Nos très chers émirs (Christian Chesnot et Georges Malbrunot)…

Ce n’est plus un secret, certains politiques français sont accros aux pétro-dollars. Les journalistes Christian Chesnot et Georges Malbrunot qui rappelons le, ont été enlevés en août 2004 par l’EI en Irak et ont été libérés le 21 décembre 2004, après 124 jours de détention, (VOIR la chronologie et leur témoignage) nous racontent les dessous de cette « amitié » très lucrative. On ne s’étonnera donc pas, qu’il y ait distribution de « légion d’honneur », à un prince saoudien par le locataire de l’Élysée. Un imam a aussi reçu en 2013, la « prestigieuse » décoration des mains d’Alain Juppé, maire de Bordeaux. Une lecture qui s’annonce passionnante..

Christian Chesnot et Georges Malbrunot, grands reporters au service étranger de France Inter pour le premier, et du Figaro pour le second, sont tous deux spécialistes du Moyen-Orient et auteurs de plusieurs ouvrages sur la région.

Ce livre est une enquête sur le rôle de l’argent des monarchies du Golfe. Comment l’argent a-t-il longtemps coulé à flots pour s’assurer la complaisance des responsables politiques ? Qui sont les politiciens qui en ont profité ? Quel est le rôle de l’Arabie Saoudite et du Qatar dans le développement du salafisme en France ? Les auteurs de ce livre ont eu accès à des documents officiels, des télégrammes diplomatiques et des notes du Trésor notamment.

De quoi en apprendre de belles sur la vénalité de nos politiciens. Les auteurs affirment ainsi que le ministre socialiste Jean-Marie Le Guen avait proposé que l’ambassade du Qatar signe un contrat avec la société de communication de son homme de confiance, Alexandre Medvedowsky, PDG de ESL Networks, laquelle société lui aurait reversé chaque mois 10.000 euros.

A Noël, le précédent ambassadeur du Qatar offrait aux parlementaires français du groupe d’amitié France-Qatar des montres Rolex ou des bons d’achats pouvant aller jusqu’à 5.000 ou 6.000 euros. Les épouses pouvaient recevoir des sacs Louis Vuitton d’une valeur de plusieurs milliers d’euros. A la fête de départ de cet ambassadeur, ils sont nombreux à se presser dans son hôtel particulier : Manuel Valls, Claude Guéant, Michèle Alliot-Marie, Jack Lang, Nadine Morano, Enrico Macias, les représentants de la communauté musulmane, mais aussi les responsables juifs du CRIF.

Les noms abondent, de ces politiciens qui ont profité de la générosité des émirs. Marine Le Pen n’est pas épargnée par les révélations des auteurs de cette enquête qui affirment que, lors d’une rencontre avec la présidente du Front National, le représentant des Emirats arabes unis a proposé un financement de un million de dollars, voire de deux, pour sa campagne électorale.

Il est aussi question dans ce livre des mosquées financées en France par des émirs.

Ecoutons ce que dit Jacques-Jocelyn Paul, industriel français installé à Ryad : « L’argent, nerf de la guerre, est aussi en Arabie la meilleure façon de gérer le clientélisme. Vers les tribus, vers les Occidentaux en les aidant à financer leurs partis politiques, en régulant les prix du pétrole et en octroyant des contrats d’armement mirifiques, vers les croyants du monde entier par la diffusion des thèses hanbalites et vers les pays sous-développés à vassaliser. «

Nos très chers émirs, Christian Chesnot et Georges Malbrunot, éditions Michel Lafon, 300 pages, 17,95 euros

Source Médias-Presse-Info

Un commentaire

Laisser un commentaire