La fille de Kadhafi témoigne sur France2

Petite séquence tirée du journal télévisé de France 2 avec Aicha Kadhafi qui témoigne de la situation. J’ai beaucoup apprécié le passage concernant notre président mister Sarkozy!

http://www.dailymotion.com/video/xjmoki_interview-d-aicha-kadhafi-sur-france2-30-06-2011_news

10 commentaires

  • Docteur X

    Y’a un truc de très bizarre,
    1/ la fille de Kadhafi sur france2 avec de sacrées accusations sur Sarko,
    2/ les otages libérés un peu trop tôt, alors que c’était l’atout majeur de Sarko,
    3/ DSK bientôt libéré…
    Tout ça en 24H !
    Et sarko qui se fait tout petit (si c’est possible) dans les merdias alors que ce n’est vraiment pas son habitude.
    Le point commun de tout ça c’est Sarko !
    A mon avis Sarko s’est fait chopper les c…… et il est obligé de desserer ses griffes.
    Le pouvoir avec un grand P aurait-il changé de main ?

  • anonyme

    moi, ce que je trouve bizarre ….. c’est que cette femme dit avoir étudié en France, avoir aimé la France…. alors pourquoi ne s’exprime t elle pas en français avec des journalistes français sur une chaine française ?????

  • Les F-16 Belges ont largué 202 bombes en Libye.
    © afp Les six chasseurs-bombardiers F-16 Belges engagés dans l’opération « Unified Protector » de l’Otan en Libye ont largué 202 bombes à guidage de précision depuis la fin mars, a indiqué mercredi le ministre de la Défense, Pieter De Crem, en commission de la Chambre.
    Cinquante-sept de ces bombes étaient guidés par laser, les autres (145, donc) l’étaient par GPS – soit par guidage satellitaire, a précisé M. De Crem (CD&V) en réponse à une question de la députée Karolien Grosemans (N-VA), en citant des chiffres datant du lundi 27 juin.
    Il n’a donné aucune précision sur les objectifs visés.
    Les F-16 belges opèrent depuis la base aérienne d’Araxos (sud-ouest de la Grèce) Ils se sont limités durant les premiers jours du conflit à des patrouilles aériennes, également destinées à faire respecter l’embargo sur les armes à destination de la Libye décrété par les Nations-Unies.
    Ils ont entamé les opérations offensives le dimanche 27 mars, d’abord dans le cadre d’une coalition internationale, puis depuis le 31 mars dernier sous le commandement de l’OTAN, qui a pris en charge le commandement de l’ensemble des militaires en Libye sous le nom d’opération Unified Protector ». 7sur7.be – (Belga) 29/06/2011.
    Lire aussi :
    – La France a parachuté des armes aux rebelles lybiens.
    – « Kadhafi doit être jugé mais ce n’est pas à l’Otan de l’arrêter ».
    – « Le régime Kadhafi continue à utiliser des civils comme boucliers humains ».
    – le dossier complet : Révolution dans les pays Arabes.

    • nucleargarden

      La Belgique (qui n’existe plus, car sans gouvernement depuis 2007, malgré ce que certains prétendent) entre en guerre (Unified Protector, hum !) avec la Libye, alors qu’elle à fourni, il y a quelques mois, des armes à Kadhafi, cela avait d’ailleurs défrayé la chronique à l’époque !
      Tout ceci prouve bien que les belges sont complètement sous tutelle OTAN et que ce sont les USA qui donnent les ordres, et dire qu’il y reste une bande d’enfoirés qui croient encore en l’unité du pays comme avant guerre ??!!
      L’union fait la force, telle est la devise de ce peuple qui ne se rend pas compte qu’il n’existe plus ?!
      Triste à mourir, je pige plus !!

  • Aïcha KADHAFI a un Doctorat : elle est AVOCATE – 7 frères.
    Elle a perdu un bébé tué(e) dans les bombardements de l’O.T.A.N. et aussi
    son plus jeune frère de 29 ans et l’épouse du frère et 3 petits-enfants du LEADER, tués.

    LIBYE : la RUSSIE et l’O.T.A.N. ne parviennent pas à régler leurs différends.
    Le président russe Dmitri Medvedev (d) et le secrétaire général de l’Otan Anders Fogh Rasmussen lors d’une réunion à Sotchi le 4 juillet 2011 © AFP Mikhail Mordasov
    Le président russe Dmitri Medevedev et son homologue sud-africain Jacob Zuma à Sotchi le
    4 juillet 2011 © AFP Vladimir Rodionov

    SOTCHI (Russie) – La Russie et l’Otan ne sont pas parvenues lundi à régler leurs différends sur les bombardements de l’Otan en Libye, à l’issue d’une réunion du conseil Russie-Otan à laquelle a participé le président sud-africain, partisan, comme Moscou, d’une solution pacifique.
    « Pour le moment, nous n’avons pas la même vision que l’Otan sur la manière de mettre en oeuvre cette Résolution », a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, lors d’une Conférence de presse, en évoquant la Résolution 1973 qui a autorisé le recours à la force en Libye.
    M. Lavrov et le président russe Dmitri Medvedev ont participé à Sotchi, sur les bords de la Mer Noire, à une réunion du Conseil Russie – Otan au niveau des représentants permanents, avec le secrétaire général de l’Alliance Anders Fogh Rasmussen et les ambassadeurs des 28 Etats membres de l’organisation.
    A l’Otan, « ils ont une opinion différente, selon laquelle la Résolution 1973 permet à n’importe qui de faire n’importe quoi », a renchéri M. Lavrov, faisant notamment référence à la livraison par la
    FRANCE d’armes aux rebelles libyens.
    La Russie n’avait pas fait usage de son Droit de veto mais s’était abstenue en février au Conseil de sécurité concernant la Résolution 1973.
    Moscou a, ensuite, rapidement dénoncé l’interprétation faite par l’Otan de cette Résolution.
    Signe que les divergences restent entières, M. Rasmussen a estimé de son côté que « jusqu’à présent », la Résolution a été mise en oeuvre « avec succès » et a souligné que la livraison d’armes entrait dans le cadre de la Résolution.
    A Tripoli, le vice-ministre des Affaires étrangères, Khaled Kaaïm, a annoncé lundi à la presse l’interception à Zanzour, à 30 kilomètres à l’ouest de Tripoli, de deux embarcations transportant
    des armes en provenance du Qatar et destinées à la rébellion.
    Le Président sud-africain Jacob ZUMA, partisan comme Moscou d’une Résolution pacifique du conflit, a également participé aux entretiens de Sotchi, a précisé M. Lavrov.
    Plus tôt dans la journée, il s’était entretenu avec M. Medvedev et les deux hommes avaient affiché leur volonté de faire entendre leur voix auprès de l’Otan.
    « J’aimerais que (les représentants de l’Otan) entendent, à la fois de ma part et peut-être de la vôtre, Monsieur le Président (ZUMA), ce qui se passe dans ce pays », la Libye, avait déclaré le président russe. Les deux pays cherchent à jouer un rôle de médiateur dans le conflit. La semaine dernière, l’Union Africaine a adopté un texte qui doit servir de base à des négociations futures entre les parties libyennes. Ce texte prévoit d’écarter le colonel Mouammar Kadhafi des négociations, tout en refusant d’appliquer le mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) contre le dirigeant libyen pour crimes contre l’humanité.
    En outre, le document n’appelle pas explicitement le Colonel Kadhafi à céder le Pouvoir. Il prévoit par ailleurs le déploiement d’une « Force de maintien de la Paix ».
    Les rebelles ont rejeté dimanche cet Accord-cadre car il « n’inclut pas le départ de Kadhafi, de ses fils et de son Cercle rapproché », a expliqué Abdel Hafiz Ghoga, un de leurs porte-parole.
    Le Colonel Kadhafi, au Pouvoir depuis 41 ans, répète qu’il ne cèdera pas à la pression militaro-diplomatique.
    Son fils aîné, Mohamed Kadhafi a, de surcroît, accusé des pays Occidentaux d’avoir envoyé des Commandos à Tripoli pour « éliminer physiquement » le Colonel, selon le Président Russe de la Fédération internationale des échecs (Fide), Kirsan Ilioumjinov, en visite en Libye, cité par
    l’Agence de presse Russe Interfax.
    Lundi, quatre rebelles ont été tués par des roquettes à sous-munitions, d’après des sources médicales à Misrata, à 200 kilomètres à l’est de Tripoli.
    Par ailleurs, des quartiers résidentiels de cette ville ont été touchés par des roquettes lancées par
    les Forces de Mouammar Kadhafi, selon le site des rebelles à Misrata.
    Romandie News.ch – Mise à jour le 04/07/2011.