Le ministre Nicolas Hulot et les embarrassants gels douche Ushuaïa…

Conflit d’intérêt ou pas, la fondation Hulot est financée par des fonds de sociétés, EDF, Véolia, Vinci, dont le ministre aura à « apprécier » les projets, ce qui pose question.

N.Hulot en 2015/Wikipédia

Nicolas Hulot a pu se verser 290.000 euros de salaires en 2013, complété par 66.000 euros de dividendes, selon le « Canard ».

Le long CV de Nicolas Hulot a donné des sueurs froides à l’Elysée, rapporte « le Canard enchaîné ». Dans son édition à paraître ce mercredi, l’hebdomadaire satirique s’est penché sur les différentes sociétés de l’actuel ministre de la Transition écologique. La Fondation Nicolas Hulot, mais pas seulement.

L’ancien présentateur de l’émission Ushuaïa a créé en 1990 une société, Eole Conseil, principalement alimentée par les royalties touchées sur les ventes de shampoings et gels douches de la marque Ushuaïa, qui appartient à TF1.

« En 1992, ce deal juteux lui rapportait déjà 113.000 euros », selon l’hebdomadaire, qui a consulté les comptes annuels. « A partir des années 2000, Eole Conseil a dégagé entre 480.000 et 715.000 euros de chiffre d’affaire par an. Une machine à cash pour l’écolo. Seul salarié, Hulot en possède 99,9% des parts. »

Nicolas Hulot a ainsi pu se verser 290.000 euros de salaires en 2013, complété par 66.000 euros de dividendes. Depuis, les montants sont confidentiels.

« Toutes les recettes d’Eole proviennent des produits d’Ushuaïa et de droits d’auteur sur des livres », a expliqué Nicolas Hulot au « Canard ».

La déclaration de patrimoine sera transmise d’ici quinze jours à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique.

Une fondation et des mécènes

Le « Canard enchaîné » en profite pour rappeler que « 60 Millions de consommateurs » a épinglé le mois dernier trois produits de la marque en raison de la présence de colorants allergènes ou d’une substance « soupçonnée d’être un perturbateur endocrinien ».

Le journal revient aussi sur les mécènes de la Fondation Nicolas Hulot. Jusqu’en 2012, EDF a versé 460.000 euros par an, puis 100.000 euros par an. Or, le ministre aura son mot à dire sur l’avenir des centrales nucléaires. Veolia a versé 200.000 euros par an entre 2012 et 2017. Quant à Vinci, désigné pour construire l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, il a financé la fondation à hauteur de 30.000 euros en 2014 et 2015.
« Tout sera déclaré à la Haute autorité, c’est elle qui appréciera s’il y a conflit d’intérêts », a indiqué Nicolas Hulot.
B.L. pour Temps-Réel

Voir:

Entre l’Etat et les sociétés d’autoroutes, un accord secret à plusieurs milliards

« Rendez l’argent ! » Attac dénonce les pratiques fiscales de Starbucks 

Lutter contre l’obsolescence programmée pourrait créer des milliers d’emplois

4 commentaires

  • KromoZom KromoZom

    Hulot est autant écolo que moi millionnaire.
    Ce n’est qu’une mascarade gigantesque, il n’y a plus que le pognon qui compte dans notre société mafieuse.

  • alba13

    Une véritable moutonnerie.
    Mais le pire, et c’est ça qui est vraiment inquiétant, c’est que le stratagème fonctionne à merveille avec 90% de nos cons citoyens.
    Une chose est sûre, ils savent parfaitement manœuvrer pour faire croire à une politique alors que leur dessein est diamétralement opposé (cf fin de l’Etat d’urgence). En même temps, la moutonnerie générale leur facilite grandement le travail …..

  • logic

    Dans ce gouvernement, comme par hasard ne sortent que des affaires pour faire virer des « non LREM »….serait-ce une réaction a son opposition aux nicotinoides????
    Nicolat hulot est loin d’être tout blanc, c’est sur, mais des gens le suivent depuis des années et l’attende au tournant, il ne peut donc eviter les question d’environnements.
    A mon humble avis, si une affaire (dont tout le monde est au courant depuis 30ans) sort sur Nicolas hulot, c’est qu’il gêne les plans de l’oligarchie!!!

    De plus parler de conflit d’intérêt c’est vraiment se foutre de la gueule du monde quand l’entièreté de la classe politique baigne dedans!

  • Je crois qu’il n’y a qu’en diffusant largement cette info sur ces conflits d’intérêts que ça pourra peut-être bouger. Les gens ne le savent pas.
    Et quand il va dire que c’est la Haute Autorité qui dira s’il y a ou non conflits d’intérêts, c’est se foutre du monde. Il est évident qu’il y en a un. Comment peut-il être libre de ses actes avec de tels mécènes ? Il va dire: on arrête le programme Linky alors qu’EDF a tout intérêt à le développer ? Et ses subsides alors ? A sec le Nicolas ? Que va devenir sa fondation ?
    N’importe quoi !!