Nucléaire : EDF aurait falsifié des données sismiques pour économiser sur la sûreté

Un problème nucléaire n’arriverait pas en France? Nous serions les spécialistes, les plus grands experts dans le domaine, mais si la centrale est foireuse, le résultat le sera aussi!

http://apreslepetrole.free.fr/wp-content/uploads/lobby-nucleaire.jpg

Les données semblent accablantes pour 32 des 58 réacteurs français.

L’Observatoire du nucléaire révèle un véritable scandale : en 2003 (la situation est restée la même depuis), EDF aurait falsifié des données sismiques afin de s’éviter des travaux onéreux… et pourtant indispensables pour la sûreté des centrales nucléaires.

Par un courrier du 17 juin 2003, diffusé aujourd’hui par l’Observatoire du nucléaire, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) aurait couvert EDF en lui donnant raison contre l’avis des experts de l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire), tenus au silence.

Les données semblent accablantes et concernent 32 des 58 réacteurs français.

Chinon (Indre et Loire) : EDF aurait baissé d’office la valeur de l’intensité des séismes de référence. Il s’agirait là d’une falsification aussi incroyable que grossière.

Belleville (Cher) : EDF se serait autorisée à prendre comme référence un séisme datant de 1079 pour lequel il existe très peu de données, écartant le séisme de référence (de 1933) qui impliquait des mesures plus contraignantes.

Blayais (Gironde) : les chiffres d’EDF seraient trois fois moins contraignants que ceux de l’IRSN. Or André-Claude Lacoste, directeur de l’Autorité de sûreté nucléaire donne raisons à EDF sans se justifier. Idem pour Saint-Laurent des Eaux (Loir-et-Cher)

Plus généralement, EDF aurait redéfini à sa manière les zones sismiques afin de ne pas avoir à tenir compte de certains séismes.

– Les centrales de Dampierre (Loiret), Bugey (Ain), Fessenheim (Haut-Rhin), Civaux (Vienne), Saint-Alban (Isère), Golfech (Tarn-et-Garonne), Nogent (Aube) et Chooz (Ardennes) également mises en cause.

Ironie de l’Histoire, au moment où cette affaire a été étouffée par l’Autorité de sûreté française (en 2003), 15 réacteurs nucléaires japonais étaient fermés administrativement suite à la falsification par l’électricien TEPCO (propriétaire des réacteurs actuellement en perdition à Fukushima) de documents concernant la sûreté.

Documents et preuves :

SynthèseLettre ASNDivergences EDF/IRSNFigure EDF confidentielle

Comment EDF a imposé ses vues à l’Autorité de sûreté : ICI

Source: agoravox.fr

  • Formidables tes nouvelles!! elles s’inspirent de la réalité et beaucoup vont s’y retrouver!
    Tu as du talent continu :D

  • Depuis que je le dis qu’il y a des gros soucis en France avec le nucléaire, les centrales vieillissent et l’EPR c’est une bombe à retardement, il est incapable de fonctionner correctement, et nous a coûté la peau des fesses…
    Pas de souci Sarko va le fourguer…………

  • Environ 200 personnes manifestent CONTRE le Nucléaire à MARSEILLE.
    MARSEILLE – Environ 200 personnes ont manifesté samedi dans le centre de Marseille pour réclamer la sortie progressive du Nucléaire en FRANCE, en commençant par un débat en toute transparence sur la sûreté du secteur, a constaté un journaliste de l’AFP.
    Derrière une banderole sur laquelle on pouvait lire :
    « STOP à l’impasse Nucléaire, OUI aux alternatives énergétiques »,
    les manifestants, issus notamment de Greenpeace, Europe Ecologie Les Verts (EELV), du Parti de Gauche, ou du NPA sont partis du haut de la Canebière pour rejoindre la PREFECTURE.
    « Au niveau des décideurs Européens, le Débat avance mais en FRANCE, on voit la porosité entre le lobby Nucléaire et le Pouvoir en place », a estimé Sébastien Barles, porte-parole d’EELV alors que les manifestants entonnaient le slogan :
    « Tchernobyl, on n’en veut pas, Fukushima, on n’en veut pas, sortons, sortons du Nucléaire ».
    « Il y a encore de grandes résistances mais l’opinion est mûre pour un grand débat public pour sortir de l’opacité sur les questions de sûreté », a ajouté M. Barles, demandant d’ores-et-déjà la fermeture de QUATRE Centrales dont celles du Tricastin (Drôme) et de Fessenheim (Haut-Rhin).
    De son côté, pour Jean-Luc Benhamias (Modem, ex-Vert),
    « le Débat est là, que les lobbyes le veuillent ou Non ».
    « On ne parlera plus de la même manière de l’Avenir de la filière », après les Evénements du JAPON, a-t-il jugé.
    Romandie News.ch 19 Mars 2011 – 16h34

    **L’ALLEMAGNE ferme SEPT de ses Centrales… (sur 17).
    La Dame Angela MERKEL – Chancelière, y comprend quelque chose !
    Elle a un Doctorat Physicien dans le « NUCLEAIRE justement » et son époux est Physicien.