Affaire Madoff: la JP Morgan impliquée

C’est une bombe financière qui risque d’être à l’origine d’un tsunami, la JP Morgan impliquée, complice de Bernard Madoff, un des plus gros scandales financiers de ces dernières années. On savait que la JP Morgan était une banque bien dangereuse et capable de tout pour faire toujours plus d’argent, mais il est difficile de salir plus celle-ci après qu’un tel scandale ait éclaté. Tout simplement énorme!

Dans une plainte déposée contre la banque, le liquidateur chargé de l’affaire, Irving Picard, estime que la banque était «au centre» de la structure pyramidale mise en place par le fraudeur.

Parole contre parole. Dans l’affaire Madoff, celle du liquidateur Irving Picard s’oppose de plus en plus violemment à celle de la banque JP Morgan. Leurs joutes verbales sont d’ailleurs montées d’un cran jeudi soir après la publication d’une plainte qui avait été déposée par Irving Picard le 2 décembre dernier dans un tribunal fédéral de Manhattan.

Dans ce document, Irving Picard n’y va pas par quatre chemins: «L’histoire expliquant la manière dont Madoff a trompé les meilleurs et les plus brillants de la communauté financière a été contée maintes fois. L’enquête du liquidateur révèle une histoire très différente, celle d’institutions financières dans le monde qui étaient conscientes d’une probable fraude et ont sciemment décidé de détourner les yeux. Bien que de nombreuses institutions financières aient rendu possible la fraude de Madoff, JPMorgan Chase était tout au centre de cette fraude, et en était entièrement complice», affirme-t-il.

La réaction de la banque ne s’est pas faite attendre: «La plainte publiée par le liquidateur de l’affaire Madoff est sans mérite, et basée sur des distorsions des faits aussi bien que des lois, explique un communiqué. JPMorgan n’était pas au courant de la fraude orchestrée par Bernard Madoff et n’y a pris part en aucune façon». La banque confirme avoir eu affaire avec la société mais que cette dernière «n’était pas un gros client de JPMorgan». De même, les revenus tirés de son compte étaient «modestes et complètement cohérents avec les taux d’intérêts et les frais imposés».

Courriels compromettant

La défense de la banque risque toutefois d’être plus compliquée que prévu. Dans sa plainte, Irving Picard publie des courriels envoyés par des employés de la division des risques de la banque. L’un d’eux écrit : «Pour ce que ça vaut, je suis en train de déjeuner avec (le nom de l’employé de JPMorgan est ici effacé) qui vient juste de me dire qu’il y a un gros nuage au-dessus de la tête de Madoff et que ses rendements sont soupçonnés de faire partie d’une chaîne de Ponzi», terme technique désignant la fraude pyramidale. Ce mail est daté de juin 2007. Soit près d’un an et demi avant que n’éclate l’affaire.

La direction de la banque se défend en expliquant qu’elle n’était pas au courant et qu’elle a pris conscience de l’ampleur de la fraude uniquement lorsque celle-ci a été rendue publique. Mais Irving Picard est loin d’être convaincu. Le liquidateur, qui a déjà réclamé 6,4 milliards de dollars à la banque au titre de compensations aux victimes, juge impossible que cet établissement, qui fut «pendant 20 ans le principal banquier» de Bernard Madoff, n’ait pas mesuré l’ampleur de la fraude. Les débats s’annoncent donc vifs entre les deux parties. JP Morgan prévient qu’elle a l’intention de se défendre «vigoureusement».

À Wall Street, le titre JP Morgan a souffert dans les échanges après-Bourse. Au moment de l’annonce du liquidateur, il décrochait de 1,53% à 44,8 dollars. Vers 12 heures, l’action parvient a regagner un peu de terrain perdu: elle perd 0,64% à 45,17 dollars.

LIRE AUSSI:

» Affaire Madoff : la moitié des 20 milliards retrouvée

» Affaire Madoff: les banques dans l’oeil du cyclone

Source: le journal des finances

2 commentaires

  • voltigeur

    Après le remontage de bretelles de Jamie Dimon de la JP Morgan, par le Pdt Sarkozy! les voilà avec une plainte aux fesses pour complicité d’escroquerie, mais sans la complicité d’une ou des banques, il n’aurait pas pu réussir son coup foireux le Madox! Il faut que les mesures soient prises, pour éviter de telles dérives, et surtout qu’on arrête de faire payer le peuple, pour renflouer leurs conneries.
    Ils se gavent sur le dos des gens et quand il y a scandales avérés à répétition, ils ne sont pas coupables? dans quel monde vivent ils ces dégénérés des neurones? ils méritent d’être mit, au pain sec et à l’eau pendant 30 ans, ces pourris!