comme un prétexte pour cibler la Chine et la Russie.
    Un expert informé est convaincu que la Chine, qui n’a pris aucune mesure sur la question jusqu’ici, commence à comprendre le niveau de danger posé par le nouveau système.
    L’analyse par la Russie de la situation est semblable à la vue de l’Iran, qui a été exprimée lors de la visite récente du secrétaire du Conseil de sécurité russe Nikolaï Patrouchev à Téhéran.
    Par conséquent, il semble que les trois pays ont réalisé que le temps est venu de commencer sérieusement les discussions sur le plan.
    Certaines sources affirment Dmitri Rogozine, l’ambassadeur russe à l’OTAN, qui doit se rendre en Iran avant la fin de Septembre, va probablement tenir des discussions sur le plan opérationnel avec des responsables iraniens.
    Selon RIA Novosti, Rogozin va discuter de «questions stratégiques» à Téhéran.
    Les experts militaires sont d’avis que, puisque l’Iran, la Russie et la Chine ont fait de grands progrès dans la conception de systèmes de défense anti-aérienne, la construction d’un tel système de bouclier antimissile ne sera pas une tâche difficile pour eux.

    Sources:
    http://www.tehrantimes.com/index.php/politics/2888-iran-russia-china-mulling-joint-missile-shield- Teheran Times,
    http://www.blacklistednews.com/%E2%80%98Iran%2C_Russia%2C_China_mulling_joint_missile_shield%E2%80%99/15878/0/38/38/Y/M.html