Une Française « qui n’est rien » répond à Emmanuel Macron …

Quand on écoute l’excité rollexisés, le mollasson scootérisé noctambule, et maintenant, le monarque « produit markétisé » à l’esprit si complexe, que les questions des journalistes ne sauraient atteindre, les méandres sophistiqués de son « super cerveau ». Nous ne montons pas en grade pour « ces gens là », nous sommes passés du statut de ‘pov’ cons’ à celui de « sans-dents » pour en arriver à « riens »! Étonnant les français qui acceptent d’être rabaissés, par ceux qui ne se sont jamais levé aux aurores et par tous les temps, pour aller gagner un salaire qui pour ces « nantis », équivaut à de l’argent de poche. Les « riens » ne servent qu’à remplir le tonneau des Danaïdes de l’état et à créer les richesses dont ils ne profiteront jamais. Être méprisé à ce point et l’accepter……

Le Huffington Post

16 commentaires

  • Leveilleur

    Ce sont pourtant les « riens » qui connaissent le mieux la solidarité pour avoir galéré eux même et connu la difficulté des fins de mois.

    Que connaissent les Macrons de tout ça ? Il croit quoi ? Que la pauvreté est un choix et qu’il faut simplement devenir ambitieux pour devenir millionnaire ? A 40 ans cet homme qui juge son peuple du haut de son pied d’estale et qui a été imposé aux Français n’a jamais galéré de sa vie ! Il ne sait pas ce que c’est et maintenant qu’il a des serviteurs ça va être pire !

    Comment un homme dont le programme ne satisfait que 7 % de Français peut prétendre nous représenter ? On devrait obliger chaque politiques à vivre quelques mois avec un RSA, une allocation handicapé ou même un simple smic pour comprendre les difficultés que vivent ces Français de « rien » au quotidien.

    En réalité ce sont ces politiques qui ne sont « rien », pour preuve, d’année en année nous avons « rien » au niveau politique pas la moindre évolution, sans compter que leur solidarité de tripot n’est sûrement pas pour les « riens » mais pour les migrants qu’ils laissent entrer en masse et qui n’ont jamais cotisé en France.

    • JBL1960 JBL1960

      Je t’avais fait une réponse, et y’a eut un problème de connexion.
      Tu as raison que MacDeRoth ne sait RIEN d’une pointeuse (c’est kwassa) des horaires en 2 voire 3/8 en usine…
      Mais je trouve tout aussi dangereux un gars comme Ruffin qui a appelé à veauter pour Jupiter 1er, car non seulement il connaissait la dangerosité du gars, comme de la fonction, puisque Macaron a été placé là par et pour SES maitres, alors qu’il a réalisé le film/docu « Merci Patron » racontant les difficultés des époux Klur dont Macaron ne peut soupçonner la réalité au contraire des moins que rien que pour beaucoup nous sommes à leur yeux ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/02/21/ah-ca-cest-klur/

      Car plein de petits riens… Peuvent TOUT…
      https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_heart.gif

  • Pour ma part, je ne réagis pas à ces injures de bas étage. Le gars se rabaisse lui-même à chaque fois qu’il veut nous rabaisser. C’est vil, c’est nul, il se montre sous son vrai jour et ce n’est vraiment pas glorieux. Je le traite par le mépris https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

    • nomdemon

      Comme disait ma mère défunte : « S’il court aussi vite que je l’emmerde, il va courir loin et longtemps »; C’est tout l’effet que vous me faites Mr Macron. Je me fous de votre intelligence, de votre beauté, de vos dons en théâtre, de Brizitte, de votre banque Rothschild, de votre maison au Touquet, de votre élection. Vous n’aurez jamais ma liberté de penser et je vous méprise…

  • Musashi Musashi

    Une personne avec un handicap n’est pas rien c’est moins que rien (sauf si le handicap est bien visible) et macron ne s’adressait pas au moins que rien.

  • alba13

    Le système exige à ceux qui en font partie d’innombrables efforts financiers (taxes en tout genre, intérêts des emprunts) et humains (s’acquérir d’une tâche bien sous souvent non épanouissante en contrepartie d’un salaire permettant de (sur)vivre et de s’acquitter des efforts financiers suscités)

    Certains s’en sortent mieux que d’autres grâce à un rapport qualité (de vie) / prix (à payer) de meilleure facture, même si le principe reste le même. Que ces derniers ne se soucient pas de sortir plus ou moins de ce système avilissant peut se justifier, et encore …

    Par contre j’ai du mal à concevoir que l’on s’y arcboute alors que le rapport qualité/prix est dégradé, parfois proche du néant.
    La situation que cette brave dame nous décrit n’est pas vivable. C’est une vie d’esclave. J’aimerai lui répondre que la solution ne viendra pas de Macron ou de n’importe quel autre homme de pouvoir. La SEULE solution, dans la situation qui est la sienne, est de sortir de ce système, de le refuser en bloc.
    Se retirer à la campagne, affranchir son conjoint de ce boulot de m….., trouver un lieu de vie en lien avec ses moyens (c’est bien là le point le plus compliqué), apprendre à développer son autonomie alimentaire (c’est bien là l’essentiel) et surtout se donner le temps qui permettra d’organiser cette nouvelle vie et de revenir à l’essentiel, aux rapports aux humains et à la Nature. Cette décroissance est sa seule porte de sortie.
    Bien sûr, ses revenus risquent bien de baisser, mais ses besoins financiers régresseront encore plus vite. L’argent deviendra alors secondaire et non le centre de ses préoccupations.
    Et, surtout, ce fameux rapport qualité / prix augmentera sensiblement, favorisant l’atteinte de notre quête à tous : le bonheur.

    • Musashi Musashi

      Un sacré conseil à une personne en situation de handicap …. autant se mettre une balle tout de suite

      • alba13

        Son conjoint utilisera son temps d’une autre façon. Plutôt que de se tuer la santé à manipuler des produits phyto, il aura le temps de développer son autonomie, réduire son train de vie et rendre la vie de sa conjointe plus agréable.

    • sombre

      @ Alba13
      Je voudrais intervenir vis à vis de ton commentaire à propos du recul à prendre sur la société en se retirant plus ou moins loin d’elle , par ex. à la campagne. C’est un commentaire qu’on retrouve de manière plus ou moins récurrente alors ma réponse sera surtout global et pas adresser spécialement à toi.

      Nous sommes plus de 60 millions de Français.
      Parmi eux, une très grande majorité à des problèmes économiques à des échelons certes différent et 10 millions de français vive sous le seul de pauvreté.
      Le conseil que tu donne n’est applicable qu’à une parti infime de la population : Celle qui pourrais tout quitter pour allez vivre du jour au lendemain du travail de la terre, d’amour et d’eau fraiche. Elle exclue les difficultés financière, les éventuelles crédits à rembourser, l’école des enfants , la proximité social, celles des services bref… elle exclue un nombre très important d’avantage, dont je ne doute pas que le riche vivant à la campagne arrive très bien à conjuguer avec aisance, lui.

      Ce qui me chiffonne, c’est que j’ai du mal à comprendre les raisons qui pousse donner ce genre de conseil quand il n’est pas applicable à une population dans son ensemble.
      Tu pourrais tout aussi bien lui dire d’être patron ! de monter une boite et de vivre dans l’opulence.
      Le conseil ne s’appliquerait avec pertinence là aussi qu’à une part réduite de la population.
      Il ne prend en compte ni la population dans son ensemble ni les individualités.

      Je lis souvent des phrase du genre  » Si ça ne te plais pas, tu n’a qu’aller vivre à la campagne. » Des propos presque … accusatoires. Comme si les gens étaient responsable de leurs mauvaises conditions de vie. Comme si ils étaient idiots, qu’ils avaient nécessairement le choix ou la possibilité mais que seuls leurs mauvaises volontés étaient en causes.
      Les personnes ne laisse généralement pas penser que c’est la civilisation, la société ni la modernité dans son ensemble qui pose problème mais bien des problématiques spécifique. A cela, le conseil offert est de presque quitter totalement les trois (si on à le porte monnaie en jachère). Cela me parait excessif même si j’y voie du positif aussi… je me dis juste que ce n’est pas une solution viable pour tous et qu’il parait étrange que ce commentaire revienne inlassablement alors que finalement très peu de personne en serait capable.
      Quid des personnes âgés, handicapés, des personnes seuls craignant de s’éloigner ? A moins que nous ne mettions pas la même signification au mot campagne et que j’imagine quelque chose de bien plus isolé que toi ?

      Ce qui me dérange également, c’est l’idée de renonciation sous-jacente lorsque je lis des phrases comme  » Si la société ne te plait pas, tu n’a qu’à t’exiler ». Pourquoi partir au lieu de vouloir l’améliorer ou la remplacer ?
      La dame de la vidéo se plaint de l’égalité de traitement entre les citoyens. D’un partage immorale des richesses. C’est une vie d’esclave je suis parfaitement d’accord avec toi.
      Révolté, tu conseil à un esclave de s’exiler vivre en autarcie. Je ne pense pas que ça soit mal : Son sort sera surement améliorer ! Mais qu’en est-il de tout les autres ? Le problème, c’est surtout l’esclavage.
      Aussi, vouloir améliorer le sort d’une personne, c’est louable. Vouloir améliorer le sort de tous, c’est grandiose. C’est ce qui sépare l’euro million de Ghandi pour faire une blague… bref, soyons grandiose !

      • logic

        pour sortir du système, il est clair qu’il faut commencer par ne pas avoir de dettes, et ensuite avoir qqs économies!

        Le système est un rouleau compresseur certes, mais il n’oblige personne a s’endetter!

        j’ai toujours bien vécu dans ma vie avec l’équivalent du smic ou même moins! mais cela implique d’avoir de l’electroménager et des vehicules d’occasion!

        Aujourd’hui, a peine les gens ont-ils leur première payes, qu’ils filent chez le marchand de voiture ou d’électroménager contracter des crédits! Le système est injuste certes, mais certains citoyens se mettent des boulets aux pieds tout seul!

      • alba13

        L’objectif n’est pas de renoncer ou de s’exiler. Il est de trouver un moyen de vivre permettant tant faire que peu de se passer du système et de ses obligations mercantiles.
        Et quand je cible la campagne, c’est parce que les loyers ou l’accès à la propriété y est moins onéreux mais aussi parce que, sans terre, point de salut. De plus, campagne ne rime pas forcement avec isolement.

        Je te confirme penser que nous sommes les acteurs de notre vie (et des changements qui y sont parfois nécessaires) donc responsables si cette dernière est de mauvaise qualité.

        Bien sûr, cette transition demande beaucoup de motivation et doit devenir un chemin de vie. C’est un parcours de tous les jours qui nécessite de se réapproprier l’art de la Terre, de redéfinir ses objectifs dans la vie, de réduire sa consommation et ses besoins …..

        Pour revenir sur l’exemple de cette dame, qu’est ce qui empêche son conjoint de se lancer dans une formation financée par le fongecif afin de changer de métier dans quelques temps ?

        Le Système et ses élites ne nous aideront pas, qu’on se le dise …. donc, à chacun de prendre en main afin d’enclencher ce changement. Avec une attitude positive, respectueuse de l’Autre et du Divin, alors l’Univers se chargera de nous aider et les choses se feront naturellement, dans le bon sens, ce qui n’exclue pas les difficultés soyons clairs.

        Après, je te rejoins sur le fait que l’argent facilite la tâche …. mais celui qui n’en a pas développera sa créativité pour compenser !

    • Arnaud M

      Tout à fait d’accord avec Alba. Si avec 2500 euros par mois tu ne t’en sors pas c’est qu’il y a un problème. Pas besoin de prendre un crédit pour une bagnole d’occase à 500 euros.
      Nous vivons dans un système où rien n’est normal, où les rêves qu’on nous impose pour avoir 3 appareils électroménagers superflus ne se font qu’au bout de beaucoup de sacrifice.
      Le système à gagné on ne peut rien y faire. Alors soit on continu à travailler comme des esclaves pour ses bourreaux et on ferme sa gueule en sachant que ce sera toujours pire, soit on arrête de leur donner de la puissance en travaillant pour soi ou la communauté plutôt qu’une minorité qui cherche à nous exploiter. Evidemment que cette sortie ne se fait pas sans sacrifices, qu’on devra déménager, se renseigner par soit même sur comment réparer les choses, vivre dans des caravanes ou mobilhome plus petits, ne plus voir certaines connaissances ou de la famille qui restent esclaves, arrêter de fumer ou de se droguer pour fuir sa vie.
      Mais ce qu’on gagne à côté est tellement énorme…

  • logic

    Dans ce système totalement inhumain, je préfère n’être rien que de contribuer a cette mascarade de démocratie!
    Pour tout dire, je suis même fier d’être rien!!!!
    Car si devoir « gagner » sa vie est pour certain « respectable », pour moi c’est une aberration….
    Sur cette terre il y a encore aujourd’hui l’équivalent de 2,5 hectare par humain de terre arable…il n’y a donc aucune, mais vraiment AUCUNE raison de devoir travailler pour se procurer les ressources nécessaire a la vie!

    Arrêtez de travailler, faites la grêve de la consommation, mettez-vous au chomage, faites tout ce qui est possible, mais ARRETEZ de contribuer a votre esclavage!

  • Emy Emy

    tout les partis politiques ont appelés pour voter pour Macron et les gens ont votés pour lui
    après on peut se plaindre mais quand il fallait réagir il n’y avait personne.

    il y a ceux qui ont votés pour Macron et ceux qui ont laissés faire
    ce n’est pas 7% mais tout le monde qui est responsable de ce qui se passe.

    • logic

      Mais il ne se passe qq chose que pour ceux qui attendaient une fois de plus que le système change leur vie ;)

      Attendre, c’est être immobile!

      Le changement ne vient que rarement de l’exterieur….. le jour ou l’esclave aura compris cela il aura fait un grand pas en avant pour son humanité!

  • Je ne méprise personne. J’ignore simplement, pour moi certaines personnes sont inexistantes.