Pour construire leurs meubles eux-mêmes, ils créent le Wikipedia du bricolage…

Voilà qui devrait intéresser, bravo pour l’initiative, tous les tutos sont en français.

Img/20Minutes

Img/20Minutes

Dans l’univers des tutoriels, il n’y a pas qu’EnjoyPhoenix. Si vous souhaitez un meuble pour poser votre maquillage fait-maison ou recherchez un vélo en bois, il existe désormais un site pour le fabriquer vous-même.

«Notre idée, c’est de créer le Wikipédia des makers et du bricolage», explique Clément Flipo. Avec son ami Pierre Boutet ils ont lancé en juin Wikifab. Une nouvelle plateforme collaborative qui permet de partager des tutoriels gratuitement sur Internet.

Sur celle-ci, plus de 250 tutoriels sont déjà présents. On y trouve de tout: des plans pour bâtir une chaise de jardin jusqu’à ceux d’une enceinte Bluetooth ou d’un tracteur à pédales en passant par des conseils pratiques pour poser du parquet chez soi.

Fabriquer cette cafetière en cuivre sans soudure et sans outils électriques Fabriquer cette cafetière en cuivre sans soudure et sans outils électriques

Fabriquer cette cafetière en cuivre sans soudure et sans outils électriques

Le tout avec beaucoup de photos et une interface épurée qui indique la difficulté, le coût ainsi que le temps et les matériaux nécessaires aux différents projets.

Libérer le savoir

Une formule qui ressemble beaucoup à celle des sites américains Instructables et WikiHow. «Notre grande différence, c’est que ces plans sont éditables par n’importe qui selon les principes du wiki. Ainsi, un projet peut s’améliorer grâce aux contributions des internautes», explique Clément.

Wikifab se distingue aussi en étant à but non-lucratif. «Nous sommes une association et non une entreprise. Nous militons pour libérer le savoir et en faire un bien commun, pas pour en tirer un profit.» Un argument qui devrait plaire aux internautes, assure le jeune ingénieur : «Sur notre site il n’y pas de pubs et on ne demande pas aux gens de payer pour faire un Pdf de leur propre travail.»

Les premiers contributeurs sont en tout cas aussi divers que les projets présentés. On retrouve des associations connues dans le petit monde de l’ «open hardware» comme Gold of Bengal et Open Source Ecologie, ainsi que des blogueurs comme Auguste et Claire, un couple de belges spécialisés dans la décoration intérieure. Et bien sûr, de nombreux «fablabs». Ces ateliers citoyens où chacun peut venir construire ses projets.

Potager vertical

«Pour nous Wikifab répond à un besoin fondamental qui est celui de la documentation », explique Kévin Mazars, fondateur du fablab d’Albi. « Quand on invente un truc, on prend rarement le temps de publier sur Internet le résultat alors que c’est important pour inspirer d’autres personnes.»

Lui et ses amis bricoleurs ont notamment conçu un potager vertical dont ils ont publié les plans sur la plateforme. «C’est une structure en bois qui permet de produire de la nourriture tout en utilisant très peu d’espace et en recyclant son eau», décrit Kévin.

Wikifab peut aussi être intégré à d’autres sites. C’est ce qu’a fait l’association Gold of Bengal qui cherchait une solution pour publier ses recherches sur les technologies d’autosuffisance. «Beaucoup d’entreprises ont aussi besoin de documentation en interne», explique Clément le fondateur de Wikifab.

«Pour financer le site, nous créerons à terme un cabinet de conseil pour bien utiliser notre logiciel.» Un modèle économique qui a fait ses preuves dans le monde du logiciel libre, notamment pour le développement du système d’exploitation Linux.

100.000 makers

«C’est une initiative intéressante», commente Bertier Luyt, fondateur de l’entreprise d’impression 3D Fabshop et de la Maker Faire en France. «Le concept collaboratif du wiki apporte beaucoup à la plateforme et permettra peut-être d’éviter un tort fréquent dans l’open source : piquer des idées sans citer ses sources afin de s’attirer du crédit.»

Le public devrait bientôt être au rendez-vous. Si le site n’a pour l’instant que 600 inscrits, le mouvement des makers, lui, explose en France, assure Bertier Luyt. En trois ans, la Maker Faire, la foire des bricoleurs en tout genre, est passée de 8.000 à 65.000 personnes pour l’édition parisienne, et celle de Nantes aurait même rassemblé 100.000 curieux en juillet dernier.

«Le plus important ce n’est pas de savoir tout faire», glisse Berthier Luyt en souriant. «Mais d’avoir la liberté de pouvoir essayer!»

Téléchargez votre maison écologique et construisez la vous-même

Corentin de Chatelperron, l’aventurier de l’open source

Retrouvez tous les articles de 20 Minutes sur l’économie collaborative

Lire l’article

Auteur Julien Valnier pour 20Minutes

Voir comment se présente le tuto de la cafetière, c’est clair et bien fait. [Note**] Le cuivre s’oxyde vite à l’air, un petit coup de vernis incolore, pour garder le « brillant » c’est faisable?

Leur page Twitter

2 commentaires

Laisser un commentaire