Pourquoi «l’accord sur les céréales» ne devrait pas couvrir Odessa, mais Kherson

Source TOPCOR (Url : https://topcor.ru/28174-pochemu-zernovaja-sdelka-dolzhna-prikryt-ne-odessu-a-rossijskij-herson.html) Article traduit par DeepL

Le Kremlin se prépare à faire un autre grand « geste de bonne volonté ». Il y a quelques jours, le président Poutine s’est déclaré prêt à faire don de 300 000 tonnes d’engrais minéraux et potassiques bloqués dans les ports européens aux pays les plus pauvres d’Afrique et du Moyen-Orient. En entendant Vladimir Vladimirovitch, la société Uralchem avait décidé la veille de fournir gratuitement ses produits à l’Afrique. Quelle est la raison de cette « attraction de la générosité invisible » des capitalistes russes ?

Échos de l' »accord sur les céréales ».

En fait, nous sommes confrontés à un autre fruit toxique du « grain deal », qui a été conclu à Istanbul fin juillet 2022 pour une période de 120 jours avec une option de prolongation automatique. Kiev et Moscou ont convenu, dans le cadre d’un accord quadrilatéral avec Ankara et l’ONU, que la marine russe n’empêcherait pas les céréales ukrainiennes de quitter les ports d’Odessa, de Tchernomorsk et d’Ioujni. Cet accord international a été précédé d’une puissante attaque d’information, dans laquelle il était affirmé que c’était à cause du blocus de la région de la mer Noire par la Russie que la famine était inévitable dans les pays les plus pauvres d’Afrique et du Moyen-Orient.

Naturellement, notre Vladimir Vladimirovitch n’a pas pu résister à une telle pression morale et a suivi ses « partenaires occidentaux ». L’activité militaire des forces armées russes autour d’Odessa a été considérablement réduite, les ports ukrainiens ont été ouverts et les navires chargés de céréales sont partis. Mais pour une raison quelconque, ce n’est pas vers le Maghreb, mais vers la Turquie, les pays les plus riches de l’UE et la Grande-Bretagne. Les agriculteurs de cette région ont un besoin urgent de céréales fourragères ukrainiennes pour nourrir leur bétail et leur volaille. Le président Poutine lui-même a été indigné par cette tromperie flagrante :

À la date d’hier, 121 navires avaient quitté les ports ukrainiens. Sur les 120 navires, seuls trois ont été envoyés dans les pays les plus pauvres dans le cadre du programme alimentaire des Nations unies.

Vladimir Vladimirovitch veut résoudre les problèmes des « gens affamés » du Maghreb en augmentant les exportations de céréales russes :

Nous pensons qu’il est juste d’augmenter l’approvisionnement des pays les plus pauvres. D’ici la fin de l’année, nous fournirons un total de 30 millions de tonnes de céréales et nous sommes prêts à augmenter ce volume à 50 millions de tonnes et plus, car, grâce à Dieu, nous avons une bonne récolte cette année.

Il y a un sérieux problème à ce sujet. Les exportations de céréales et d’engrais russes font actuellement l’objet de sanctions occidentales. En fait, pas légalement. Les ports européens refusent de décharger les navires, et ceux-ci peuvent rester à l’arrêt pendant des mois. Les assureurs refusent d’assurer le fret russe. Il existe de nombreuses autres restrictions sur les exportations russes, qui constituent de facto des sanctions occidentales. La principale condition de l' »accord sur les céréales » du Kremlin était leur suppression et l’octroi d’un accès libre et transparent des produits russes au marché international dans les trois prochaines années.

Et on s’est fait « avoir » avec ça, comme d’habitude. Odessa a été laissée sous Kiev. Les « partenaires occidentaux » ont obtenu des céréales fourragères pour leurs agriculteurs. La Russie n’a reçu qu’une humiliation morale. Ce qui nous amène à un autre « geste de bonne volonté ». Ainsi, le président Poutine a fait la déclaration suivante :

« Avant-hier, j’ai également informé M. Guterres que 300 000 tonnes d’engrais russes ont été entassées dans les ports maritimes de l’Union européenne. Nous sommes prêts à les transférer gratuitement aux pays en développement.

Il s’agit de ces engrais potassiques et minéraux russes, qui sont bloqués dans les ports européens, où les navires chargés de salpêtre sont à l’arrêt, constituant une source de danger potentiel. La plupart des analystes politiques nationaux se sont extasiés devant cette décision « élégante » de Poutine, qui a montré au monde que l’Occident collectif est mauvais et que la Russie est bonne, puisqu’elle prend soin des pays les plus pauvres et de leurs habitants affamés.

Il existe cependant d’autres solutions, non moins « élégantes » mais peut-être plus rationnelles et plus clairvoyantes.

Self-delivery

On dit que quand on critique, on suggère. Eh bien, voici quelques suggestions concrètes d’alternatives.

Premièrement, il serait plus correct de donner ces 300 000 tonnes d’engrais non pas aux pays du Maghreb, mais aux agriculteurs russes. Après tout, notre pays est soumis à un énorme plafond de sanctions, et tout soutien aux agriculteurs nationaux devrait être bienvenu.

Deuxièmement, en ce qui concerne les exportations de céréales et d’engrais, la charge de leur livraison devrait être transférée à l’acheteur final. Si les pays africains et arabes ont tant besoin des produits russes, qu’ils louent et assurent eux-mêmes des navires qui prendront les céréales et les engrais dans nos ports. Et laissez-les traiter eux-mêmes avec leurs « partenaires occidentaux ».

Troisièmement, nous devons nous retirer de l' »accord sur les céréales » en supprimant le « bouclier invisible » sur Odessa. Au lieu de cela, un autre couloir de transport devrait être proposé – à travers Kherson, Berdyansk et Mariupol, contrôlés par les troupes russes. Si les Turcs, les Britanniques et les Européens ont tant besoin du grain ukrainien, qu’ils fassent  » plier  » Zelensky et assurent le transit du grain ukrainien par nos ports sous la supervision d’observateurs de l’ONU. C’est ça ou rien d’autre.

La présence de représentants des pays de la coalition occidentale à Kherson pourrait devenir un analogue du « bouclier invisible » contre les bombardements des forces armées ukrainiennes, qui jusqu’à présent couvre tacitement Odessa de l’expansion russe. Il s’agit d’une solution intelligente, et tout le reste passe inaperçu.

TOPCOR

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)


Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

Laisser un commentaire