Sarkozy se pose en sauveur pour faire face à Poutine, Trump et Xi…

Je suis toujours étonnée de la ressource de ces politiques qui, non content de nous avoir bernés une fois, se posent en sauveur de la Patrie. Pourtant en tant qu‘ancien président et membre à vie du conseil constitutionnel, cet énergumène fan de Rolex, ne devrait pas pouvoir se présenter. N’y a t-il pas dans son entourage, un de ces nombreux « experts » en droit constitutionnel, qui nous font profiter de leur « science » pour lui expliquer?

Va t-il faire encore changer la constitution à son profit, pour nous faire avaler les couleuvres? En attendant « Zorro » est sur les starting blocks ! (désolée pour l’anglicisme). oui! il a de l’expérience dans la défense du grand capital, des compromissions et, c’est un petit cuisinier, si on compte ses casseroles, quant aux plats et menus qu’il nous a concocté pendant qu’il portait la toque, ils se sont avérés plutôt indigestes..

Il nous a trahi avec le traité de Lisbonne, ministre des finances en 2004, il a vendu 600 tonnes d’or au plus mauvais moment*** mauvais calcul ? Le ras le bol des citoyen pour le virer, a conduit à ce que nous vivons, avec un « Moi je » tout aussi lamentable, que la représentation qu’il donne de notre pays. Souvenez vous des paroles de M. Audiard « ils osent tout! c’est à ça qu’on les reconnaît » ou  » Y’a des aristocrates et des parvenus, dans la connerie comme dans le reste » et là, nous avons des champions.

sarko-prisonFace aux dirigeants russe, chinois et américain, il faut un « président avec de l’énergie et de l’expérience », a affirmé Nicolas Sarkozy lundi. « Il va falloir négocier avec Poutine et Xi », qui savent « défendre les intérêts » de leurs pays, « avec Trump, ça ne va pas être une partie de plaisir. Le président que vous devez choisir, il lui faudra énergie et expérience », a affirmé l’ex-chef de l’Etat, devant environ 2.500 personnes, selon les organisateurs de ce meeting à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne).

>> A lire aussi : François Fillon peut-il créer la surprise?

Le candidat à la primaire de la droite et du centre a aussi tiré plusieurs salves en direction du président de la République. « François Hollande a fait le malin. Il croyait que le Brexit passerait, ce n’est pas passé, que Trump ne passerait pas, il est passé. A sa place, je réfléchirais avant d’être candidat », a-t-il affirmé, déclenchant les rires de la salle. « Je ne supporte pas la médiocrité dans laquelle il a fait descendre la France » et « je ne serai pas président otage de qui que ce soit, comme Hollande le fut avec Madame Duflot », l’ancienne responsable écologiste, a-t-il ajouté.

« C’est un temps pour les marins solides, pas pour les girouettes »

Dans une pique qui visait, sans les nommer, Alain Juppé, son principal concurrent à la primaire, en baisse dans les sondages mais toujours donné vainqueur de la compétition, et François Bayrou, président du MoDem et soutien du maire de Bordeaux, après avoir voté Hollande en 2012, Nicolas Sarkozy a affirmé : « c’est un temps pour les marins solides, pas pour les girouettes, un temps pour les femmes et les hommes à colonne vertébrale, des femmes et des hommes convaincus, pas sensibles aux changements d’atmosphère ».

>> A lire aussi : La rivalité Juppé-Sarkozy aussi sur les réseaux sociaux

« Il n’y aura pas d’accords dans votre dos, pas de combinaisons de partis, il y aura un pacte », a-t-il lancé. « Notre premier défi est celui de la vérité. Tout dépendra de notre capacité à poser le bon diagnostic » alors que « la France est face à des défis gigantesques », a également affirmé l’ancien chef de l’Etat : « sécurité, intégration, immigration, autorité… »

Anaphore

« Comment des jeunes Français, éduqués en France, soignés en France, en sont-ils venus à haïr un pays, qui a accueilli leurs parents, leurs grands-parents », à se sentir « moins intégrés qu’eux ? », s’est-il interrogé. « Si on ne se pose pas ces questions, on va au-devant de grandes désillusions ».

Critiqué par ses concurrents pour avoir notamment proposé la suspension du regroupement familial, Nicolas Sarkozy s’est justifié via une anaphore. « Ce qui est inhumain, c’est de faire croire à un jeune du Sahel qu’il a un avenir, un emploi en France. Ce qui est inhumain, c’est de laisser l’Afrique dans la pauvreté. Ce qui est inhumain, c’est de dépenser de l’argent pour soutenir les banques grecques alors qu’on ferait bien mieux d’investir dans un plan Marshall pour développer l’Afrique et aider les jeunes Africains à trouver du travail », a-t-il soutenu.

Source 20Minutes

***Ministre de l’économie et des Finances du gouvernement Raffarin, en 2004, Nicolas Sarkozy cherche des sous partout et décide de mettre en œuvre avec le gouverneur de la Banque de France une gestion « plus active » des réserves d’or de l’Etat qui dorment à 30 mètres sous terre. Un matelas encombrant, « stérile », qui ne rapporte aucun intérêt et qu’il serait temps de faire fructifier.
C’est le raisonnement du Maître de Bercy. Sarkozy vendra 550 tonnes d’or soit un sixième des réserves de l’Etat. Un beau magot dont la valeur a plus que…triplé depuis. Au cours du lingot d’or aujourd’hui la France a « perdu » 18 milliards d’euros dans cette opération !
Depuis, la politique dorée de gestion active établie par Sarko se poursuit. En 2009, la Banque de France vendait encore 56 tonnes d’or pour 1,3 milliard d’euros, histoire de doubler ses bénéfices. Au total, ce sont là 600 tonnes d’or qui seront bradées…

24 commentaires

Laisser un commentaire