L’anarchie! le plus parfait des système…

Voilà qui en dit long sur la capacité de l’humanoïde primaire à l’auto-discipline….. Prenez note messieurs les législateurs, on pourrait penser que trop de lois tuent la loi!!

Vivre sans feux rouges, c’est possible !
La Suisse vient d’expérimenter l’anarchie routière….

De mémoire de Lausannois, on n’avait jamais vu ça. Ce mercredi 7 septembre, entre 7h45 et 8h50 du matin, une quinzaine de jours après la rentrée des classes, en pleine semaine et à l’heure de pointe, il n’y avait pratiquement aucun bouchon dans la capitale vaudoise. Selon Georges-Marie Bécherraz, qui rapporte l’événement pour 24heures.ch, « le trafic s’est écoulé avec une fluidité comme on n’en voit que le dimanche à une heure pareille de la journée ». L’origine de ce petit miracle ? Eh bien tout simplement une panne d’électricité qui a rendu les feux de circulation inopérants dans une bonne partie du centre-ville. Pendant un peu plus d’une heure, la circulation de Lausanne n’était plus régulée ; c’était, à proprement parler, l’anarchie.   

On aurait pu s’attendre à un embouteillage monstre, à de la tôle froissée et à quelques solides empoignades entre Helvètes exaspérés mais rien de tout cela ne s’est produit : la circulation a rarement été aussi fluide, on n’a pas déploré le moindre accrochage et tout s’est passé dans la bonne humeur.

Ce que nos voisins vaudois ont vécu est une expérience de coopération sociale. Et ce qui fait toute la valeur de cette expérience, c’est qu’elle n’avait été prévue ou voulue par personne et qu’elle s’est déroulée dans une ville de taille tout à fait respectable. Et ça a marché ! Pendant une grosse heure, l’anarchie routière a créé une circulation fluide, sûre et fondée sur la seule bonne volonté des automobilistes.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, l’idée selon laquelle une absence quasi-totale de règlementation routière serait supérieure à notre arsenal législatif actuel n’est pas vraiment nouvelle. Depuis des années déjà, des gens tout à fait sérieux défendent cette idée. Hans Monderman, ingénieur de la circulation hollandais, a même eu l’occasion de la tester en grandeur nature dans la petite ville de Drachten aux Pays-Bas. Bilan des courses : non seulement la circulation est parfaitement fluide mais le nombre d’accidents constatés dans les rues de Drachten a été divisé par quatre depuis que l’anarchie1 y règne ; piétons, cyclistes et automobilistes y vivent en harmonie, sans signalisation ni voies réservées. Depuis, plusieurs villes du nord de l’Europe s’y sont mises. Au point que le maire de Londres semble depuis quelques temps, séduit par l’idée.

Le fait est là : partout où l’expérience a été tentée, la coopération sociale spontanée s’est révélée plus efficiente et plus sûre que les systèmes codifiés et coercitifs qui dominent aujourd’hui. Sachant qu’ils ne sont plus protégés par la signalisation, les gens roulent plus prudemment, restent attentifs à leur environnement, se montrent volontiers plus courtois et abandonnent les comportements dangereux induits par la signalisation elle-même2. En l’absence de passages piétons et de pistes cyclables, une nouvelle hiérarchie émerge dans laquelle les usagers les plus fragiles sont prioritaires sans pour autant abuser de cette position. D’un système fondé sur une régulation arbitraire du trafic, on passe ainsi à une autogestion infiniment plus souple, qui s’adapte d’elle-même au cas par cas et ne repose plus sur la contrainte mais l’intérêt bien compris de tous.

C’est en tout cas ce que semble en avoir retenu M. Matthey, le chef du Service lausannois des routes et de la mobilité, qui envisage la possibilité de reconduire l’expérience en le faisant exprès cette fois-ci. Il est amusant d’imaginer la réaction d’un élu local si quelqu’un avait l’idée saugrenue de lui proposer de laisser ses administrés s’administrer eux-mêmes : « Laisser les gens faire ? Mais vous n’y songez pas malheureux ! Ce serait l’anarchie ! ».

causeur

Partagé avec Mahamudra et l’Eveil2011

16 commentaires

  • pokefric pokefric

    sans compté les économies d’électricité

  • DELAUDE

    Contrairement à ce que beaucoup de monde croit et à l’image fausse que l’anarchie a, c’ est lun système  évolué.
    L’anarchie (du grec αναρχία / anarkhia, composé de an, préfixe privatif : absence de, et arkhê, commandement, ou « ce qui est premier ») désigne la situation d’une société où il n’existe pas de chef, pas d’autorité unique. Il peut exister une organisation, un pouvoir politique ou même plusieurs, mais pas de domination unique ayant un caractère coercitif. L’anarchie peut, étymologiquement, également être expliquée comme le refus de tout principe premier, de toute cause première, et comme revendication de la multiplicité face à l’unicité. Son symbole se traduit par un A inscrit dans un O. (Wikipédia)
    Elle n’est possible qu’entre personnes d’un haut niveau de conscience et très responsabilisées puisqu’il s’agit d’un contrat plus ou moins tacite entre personnes honnêtes, loyales et préoccupées avant tout du bien commun…
    Ce n’est pas demain la veille !!!!

    • zaza

      L’anarchie, disait Reclus, c’est la plus haute expression de l’ordre! C’est pas un ordre imposé, c’est un ordre qui est réfléchie par l’intelligence de tous les hommes! Ce n’est pas quelque chose qu’on accepte sous la menace, c’est quelque chose qu’on accepte sur la raison!

      Maurice Joyeux

      Partout où il y aura le pouvoir des uns sur les autres, il n’y aura pas de liberté mais l’oppression des uns sur les autres. C’est pourquoi le pouvoir doit être détruit.

      Léon Tolstoi.

      C’est que le pouvoir est maudit et c’est pour cela que je suis anarchiste.

      Louise Michel.

  • Fantômette Fantômette

    J’habite une ville de plus de 5000 habitants et nous n’avons jamais eu aucun feu rouge, c’est même le cheval de bataille de nos administrés (pour une fois que l’idée est bonne) :mrgreen:
    jusqu’ici tout va bien, on est plutôt content 8)

  • breizhjoker breizhjoker

    Mouais, mais les Suisses sont extrêmement disciplinés par rapport à nous …
    Dans les grandes villes française ce serait un bordel sans nom …

  • plok

    Les appuis historiques du mouvement libertaire sont portés par plusieurs expériences, comme la Commune de Paris, les makhnovistes et la révolution espagnole, qui ont eu lieu en période de guerres. Par ailleurs, d’autres expériences comme La Ruche de Sébastien Faure ou la Cécilia n’ont pas duré de longues années ; d’autres encore n’ont rassemblé qu’un petit nombre de personnes (Bonaventure).
    C’est la société idéale par excellence : liberté totale fondée sur le respect des autres, le partage, l’entraide, etc … Mais il est extremement difficile de faire passer les idées anars de nos jours tant que la population sera autant formatée et manipulée. ( on le voit dans le terme meme  » anarchie  » qui est aujourd’hui synonyme de  » bordel  » )
    Mais ne désespérons pas . Si le spirituel vient un jour a surpasser le matériel ….

  • Frank

    Je vis dans une petite ville (Alger) ou les feux (même allumés) ne sont pas respectés, ça fonctionne très bien.
    Les lignes blanches, on les coupe sans problème, sur une route à 2 voies, il y passe 4 voitures (sans accrochage lol), tout comme ça….
    Certes il y a des accidents et des bouchons monstres, mais plus souvent sur les autoroutes que dans la ville.
    Je pense surtout qu’ils ne sauraient plus conduire avec un code de la route français ou suisse.
    Comme on dit, TIA.

    • voltigeur voltigeur

      Il suffit de regarder son voisin comme un partenaire, pas comme un concurrent.
      A partir du moment où il y a partage et considération pour les autres, ça se passe bien.
      Tout le monde gagne ….. Mais c’est un concept qui est montré comme bordélique..
      Donc! toute une éducation à revoir!! :)

  • il y a là, je trouve, une certaine similitude que l’on peut noter avec la crise argentine de 2001 quand les banques ont fermés, bloquant théoriquement tout échange possible et que les gens ont appris à s’organiser sans elles.
    c’est face à l’adversité que l’on se révèle, dans le pire comme dans le meilleur, le meilleur étant bien plus avantageux, même pour les pires d’entre nous, nous avons toutes les raisons d’être optimiste.
    sauf bien sûr fukushima, irak, palestine, afghanistan, lybie entre autres exactions dont nous finirons par payer les pots cassés si nous ne réagissons pas à temps …
    +1.000 pour cette petite réhabilitation de l’anarchie qui à toute mon affection, surtout teinté de rouge ;)

  • Flavien

    En France et peut être ailleurs en Europe, chacun pense que son voisin n’est pas capable de discipline, d’engagement, de volontarisme, etc… donc ont élabore des lois, des règlements, des procédés, des codes…
    Aujourd’hui notre modèle démocratique semble paralysé par les lobbys et autres forces « obscures » (dans le sens pas toujours claire et transparent), ce qui promet in fine l’effondrement du système (au dire de certain).
    Cette petite expérience nous montre par analogie que l’éventuelle effondrement du système pourrait finalement nous apporter l’anarchie au vrais sens du terme… ça donne envie d’y être :-)
     

    • voltigeur voltigeur

      S’il y a respect d’autrui (rien à voir avec les truies! ;) ) adaptation et concensus, et
      qu’on doit lui donner le nom d’anarchie! ça ne tient qu’à nous d’y être et de mettre en application.
      C’est possible?? :) :)

  • mémé

    Jamais perdre la foi dans l’humain!

  • ratgana

    L’inflation des lois, vaste sujet qui démontre bien l’incompétence des parlementaires et autres politiques business. 
    L’anarchie et l’autogestion, autre vaste sujet. Entre l’intérêt général et l’intérêt perso, son coeur balance. 
    S’organiser et lutter. Ne pas avoir peur du vide. Communiquer en argumentant par des faits concrets. Education des plus jeunes à la non concurrence, au refus de la soumission légitime. L’anarchie c’est toi et moi ici et maintenant.

  • Linex

    « La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres »  :P