Areva: Anne Lauvergeon défend le nucléaire français……..

Elle a tout compris la madame, l’abandon du nucléaire par nos voisins, va booster la vente d’énergie dont ils vont avoir besoin, avant d’avoir d’autres sources……..Eux auront l’énergie même plus chère, et nous les emmerdes si  un accident survient. Comme l’expérience en la matière ne sert à que dalle, on repique au truc avec con-viction et  sans demander l’avis des vaches à lait que nous sommes. La plupart de nos centrales fonctionnent au MOX, n’oublions pas. Pourquoi ne pas faire un référendum pour savoir ce que nous voulons? Ils ont trop peur que comme les Allemands ou les Italiens et les Suisses nous soyons contre?? Je ne crois pas à ces emplois menacés par l’arrêt des centrales, quand on sait qu’il faut 30 ans pour les démanteler, TOUT EN NE SACHANT PAS QUOI FAIRE DES DECHETS!! les travailleurs du secteur ont leur avenir assuré. Nos enfants et petits enfants se débrouilleront avec les déchets, en espérant que les lieux de stockages soient aussi surs qu’on nous le dit!! Ne zappez pas l’histoire de la petite centrale de Brennilis en Bretagne, en fin d’article, c’est hallucinant……..

La présidente du directoire d'Areva, Anne Lauvergeon, lors d'une interview à Paris en mai 2011. GILLES BASSIGNAC/JDD/SIPA

Il n’est pas question pour elle que la France renonce à cette énergie…

Après l’accident à la centrale japonaise de Fukushima, le secteur du nucléaire est en crise. Plusieurs pays, de l’Allemagne à la Suisse, ont décidé de renoncer de cette énergie.

Mais pour la présidente du directoire d’Areva,  Anne Lauvergeon, il n’est pas question d’abandonner le nucléaire en France, a-t-elle expliqué dans un entretien publié mercredi par Les Echos.  

400.000 emplois directs

Tout d’abord car le secteur représente près de 400.000 emplois directs et près de 2% du PIB, selon des chiffres rendus publics mardi par le cabinet PricewaterHouseCoopers.

«C’est le troisième employeur derrière l’automobile et l’aéronautique et un poste d’exportation significatif. Imaginez notre déficit commercial sans le nucléaire!», a-t-elle constaté.

Davantage de sécurité

Anne Lauvergeon ne croit pas en outre à un «hiver nucléaire» mais à «la fin du nucléaire low cost, low safety qu’on nous vantait il y a encore peu de temps».

Elle reconnaît cependant que «nous allons devoir reconstruire la confiance». Et pour ce faire, elle appelle à «plus de sûreté et de sécurité», notamment grâce aux audits actuellement en cours dans de nombreux pays.

Deuxième mandat

La patronne d’Areva  ne craint pas non plus les conséquences pour son groupe des décisions de plusieurs pays d’abandonner cette énergie.

«Des pays plus grands que l’Allemagne comme la Chine ou les Etats-Unis ont confirmé leurs programmes nucléaires, de la même manière que l’Afrique du Sud, l’Inde, la Grande-Bretagne», a-t-elle rappelé.

Anne Lauvergeon a également réaffirmé sa volonté de briguer un nouveau mandat à la tête d’Areva, le sien arrivant à échéance à la fin du mois de juin. «Je crois avoir montré que j’étais attachée au développement d’un nucléaire qui répond aux plus hauts standards de sûreté, de sécurité et de transparence», a-t-elle affirmé.

E.M.
Source 20minutes
A moins qu’ils ne sachent tout bonnement pas, démanteler une centrale, ou qu’ils s’en fichent éperdument…..lisez !

EXTRAIT:

BRENNILIS : Le démantèlement des centrales nucléaires françaises est mal parti.
mercredi 13 avril 2011, par Gérard Borvon

Le chantier de démantèlement de la centrale nucléaire de Brennilis devait être un modèle du genre. Son démarrage avait donné lieu à moultes visites guidées.

En fait de modèle, c’est un extraordinaire et dangereux bricolage qu’ont découvert les agents de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) : fûts corrodés, déchets nucléaires mal enregistrés, locaux sensibles ouverts au tout-venant, taux de radioactivité sous-estimés…

Retour sur la vie, pleine de rebondissements, de cette centrale.

Brennilis : une toute petite centrale qui a très peu servi.

On garde de la Bretagne le souvenir de Plogoff et on oublie parfois que l’une des premières centrales nucléaires françaises a été implantée dans le Finistère : à Brennilis, au coeur des Monts d’Arrée.

Ouest-France – jeudi 12 juillet 2007 – Yannick Guérin

Brennilis : EDF se fait taper sur les doigts
Fûts de déchets radioactifs corrodés, radioactivité fortement sous-évaluée, erreurs de comptage, accuse un rapport du « gendarme » du nucléaire.

BREST. – Début juin, les militants du « Réseau sortir du nucléaire » ont obtenu de la justice l’arrêt du démantèlement de la centrale de Brennilis (Finistère). Voilà qu’ils viennent de dénicher un document plutôt embarrassant pour EDF. Il s’agit de la synthèse des constatations effectuées par des inspecteurs de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), à Brennilis, le 31 mai dernier. Rapport daté du 20 juin et mis en ligne, mardi, sur le site de l’ASN.

Qu’ont vu les inspecteurs ? Des fûts, contenant des déchets radioactifs produits en 2004 et 2005, « présentent des signes de corrosion externe assez prononcée ». La comptabilité du nombre de colis, des tonnages de déchets entreposés ou évacués, semblait très approximative. L’ASN est même très sévère sur ce point. Elle note une « incohérence totale » des données chiffrées.

Plus inquiétant encore. Concernant l’activité radiologique de certains déchets tritiés (qui contiennent du tritium, considéré comme hautement toxique), l’ASN constate « une forte sous-évaluation, d’un facteur de 30 à 200 ».

Des documents accompagnant une expédition de déchets nucléaires « ne correspondaient pas au colis envoyé ». Cette « non-conformité » et cet « écart » – « deux fautes », dénoncent les antinucléaires – n’ont pas été déclarés à l’ASN… EDF, de son côté, estime que la recommandation de l’Autorité « ne concerne pas des écarts méritant une correction immédiate ».

Lire la suite de l’article de Gérard Borvon, qui raconte par le détail les péripéties de cette centrale Bretonne, le feuilleton continu……
Source SEAUS.FREE.FR

  • SuperBird

    Pourquoi Me Anne Lauvergeon ne va t elle pas elle même nettoyer les écurie d’Augias à Fukushima ???
    Après tout c’est son MOX qui empoisonne le Japon et la planète
    Qu’elle montre l’exemple , qu’Elle aille nettoyer Fukushima !!!!!
    Encore faut il qu’ AREVA en ai le courage …..!!!!!!

  • nucleargarden

    C’est très mal parti, nous sommes dans un tunnel étroit, pas moyen de reculer ni de faire demi-tour, il faudra continuer jusque la catastrophe finale car, quand on visionne l’aventure de démantèlement de la petite centrale de Brennilis qui s’avère en définitive impossible, ainsi que le problème de l’élimination des déchets, on se rend compte que c’est iirréalisable, Madame Lauvergeon le sait très bien, simplement, je voudrais voir ses fiches de paie en fin de mois, c’est gens sont simplement des criminels en puissance, car le risque est bien trop grand, la multiplication des centrales, multiplie en même temps les risques, honteux, il est bien trop facile de disposer ainsi de la santé, de la vie d’un peuple et de son environnement, je lui conseille un petit voyage touristique d’au moins 1 mois à Fukushima, elle aura ainsi le temps de baigner dans le jus qu’elle veut imposer et en reviendra certainement avec des idées différentes !!

  • Zorg

    Juste une petite précision: quand tu dis qu’il faut 30 ans pour décomissionner une centrale, c’est faux…

    Les travaux de démantellement de Brennilis ont commencé en 1985, il y a donc 26 ans.
    D’après mes informations, ils en sont à 50%, et personne ne sait encore comment s’attaquer à l’enceinte de confinement (voir les sites infonucleaire et Jp Petit).

    Donc, décomissionner une centrale (en fait un réacteur) demande au moins 50 ans, sans que l’on sache quoi faire du réacteur (enceinte et contenu, hors combustible)…

    FUK I a 4 réacteurs et les piscines à décomissionner. Auparavant il faut arriver à maîtriser la réaction de fusion du coeur (ne pas confondre: les centrales nucléaires utilisent une réaction de fission atomique).
    Il y a sur cette usine nucléaire 4 réacteurs à démanteler. Brennilis avait été arrêté proprement, et le combustible avait été retiré du réacteur.
    A FUK I, le combustible ne peut pas être retiré (fusion du coeur, ce qui a produit le « corium »), alors pour le démantellement, combien de temps?

    Ce n’est pas mon monde……

  • pm

    il reste un billet sur la derniere navette spatiale reservé pour elle, bien sur sans retour, cela va de soit,
    en guise de couette car il fait froid la haut, un chauffage au corium , lui servira bien

  • francine

    encore une malade..il me gonfle tous ces politiciens

  • ELLE EST FOLLE !!!!!!!!!!!!!!!!!! elle pas de gosses cette malade ??????????????????

  • nucleargarden

    Qu’on lui tape ou je pense un suppositoire au corium, elle pourra nous servir d’éclairage durant de nombreuses années, si nous parvenons à la maintenir en orbite ;-) !!

  • Ubuntu

    Oui il sont fous ces lobbyistes nombrilistes et ils nous le démontrent bien une fois de plus.

    Il faudrait obliger les mass-media, Mme LAUVERGEON et ses ami(e)s à diffuser et écouter notre ami Alex dans son post du 15 juin et en français qui plus est :

    http://lesmoutonsenrages.wordpress.com/2011/06/15/fukushima-alex-nous-parle/

    Pour ensuite mettre en place un VRAI débat publique dans nos institutions : Mairies, Universités, Écoles, Syndicats, Entreprises…qui se concluerait par un Référendum.

    Eh oui, nous pourrions (enfin) parler de l’Énergie Libre : Travaux de Nikola Tesla (…bien enfouis par M. John Pierpont MOGAN préférant investir dans les travaux de Thomas Edison…on se demande bien pourquoi…), le Moteur Z, les derniers travaux d’actualités de M. Victor KLIMOV sur l’énergie du vide et ses cellules nanocritallines et de les brevets connexes qui sont bien planqués par les argentiers depuis des années !

    Oui les chemins vers une énergie libre et gratuite existe déjà depuis bien longtemps et le temps est maintenant venu de mettre tout cela en pratique…n’en déplaise à certains.

  • William92

    Nucleaire, c’est pourtant simple 2 chois s’offre a nous soit un arret total et on laisse une chance a l’humanité soit on continue et on peu predire a coup sur un desastre nucleaire mondial du pas specialement a un cataclysme naturel mais plus simplement a un kratch economique mondial… et apparement ça arrive plus souvent que des fins en mayascope….
    defaut d’argent defaut de nourriture defaut d’entretiens pour les centrales un gouvernement probablement en guerre civil…. contrairement a 1929 ou l’economie mondial pouvait s’arreter quelques jours et repartir de plus belle de nos jours un simple arret pour certain secteur et c’est « game over »

    • Ubuntu

      J’ai l’intime conviction que le choix dont tu parles est déjà fait en toute conscience pour une majorité immense et grandissante de gens…cela passe par le « bon sens » que l’on s’attache à cultiver face au danger.

      L’une des questions qui me semble d’actualité est comment allons nous reprendre la main sur cette « Oligarchie » parasite et néfaste pour l’ensemble de l’Humanité ?

      Cela se passera effectivement par des chocs dont les énergies seront très grandes à n’en pas douter…faut-il pour autant s’adonner à la Peur qui s’est toujours révélé en fait leur meilleur arme ? Je pense que les humains sont entrain de dépasser cela et c’est toute la différence avec les autres crises du passé car nous avons collectivement et mondialement évolué.

      Nous sommes entrain de sortir collectivement des sentiers battus, nous utiliserons l’énergie de ces chocs à notre avantage afin de remettre le bien commun à l’Honneur dans tous les domaines cela passera par la mise en lumières de toutes les pseudos réalités et théories fallacieuses et le « game over » de leurs Auteurs, Architectes et collaborateurs…la Peur change de camp et paradoxalement les solutions apparaissent de plus en plus limpides à mesure que le Système que l’on connait depuis notre tendre enfance s’écroule de toute part…c’est une période que je trouve de plus en plus excitante qui se révélera historique et bénéfique pour les humains que nous sommes j’en suis intuitivement convaincu !

  • pm

    elle est encore la, mince alors, et le corium pour la rechauffer, ALLEZ OUSTE DIRECTION MARS ET SANS RETOUR, BON VOYAGE

  • pm

    enfin elle se tire, mais celui qui la remplace est pire, AUX ABRIS

  • A mourir de rire… (en attendant mieux…)

    – AREVA affiche en 2010 un résultat opérationnel déficitaire de 423 M€
    – 60% du chiffre d’AREVA, c’est le combustible. Et le fait que l’état veuille pousser Areva à pratiquer des prix planché pour EDF ne va pas arranger leurs affaires.
    – Le fer de lance de la gamme nucléaire d’Areva (en joint avec EDF), l’EPR, est en construction sur deux sites (france et pays-bas) et chacun accuse des retards énormes et des dépassements de budget hallucinants.
    – Le coup des 400 000 emplois est à se faire pipi dessus de rire, je ne sais pas d’où elle sort ces chiffres mais le moins que l’on puisse en dire c’est qu’il sont assez fantaisiste. 2% du PIB réalisé à travers 1/2 millions d’emplois ;-)))) Ben voyons.

    En 10 ans, AREVA a investi un max dans l’EPR, ce qui explique son déficit. Il sont clairement dans le caca et c’est pour cela que Lauvergeon risque fortement de sauter au profit d’Oursel, bien évidemment encore un X-Mine. Pour cette société, comme pour EDF qui est dans la même situation, les choix stratégique basés sur le « un hypothétique renouveau du nucléaire » les a mis dans un grand péril. Et Fukushima de ce point de vue n’aurait pu tomber plus mal. Vous tenez là l’explication sur les discours délirants de Sarko, Lauvergeon ou Proglio depuis le début de la catastrophe nippone. Et au final, s’ils se plantent, et ils vont se planter c’est inévitable, ce sera nous qui payeront les pots cassés et eux qui toucheront les parachutes dorés. Un des plus purs exemple d’oligarchie républicaine.

    PS: Et je ne vous parle même pas du tour de passe-passe d’EDF qui a refilé à RTE, et donc à nous, la gestion future des déchets nucléaires et du démantèlement.