François Hollande: 4% de bonnes opinions

On ne peut que difficilement faire pire comme l’explique l’article du Figaro… Et pourtant, il est toujours en place!

francois_hollande_carcassonne-1118

Selon une enquête Ipsos pour le Cevipof et Le Monde, le chef de l’État traverse actuellement la pire période du quinquennat. Jamais un président de la Ve République n’avait connu une telle dégringolade.

Redeviendra-t-il bientôt «Monsieur 3%»? Alors que la parution de l’explosif livre-confessions Un président ne devrait pas dire ça… a complètement rebattu les cartes à gauche et carrément remis sa candidature en question, François Hollande et ses proches admettaient avoir été touchés mais juraient être encore loin de couler.

Pourtant, selon une enquête Ipsos pour le Cevipof et Le Monde réalisée du 14 au 19 octobre et publiée ce mardi, le chef de l’État ne s’est pas contenté de plier sous la pression: il a bel et bien rompu.

Déjà détenteur du record d’impopularité jamais enregistré pour un président sous la Ve République, le locataire de l’Élysée vient d’améliorer sa propre contre-performance: son action est désormais créditée d’à peine 4% de bonnes opinions (3% «plutôt satisfaits», 1% «très satisfaits»). Une dégringolade d’autant plus révélatrice lorsqu’elle est comparée aux précédents chiffres de l’étude (12% en novembre 2015, 8% en janvier 2016), ou à l’importance du panel (17.047 d’interrogés).

Cette chute vertigineuse s’inscrit dans une tendance déjà alarmante pour François Hollande. En effet, la question de la pertinence – voire la légitimité – de sa candidature semble se poser un peu plus chaque jour, à mesure que les sondages se suivent et se ressemblent pour lui. Car en plus d’être donné «moins bon» que Manuel Valls ou Emmanuel Macron pour représenter la gauche de gouvernement, il pourrait maintenant être battu par Jean-Luc Mélenchon.

Suite sur Le Figaro

Mais sa fonction de président n’est malheureusement pas le seul mensonge du moment… L’agence de notation Standard and Poors a une nouvelle fois montré son sérieux, elle vient de relever la note de la France car elle se montre « plus optimiste sur les perspectives économiques de la France », quelle blague! Gageons que c’est plutôt une « récompense » des États-Unis pour « services rendus »… Pourtant, en voyant les graphiques présentés dans l’article, c’est bien le pessimisme qui est de mise…

 

7 commentaires

Laisser un commentaire