Sarkozy : «Si jamais j’étais candidat…»

Séquence humour avec ce « si » de Sarkozy! S’il était candidat? Et s’il était vraiment un bon président pour commencer? Cela serait un début non? Quand aux propos tenus dans son spitch, tout un roman:

  • « Si jamais j’étais candidat, je ne le serais qu’après avoir fait mon devoir de protection des Français » (permettez moi de m’étouffer…)
  • «Depuis Lawrence d’Arabie, jamais un pays occidental n’avait tendu la main à la rue arabe» (celle là fallait oser quand même!)
  • Il s’est surtout félicité de la résistance de la France, alors que les États-Unis «ont mis un genou à terre». «La France, malgré les 35 heures, Lionel Jospin, la retraite à 60 ans, un appareil syndical ouvert, une fascination pour le marxisme, est le pays qui a résisté le mieux à la tempête» (Petit rappel, juste pour la forme: un article du blog qui en dit déjà beaucoup trop… mais également cette magnifique vidéo!)
  • «Si on ne fait rien, c’est la catastrophe, si on fait plus, c’est la récession», a-t-il résumé, en demandant à sa majorité de «protéger les classes moyennes et les cadres». «N’allez pas trop loin dans ce qui frappera dans le cœur de notre électorat», a-t-il prévenu. (Mais…..Et le français de base? Le chômeur? l’ouvrier smicard? On s’en fout alors? Ben oui, là c’est clair!)
  • «Je ne sais pas si vous mesurez ce qui a été accompli.» Conclusion aux accents évangéliques: «Je suis un semeur qui laboure et qui sème. On verra à l’arrivée.» (Pour labourer, on est au courant, Carla est enceinte et on se fait sodomiser en beauté, pour la semence, je passe, évitons la vulgarité, quand à l’arrivée, le mur est proche, mais comme ça fait longtemps que je me suis pas mangé de plein fouet du crépi… )
«Une élection, c'est toujours difficile. C'est toujoursle miracle d'une rencontre entre la réflexion et le désir. Une réélection, c'est extrêmement difficile aussi. Ça n'obéit pas au même calendrier, au même désir, à la même stratégie», a déclaré, mercredi, Nicolas Sarkozy .
«Une élection, c’est toujours difficile. C’est toujoursle miracle d’une rencontre entre la réflexion et le désir. Une réélection, c’est extrêmement difficile aussi. Ça n’obéit pas au même calendrier, au même désir, à la même stratégie», a déclaré, mercredi, Nicolas Sarkozy . Crédits photo : MIGUEL MEDINA/AFP

«Si jamais j’étais candidat…» Devant les députés UMP qu’il recevait mercredi à l’Élysée, Nicolas Sarkozy a évoqué la présidentielle en faisant à peine mystère de ses intentions. «Une élection, c’est toujours difficile, a-t-il lancé. C’est toujours le miracle d’une rencontre entre la réflexion et le désir. Une réélection, c’est extrêmement difficile aussi. Ça n’obéit pas au même calendrier, au même désir, à la même stratégie.» Afin de calmer l’impatience de ceux qui voudraient le voir accélérer le tempo d’une déclaration de candidature, le président a appelé au «sang-froid, à l’unité, à la réflexion». «Chaque chose en son temps, a-t-il ajouté. On consolide et ça se décante. (…) Si jamais j’étais candidat, je ne le serais qu’après avoir fait mon devoir de protection des Français.» Et d’ajouter: «Dans ma tête, c’est précis, calme et réfléchi.»

Plusieurs chantiers pour l’après-2012

Tout en jurant paradoxalement qu’il n’avait «pas une minute pour penser à la campagne», Sarkozy s’est surtout décrit comme un président au travail, concentré sur les grands enjeux. «Claude Guéant mène une politique sur le terrain qui me protège et ne m’oblige pas à intervenir», a-t-il confié, dévoilant sa stratégie de représentialisation. En réponse à un élu qui se plaignait de la presse, il s’est voulu magnanime: «Pester contre la presse est un exercice classique qui ne sert à rien. Les Français ont tellement vu de communication politique que tout ce qui sera perçu comme une communication de ma part sera mal vécu.» Selon une source élyséenne, le président ne se rendrait pas tout de suite en Libye, afin d’éviter de se voir reprocher d’instrumentaliser la victoire des insurgés. «Depuis Lawrence d’Arabie, jamais un pays occidental n’avait tendu la main à la rue arabe», s’est-il néanmoins félicité sans rire.

Le président a commencé la séance par un long propos liminaire, exposant sa vision de la crise. Il a appelé une nouvelle fois à la refondation du capitalisme et à la refonte de la «politique du libre-échange». Il s’est surtout félicité de la résistance de la France, alors que les États-Unis «ont mis un genou à terre». «La France, malgré les 35 heures, Lionel Jospin, la retraite à 60 ans, un appareil syndical ouvert, une fascination pour le marxisme, est le pays qui a résisté le mieux à la tempête», a-t-il taclé. Le chef de l’État a également défendu le plan d’économies de François Fillon, tout en récusant le mot «rigueur». Alors que certains l’appellent à taxer davantage les plus riches, il a indiqué que si le plan est respecté «à l’euro près», il n’est «pas question d’aller plus loin»: «Si on ne fait rien, c’est la catastrophe, si on fait plus, c’est la récession», a-t-il résumé, en demandant à sa majorité de «protéger les classes moyennes et les cadres». «N’allez pas trop loin dans ce qui frappera dans le cœur de notre électorat», a-t-il prévenu.

Alors que la perspective d’un congrès destiné à entériner la règle d’or paraît s’éloigner, Sarkozy a vanté le dispositif, tout en continuant d’entretenir le flou sur ses intentions. «Pourquoi voudriez-vous que j’annonce (ce que je ferai) avant que François Fillon mène l’effort de pédagogie? Laissons-le faire ses consultations et voyons ensuite où on en sera du rapport de force politique. Ce sont des choses qui se digèrent à la vitesse de la démocratie.» Le président a évoqué aussi plusieurs chantiers pour l’après-2012: le financement du modèle social ou la TVA sociale…

Le chef de l’État est revenu enfin sur la rentrée politique de l’UMP, à Marseille, qu’il a qualifiée de «très bon moment, à quelques exceptions près». Il a félicité Bruno Le Maire, dont la présentation du projet a été critiquée. «J’aime les gens qui ont des idées. Je n’aime pas le vide sidéral, a lancé le président. Le moment venu, celui qui sera candidat proposera quelques projets adaptés et signifiants.» À la peine dans les sondages, le chef de l’État a conclu sur un satisfecit: «Je ne sais pas si vous mesurez ce qui a été accompli.» Conclusion aux accents évangéliques: «Je suis un semeur qui laboure et qui sème. On verra à l’arrivée.»

Source: lefigaro.fr

12 commentaires

  • lacolombe

    « Si jamais j’étais candidat, je ne le serais qu’après avoir fait mon devoir de protection des Français » …. J’ai lu cette phrase, j’ai tout de suite compris qu’il s’agissait d’un article humoristique bien joué les moutons !  :D

  • viking

    SVP, prenez le temps de trouver sur le site : Neworder 2012 comment et grâce à qui ? est arrivé Sarkozette (Bébétte Show) au commandes !!!

    Donnez vos commentaires Ici, SVP pour que les moutons se marrent !!!   

    Du bouversifiant ? ou du stupéfiant…..   Pernod Ricard par l’intermédiaire de son  célèbre vendeurs d’anisette l’Ancien salopard du SAC : Pasqua, serait mouillé dans la French Connection avec la bénédiction de la CIA…..

    Sur Abidjan.net : site pro Bagbo sur une icone de la taille d’un grand timbre poste horizontal : France Afrique……………. vous allez apprendre toutes les combines de Elf en Afrique, Elf était une entreprise de trafic d’arme, le pétrole accessoire = couverture  : Ex le biafra (organisé via la Cote d’ivoire) pour mettre la main sur l’uranium au Niger…
    Allez y avec du temps vous en avez pour 10 ou 20 pages de révélation avec des noms des chiffres, des dates, des volumes d’armes…. 

    SVP certain peuvent-il faire des liens pour en faire profiter le maximum de monde ? je ne sais pas faire cela, il me faut un cours, voir des cours…..

    • Shiva United

      Effectivement j’aime la France seulement géographiquement , car remplis de collabos , de marchands d’armes et d’hypocrisie , faudrait se réveiller les moutons , croire que vous allez résoudre vos problèmes politiquement est une erreur fatale et voulue , désobéissance civile , pour commencer je pari que la plupart des lecteurs sont indignés mais payent leurs impôts à la première somation .  :roll:

      • Antoine

        La désobéissance « civile » il y a des moyens discrets pour la pratiquer :wink: , certaines actions pouvant même être considérées très grave à la limite du « terrorisme » dans certaines régions du globe.
        Pour les impôts essaie de ne pas payer, tu seras saisi très rapidement et tu comprendras que les services fiscaux sont l’un des services les plus puissants et contraignants (une machine à broyer!) de l’État!

      • bibi

        quand les routiers bloquent la france + de 2 jours c’est la panique et on casse le blocus à coup de CRS… les manifs d’une journée ca sert à rien mais si la masse reste chez elle 1 semaine ou 2… la les CRS ne servent à rien! :wink:

    • Quelque chose me dit que tu nous parles de cela: http://fredzkl.fr/blog2012/?p=2214

      Pour les liens, tu cliques-droit sur la souri et laisse le boutons enfoncé au début de l’adresse jusqu’à la fin (ou du texte), et tu relâches le bouton, tout va être surligné. Clic gauche avec la souris pour ouvrir le menu et choisir « copier ». Ensuite tu vas sur la page ou tu veux copier le texte, dans la zone pour rentrer le-dit texte, clic gauche sur la souris et choisir « coller ». Windows c’est très simple avec la souris, il y a deux boutons, le bouton droit dit toujours oui, le gauche t’explique ce que tu as la possibilité de faire.

    • voltigeur voltigeur

      Pour faire un lien, tu copies l’adresse de la page, tout en haut http://www etc…. tu clic
      avec le bouton gauche de la souris, quand c’est en bleu, tu clic avec le bouton droit et tu choisis COPIER
      et quand tu as écrit ton message du refais clic droit et tu choisis COLLER voili voilou ;)

  • Antoine

    « Si jamais j’étais candidat »
    Ben casse-toi pauv’ con (c)

    • viking

      bravo, j’ai ai bien ri, merci,

      J’aime bien rire avec de tel propos…. encore

      Sur neworder2012 pour l’élection de Sarkozette, la mafia Corse, la french connection, le SAC : Pasqua …c’est dans la rubrique sur la droite : Histoire

  • pokefric pokefric

    «J’aime les gens qui ont des idées , celle d’enfoncer un peu plus chaque jour les Français dans leurs vie quotidienne ?
    Faire massacrer les innocents ….

  • Niaouli

    J’ai le regret de vous annoncer qu’il sera à nouveau élu. En effet avec la Lybie il a fait plaisir à beaucoup d’entreprises françaises (plus de 400 se sont réunis pour fêter ça et se partager le gateau : http://www.usinenouvelle.com/article/la-france-prepare-son-offensive-sur-le-marche-libyen.N158186 ). Il est clair qu’avec ce « succès » sanglant ceux qui l’ont élu vont le réélire.