Accueil » Argent et politique, Manipulation, Réflexion » (Mise à jour)L’Assemblée nationale vote le Mécanisme européen de stabilité..

(Mise à jour)L’Assemblée nationale vote le Mécanisme européen de stabilité..

Ou ils n’ont pas compris tout le danger que représente ce traité, ou ils nous ont vendus volontairement à la finance…..On peut remarquer, le long article qui explique aux moutons citoyens, ce qui les attends…..Espérons un article complet pour voir comment ils vont présenter ce MES/pompe à fric :no:

L’Assemblée a voté hier le Mécanisme européen de stabilité (MES), destiné à devenir le pare-feu permanent de la zone euro contre les crises de la dette souveraine. Les socialistes se sont abstenus (et entendent faire de même au Sénat) pour protester contre le Pacte de stabilité budgétaire conclu entre 25 pays de l’UE. Un texte juridiquement distinct mais politiquement lié au MES. Une attitude critiquée par l’exécutif . C’est une « faute historique. Les socialistes préfèrent fragiliser la zone euro que de voter avec la majorité […]. Ils préfèrent leur intérêt électoral que l’intérêt général européen », a dénoncé François Fillon. Les Verts et le Front de gauche ont voté contre. De même qu’une vingtaine de députés socialistes qui avaient voté « non » au traité Constitutionnel, dont Henri Emmanuelli.

Source Les-Echos

Voici les résultats du vote des députés! merci à Chalouette et Folamour du site Crashdebug

Analyse du scrutin n° 861 – MES « Mécanisme Européen de Stabilité » Première séance du 21/02/2012

Ce matin le réveil sera difficile pour 65,000,000 de « Français » car techniquement la France n’existe plus, elle a perdu sa souveraineté, Herman Van Rompuy a réussit sont coup d’état et à piraté illégalement le compte administrateur de votre pays, gage que comme promis il saura y installer SES mesuresPour vous faire alimenter une pyramide de ponzi afin de payer les intérêts d’une dette imaginaire

Chose promise, chose du, grâce à Chalouette veuillez trouver ci-dessous le détail des scrutins, face à l’écrasante majorité UMP même si ces traitres du PS c’était mobilisé, le traité serait passé… Pas mal pour une démoncratie maintenant totalement officielle…

Que cela vous serve de leçon pour les prochaines « élection » présidentielle et législative…

Image de prévisualisation YouTube

Scrutin public sur

l’ensemble du projet de loi autorisant la ratification du traité instituant le mécanisme européen de stabilité.

Nombre de votants : 438

Nombre de suffrages exprimés : 305

Majorité absolue : 153

Pour l’adoption : 261

Contre : 44

L’Assemblée nationale a adopté.

Groupe Union pour un Mouvement Populaire (305)

Pour: 250

MM. Yves Albarello, Alfred Almont, Jean-Paul Anciaux, Mme Edwige Antier, M. Jean Auclair, Mme Martine Aurillac, MM. Pierre-Christophe Baguet, Patrick Balkany, Jean Bardet, Mmes Brigitte Barèges, Sylvia Bassot, MM. Patrick Beaudouin, Jacques Alain Bénisti, Éric Berdoati, Jean-Louis Bernard, Jean-Yves Besselat, Jérôme Bignon, Jean-Marie Binetruy, Claude Birraux, Etienne Blanc, Émile Blessig, Roland Blum, Claude Bodin, Joseph Bossé, Jean-Claude Bouchet, Gilles Bourdouleix, Bruno Bourg-Broc, Mme Chantal Bourragué, M. Michel Bouvard, Mmes Valérie Boyer, Françoise Branget, M. Xavier Breton, Mme Françoise Briand, MM. Philippe Briand, Yves Bur, Dominique Bussereau, Dominique Caillaud, Patrice Calméjane, Bernard Carayon, Olivier Carré, Gilles Carrez, Mme Joëlle Ceccaldi-Raynaud, MM. Yves Censi, Gérard Cherpion, Jean-Louis Christ, Dino Cinieri, Éric Ciotti, Pascal Clément, Philippe Cochet, Georges Colombier, Mme Geneviève Colot, MM. Jean-François Copé, Alain Cousin, Jean-Yves Cousin, Jean-Michel Couve, Mme Marie-Christine Dalloz, MM. Olivier Dassault, Bernard Debré, Jean-Pierre Decool, Bernard Deflesselles, Rémi Delatte, Richard Dell’Agnola, Mme Sophie Delong, MM. Yves Deniaud, Bernard Depierre, Vincent Descoeur, Patrick Devedjian, Nicolas Dhuicq, Éric Diard, Michel Diefenbacher, Jacques Domergue, Mme Cécile Dumoulin, MM. Jean-Pierre Dupont, Paul Durieu, Christian Estrosi, Gilles d’ Ettore, Daniel Fasquelle, Yannick Favennec, Jean-Michel Ferrand, Alain Ferry, Daniel Fidelin, André Flajolet, Jean-Claude Flory, Nicolas Forissier, Mme Marie-Louise Fort, MM. Jean-Michel Fourgous, Marc Francina, Yves Fromion, Sauveur Gandolfi-Scheit, Jean-Paul Garraud, Gérard Gaudron, Jean-Jacques Gaultier, Hervé Gaymard, Guy Geoffroy, Bernard Gérard, Alain Gest, Franck Gilard, Georges Ginesta, Jean-Pierre Giran, Didier Gonzales, Jean-Pierre Gorges, François Goulard, Michel Grall, Jean Grenet, Mme Anne Grommerch, M. Jacques Grosperrin, Mme Arlette Grosskost, M. Serge Grouard, Mme Pascale Gruny, M. Louis Guédon, Mme Françoise Guégot, MM. Jean-Claude Guibal, Jean-Jacques Guillet, Christophe Guilloteau, Gérard Hamel, Michel Havard, Michel Heinrich, Michel Herbillon, Antoine Herth, Mme Françoise Hostalier, MM. Philippe Houillon, Guénhaël Huet, Sébastien Huyghe, Mme Jacqueline Irles, MM. Christian Jacob, Denis Jacquat, Yves Jego, Mme Maryse Joissains-Masini, MM. Marc Joulaud, Alain Joyandet, Didier Julia, Christian Kert, Jacques Kossowski, Patrick Labaune, Mme Fabienne Labrette-Ménager, M. Jacques Lamblin, Mme Marguerite Lamour, MM. Jean-François Lamour, Raymond Lancelin, Pierre Lang, Mme Laure de La Raudière, MM. Pierre Lasbordes, Charles de La Verpillière, Thierry Lazaro, Robert Lecou, Jean-Marc Lefranc, Marc Le Fur, Jacques Le Guen, Dominique Le Mèner, Jacques Le Nay, Jean-Louis Léonard, Pierre Lequiller, Céleste Lett, Mme Geneviève Levy, M. Gérard Lorgeoux, Mme Gabrielle Louis-Carabin, MM. Daniel Mach, Guy Malherbe, Richard Mallié, Jean-François Mancel, Mme Christine Marin, MM. Hervé Mariton, Alain Marleix, Mme Henriette Martinez, MM. Patrice Martin-Lalande, Alain Marty, Jean-Philippe Maurer, Pierre Méhaignerie, Christian Ménard, Gérard Menuel, Damien Meslot, Philippe Meunier, Jean-Claude Mignon, Pierre Morange, Pierre Morel-A-L’Huissier, Philippe Morenvillier, Jean-Marie Morisset, Georges Mothron, Etienne Mourrut, Alain Moyne-Bressand, Renaud Muselier, Jean-Marc Nesme, Jean-Pierre Nicolas, Yves Nicolin, Hervé Novelli, Mme Françoise de Panafieu, MM. Bertrand Pancher, Yanick Paternotte, Mme Béatrice Pavy, MM. Jacques Pélissard, Dominique Perben, Bernard Perrut, Michel Piron, Henri Plagnol, Serge Poignant, Axel Poniatowski, Mme Josette Pons, MM. Jean Proriol, Didier Quentin, Michel Raison, Frédéric Reiss, Jean-Luc Reitzer, Jacques Remiller, Bernard Reynès, Franck Riester, Arnaud Robinet, Camille de Rocca Serra, Marie-Josée Roig, Jean-Marie Rolland, Michel Rossi, Mme Valérie Rosso-Debord, MM. Jean-Marc Roubaud, Max Roustan, Martial Saddier, Francis Saint-Léger, Paul Salen, Bruno Sandras, François Scellier, André Schneider, Jean-Pierre Schosteck, Jean-Marie Sermier, Fernand Siré, Jean-Pierre Soisson, Michel Sordi, Daniel Spagnou, Eric Straumann, Alain Suguenot, Mme Michèle Tabarot, MM. Jean-Charles Taugourdeau, Guy Teissier, Michel Terrot, Jean-Claude Thomas, Dominique Tian, Jean Tiberi, Alfred Trassy-Paillogues, Georges Tron, Jean Ueberschlag, Yves Vandewalle, François Vannson, Mmes Isabelle Vasseur, Catherine Vautrin, MM. Patrice Verchère, Jean-Sébastien Vialatte, René-Paul Victoria, Philippe Vitel, Gérard Voisin, Michel Voisin, Eric Woerth, Gaël Yanno et Michel Zumkeller.

Abstention: 2

MM. Jacques Myard et Lionel Tardy.

Non-votants: 2

MM. Bernard Accoyer (Président de l’Assemblée nationale) et Louis Giscard d’Estaing (Président de séance).

Groupe Socialiste, Radical, Citoyen et divers Gauche (197)

Contre: 20

Mme Gisèle Biémouret, MM. Christophe Bouillon, Julien Dray, Olivier Dussopt, Henri Emmanuelli, Mme Martine Faure, MM. Hervé Feron, Pierre Forgues, Mmes Pascale Got, Sandrine Hurel, MM. Régis Juanico, Gilbert Le Bris, Kléber Mesquida, Mmes Catherine Quéré, Marie-Line Reynaud, Chantal Robin-Rodrigo, Odile Saugues, MM. Pascal Terrasse, Philippe Tourtelier et Jacques Valax.

Abstention: 130

MM. Jean-Marc Ayrault, Gérard Bapt, Claude Bartolone, Jacques Bascou, Mmes Delphine Batho, Marie-Noelle Battistel, Chantal Berthelot, MM. Jean-Louis Bianco, Serge Blisko, Patrick Bloche, Daniel Boisserie, Jean-Michel Boucheron, Marie-Odile Bouillé, Mme Monique Boulestin, M. Pierre Bourguignon, Mme Danielle Bousquet, MM. François Brottes, Alain Cacheux, Jérôme Cahuzac, Jean-Christophe Cambadélis, Thierry Carcenac, Christophe Caresche, Mme Martine Carrillon-Couvreur, MM. Jean-Paul Chanteguet, Gérard Charasse, Alain Claeys, Mme Marie-Françoise Clergeau, MM. Pierre Cohen, Catherine Coutelle, Mme Pascale Crozon, M. Frédéric Cuvillier, Mme Claude Darciaux, M. Pascal Deguilhem, Mme Michèle Delaunay, MM. Guy Delcourt, Bernard Derosier, Michel Destot, René Dosière, Tony Dreyfus, Jean-Pierre Dufau, William Dumas, Mme Laurence Dumont, MM. Jean-Paul Dupré, Yves Durand, Philippe Duron, Christian Eckert, Mme Corinne Erhel, MM. Laurent Fabius, Albert Facon, Mmes Aurélie Filippetti, Geneviève Fioraso, M. Jean-Louis Gagnaire, Mme Geneviève Gaillard, MM. Jean Gaubert, Paul Giacobbi, Jean-Patrick Gille, Jean Glavany, Daniel Goldberg, Marc Goua, Jean Grellier, Mmes Elisabeth Guigou, Danièle Hoffman-Rispal, M. François Hollande, Mmes Monique Iborra, Françoise Imbert, MM. Michel Issindou, Serge Janquin, Henri Jibrayel, Armand Jung, Mme Marietta Karamanli, MM. Jean-Pierre Kucheida, Jérôme Lambert, Mme Colette Langlade, MM. Jean Launay, Jean-Yves Le Bouillonnec, Mme Marylise Lebranchu, MM. Patrick Lebreton, Jean-Yves Le Déaut, Michel Lefait, Jean-Marie Le Guen, Mme Annick Le Loch, M. Patrick Lemasle, Mmes Catherine Lemorton, Annick Lepetit, MM. Bruno Le Roux, Bernard Lesterlin, Serge Letchimy, Michel Liebgott, Apeleto Albert Likuvalu, François Loncle, Victorin Lurel, Jean Mallot, Louis-Joseph Manscour, Mmes Jacqueline Maquet, Marie-Lou Marcel, Marie-Claude Marchand, MM. Jean-René Marsac, Philippe Martin, Mme Frédérique Massat, M. Gilbert Mathon, Mme Sandrine Mazetier, MM. Michel Ménard, Arnaud Montebourg, Pierre Moscovici, Henri Nayrou, Mmes Marie-Renée Oget, Dominique Orliac, MM. Michel Pajon, Christian Paul, Germinal Peiro, Jean-Luc Perat, Mmes Marie-Françoise Pérol-Dumont, Sylvia Pinel, Martine Pinville, MM. Philippe Plisson, Dominique Raimbourg, Simon Renucci, Marcel Rogemont, Bernard Roman, Gwendal Rouillard, René Rouquet, Michel Sapin, Mme Marisol Touraine, MM. Jean Jacques Urvoas, Daniel Vaillant, Manuel Valls, Michel Vauzelle, André Vézinhet, Alain Vidalies et Philippe Vuilque.

Groupe Nouveau Centre (24)

Pour: 11

MM. Jean-Pierre Abelin, Thierry Benoit, Christian Blanc, Charles de Courson, Jean Dionis du Séjour, Francis Hillmeyer, Olivier Jardé, Yvan Lachaud, Jean-Luc Préel, André Santini et Francis Vercamer.

Groupe Gauche Démocrate et Républicaine (20)

Contre: 18

Mme Marie-Hélène Amiable, M. François Asensi, Mme Martine Billard, MM. Alain Bocquet, Patrick Braouezec, Jean-Pierre Brard, Mme Marie-George Buffet, MM. Jean-Jacques Candelier, André Chassaigne, Marc Dolez, Mme Jacqueline Fraysse, MM. André Gerin, Pierre Gosnat, Jean-Paul Lecoq, Roland Muzeau, Daniel Paul, Jean-Claude Sandrier et Michel Vaxès.

Non inscrits (13)

Contre: 6

Mme Véronique Besse, MM. Nicolas Dupont-Aignan, Noël Mamère, Anny Poursinoff, François de Rugy et Dominique Souchet.

Abstention: 1

M. Daniel Garrigue.

MISES AU POINT AU SUJET DU PRÉSENT SCRUTIN (N° 861)

(Sous réserve des dispositions de l’article 68, alinéa 4, du Règlement de l’Assemblée nationale)

Mme Gisèle Biémouret, M. Hervé Feron, Mme Odile Saugues, M. Philippe Tourtelier qui étaient présents au moment du scrutin ou qui avaient délégué leur droit de vote ont fait savoir qu’ils avaient voulu « s’abstenir volontairement ».

Source : assemblee-nationale.fr via Chalouette

Source CRASHDEBUG

 

199 réponses à (Mise à jour)L’Assemblée nationale vote le Mécanisme européen de stabilité..

  1. Salut les moutons

    voici les noms, tous partis confondus
    de ceux qui n’ont pas trahi le peuple :
    faites circuler leurs noms
    afin qu’on se souvienne bien
    pour la présidentielle
    et les législatives
    QUI A VOTE QUOI

    voter pour le MES c’est voter contre les peuples
    mais cela on en a l’habitude avec nos crétinarques bruxellois   :monkey:

    nous avons encore un reste de pouvoir au fond des urnes.
    Les merdias nous narguent 
    la gauche bobo caviar écolo en tête
    avec une élection soi-disant gagnée d’avance. :lying:

    alors on peut tous aller à la pêche en mai,
    même pas la peine d’aller voter,
    puisqu’on nous impose déjà le résultat.
    maintenant si le peuple est réellement assez neuneu pour aller voter 
    Flamby :reallypissed:
    ou nous rebelotter avec SARKO, :reallypissed:
    alors qu’il ne se plaigne pas ensuite de ce qui l’attendra. :cry: :loser:

    donc voici les hommes et les femmes qui n’ont pas baissé la tête ni le froc devant cette ignominie qu’est le MES :

    Mme Gisèle Biémouret, MM. Christophe Bouillon, Julien Dray, Olivier Dussopt, Henri Emmanuelli, Mme Martine Faure, MM. Hervé Feron, Pierre Forgues, Mmes Pascale Got, Sandrine Hurel, MM. Régis Juanico, Gilbert Le Bris, Kléber Mesquida, Mmes Catherine Quéré, Marie-Line Reynaud, Chantal Robin-Rodrigo, Odile Saugues, MM. Pascal Terrasse, Philippe Tourtelier et Jacques Valax.
    Mme Marie-Hélène Amiable, M. François Asensi, Mme Martine Billard, MM. Alain Bocquet, Patrick Braouezec, Jean-Pierre Brard, Mme Marie-George Buffet, MM. Jean-Jacques Candelier, André Chassaigne, Marc Dolez, Mme Jacqueline Fraysse, MM. André Gerin, Pierre Gosnat, Jean-Paul Lecoq, Roland Muzeau, Daniel Paul, Jean-Claude Sandrier et Michel Vaxès.
    Mme Véronique Besse, MM. Nicolas Dupont-Aignan, Noël Mamère, Anny Poursinoff, François de Rugy et Dominique Souchet.
    mon député n’y est pas…je m’en souviendrai et mes proches aussi!!! :reallyangry:

    même si leurs raisons peuvent être très différentes
    ils ne nous ont pas trahi sur ce coup là.
    Ayons un peu de mémoire,
    un peu de courage 
    nous pouvons encore écrire NOTRE HISTOIRE. 

    ne laissons pas nos hommes politiques
    confondre nos bulletins de vote
    avec du papier WC!

    • Merci beaucoup pour cette liste qui je l’espère ne laissera pas impassible les moutons.
      Ne votez pas !

    • nabil patriote francais

      parmi les nom que tu a cité il en un qui me parait etre un imposteur tres malin… Mr DRAY qui est PS, qui supporte flamby et qui apel son parti à s’abstenir, mais qui lui a voté contre… 

      comme c’est bizarre!!!

      ne soyons pas dupe certain sont des oportunistes restons vigilant!!! moi j’ai vu les debats hier et je peut vous dire que Mr BRARD et Mr RUGY sont intervenu et on préché la bonne parole et c’est surtout eux qu’il faut remercier!!

      Attention, je ne dit pas que d’autre qui ont voté contre ne sont pas bon, mais aller remercier DRAY  faut pas exagerer!!!

      • Je suis d’accord avec toi, c’est l’intru…………….

      • Salut Nabil

        d’accord avec toi
        rester vigilants avant tout
        et gardons les à l’oeil.
        mais j’essaie de rester  (un peu) optimiste
        et de me dire que même un Dray
        peut avoir un éclair de conscience:
        on peut toujours rêver! 

        il paraît que plusieurs députés et assistants parlementaires lisent très régulièrement les moutons,
        (et pas seulement les RG)
        alors dites bien haut et fort ce que vous avez sur le coeur.

  2. Je pense qu’il y a un temps à la diplomatie et il y a un temps pour agir.
    Je pense que bientôt il va falloir arrêter les manifestations… Mais sortir les armes si nous voulons pas que l’avenir de nos enfants soit réduit en esclavage pour ces mondialiste.

  3. Une réponse  de Roland Muzeau   22/02 15h52
    Vous trouverez ci-dessous l’explication de vote prononcée hier soir, mardi 21 Février au terme du débat sur le Mécanisme Européen de Stabilité.
    Je vous confirme que l’ensemble des députés du Front de gauche dont je suis le chef de file ont voté contre le MES.
    Bien cordialement,

    Roland Muzeau
    Président des députés du Front de gauche

    M. le président. La parole est à M. Roland Muzeau, pour le groupe GDR. (Protestations sur les bancs du groupe UMP.)
    M. Roland Muzeau. Les députés du front de gauche voteront contre le projet de loi autorisant la ratification du mécanisme européen de stabilité. Si ce texte visait à mettre en place un fonds d’assistance aux États en difficulté au nom d’une véritable solidarité européenne, nous aurions pu y être favorables, mais le mécanisme que vous nous proposez n’est pas un simple organe de « coopération intergouvernementale » ; c’est une machine de guerre contre les peuples.
    Ce mécanisme a en effet pour objectif premier d’instaurer des normes renforcées de discipline budgétaire. Il ne s’agit pas de fournir une aide aux États qui en ont besoin, mais de préserver les intérêts financiers des banques et des créanciers et de mettre en place des plans d’assistance au système bancaire, en sacrifiant les populations sur l’autel du profit. Nous en avons l’exemple dramatique en Grèce.
    Vous vous félicitez du nouveau plan de sauvetage intervenu la nuit dernière, mais ce plan ne règle rien et n’ouvre aucune perspective nouvelle pour l’avenir du pays.
    Vous vous félicitez que le gouvernement grec ait accepté les contreparties fixées par la BCE, la Commission et le FMI. Ces contreparties sont pourtant scandaleuses. Le plan adopté par le gouvernement grec, samedi dernier, se traduira en effet par de nouvelles coupes dans les pensions, une nouvelle baisse de 22 % du salaire minimum – désormais fixé à 580 euros mensuels, et moins encore pour les jeunes –, le blocage total des salaires pour une durée indéterminée et la suppression de milliers d’emplois publics et privés. En échange d’aides qui bénéficient exclusivement au secteur bancaire, le peuple grec va devoir faire face à des programmes d’austérité implacables, dont les effets seront dramatiques et qui annihilent toute perspective de croissance.
    Avec le mécanisme européen de stabilité, vous ne proposez rien d’autre que ce que nous voyons aujourd’hui à l’œuvre en Grèce. Ce mécanisme sera en effet soumis au contrôle technocratique d’un collège de gouverneurs et imposera aussi, vous le savez, le secret sur les mécanismes de décision. Aucun compte ne pourra être demandé par le Gouvernement ou le Parlement. Quel parlementaire peut être prêt à un tel renoncement ?
    Ce mécanisme européen est en outre intimement lié à l’adoption programmée du futur traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance dans l’Union européenne, traité qui doit être approuvé par le Conseil européen la semaine prochaine. Selon ce texte, en effet, un État ne pourra recevoir d’aide au titre du MES s’il n’a pas préalablement ratifié le traité Sarkozy-Merkel. Or que prévoit ce texte ? La systématisation des contrôles budgétaires exercés sur les États, au mépris de leur souveraineté budgétaire, et la sanction de ceux qui ne se conformeront pas à la règle d’or et au diktat des marchés, via la saisine de la Cour de justice.
    M. Richard Mallié. C’est quand même eux qui ont dépensé l’argent, ce n’est pas nous !
    M. Roland Muzeau. Ce texte franchit un pas de plus dans l’inacceptable, dans le dessaisissement démocratique des citoyens et des peuples, en violation manifeste et délibérée des principes de souveraineté budgétaire et de séparation des pouvoirs.
    Nous considérons qu’il est inconstitutionnel et, en conséquence, saisirons le Conseil constitutionnel. Il demande aux parlementaires d’abdiquer leur rôle d’élus du peuple pour confier les clefs de la politique économique à Bruxelles, qui veut imposer partout en Europe, sous la pression des marchés, le règne de l’austérité (Exclamations et claquements de pupitre sur les bancs du groupe UMP.) Nous ne pouvons accepter cette mise sous tutelle, cette abdication, et de voir ainsi piétiner les principes démocratiques les plus élémentaires.
    Avec ces traités, vous voulez asphyxier l’Europe. Nous voulons au contraire lui redonner du souffle. Les peuples européens ne veulent pas de la purge sociale que vous tentez de leur imposer, ni sacrifier leur avenir pour le seul bénéfice des détenteurs de capitaux. Aucune fatalité ne pèse sur l’austérité. L’Europe des peuples n’a pas besoin d’un pacte de stabilité, mais d’un pacte de solidarité et de croissance fondé sur la relance de la consommation intérieure, l’investissement, le soutien aux filières industrielles, des protections ciblées pour contrecarrer les délocalisations et le dumping social et fiscal. (Exclamations sur les bancs du groupe UMP.)
    Cela ne peut se faire sans reconsidérer l’architecture des institutions européennes et le rôle de la BCE, dont l’indépendance et la politique monétariste ont eu et continuent d’avoir des conséquences ruineuses sur la croissance du continent.
    M. le président. Veuillez conclure, monsieur Muzeau.
    M. Roland Muzeau. En voulant imposer aujourd’hui le mécanisme européen de stabilité, vous bafouez une fois de plus le non des Français au traité constitutionnel de 2005. Nous refusons ce nouveau coup de force, comme nous nous opposons aux logiques qui sont en train de broyer le peuple grec et qui, demain, broieront peut-être l’ensemble des Européens.
    M. le président. C’est terminé, monsieur Muzeau !
    M. Roland Muzeau. Avec leur candidat, Jean-Luc Mélenchon (Vives exclamations sur les bancs du groupe UMP),…
    M. Richard Mallié. Ce n’est pas un meeting !
    M. Roland Muzeau. …les députés du Front de gauche, communistes, républicains, citoyens et du parti de gauche lancent un appel à tous les parlementaires, en particulier à ceux de gauche.
    M. le président. Vous avez épuisé votre temps de parole !
    M. Roland Muzeau. N’acceptez pas ce coup de force contre notre démocratie. Un seul vote s’impose pour rendre possible, demain, une autre politique et rendre crédible l’idée même d’une renégociation européenne. Le seul vote efficace, c’est le rejet de ce traité. (Applaudissements sur les bancs du groupe GDR.)

     

  4. Juste un « détail » que tout le monde semble oublier : c’est que le texte doit passer au Sénat et que le Sénat est à gauche

    • Il y a encore possibilité de le stopper? :(

      • impossible à stopper!

      • Ben si ils refont le coup de s’abstenir, c’est plié d’avance :(

        • Mais il veulent re-négocieeeer, ils rêvent debout?? monde de bisounours pour ces
          abrutis?
          IL DOIVENT VOTER ET ETRE TOUS PRESENTS
          A moins que ce soit la lâcheté qui les empêchent de voter, sachant qu’après, plus rien
          ne sera négociable….
          Je me demande s’ils se rendent compte du désastre.. et si oui, c’est voulu par les vampires de la haute finance,
          dont ils sont les chiens-chiens dociles, qui auront les clés pour faire cracher tout les peuples au bassinet!!
          Vivement que tout se casse la gueule, au moins on saura quoi faire! là ils font durer le plaisir, et à force
          de tirer sur la corde, ça ne va pas être joli à voir! :evilgrin:

          • Toi même tu le sais ce qui nous attend…. c’est catastrophique… J’ai participé à tout faire pour que ça ne soit pas voter mais au fond de moi je savais très bien le résultat à partir du moment ou ils sont dans leur délire du nouvel ordre mondiale tout ce qu’on fera ne servira à rien…

            • Bien sur que je le savais, comme toutes les lois iniques qui
              ne servent que les intérêts de ceux qui sont pourris de frics!! alors ce n’est pas
              vraiment l’argent qu’ils veulent, c’est la puissance et le pouvoir absolu

    • Bah, ils vont se coucher comme leurs homologues députés…
      Classe politique de M~ R ~ E …

  5. :reallypissed:

  6. le Sénat peut bloquer une loi pour des raisons de constitutionnalité .
    Mais comme ce sont des vendus …

    • Dans le même esprit que la lettre contre le MES, il faudrait que quelqu’un
      nous ponde une belle missive, en mettant toutes les transgressions aux
      déclarations des droits de l’homme et du citoyen, avec leurs lois et traités bordéliques!
      Là ils s’engueulent entre eux et ça suffit aux gens pour être tranquilles, sachant qu’il
      y en a plus de la moitié, qui n’ont aucune idées des implications, de ce que les « députés » ont voté.

  7. DÉCLARATION DES DROITS DE L’HOMME ET DU CITOYEN DE 1789


    Article III

    Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément.

  8. Oulah c’est obsolète ça …. :evilgrin:

  9. Réponse  22/02 à 16h04
    Bonjour,

    Suite à votre sollicitation, Madame Anny Poursinoff me charge de vous transmettre ce message.

    Cordialement,

    Carine lalmant
    Attachée parlementaire auprès d’Anny Poursinoff
    http://www.annypoursinoff.fr/

    Madame, Monsieur,

    Comme vous, de nombreux citoyens et citoyennes m’ont écrit pour me faire part de leur opposition au Mécanisme européen de stabilité (MES).

    Cette mobilisation témoigne de la gravité avec laquelle les conséquences des politiques ultra-libérales imposées à la Grèce trouvent écho, ici en France.

    Les contreparties au « plan d’aide » imposées à la Grèce, c’est-à-dire les plans d’ajustement structurels exigés, sont humainement et économiquement catastrophiques : nouvelle baisse de 20% du salaire minimum et des retraites, suppression de 30 000 emplois publics… Le Centre de prévention des MST a noté une progression du Sida en Grèce de 54% en un an, qui s’expliquerait à la fois par le développement de la prostitution ainsi que par des contaminations volontaires, les pensions versées aux séropositifs comptant parmi les rares prestations sociales à n’avoir pas été supprimées.

    Pour les écologistes, l’institutionnalisation de ces plans dits « d’aide » ne vont pas dans le sens de l’Europe solidaire souhaitée. C’est un « Mécanisme européen de « solidarité » et non de « stabilité » qu’il convient de mettre en oeuvre.

    En outre, le MES conditionne le soutien financier à la ratification du Traité « Merkozy » sur la stabilité, la coordination et la gouvernance dans l’Union économique et monétaire (TSCG) qui impose aux Etats signataires une règle d’or et des sanctions quasi-automatiques en cas de dépassement de la limite de 3 % du PIB des déficits publics annuels.

    Il s’agit là d’une institutionnalisation de l’austérité comme horizon indépassable de la politique budgétaire européenne.

    Au-delà de la question financière, ce traité acte également un profond déficit de démocratie, comme vous le soulignez. Le MES est une société financière dont les Etats sont les actionnaires. Les droits de vote sont proportionnels à leur apport financier…. et seules la France et l’Allemagne possèdent un veto de fait sur la plupart des décisions du MES. En outre, aucune des trois institutions chargée de mettre en oeuvre les plans d’ajustements structurels (Commission, BCE, FMI) n’est responsable devant les parlements européen ou nationaux. Enfin, le personnel du MES jouit d’une immunité absolue quant aux actes accomplis dans l’exercice officiel de leurs fonctions et bénéficient de l’inviolabilité de leurs papiers et documents officiels.

    Ce traité propose donc d’entériner une politique d’austérité aussi injuste qu’inefficace, mise en oeuvre sans aucun contrôle démocratique.

    Pour autant les écologistes ne sont pas souverainistes. Nous nous faisons une autre idée de la démocratie européenne.

    Les conditionnalités doivent être rééquilibrées. Nous considérons par exemple que la Grèce doit revoir ses dépenses militaires et sa politique fiscale, lutter contre la corruption, la fraude et les exonérations indues.

    Les conditionnalités ne peuvent pas non plus rester unilatérales. Comment peut-on encore faire la leçon aux Grecs quand la Suisse couvre leurs évadés fiscaux et que la France et l’Allemagne leur vendent des milliards d’euros d’armements ? Il en va de même sur le plan économique : une surveillance macro-économique définissant la gouvernance économique européenne doit être mise en place de manière équilibrée. Elle doit, d’une part, s’appliquer efficacement aux pays en surplus comme à ceux en déficit de leur balance courante, car ils sont interconnectés, et d’autre part, introduire des indicateurs appropriés de nature sociale et environnementale comme les inégalités de salaire, les dépenses d’éducation, l’empreinte écologique ou la productivité des ressources.

    La solution à cette crise passera nécessairement par une plus grande intégration budgétaire européenne.

    C’est pourquoi les écologistes ont voté contre le traité sur le mécanisme européen de stabilité (MES). Quant à l’amendement à l’article 136 du traité sur le fonctionnement de l’UE, qui pose simplement le principe d’un mécanisme de stabilité soumis à d’hypothétiques conditions, nous refusons le piège tendu. En décidant de ne pas prendre part au vote, nous indiquons ainsi qu’entre l’austérité libérale et le repli national, il est à construire une Europe démocratique, écologique et sociale.

    Cordialement,

    Anny Poursinoff
    Députée Europe Ecologie – Les Verts
    http://www.annypoursinoff.fr/

  10. BRILLANTE INTERVENTION DE M.Jean-Pierre BRARD
    Député de la Seine-Saint-Denis
    VOIR VIDEO CI-JOINTE
    Réponse reçue 22/02 à 16h18
    Bonjour,

    J’ai bien reçu votre courriel relatif au mécanisme européen de stabilité et l’ai lu avec un grand intérêt.

    Mardi 21 février, j’ai essayé de faire résonner vos interrogations et votre indignation dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale.

    J’espère avoir répondu à vos attentes.

    Je vous prie de bien vouloir trouver le lien ci-dessous renvoyant à la vidéo de mon intervention.

    http://www.dailymotion.com/video/xoxw09_brillante-intervention-de-jean-pierre-brard-contre-le-mes_news

    Salutations républicaines,

    Jean-Pierre BRARD
    Député de la Seine-Saint-Denis
     

  11. Reçu le 22/02 à 18h52
     
    Bonjour,

    Suite à votre interpellation, vous trouverez ci-dessous l’argumentaire des parlementaires écologistes sur leurs votes concernant les deux projet de loi votés hier à l’Assemblée nationale.

    Vous en souhaitant bonne réception.

    Cordialement,

    Charlotte Pauron
    Assistante parlementaire de
    Noël Mamère, député de Gironde

    Instauration du MES
    Argumentaire de la position écologiste

    Les écologistes voteront contre le traité sur le mécanisme européen de stabilité (MES) et ne prendront pas part au vote de l’amendement à l’article 136 du traité sur le fonctionnement de l’UE.

    L’actualité grecque offre à cette discussion sur le MES une illustration aussi éclairante que dramatique. L’octroi d’un plan d’aide de 130 milliards d’euros a été conclu dans la nuit afin d’éviter un défaut de paiement imminent. En contrepartie, la Grèce a consenti à la demande de la France et de l’Allemagne à la mise en place d’un compte budgétaire bloqué dédié au service de la dette. Il s’agit d’une sorte de « saisie sur salaire » qui oblige la Grèce à rembourser les créanciers étrangers avant de pouvoir engager la moindre dépense publique nationale.

    Le chômage en Grèce se monte à 20%, les salaires ont baissé de 15% en deux ans et ce nouveau plan d’aide prévoit une baisse de 20% du salaire minimum et des retraites, la suppression de 30 000 emplois publics, l’imposition des salaires supérieurs à 5000 euros annuels etc. Le Centre de prévention des MST a noté une progression du Sida en Grèce de 54 % en un an, qui s’expliquerait à la fois par le développement de la prostitution ainsi que par des contaminations volontaires, les pensions versées aux séropositifs comptant parmi les rares prestations sociales à n’avoir pas été supprimées.

    Le MES ne vise rien d’autre qu’à l’institutionnalisation de ces plans « d’aide », qui nous sont présentés aujourd’hui par les libéraux comme l’ultime expression de la générosité des pays vertueux à l’égard des peuples négligents.

    L’article 12-1 précise la nature de la contrepartie au soutien financier : « Si cela est indispensable pour préserver la stabilité financière de la zone euro dans son ensemble et de ses États membres, le MES peut fournir à un membre du MES un soutien à la stabilité, subordonné à une stricte conditionnalité adaptée à l’instrument d’assistance financière choisi. Cette conditionnalité peut prendre la forme, notamment, d’un programme d’ajustement macroéconomique ou de l’obligation de continuer à respecter des conditions d’éligibilité préétablies. »

    L’article 13-3 précise la mise en oeuvre du mécanisme : « Le conseil des gouverneurs charge la Commission européenne – en liaison avec la BCE et, lorsque cela est possible, conjointement avec le FMI – de négocier avec le membre du MES concerné un protocole d’accord définissant précisément la conditionnalité dont est assortie cette facilité d’assistance financière. »

    Exactement comme pour la Grèce aujourd’hui, il s’agira donc de plans d’austérité aveugles imposés par la troïka (Commission, BCE, FMI), dont l’exemple grec vient pourtant de démontrer l’inconséquence : le pays est tellement étranglé, l’économie tellement rétractée, que les économies de dépenses ne compensent même pas le manque à gagner fiscal !

    Mais le MES va encore plus loin, en conditionnant le soutien financier à la ratification du traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance dans l’Union économique et monétaire (TSCG, ou traité « Merkozy »), qui impose aux Etats signataires une règle d’or et des sanctions quasi-automatiques en cas de dépassement de la limite de 3 % du PIB des déficits publics annuels.

    Le « considérant » 5 indique en effet :
    « Il est reconnu et convenu que l’octroi d’une assistance financière dans le cadre des nouveaux programmes en vertu du MES sera conditionné, à partir du 1er mars 2013, à la ratification du TSCG par l’État membre concerné. »

    Il s’agit là d’une institutionnalisation de l’austérité comme horizon indépassable de la politique budgétaire européenne.

    Au-delà de la question financière, ce traité acte également un profond déficit de démocratie.
    En effet, le MES est une société financière dont les Etats sont les actionnaires. Ceux-ci disposent donc de droits de vote proportionnels à leur apport financier (article 4-7 : « Chaque membre du MES dispose d’un nombre de voix égal au nombre de parts qui lui ont été attribuées dans le capital autorisé du MES »). De plus, comme « le conseil d’administration adopte ses décisions à la majorité qualifiée, sauf disposition contraire » (article 6-5), que « l’adoption d’une décision à la majorité qualifiée requiert 80 % des voix exprimées » (article 4-5) et que seule la France et l’Allemagne possède plus de 20% des parts (Annexe II), seule la France et l’Allemagne possèdent un veto de fait sur la plupart des décisions du MES. Ensuite, on a vu (art. 13-3) que c’est la troïka (Commission, BCE, FMI) qui est chargée de mettre en oeuvre les plans d’ajustements structurels, or aucune de ces trois institutions n’est responsable devant les parlements européen ou nationaux ! Enfin, le personnel du MES jouit d’une immunité absolue (article 35-1 : « Dans l’intérêt du MES, le président du conseil des gouverneurs, les gouverneurs, les gouverneurs suppléants, les administrateurs, les administrateurs suppléants ainsi que le directeur général et les autres agents du MES ne peuvent faire l’objet de poursuites à raison des actes accomplis dans l’exercice officiel de leurs fonctions et bénéficient de l’inviolabilité de leurs papiers et documents officiels »). Il va de soi que nous nous faisons une autre idée de la démocratie européenne.

    Ce traité propose donc d’entériner une politique d’austérité aussi injuste qu’inefficace, mise en oeuvre sans aucun contrôle démocratique.

    Aucune faute réelle ou supposée ne peut justifier les souffrances qui sont infligées au peuple grec,  aujourd’hui sous la pression et peut-être demain par la force des traités. Pour autant les écologistes ne sont pas souverainistes. Nous considérons par exemple que la Grèce doit revoir ses dépenses militaires et sa politique fiscale, lutter contre la corruption, la fraude et les exonérations indues : « les conditionnalités  imposées doivent être rééquilibrées en insistant sur le prélèvement effectif de l’impôt sur les plus aisés dans la société, et en brisant les tabous et les privilèges comme l’immunité du milieu militaire en Grèce ou des églises comme en Grèce ou en Italie. (…) L’austérité unilatérale doit céder la place à des réformes socialement justes et soutenables et à des investissements pour renforcer les économies nationales. » (déclaration de Paris)

    Ces conditionnalités ne peuvent non plus rester unilatérales. Comment peut-on encore faire la leçon aux Grecs quand la Suisse couvre leurs évadés fiscaux et que la France et l’Allemagne leur vendent des milliards d’euros d’armements ? Il en va de même au plan économique : une surveillance macro-économique, encadrée « par le “six-pack”, définissant la gouvernance économique européenne, doit être mise en place de manière équilibrée. Elle doit d’une part, s’appliquer efficacement aux pays en surplus comme à ceux en déficit de leur balance courante, car ils sont interconnectés, et d’autre part, introduire des indicateurs appropriés de nature sociale et environnementale comme les inégalités de salaire, les dépenses d’éducation, l’empreinte écologique ou la productivité des ressources. » (déclaration de Paris) Cela éviterait à des pays comme l’Allemagne de s’autoriser à prodiguer des saignées à la Grèce alors que dans le même temps, elle déstabilise la zone euro par une compétitivité fondée sur sa pauvreté nationale.

    La solution à cette crise passera nécessairement par une plus grande intégration budgétaire européenne.
    « Aucune union monétaire n’a été couronnée de succès sans un budget commun crédible qui enrichit la gamme des instruments de politique économique. Ainsi, nous avons besoin d’un budget européen nettement plus ambitieux, financé par des ressources propres co-décidées par le Parlement et alimenté également par la taxe sur les transactions financières (TTF) et la contribution énergie/climat, ce qui donnera lieu à une réduction partielle des contributions des Etats-Membres. Ce budget sera complété par l’émission d’obligations dédiées au financement de projets d’intérêt général comme des infrastructures pan-européennes d’énergies renouvelables ou bien le positionnement de l’Europe comme leader dans les solutions sobres en énergie et en ressources. Ceci créera un Trésor Européen fort et utile. » (déclaration de Paris)

    Ce n’est enfin qu’à ces conditions qu’il deviendra utile de se doter d’institutions financières solidaires, comme un Fonds Monétaire Européen (FME) « établi comme un instrument communautaire (et non intergouvernemental), rendant démocratiquement compte au Parlement Européen, et capable d’émettre des euro-obligations, qui devraient améliorer l’attractivité du marché de la dette souveraine en Europe. » (déclaration de Paris)

    Il est en effet primordial de rappeler que pour les écologistes, avant d’être financière, la crise tient à l’inégale répartition des richesses (c’est la crise sociale) et à la rareté des ressources naturelles (c’est la crise écologique). S’il peut ponctuellement y avoir une urgence à desserrer l’étau financier qui suffoque tel ou tel pays, aucune réponse exclusivement financière ne pourra amorcer de rémission durable de la crise.

    Pour toutes ces raisons, les écologistes voteront contre le traité sur le MES. Au sujet de l’amendement à l’article 136, qui pose simplement le principe d’un mécanisme de stabilité soumis à d’hypothétiques conditions, les écologistes refuseront le piège tendu et ne prendront pas part au vote, indiquant ainsi qu’entre l’austérité libérale et le repli national, il est à construire une Europe démocratique, écologique et sociale.

  12. je ne laisse pas de commentaires :

    les guignols dans les Chambres d’enregistrements : Sénat, Assemblé dite « nationale » Ministères… ne font qu’obéir aux :

    Trilatérale, Bilderberg, Siécle et loges maçonniques

    Lorsqu’une grande partie des moutons auront compris, intégrés cela dans leur raisonnement, déduction, analyse, ils auront fait une grande évolution intellectuelle spirituelle…..

    j’allai écrire « un grand bon en avant » Mao… sait tout….Mao grand purificateur, génocidaire….

  13. Eh ben voilà la liste (entres autres) des individus indignes qui devront être alignés à un mur, accroché à des lampadaires par des crocs de bouchers, bref, livrés à la vindicte populaire, lorsque tout partira en vrille.
    Quand comprendrez-vous tous que nous n’avons pas besoin d’eux ? Avez-vous déjà oublié que nos amis belges se sont trés bien passé de cette vermine pendant des mois sans s’en porter plus mal. Ils ne sont que des parasites à qui vous abandonnez votre souveraineté individuelle.
    Réagissez et posez vous la bonne question !
    En quoi avons nous besoin d’hommes (femmes) politiques professionnel(le)s ?
    Ils faut donc bien croire que nous sommes tous bien trop c..s pour mettre au point un autre mode de fonctionnement.
    Montez sur la table pour changer d’angle de vue et de nouvelles perspectives s’offriront à vous.
    Quand je pense à ce qu’ils nous coûtent par rapport à ce qu’ils nous apportent !
    A quoi, et en quoi nous “servent -ils ? Tous ces individus si dévoués qui se battent pour avoir la place ??? ….

    Tuons les tous ! Le Diable reconnaîtra les siens !

    • :yes:

      • Suis pas pour les tuer, suis plutôt pour les mettre en HLM au RMI avec obligation d’une formation, d’aller nettoyer les rivières, les forêts, sinon plus d’alloc…

        l’hiver : on leur coupe le chauffage pendant 15 jours pour leur montrer ce que l’on a vécu…..

        JUJU l’horloger de SOS raciste au RMI et fringues chez TATI….

        • C vrai qu’ils servent au moins à qq chose!

        • Salut Viking

          juste une remarque
          on ne leur donne PAS le RMI car ils ont engrangé assez avec leurs mandats multiples,leurs retraites à étages ,
          et leurs prébendes de cabinets d’avocats, de conseils (sans rire)! et autres joyeusetés.

          on ne devrait pas prétendre gouverner le peuple
          si l’on n’a pas d’abord servi le peuple gratuitement. 
          on doit s’assurer de l’intégrité et du désintéressement de ceux qui doivent gérer nos finances publiques.

  14. il ne reste que la lutte contre cette oligarchie anti démocratique pour qui la recherche du profit est supérieure au bien être humain……l’abbé MESLIER l’avait déjà dit il y a longtemps mais il va falloir les pendre avec les tripes des curés////…
     

  15. nabil patriote francais

    pour ceux qui sont interesser par les detail de cette journéé memorable et qui souhaite garder des preuve ecrite des debat du MES voici le lien

    http://www.assemblee-nationale.fr/13/cri/2011-2012/20120133.asp#P580_103288

  16. SAlut Fenrir

    Ragnarok n’a pas encore sonné!
    et ce n’est certainement pas au peuple de tuer qui que ce soit.
    par contre tu as raison 
    le peuple aurait les moyens de reprendre le pouvoir s’il voulait s’en donner la peine.
    mais tant qu’il y aura des jeux vidéos, des teufs (!!!) , des mac do et du grand n’importe quoi pour noyauter le cerveau des citoyens
    on ne pourra compter que sur un petit nombre, une fraction somme toute infime pour faire ce qu’ils peuvent afin de préserver des germes de liberté.

    lutter contre le système de manière violente peut vite conduire au bain de sang.
    et personne n’a jamais rien gagné aux bains de sang.
    mais on peut être des rebelles aussi vigilants que pacifiques…modeste opinion de ma part.

    • Ben si, des bains de sang ont renversé des régimes….

      • salut Tex

        bien sur,
        on a renversé des régimes, bien souvent remplacés par d’autres qui n’étaient pas meilleurs (la Royauté fut suivie par la guillotine! le tsarisme par le communisme, et l’empire du milieu par le maoïsme, avec beaucoup de sang et pas beaucoup de liberté à la clé)
        les printemps arabes prédisent déjà des hivers noirs et sanglants pour les démocrates
        je n’ai rien contre les révolutions mais sans réécrire l’histoire,
        et en se préoccupant plutôt du futur
        essayons de ne plus commettre les mêmes erreurs 

        il doit bien y avoir des moyens plus pacifiques d’avancer
        pacifique mais fermes….

        certains manipulateurs sont toujours prêts
        à faire couler… le sang des autres.
        mais je ne crois pas qu’on puisse s’enfermer dans une seule réponse.

        ce qui me préoccupe c’est d’éviter les bains de sang inutiles
        et beaucoup l’ont été

  17. Tiens le Nain nous à pas pondu un referendum pour nous demandés notre avis?
    Comme c’est étonnant..! de la part du défenseur du peuple et de la démocratie… plus sérieusement
    La démocratie (la vraie) est morte faut être clair
    Aujourd’hui on est juste dans une démocratie d’opignon et encore…
    La majorité des Français sont hostile à l’Europe et bizarrement toutes les décisions qui sont prises à ce sujet vont à contrario de notre avis, on a aucun pouvoir décisionnaire, J’ appel cela de la dictature…
    Pour  récupérer notre souveraineté, face au cartel bancaire et politique va falloir batailler dur, très dur, cela ce fera (si ça ce fais…) dans la douleur
    Une manif ne suffira pas….
    Nos politichiens sont corrompu, trop de mélanges des genres, pouvoir public, argent privé  disons le clairement ils bossent pour de grandes compagnie privées , sous couverture, ce sont agents infiltrés …
    Je ne crois plus au vote, (mais je voterai quand même utile contre Sarkozy, bien que je sais qu’il va être réélu)
    Nous (le peuple) ne somme pas exempt de tout reproche non plus, d’une certaine manière, nous somme corrompu également, par  notre confort, notre matérialisme… tout cela nous pousse à ne rien faire.
    Il temps d’agir
    Ça me fais pensé à une scène de Pinocchio (NWO compagnie…) On lui propose du divertissement, une fête très exactement et justement, il croit que c’est la fête… et à la fin de celle ci, ils sont transformés (lui et ses amis) en ânes
    Bah des fois j’ai l’impression que c’est un peu nous.

     
     

  18. nabil patriote francais

    voila de l’action , meme si on le sait, dans l’immediat ils ne changerons pas grans chose…

    http://www.youtube.com/watch?v=0fI2N7Tdwdg&feature=player_embedded

  19. qui peut m’expliquer cette phrase que j’ai reçu dans un message. Quel second traité???

    Nous allons maintenant passer à l’examen du second traité, bien plus problématique et là je pense qu’il n’y aura plus lieu de polémiques au sein de la Gauche, pour le plus grand bonheur du clan Sarkozy. 

    Qui peut m’expliquer???????

  20. nabil patriote francais

    Pour ceux qui aurait encore un doute sur MLP,NDA, Mélenchon…. les soi-disant subversif !!!
    Vous allez me dire ils ont tous parler du MES, ils ont voter contre, ils sont avec le peuples et contre le système etc…
    Mais la réalité mes amis c’est que pendant les jours qui on précédé le vote de ce traité, ils ont tous eu accès aux grand média et en direct !!!! et aucun de ces pseudo subversif n’en a parler de ce MES (notre esclavage programmé) alors pour moi il est claire que par le biais d’un texte aussi important, (il faut s’y pencher pour comprendre le niveau d’importance !!!) on n’a la preuve qu’ils sont tous des bras armé du système, ça crève les yeux ! pour ceux qui l’ai ont bien ouvert, bien sur…
    Mais bon je rejoins Soral dans sa stratégie et donc je pense que je voterai seulement au premier tour pour MLP afin d’avoir un débat entre les deux tours, histoire que sa puisse ouvrir les yeux au gens qui doutent encore !!! puis abstention au deuxième tour, pour leurs montrer à ses chiens qui faut arrêter de ce foutre de notre gueule !!! je rejoins donc ceux qui veulent là jouer stratégie, mais arrêter d’y croire SVP
    pour les PRO Mélenchon, NDA ou encore Asselineau(pour les plus motivé), sachez que vous partez tous de bonne intention ,et ceux qui est le plus fort dans la quenelle qu’ils nous mettent, c’est que les gens qui vote pour eux veulent finalement la même chose !!! sortir de ce merdier d’euro !!! et le système a bien compris, qu’en vous divisant sur des détailles, il vous nique vos bulletins et usent le peu de force qu’ils vous reste… j’aimerai réellement que Alain Soral, qui je pense est le plus apte à faire comprendre ce problème, puisse en parler !!!
    j’attend vos argument mes amis

  21. Je suis les publications des moutons depuis quelque mois et tout particulièrement depuis fin 2011. Précision : j’apprécie cet énorme et salutaire boulot et les réactions.

    Ce billet en particulier est abondamment commenté, c’est significatif. Cela prouve que désormais, à la suite d’une fâcheuse – et dangereuse – accumulation d’abus de pouvoirs de toutes sortes, peuvent se rejoindre sur une idée simple, des gens d’origines, de personnalités, de formations et de convictions très variées.

    Nous sommes désormais forcés de ré-considérer le respect des lois (légalité), que nous tenions jusqu’ici pour légitimes, en tant que « garanties » pour l’ensemble du peuple. Un élément de ces abus est la confusion qui s’est installée dans les termes : le travail du CADTM (cadtm.rog) relatifs aux Dettes soulève d’ailleurs ce point de sémantique : Ce qui est légal peut être illégitime. Ce qui est légitime peut être illégal. Le quinquennat écoulé aura été celui de la mise en œuvre de cette confusion du langage, jusque dans les esprits, sur ce sujet et bien d’autres. On ne peut plus ignorer le caractère intentionnel et perfide de cette confusion, allant jusqu’à corrompre et inverser le sens des mots et des choses qu’ils désignent, avec toute la puissance corrosive du matraquage merdiatique. La machine propagandiste reçoit ses instructions et diffuse, ad nauseam ses « éléments de langage » préfabriqués.
    La duplicité s’est institutionnalisée jusque dans les textes.

    Mais trop, c’est trop : cette machine de guerre, en raison de ses excès et souvent de la bêtise arrogante de ses officiants, ne sera bientôt plus écoutée, ni crue nulle part. Les effets de la « Krise » joueront à cet égard, le rôle informatif nécessaire pour éclairer la lanterne des plus obtus. La perte de confiance dans la monnaie suit ce même chemin.

    La légalité n’étant plus guère garante de la légitimité, mais seulement des intérêts d’une caste de déments, il convient de reconsidérer stratégiquement notre obéissance : celle-ci ne peut être aveugle, ni inconditionnelle. Aucune alternative ne nous est laissée, puisque nos vies sont désormais aussi menacées que celle de nos voisins Grecs.
    Le fanatisme des larbins qui nous encadrent ne peut plus avoir d’autre effet que le chaos.

    Pour ceux de nos godillots qui on favorisé ou laissé faire ce forfait qu’est le MES, qu’ils se demandent si, désormais, le pays peut encore admettre leur utilité en tant que représentation nationale, puisqu’ils ont, en ratifiant ce traité, abdiqué contre la lettre et l’esprit de la Constitution, la souveraineté nationale.
    Ils devraient tous dès lors, voter la dissolution de leur assemblée, devenue sans objet.