Dès le 20 du mois les français se serrent la ceinture

Coluche nous racontait sa jeunesse avec humour, je me souviens encore de cette formule: « Les fins de mois étaient durs, surtout les 30 derniers jours », et depuis? Rien n’a vraiment changé, la situation est toujours aussi délicate, elle tendrait même à s’empirer, et bien sur, c’est la grande découverte des médias en ce moment!

Des chèques à encaisser plus tard, des restaurants moins fréquentés, des visites chez le médecin décalées : les fins de mois sont difficiles… Une bonne raison pour profiter des soldes qui s’achèvent.

La stagnation des revenus et la montée du chômage conjuguées à l’envolée de la facture énergétique, des prix des produits alimentaires et des loyers ont mis à mal le pouvoir d’achat des Français.

La stagnation des revenus et la montée du chômage conjuguées à l’envolée de la facture énergétique, des prix des produits alimentaires et des loyers ont mis à mal le pouvoir d’achat des Français.

Les fins de mois difficiles commencent le… 20 pour beaucoup de Français. Dès la seconde quinzaine du mois, ils sont en effet de plus en plus nombreux à alléger leur chariot dans les supermarchés, à se priver de dessert au restaurant et même à reporter au mois suivant leur visite chez le médecin. « La fréquentation de nos boutiques solidaires où les ménages modestes peuvent trouver, grâce aux dons des particuliers, de quoi s’habiller et se nourrir à des prix très bas augmente en fin de mois », reconnaît François Soulage, le président du Secours catholique.

Ce phénomène n’est pas nouveau mais il s’est aggravé avec la crise de 2008. Il est vrai qu’en 2010, pour la première fois depuis des années, le pouvoir d’achat des Français a baissé. La stagnation des revenus — ou pire pour certains salariés précaires — et la montée du chômage conjuguées à l’envolée de la facture énergétique, des prix des produits alimentaires et des loyers ont mis à mal l’objectif de Nicolas Sarkozy consistant à faire de la défense du pouvoir d’achat l’axe majeur de son mandat. « Dans les supermarchés et les hypermarchés, les clients ne remplissent plus qu’un chariot en début de mois. On a constaté aussi dans les deux dernières semaines que les paiements en espèces étaient plus fréquents, ce qui correspond à des volumes de courses moins élevés », souligne Mike Hadjadj, de Wincor Nixdorf, une société de gestion des paiements en espèces.

Plus grave, certains se voient contraints de retarder les dépenses qui touchent à leur santé. Les médecins remarquent ainsi une tendance croissante à repousser l’accès aux soins en début de mois, lorsque les patients ont perçu leur salaire. Parfois même, ils attendent de cumuler plusieurs pathologies avant de consulter.
Autre conséquence de « l’effet 20 » : les Français, soucieux de ne pas tomber dans le rouge, privilégient les paiements différés comme la carte bleue, ou alors demandent expressément à ce que leur chèque soit encaissé au début du mois suivant. La paie sera alors tombée; de quoi soulager les porte-monnaie… momentanément.

Source: leparisien.fr

14 commentaires

  • pm

    des le 20, vous etes genereux, ceux qui m’entourent dans la vie de tous les jours me disent bien que le 5 du mois on est a sec, peut etre celui qui gagne au dela de 2000 euros mensuel oui et encore, a revoir votre article

    • Je t’arrête tout de suite, je rapporte l’info je n’en suis pas l’auteur! Je me suis déjà retrouvé à découvert le 30 ou 31 alors que ma paie tombe le généralement le 25, je suis smicard avant tout.

  • mani

    Hello Benji,

    « Je me suis déjà retrouvé à découvert le 30 ou 31 alors que ma paie tombe le généralement le 25, je suis smicard avant tout…. ».

    alors imagine une personne au rsa.

  • pm

    A BENJI

    je suis aussi smicard, et le 5 gros maxi je suis en rouge  a la  banque.

  • candide

    Bof !Ca me rappelle les présidentielles, quand une mère de famille a interpellé Ségolène Royal, informant que le 20 du mois, elle n’avait plus rien à donner à manger à ses marmots. Plus rien = plus rien. Croyez moi.Qui lui a aussi demandé, pourquoi elle ne s’occupait pas des femmes -« d’ici »-. Plutôt que des autres des autres pays.Les médias sont de gôôôcheu ! Ils préparent simplement les présidentielles en cherchant à récupérer la situation pour leur pot de caviar.Ne rêvez pas !

  • Aset

    no comment
    ca me gonfle ,cette hypocrisie du nombrilisme de l’état … et des societes de credit virtuelle ainsi que l’approche des banques a proposer des découverts ainsi les gens sont pris a la gorge et ils se frottent les mains !!!! pffff

  • cib12bzh

    Mais un smicard aujourd’hui ça vie chez ses parents non? Ou bien en commnauté? 8O

    • candide

      Je sais pas où vivent les smicards. J’ai la chance d’avoir travaillé et d’avoir pu me payer un lopin avec une cabane. Sinon je serais à la rue. Dans mon malheur, j’ai une chance extraordinaire. Je ne sais pas comment d’autres font.

  • cib12bzh

    Comment prendre les banques à la gorge alors? Retirez toute vos économies ou la quasi totalité comme B.Poolevord ou Cantona l’avait si bien proposé mais les mutons ça n’a pas de couilles!

  • peyote

    pareil…des le 5 c est foutu…heuresement que j ai le rsa et les apl pour payer le loyer et le courant…apres ca il me reste 10 a 20 balles pour le mois…mais bon je m y fait…

  • peyote

    heureusement que je suis débrouillard…pour l instant du moins…

    • candide

      Ce qui n’est pas normal, c’est d’avoir à devenir débrouillard pour pouvoir survivre. Certains s’inquiètent : que si on continue comme ça, notre niveau de vie sera égal à celui des -« PVD »-. J’ai l’impression que beaucoup d’entre nous, en sont déjà là. Personne ne semble s’en formaliser.

  • jerome

    Profitez en depuis le 17 juillet c’est votre fric et pas celui de nicolas. Cette année on a travaillé pour l’état jusqu’au 17 juillet en 2009 c’était jusqu’au 15 juillet ça doit être ça la croissance…

  • BARJABUL

    Justement, le problême vient du SMIC !! Le SMIC sert de caneva de base pour garantir un minimum vital au salarié !! Mais les patronats, les syndicats et l’état l’ont érigés en dogme !! Lorsque vous discutez avec un gérant de pme, il vous dit clairement qu’il souhaite vraiment augmenter les salaires, mais aprés un passage chez son comptable, il est vite refroidit car les charges sont trop forte : augmenter d’un euro le salaire horaire d’un salarié ( pas de quoi acheter du caviar) équivaut à une augmentation de charges globale de 3648 euros brute annuel !! Je sais de quoi je parle !! Toute augmentation, primes, etc et hop un coup de bambou !!! Dans le 90, un gérant sympa à préter 3500 euros à un de ses salarié, qui allait se faire viré de son apparte; il s’est fait redressé par le FISC !!!