Coupes budgétaires: les USA vont cesser de publier des données sur l'énergie

Depuis le temps que sur internet tout le monde le dit et le répète, les USA n’ont plus d’argent, ils sont finis!!!

NEW YORK – L’agence gouvernementale américaine d’information sur l’énergie (EIA), touchée par d’importantes réductions budgétaires, a annoncé jeudi qu’elle renonçait à la compilation d’un certain nombre de statistiques, notamment sur le marché des hydrocarbures.

Le budget prévu de cette administration, qui dépend du département de l’Energie, est de 95,4 millions de dollars pour 2011, soit 14% de moins que l’année précédente.

Cette diminution va imposer des réductions drastiques dans les activités de statistiques, d’analyse et de prévisions, a expliqué l’administrateur de l’agence, Richard Newell, dans un communiqué.

Les coupes retenues comportent des éléments très surveillés des marchés de l’énergie: le rapport annuel sur les réserves prouvées de pétrole et gaz naturel dans le sous-sol américain est annulé, et surtout la mise à jour des statistiques internationales, une base de données extrêmement riche sur la consommation, production, réserves, exportations des différents pays de la planète, est supprimée.

La préparation de l’édition 2012 du rapport annuel de l’EIA sur les perspectives annuelles du marché de l’énergie est tout simplement interrompue.

Le gouvernement américain va aussi réduire ses mesures des exportations et importations américaines d’électricité, arrêter de recueillir des données sur les systèmes de chauffage solaire et géothermique et suspendre ses travaux sur l’efficacité énergétique des bâtiments (hors habitations).

Côté analyse, les experts de l’EIA vont lever le pied sur leurs recherches portant sur les liens entre les données fondamentales des marchés énergétiques physiques (offre et demande) et les échanges sur les marchés financiers.

Ces changements sont sans aucun doute douloureux, a reconnu l’agence, qui va chercher à minimiser les répercussions de ces coupes à un moment où l’intérêt des pouvoirs publics comme du public pour les questions énergétiques est élevé.

L’envolée des prix des carburants, de près de 30% depuis le début de l’année aux Etats-Unis, a poussé le président Barack Obama à hausser le ton ces dernières semaines contre les spéculateurs et l’industrie. Il a demandé mardi au Congrès de supprimer les subventions aux compagnies pétrolières.

Le débat énergétique a été par ailleurs bouleversé dans le pays par la marée noire en avril 2010 dans le golfe du Mexique après l’explosion d’une plateforme pétrolière, par le développement spectaculaire du gaz de schiste, qui a permis d’accéder à de nouvelles ressources grâce à de nouvelles techniques d’extraction, ou encore par la crise nucléaire au Japon.

En outre, l’EIA a prévenu qu’elle annulait l’augmentation des ressources allouées à l’amélioration de la qualité de ses statistiques pétrolières, accusées régulièrement de manquer de fiabilité en raison d’un matériel vétuste et de méthodes dépassées.

Le Wall Street Journal avait fait état en mars 2010 de documents internes du département de l’Energie critiquant notamment les chiffres hebdomadaires sur les stocks pétroliers américains. Ces statistiques, très suivies par les marchés, sont épargnées par la baisse du budget.

(©AFP / 28 avril 2011 20h43)

Source: romandie.com