35 phobies toutes plus étranges les unes que les autres..

Les phobiques passent pour des êtres souvent irrationnels, en effet, comment expliquer la peur irrépressible d’un chiffre, d’un aliment ? Un petit tour d’horizon des phobies. Ne me demandez pas de les articuler à la suite, certaines sont carrément imprononçables. Et vous souffrez vous de phobie ?

Phóbos

Avec plus de 7 milliards d’êtres humains, il n’est pas étonnant que la liste des phobies soit assez longue. Parmi celles-ci certaines sont assez étranges comme la peur des fruits.

Si l’agoraphobie ou la claustrophobie sont des peurs connues qui peuvent être très handicapantes au quotidien, certaines personnes souffrent de phobies méconnues qui peuvent porter à rire.

Les phobies quelque peu curieuses sont nombreuses et 35 entrées dans ce classement n’auraient pas suffi. Parmi les absentes de cette sélection, il est possible d’ajouter la graphophobie (écriture), l’automysophobie (peur d’être sale), la borbophobie (gargouillements) ou encore l’hexakosioihexekontahexaphobie (peur du nombre 666).

D’autres phobies ont, quant à elles, été inventées par des humoristes comme l’hippopotomonstrosesquippedaliophobie (mots trop longs). Gary Larson est aussi à l’origine de la luposlipaphobie, qui est la crainte excessive d’être poursuivi par des loups sur le parquet fraîchement ciré d’une cuisine en ne portant que des chaussettes aux pieds. Wikipedia fait aussi état de l’anatidaephobie, créée par le même comique. Elle concerne la « peur que quelque part, d’une façon ou d’une autre, un canard vous observe ».

La peur est une chose propre à chacun qu’il est possible de décliner à l’infini et au-delà. La preuve avec ces 35 phobies toutes plus étranges les unes que les autres.

35 phobies toutes plus étranges les unes que les autres

1-. Aérophobie : la peur du vent

Trouble psychologique se caractérisant par la peur du grand air, du vent.

2-. Agalmatorémaphobie : la peur étrange que les statues ne prennent vie

Certaines personnes ont peur que les statues ou les sculptures prennent vie, qu’elles se mettent à parler ou à bouger.

3-. Anatidaephobie : la peur incontrôlable d’être observé par un canard

L’anatidaephobie est la peur irrationnelle que, quelque part dans le monde, il y a un canard qui vous regarde d’une façon malsaine. La personne croit que peu importe où elle se trouve, un canard est entrain de la fixer.

Les personnes qui souffrent de cette phobie ont subi une sorte de traumatisme dans leur vie, probablement durant l’enfance. Ce traumatisme a probablement à voir avec un canard ou une autre espèce d’oiseaux.

Certains des symptômes de cette phobie comprennent une anxiété ou une crise de panique. Il en résulte une sécheresse de la bouche, de l’essoufflement, une tension musculaire et une hyperventilation.

4-. Antophobie : peur des fleurs

Peur excessive des fleurs.

5-. Apopathodiaphulatophobie : la peur d’être constipé

Plus connue sous le nom de phobie intéroceptive, l’apopathodiaphulatophobes est une peur incontrôlée de la constipation, sans qu’ils n’aient de lésions intestinales pour autant. L’évolution de cette pathologie peut conduire les personnes à ressentir des symptômes physiques. Selon le dictionnaire médical Vulgaris « Le plus souvent les patients absorbent une variété importante de médicaments susceptibles d’être dangereux pour la santé ».

6-. Arachibutyrophobie : la peur d’avoir du beurre de cacahuète collé au palais

Si vous avez une peur panique d’avoir du beurre de cacahuètes collé au palais, vous êtes atteint d’arachibutyrophobie. Dans ce cas, il n’y a qu’une chose à faire : éviter le beurre de cacahuètes !

7-. Basophobie : La peur de tomber en marchant

Venant du grec «baso-» qui est l’action de marcher, la basophobie est la peur de marcher, et plus particulièrement de tomber en marchant. Si elle touche principalement les enfants, les adultes à en souffrir ne sont pas rares. Cette peur englobe aussi le fait de s’éloigner d’un lieu connu et rassurant, comme sa maison. Parmi les symptômes physiques, on retrouve les tremblements, les angoisses et la sudation.

8-. Caligynephobie : l’inconfort d’être près d’une belle femme

Le personnage de Raj dans la série The Big Bang Theory souffre en partie de caligynephobie, autrement dit la peur des femmes très belles. Cette phobie sociale se manifeste par une gêne lorsque les personnes souffrant de cette phobie se trouvent à proximité de la gent féminine. Cela peut rendre tout échange compliqué, voire même impossible.

9-. Carpophobie : la peur des fruits

La carpophobie est une forme rarissime de phobie, caractérisée par une peur irrationnelle des fruits. En conséquence de quoi, la personne atteinte refuse de consommer des fruits. La carpophobie relève ainsi des TCA (Troubles du Comportement Alimentaire), au même titre que la boulimie et l’anorexie mentale. Tout comme pour les autres TCA, la cause exacte de la carpophobie est dure à définir et peut varier d’un individu à l’autre. Des facteurs psychologiques entrent souvent en ligne de compte. La carpophobie a de graves répercussions sur l’organisme car elle provoque d’importantes carences alimentaires. La personne atteinte est souvent sujette aux infections et peut même perdre ses cheveux ou ses dents. Une thérapie comportementale et cognitive peut vaincre cette phobie.

10-. Chronomentrophobie : La peur des horloges

11-. Ecclesiophobie : la peur des églises

L’ecclesiophobie n’a rien à voir avec la peur de Dieu, mais se concentre sur la peur de se trouver dans ou près d’une église. Dans d’autres cas, ce sont certains éléments spécifiques à ces monuments qui sont au centre des angoisses, tels que l’autel, les crucifix ou encore les messes. Cette phobie se cumule parfois à la claustrophobie (peur des endroits confinés).

12-. Eibohphobie : impossible de prononcer sa peur

Les eibohphobes doivent se retrouver dans une situation embarrassante quand vient le moment de désigner leur phobie. En effet, ces personnes ont une peur des palindromes, ces mots qui se lisent aussi bien dans un sens que dans l’autre. Comble de l’ironie, le terme désignant cette phobie est lui-même un palindrome.

13-. Emétophobie : la peur de vomir

L’émétophobie est une peur ou anxiété intense et irrationnelle de vomir. Cette phobie spécifique peut inclure des situations qui causent le vomissement, comme la peur de vomir en public, la peur de voir un autre individu vomir, la peur de regarder des gestes de vomissement ou d’avoir des nausées. Elle serait l’une des phobies les plus répandues dans le monde.

14-. Ergophobie : la peur du travail

Haine envers le travail, impossibilité de travailler.

15-. Géniophobie : Peur du bavardage

Peur excessive du bavardage

16-. Génuphobie : la peur des genoux

17-. Hippopotomonstrosesquippedaliophobie : la peur des longs mots

Il s’agit de la phobie des mots trop longs qui a, parmi toutes les phobies, le nom le plus cruel et le plus ironique : Hippopotomonstrosesquippedaliophobie

18-. Hylophobie : la peur des forêts

L’hylophobie (aussi connue sous les termes de xylophobie ou ylophobie) est un trouble psychologique caractérisé par une peur irrationnelle des bois, forêt ou des arbres.

19-. Musicophobie : le silence avant tout

La musicophobie est à différencier de la phonophobie, qui est la peur irrationnelle du bruit. Selon le Dr Mokeddem, le musicophobe n’associe pas la musique à quelque chose de plaisant et ne se rapporte pas à un évènement festif. Pour lui, « musique = danger = angoisse = fuite ». Par la suite, un cercle vicieux dans lequel le patient est emprisonné se met en place.

20-. Mycophobie : La peur des champignons

Certains individus vont trouver les champignons répugnants, pas à leur goût, source potentielle de toxines. Le sujet phobique va éviter certains rayons de supermarché, certaines émissions ou films TV. Il peut également avoir des cauchemars et des pensées obsédantes liées aux champignons. Bien entendu, les lieux « à risque » tels que les forêts sont soigneusement évités. Les patients mycophobes ont parfaitement conscience du caractère excessif et irraisonné de leur peur.

21-. Nanopabulophobie : des nains de jardin oui, mais sans brouette

La nanophabulophie a un rapport avec les nains de jardin, mais pas n’importe lesquels. Si Simplet porte une pioche dans sa main en porcelaine, il ne fera ni chaud ni froid à un nanophabulophobe. En revanche, s’il pousse statiquement une brouette, les angoisses débutent.

22-. Nomophobie : ne jamais se séparer de son portable

Cette phobie est très récente puisqu’elle a été validée après une étude scientifique britannique en 2008. Elle vient de la contraction des termes « No mobile-phone phobia ». Cette étude menée par YouGov a révélé que près de 53% des utilisateurs sont accros à leur téléphone et angoisse de le perdre, de tomber en rade de batterie, de réseau ou de crédit. Plus une anxiété qu’une phobie, cela toucherait 58% des hommes et 48% des femmes. Par ailleurs, le terme de nomophobie désignait, avant 2008, une peur morbide des lois. En effet, le grec « nomos » signifie tout simplement «loi».

23-. Octophobie : la peur du chiffre huit

L’angoisse du chiffre 8. Et oui, cela existe ! Mais pourquoi précisément le chiffre 8 ? C’est un mystère. Quoi qu’il en soit, c’est plutôt gênant lorsque vous êtes né(e) le 8 août !

24-. Ombrophobie : la peur de la pluie

Crainte morbide des orages, de la pluie.

25-. Omphalophobie : La peur des nombrils

26-. Paraskevidékatriaphobie : la peur du vendredi 13

La paraskevidékatriaphobie est la phobie du Vendredi treize, dont une superstition, qui remonterait aux origines de la Chrétienté, a fait de cette date et dans certaines cultures un jour de malheur. En effet, c’est parce que, d’une part, le Christ a été crucifié un vendredi et que, d’autre part, la veille, lors du repas sacré de la Cène, il était accompagné de ses Douze Apôtres – parmi lesquels Judas Iscariote, qui l’a trahi et livré – , qu’est née l’idée d’un mauvais présage annoncé par la présence de treize commensaux.

27-. Pediophobie : pas de poupée, ni de robot ou de mannequin

En premier lieu, la pediophobie rassemble toutes les peurs liées à des représentations plus ou moins humaines. Ainsi, elle concerne aussi bien les poupées, poupons, robots humanoïdes ou encore les mannequins de présentation dans les magasins. Elle est à différencier de la coulrophobie, qui est la peur des clowns.

28-. Pentheraphobie : la peur des belles mères

29-. Pogonophobie : la peur des barbes

Aversion envers les barbes.

30-. Téléphonophobie : laisser sonner son téléphone

La téléphonophobie n’est pas la peur des appareils téléphoniques mais celle de décrocher son combiné pour répondre ou appeler. Certains téléphonophobes ont avant tout peur de ne pas savoir quoi dire en répondant, de bégayer ou de pas arriver à s’exprimer. D’autres sont surtout angoissés à l’idée que l’appel soit porteur de mauvaises nouvelles ou que le correspondant les mette mal à l’aise.

31-. Tirophobie : peur des fromages qui puent

32-. Triskaïdékaphobie et Triskaïdékaphobie : passer du 12 au 14

La triskaïdékaphobie est la peur du nombre 13 alors que la triskaïdékaphobie est liée au vendredi 13. Dans les deux cas, la superstition est le ciment commun de ces peurs. La frontière entre la superstition et la phobie est que, dans le second cas, la peur peut empêcher le patient de participer à certains évènements, comme des dîners à 13 un vendredi 13. Certaines personnes développent alors des TOC, calculant leurs moindres gestes pour éviter ce chiffre « maudit ».

33-. Trypophobie: la peur des trous

Si la trypophobie est peu connue, elle est l’une des phobies les plus répandues au monde. Elle désigne la peur des petits trous, ceux d’un nid d’abeilles, d’une meule de gruyère ou encore les poinçons dans des tickets. C’est le chercheur britannique Geoff Cole qui a récemment prouvé son existence. Il a d’ailleurs expliqué au journal Metro que «lorsqu’une personne souffrant de la phobie regarde une image trypophobique, une partie de son cerveau lui indique d’être vigilant, puisqu’il y aucune association avec les animaux venimeux». Il précise également que «16% des gens le sont, mais en réalité, tout le monde est affecté à des niveaux variables ». 

34-. Urinophobie : des toilettes toujours à proximité

Pris d’une peur irrationnelle, l’urinophobe craint de ne pas pouvoir se retenir et de se soulager dans des endroits inappropriés. Cela se manifeste par une vérification de la présence de toilettes là où il se déplace et par des angoisses lorsqu’il n’y en a pas. Cela s’accompagne également de la persuasion que son corps ne fonctionne pas correctement. Elle peut se coupler avec la peur d’uriner en public ou dans un flacon, qui est la parurésie.

35-. Xanthophobie : La peur de la couleur jaune

Crainte exagérée du jaune.

Proposé par Aphadolie

Source :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_phobies

http://www.toptoptop.fr/top-15-des-phobies-les-plus-surprenantes.html

http://buzzly.fr/25-phobies-toutes-plus-etranges-les-unes-que-les-autres-10.html

http://forum.doctissimo.fr/psychologie/angoisse-phobie/liste-phobies-sujet_174361_1.htm

Sur le sujet:

Peur de parler en public ?

L’Acrophobie : Comment surmonter son vertige et sa peur du vide

Qu’est-ce que la gamophobie ?

21 commentaires

  • Celastrus

    La peur au carré : la peur d’avoir peur
    Phobophobie

    L’intestin et l’humeur

    Le microbiote et la Neuro-gastro-entérologie
    https://youtu.be/iFLhVtSTxUk

    étonnant :
    le parasite Toxoplasma Gondii, (hackeur système nerveux)
    et son influence qui peut entrainer jusqu’à la modification du comportement
    https://www.youtube.com/watch?v=s2TAKqBUPqg

  • M.G. M.G.

    Perso, je souffre de congénitoconophobie (peur de la connerie congénitale). Je vous laisse imaginer mon désarroi face à l’ampleur exponentielle de ce type de connerie à travers le monde …

    M.G.

  • « Par ailleurs, le terme de nomophobie désignait, avant 2008, une peur morbide des lois. En effet, le grec « nomos » signifie tout simplement «loi». »
    Il doit y avoir une erreur: je pense que la peur des lois devrait être la normophobie et non pas la nomophobie.

    Quant au 32, « Triskaïdékaphobie et Triskaïdékaphobie » si vous voyez une différence entre les deux mots… dites-le moi…

    Enfin il y a une différence entre la peur et la phobie, comme nous le savons bien. La phobie est bien une peur irrationnelle, et surtout insurmontable, ce que la peur n’est pas en principe.

    Or il n’y a rien d’irrationnel si on veut bien se donner la peine d’en chercher l’origine. Dans toutes ces phobies, il y a eu un traumatisme. Dans le champ visuel, olfactif, kinésique ou auditif de la personne qui l’a subi, ou une des mémoires auxquelles elle est rattachée (mémoire héréditaire notamment), il y avait ce qui est devenu l’objet de sa phobie. Si le cerveau biologique ne peut pas faire de l’objet principal du traumatisme sa phobie (interdit, éducation…), il va détourner son attention et prendre un autre « objet ».
    Tiens au fait, il manque la phobie des araignées…arachnophobie je suppose…

  • « la peur incontrôlable d’être observé par un canard. »…ah ouais quand même. Les psys ont encore de beaux jours devant eux avec des trucs pareils. A ce compte là, on peut trouver des phobies pour tout genre « peur incontrôlable des chaises », « peur viscérale de respirer »…

  • Quand on voit les statistiques de la nomophobie , la peur que les gens ressentent à l’idée de ne plus avoir ses chaînes….
    On s’enfonce toujours plus dans la servitude moderne.
    https://lesmoutonsenrages.fr/2011/09/29/de-la-servitude-moderne-a-partager/comment-page-1/

  • engel

    Perso, j’ai une peur irrationnelle des cons.
    …Depuis j’évite les glaces.