Milices privées en France: on en remet une couche! (Mis à jour)

Nous avons déjà eu un article sur le sujet sur le blog, des milices privées qui arrivent en France, tout se confirme donc! La privatisation à tout va de tout et n’importe quoi dans ce pays en suivant le modèle américain, une spécialité de Sarkozy donc, en passant par la sécurité du citoyen. Deux articles qui font mal car on se rend compte à travers eux que la situation est plus que grave et que la situation va dégénérer en France. Il suffit de regarder: les milices privées annoncées par médiapart, les casernes de CRS démantelées et les effectifs toujours plus réduits, la prévision de réduire le nombre de fonctionnaires de 80%, sans parler des 15 mille de militaires recrutés en cas de crise majeure dont nous avons déjà parlé ici. Rassurés? Moi non!

Pour compenser la baisse des effectifs, le gouvernement prévoit d’étendre la réserve de la police nationale à tous les citoyens volontaires. Chaque citoyen français majeur et dont le casier judiciaire est vierge pourra enfiler l’uniforme bleu, posséder une arme et dresser des PV. Qu’en pensez-vous ? Planet.fr vous propose de réagir à cette mesure.

Pour compenser la baisse des effectifs dans la police nationale, le gouvernement souhaite étendre la réserve civile, créée en 2003, aux citoyens volontaires. C’est ce que prévoit la loi sur la sécurité intérieure Loppsi 2 examinée mercredi dernier par les députés.

Pour être candidat, il suffit d’être majeur, de nationalité française, avec un casier judiciaire vierge. Une sélection se fait ensuite sur dossier. Ceux qui sont retenus suivront une formation de 15 jours comparable à celles des réservistes de la gendarmerie avant de pouvoir enfiler l’uniforme bleu, posséder une arme et dresser des procès verbaux.

Renforcer les effectifs de police lors de « missions de routine »

Le recrutement de volontaires, notamment parmi les étudiants, a pour objectif de former de nouveaux réservistes de la police nationale. Chaque citoyen devrait pouvoir prêter main forte aux policiers pendant leurs « missions de routine » : sécurité routière, patrouilles ou encore contrôles d’identité.

Cela permettrait aussi de renforcer la présence policière lors des grandes manifestations telles que le Tour de France. Mais il n’est en aucune façon prévu de les faire intervenir lors de manifestations ou d’opération de maintien de l’ordre.

Si le texte, présenté aux parlementaires d’ici 15 jours, est accepté, un réserviste pourra « travailler » au maximum 90 jours par an pour un salaire de 75 à 162 €/jour.

Une partie des syndicats s’insurge contre cette décision alors que le ministère de l’Intérieur s’apprête à fermer plusieurs compagnies républicaines de sécurité et poursuit la réduction d’effectifs dans le cadre de la réforme générale des politiques publiques (RGPP).

Police ou « milice » ?

La majorité UMP justifie quant à elle la création du statut de réserviste volontaire par le trop petit nombre de candidats dans les rangs des retraités de la police (5.000 en 2009). « L’objectif c’est plus d’effectifs mobilisables en temps réel et plus disponibles » explique Eric Ciotti, chargé des questions de sécurité. Par comparaison, la réserve de la gendarmerie compte 40.000 hommes.

Alors, demain tous policiers ? questionne France 2. Est-ce normal de prendre de simples citoyens, alors que les effectifs de police diminuent, s’interroge pour sa part LePost.fr ? Police ou « milice » se demandent les syndicats, dont TF1 se fait l’écho ?

Est-ce un bonne proposition ou présente-t-elle des risques de dérives ? Qu’en pensez-vous ? Planet.fr vous propose de réagir et de donner votre avis en cliquant sur ce lien.

Source: planet.fr

Et vous n’êtes pas choqués du fait que les forces de police doivent faire grève pour se faire entendre? Il y a un gros souci, ils tentent de se faire entendre mais les médias n’aident pas trop dans ce sens, il manque toujours de petites informations qui font que les moutons bougeront!

SECURITE – Pour protester contre la possible fermeture…

Ils refusent le terme de « grève de la faim », mais ça y ressemble fortement. Plusieurs compagnies de CRS, dont la 54 basée à Marseille, ont décidé de ne plus s’alimenter jusqu’à nouvel ordre pour protester contre l’annonce de la fermeture de plusieurs compagnies, a-t-on hier appris de sources syndicales.

Arrêts maladie
Plusieurs autres compagnies, dont la CRS 53 de Marseille, ont opté pour une multiplication des arrêts maladies. Une unité basée à Perpignan, chargée d’assurer samedi la sécurité du match ACA-PSG, s’est ainsi portée pâle, remplacée in extremis par une compagnie de Saint-Laurent du Var, entrée à son tour en grève de la faim à l’issue du match en signe de protestation.
Membres de la police nationale, les CRS n’ont pas le droit de faire grève et sont soumis au devoir de réserve. Mais la fermeture annoncée de deux compagnies, dont la 54 de Marseille, a déclenché un mouvement de grogne sans précédent. Un plan d’action national a été mis en place par les syndicats : depuis mercredi, les CRS sont invités à ne plus assurer les missions de prévention, assistance à personne en danger et flagrant délit. Les fermetures d’unités devraient être annoncées officiellement lundi prochain lors d’une réunion entre les syndicats et la direction générale de la police.

Renforts

Arrivés fin novembre après la fusillade au Clos de la Rose qui avait causé la mort d’un adolescent de 16 ans, deux autres compagnies de CRS ont quitté Marseille à la mi-janvier. Au lendemain de la fusillade, le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux avaient assuré que les CRS resteraient «tout le temps nécessaire» pour «sécuriser» les quartiers sensibles.

Source: 20minutes.fr

L’actualité va très vite, il est 23h22 et je fais une petite mise à jour du sujet avec cette info qui vient de tomber, le gouvernement renonce à fermer deux casernes de CRS mais le problème n’est pas réglé pour autant comme vous allez pouvoir le lire:

Le gouvernement français a cédé ce soir à un mouvement inédit de protestation au sein des forces de police anti-émeutes contre la fermeture annoncée de plusieurs de leurs unités. Le ministère de l’Intérieur a annoncé avoir renoncé à son projet de fermeture de deux compagnies de CRS (police anti-émeute) à Lyon (centre-est) et Marseille (sud).

Ce projet avait suscité une grogne inédite dans les rangs des CRS, avec une multiplication des arrêts maladie, des actions symboliques et même un début de grève de la faim. Le vent de protestation s’était levé après la confirmation la semaine dernière de la probable fermeture de deux Compagnies républicaines de sécurité (CRS), des unités spécialisées dans le maintien de l’ordre lors de manifestations mais souvent affectées à d’autres tâches, comme la surveillance de bâtiments publics.

Les fermetures annoncées, puis annulées, à Marseille et Lyon, semblent limitées par rapport aux effectifs des CRS – 14.000 hommes dans 61 compagnies – mais les syndicats de police sont persuadés que six autres unités, voire 25 selon certains, seront fermées à terme.

Très sollicités lors des conflits sociaux ou lors d’événéments publics, comme les matches de football, les CRS sont furieux de faire les frais des réductions budgétaires, alors que la lutte contre la délinquance est considérée comme une des priorités du gouvernement du président Nicolas Sarkozy.

Dépourvus théoriquement du droit de grève, des CRS ont trouvé des parades, en se mettant par exemple collectivement en arrêt maladie. A Marseille, des CRS avaient même décidé samedi de cesser de s’alimenter.

Ce mouvement de protestation intervient alors que le gouvernement (droite) et l’opposition socialiste se sont récemment affrontés sur les chiffres de la délinquance (baisse générale mais hausse des violences aux personnes), enjeu électoral pour la présidentielle de 2012.

Source: lefigaro.fr

  • Une réponse que j’ai eue sur mon mur facebook suite à la présentation du sujet, merci à Barkmann pour celle-ci:
    ça sent vraiment mauvais, en effet. Le démentèlement de la Gendarmerie Nationale me reste en travers de la gorge, ça ne passe vraiment pas ! Sans parler de toutes les unités militaires restructurées, déplacées ou tout bonnement rayées de la… carte … Le CEMA et tout le haut commandement est à la botte du Petit Monsieur, des arrivistes bureaucrates qui n’ont pas appris à astiquer que leurs galons !
    Plus de Bigeard ou de Morillon dans cette armée, cette race d’Hommes est méprisée … Les fortes têtes comme le Général de Richoufftz sont muselées … Le malaise se sent bien sur des sites internet comme http://www.armees.com/ ou http://sites.google.com/site/assogendarmesetcitoyens/

    Pour la Police, c’est le même topo : une énorme rancoeur.
    Cruelle désillusion pour cette institution qui avait déjà un lourd déficit d’image du à ses sombres origines pétainistes et à son comportement servile avec leS pouvoirs … Quand on sait qu’elle fut la pierre angulaire de la stratégie présidentielle du candidat Sarkozy, son piédestal vers l’Elysée … Certains doivent tomber de bien haut !