Aspartame ou Néotame?

Malgré les alertes, les études, et les mises en garde, l’Aspartame a été dédouané par l’EFSA et donc autorisé. Avec tout les « light » en circulation, autant dire qu’il y en a partout. E951 c’est son nom dans l’interminable liste des additifs alimentaires. Il y a aussi le Néotame E961 qui a un pouvoir sucrant de 40 à 60 fois celui de l’Aspartame, si je vous dit que c’est l’empoisonneur public number one Monsanto qui l’a développé…………

L’aspartame, l’édulcorant le plus utilisé au monde pour remplacer le sucre, ne présente aucun risque pour la santé, contrairement à ce que soutiennent deux études, a affirmé, lundi 28 février, l’EFSA, l’Autorité européenne de sécurité des aliments, dans un communiqué. Les experts de l’EFSA ont jugé non probants les résultats à charge de deux études portant sur le potentiel carcinogène de l’aspartame et sur le risque accru d’accouchement prématuré.

« Aucune preuve disponible dans l’étude Halldorsson ne permettait d’affirmer qu’il existait un lien de causalité entre la consommation de boissons non alcoolisées contenant des édulcorants artificiels et l’accouchement prématuré », soutient l’EFSA. Par ailleurs, « les résultats de l’étude Soffritti [sur le potentiel carcinogène] ne fournissent pas suffisamment de preuves scientifiques qui justifieraient de revoir les évaluations précédentes de l’EFSA relatives à l’aspartame », précise l’agence.


Les experts de l’EFSA avaient estimé en mars 2009 que « rien n’indiquait un potentiel génotoxique ou carcinogène de l’aspartame et qu’il n’y avait aucune raison de réviser la dose journalière acceptable de 40 milligrammes par kilo de poids corporel ».

L’aspartame remplace le sucre dans plus de six mille produits : sodas, boissons, bonbons, desserts, produits pharmaceutiques. En janvier, le Réseau environnement santé a attiré l’attention sur deux études : l’une concernant l’ensemble des édulcorants chimiques (et l’aspartame au premier chef), qui favoriseraient des naissances avant terme chez les femmes, et l’autre conduite sur des souris mâles, chez qui l’aspartame provoquerait certains cancers. Début février, une autre étude, menée à New York, a fait apparaître que consommer régulièrement des sodas « light » accroîtrait les risques d’accident cardiovasculaire.

L’EFSA a mené l’examen des deux études en collaboration avec l’Agence nationale française de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANES). Les experts de l’EFSA se réuniront les 1er et 2 mars et « envisageront la nécessité éventuelle d’entreprendre des travaux additionnels en rapport avec ces études », précise l’agence. L’ANES a pour sa part invité « à des travaux scientifiques complémentaires, afin d’actualiser l’évaluation des risques liés à ces substances ».

Source de l’article lemonde.fr

NEOTAME

Le néotame est un édulcorant artificiel intense dérivé de l’acide aspartique. Bien que ce soit un dipeptide de structure chimique similaire à l’aspartame, il est 40 à 60 fois plus sucré que celui-ci, soit 7 000-13 000 fois plus sucré que le saccharose, et ne se dégrade pas en phénylalanine. Il est autorisé dans plusieurs pays comme additif alimentaire.

Le néotame a été développé par l’entreprise américaine Monsanto en collaboration avec plusieurs universités américaines[3]. Collaboration qui, en 1991, à conduit à la découverte de ce nouveau composé par C. Nofre and JM. Tinti[1]. Avec l’alitame, le néotame fait partie de la seconde génération d’édulcorants dipeptidiques issue de la recherche entreprise après la découverte fortuite de l’aspartame en 1965[4].

Le néotame est autorisé en Australie depuis août 2001[3]. Un an après, la Food and Drug Administration l’autorise aux USA[5].

En 2003 la Commission européenne demande un avis (Question No EFSA-Q-2003-137) sur l’innocuité du néotame au groupe scientifique sur les additifs alimentaires, les arômes, les auxiliaires technologiques et les matériaux en contact avec les aliments (AFC) en tant qu’édulcorant et exhausteur de goût[6]. Celui-ci est autorisé en Europe par la directive 2009/163/UE de la commission du 22 décembre 2009.

Voir la fiche complète sur wikipédia

  • normal, on veut diminuer la population !!!

  • jen __ J

    si vous donner une ligne de cocaine par semaine a 7 milliards d’humains, il ne va pas se passer grand chose. exepter que… certains vont en mourir. et ca sera pas moi, ils ne m’auront pas!.

  • jen __ J

    Ce Neotame est aussi adictif que l’heroine. je revient du travail et je ne pense qu’a menfiller, par exemple, une frite pas faite maison, plein de Neotame. Et ce, que une seule fois par semaine. La solution consiste a ne plus rien manger qui n’est pas Biologique. La seule place ou il y en a pas, cest les fruits et les legumes. ils donnent ca en grande quantiter aux animaux d’elevage et meme sauvage (non-biologique). Et quand j’entend parler au moins une fois par annee que Un tel a fait un ACV, une crise cardiaque, et cancer au cerveau. Ca ne peut pas etre que le sel et le gras. N’attendez pas que ca tombe sur vous!