CRS! 90% d'arrêts maladie à la compagnie de Sainte-Foy-lès-Lyon

Après avoir lu la revue d’info de Benji, qui nous promet des jours bien sombres, d’ailleurs ça c’est vachement obscurci depuis le début de l’année. Nos gouvernants bien calés dans leurs conneries, envisagent de fermer des compagnies de CRS qui, comme vous le savez, sont tout de même les garants de la sécurité.
Il y a actuellement 61 compagnies de CRS de 130 hommes chacune.
Souvent contestées, leurs interventions ne se font que sur ordre « d’en haut », aussi pour les motiver un peu plus, à défendre nos rues, ce gouvernement qui devient de plus en plus incohérent, veut supprimer pas moins de 6 à 8 compagnies de ce corps de police, à Marseille et Lyon dans un premier temps et où ensuite????
Je vous laisses imaginez le foutoir, en cas de troubles graves, ce qui est en gestation.
Même si le locataire de l’Elysée, nous a dit qu’il pouvait « lever » 20.000 hommes en 24h, Je me demande, si nous n’allons pas nous retrouver avec une loi martiale, pour palier à l’insuffisance d’effectifs de police.
C’est peut être ce que veut le monarque………………………

Quelque 90% d’arrêts maladie ont été enregistrés ce matin dans une compagnie de CRS 46 de la banlieue lyonnaise menacée de fermeture.

Didier Mangione, responsable des CRS à Unité police SGP-FO (1er syndicat de gardiens de la paix), a annoncé ce matin que 90% des effectifs de la compagnie de Sainte-Foy-lès-Lyon étaient en arrêt maladie ce matin et non présents à l’appel. C’est ainsi qu’à l’appel ce matin, seuls un commandant, quelques stagiaires et un major étaient présents.
« Ces arrêts maladie en cascade sont à mettre en relation avec les fermetures programmées de compagnies de CRS », dont celle de Lyon, « qui sont des décisions incompréhensibles », a-t-il précisé.


Il a ajouté que, dans les 61 compagnies de CRS (effectif total de 130 hommes par compagnie), un mouvement visant « à cesser toute activité contraventionnelle » se « met progressivement en place ».
Des syndicats de police ont protesté il y a une semaine contre les « fermetures programmées » de compagnies de CRS, entre deux et huit selon des sources syndicales.
Selon les sources syndicales policières, il s’agirait de celles de Lyon et Marseille. Pourraient suivre six autres compagnies dont celles de La Rochelle et Bergerac, selon ces mêmes sources, « pour la première fois depuis 66 ans ».
Selon les sources syndicales, une réunion est prévue à cet égard au ministère de l’Intérieur le 2 février, où ces chiffres devraient être confirmés, ou non.
Le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux a déclaré vendredi qu’il « n’y aura pas d’amputation mais un redéploiement (…) à décider dans la concertation et le dialogue », en marge de la présentation du bilan de la délinquance 2010.
A Lyon et à Marseille, a aussi dit le ministre, il s’agit de « renforcer la présence physique de la police ».

Source

Fermeture de la CRS 54 : « La sécurité des Marseillais n’est pas prioritaire pour le gouvernement »

Après l’annonce de la fermeture de la CRS 54 à Marseille, les réactions se multiplient dans le monde politique marseillais. « La politique d’effets d’annonce du gouvernement sur les questions sécuritaires atteint son paroxysme, déplore ainsi Sophie Goy, conseillère municipale MoDem. Après nous avoir annoncé, le 20 novembre dernier, l’arrivée de 150 CRS avec pour mission exclusive, la surveillance et sécurisation des quartiers sensibles, on nous annonce désormais le départ de 140 CRS… »

Pour l’élue, il s’agit d’un abandon de la deuxième ville de France : « Si la solution réside dans le fait de déshabiller Paul pour habiller Jacques, autrement dit déshabiller Jean-Claude pour habiller Marine, en jouant sur des annonces contradictoires à deux mois d’intervalle, ceci équivaut à se moquer ouvertement des Marseillais ».
source