La « pandémie » Covid-19: Détruire la vie des peuples. Dépression économique provoquée. Coup d’État « mondial »?

Merci à Françoise G. Partagez ! Volti

******

Par Prof Michel Chossudovsky pour Mondialisation.ca

Introduction

Les zones rouges, le masque facial, la distanciation sociale, la fermeture des écoles, collèges et universités, plus de réunions familiales, plus de fêtes d’anniversaire, la musique, les arts : plus d’événements culturels, les manifestations sportives sont suspendues, plus de mariages, « l’amour et la vie » est carrément interdit.

Et dans plusieurs pays, les fêtes de Noël sont annulées…

C’est la destruction de la vie des gens. C’est la déstabilisation de la société civile. Et pour quoi ?

Les mensonges sont soutenus par une campagne massive de désinformation des médias. 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, des « alertes Covid » incessantes et répétitives depuis dix mois. … C’est un processus d’ingénierie sociale.

Manipulation des estimations. Les tests RT-PCR sont trompeurs.

Ce qu’ils veulent, c’est augmenter les chiffres afin de justifier le verrouillage.

Des millions de tests covidés positifs.

Selon le Dr Pascal Sacré dans un article intitulé : Le COVID-19: RT-PCR ou comment enfumer toute l’humanité.:

Cette utilisation abusive de la technique RT-PCR est employée comme une stratégie implacable et intentionnelle par certains gouvernements, appuyés par des conseils scientifiques de sécurité et par les médias dominants, pour justifier des mesures excessives comme la violation d’un grand nombre de droits constitutionnels, la destruction de l’économie avec la mise en faillite de pans entiers des secteurs actifs de la société, la dégradation des conditions de vie pour un grand nombre de citoyens ordinaires, sous prétexte d’une pandémie qui se base sur un nombre de tests RT-PCR positifs, et non sur un nombre de malades réels.

Le Covid-19 est présenté comme le « virus tueur ».

Falsification des certificats de décès

Aux États-Unis, les certificats de décès sont falsifiés sur instruction du CDC.

COVID-19 : La « cause sous-jacente du décès ».

Ce concept est fondamental. Il est défini par l’OMS comme « la maladie ou la blessure qui a déclenché le train d’événements conduisant directement à la mort ».

Les critères ont été modifiés. Les instructions du CDC sont claires comme de l’eau de roche. COVID-19 sera la cause sous-jacente du décès « le plus souvent ».

Détruire la société civile

Les gens sont effrayés et perplexes. « Pourquoi feraient-ils cela ? »

Des écoles vides, des aéroports vides, des épiceries en faillite.

En France, « Les églises sont menacées par les kalachnikovs à cause de l’épidémie de Covid-19 » (avril 2020)

L’ensemble de l’économie des services aux citoyens est en crise. Les magasins, les bars et les restaurants sont condamnés à la faillite. Les voyages internationaux et les vacances sont désormais suspendus. Les rues sont vides. Dans plusieurs pays, les bars et les restaurants sont tenus de prendre les noms et les coordonnées des clients « pour permettre une recherche efficace des contacts si nécessaire« .
.

La liberté d’expression est supprimée

Le confinement est appuyé et justifié par la désinformation des médias, la censure sur internet, l’ingénierie sociale et la campagne de peur.

Les médecins qui remettent en question le récit officiel sont menacés. Ils perdent leur emploi. Leurs carrières sont détruites. Ceux qui s’opposent au verrouillage du gouvernement sont qualifiés de « psychopathes antisociaux » :

Des « études » psychologiques sont actuellement réalisées par des spécialistes dans plusieurs pays. Ces « experts » utilisent la méthode d’échantillonnage [sondages].

Acceptez le « grand mensonge » et vous êtes étiqueté comme une « bonne personne » avec de « l’empathie » qui comprend bien les sentiments des autres.

Protestez contre la vérité officielle (le « grand mensonge »), critiquez les directives gouvernementales, exprimez des réserves concernant la fermeture de l’économie mondiale, la distanciation sociale et le port du couvre-visage [ou masque] et vous serez étiqueté (selon « l’opinion scientifique ») comme un « psychopathe insensible et sournois ».

Dans les collèges et les universités, le personnel enseignant est contraint de se conformer et d’approuver le discours officiel sur la Covid. La remise en question de la légitimité du verrouillage des « salles de classe » en ligne pourrait entraîner un licenciement du personnel [enseignants et autres membres du personnel].

Google est en train de faire la promotion du grand mensonge.

« YouTube n’autorise pas les contenus qui diffusent des informations médicales erronées contredisant les informations médicales de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ou des autorités sanitaires locales sur COVID-19, notamment sur les méthodes de prévention, de traitement ou de diagnostic de COVID-19, et les moyens de transmission de COVID-19″. (c’est nous qui soulignons)

Ils appellent cela la « vérification des faits », sans reconnaître que l’OMS et les autorités sanitaires locales contredisent leurs propres données et concepts.

11 mars 2020 : Dépression économique artificielle. Coup d’État mondial ?

La pandémie a été lancée par l’OMS le 11 mars 2020, entraînant le blocage et la fermeture des économies nationales de 190 (sur 193) pays, Etats membres des Nations Unies. Les instructions sont venues d’en haut, de Wall Street, du Forum économique mondial, des fondations milliardaires… Ce projet diabolique est décrit avec désinvolture par les médias d’entreprise comme une entreprise « humanitaire ». La « communauté internationale » a une « responsabilité de protéger » (R2P). Un « partenariat public-privé » non élu, sous les auspices du Forum économique mondial (FEM), est venu au secours des 7,8 milliards d’habitants de la planète Terre. La fermeture de l’économie mondiale est présentée comme un moyen de « tuer le virus ».

Cela semble absurde. La fermeture de l’économie réelle de la planète n’est pas la « solution » mais plutôt la « cause » d’un processus de déstabilisation et d’appauvrissement mondial.

L’économie nationale combinée aux institutions politiques, sociales et culturelles est la base de la « reproduction de la vie réelle » : revenu, emploi, production, commerce, infrastructure, services sociaux. La déstabilisation de l’économie de la planète Terre ne peut constituer une « solution » pour lutter contre le virus. Mais c’est ce qu’ils veulent nous faire croire. Et c’est ce qu’ils font.

« Guerre économique »

Déstabiliser d’un seul coup les économies nationales de plus de 190 pays est un acte de « guerre économique ». Ce programme diabolique sape la souveraineté des États nations. Il appauvrit les populations du monde entier. Il conduit à une spirale de la dette mondiale libellée en dollars.

Les structures puissantes du capitalisme mondial, le Big Money [les gros intérêts financiers] associé à son appareil de renseignement et militaire, en sont la force motrice. Grâce aux technologies numériques et de communication avancées, le verrouillage et la fermeture économique de l’économie mondiale sont sans précédent dans l’histoire du monde.

Cette intervention simultanée dans 190 pays est une dérogation à la démocratie. Elle porte atteinte à la souveraineté des États nations dans le monde entier, sans qu’une intervention militaire soit nécessaire. Il s’agit d’un système avancé de guerre économique qui éclipse d’autres formes de guerre, y compris les guerres conventionnelles (de type irakien) sur le théâtre des opérations.

Scénarios de gouvernance mondiale. Le gouvernement mondial dans l’ère post-covidienne ?

Le projet Lockdown [confinement ou verrouillage] du 11 mars 2020 utilise le mensonge et la tromperie pour finalement imposer un régime totalitaire mondial, intitulé « Gouvernance mondiale » (par des fonctionnaires non élus). Selon David Rockefeller :

« …Le monde est maintenant plus sophistiqué et prêt à marcher vers un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est certainement préférable à l’autodétermination nationale pratiquée au cours des siècles passés« . (cité par Aspen Times, 15 août 2011, c’est nous qui soulignons)

Le scénario de la gouvernance mondiale impose un programme d’ingénierie sociale et de conformité économique.

« Elle constitue une extension du cadre politique néolibéral imposé aux pays en développement et aux pays développés. Elle consiste à mettre au rebut l’ »autodétermination nationale » et à construire un réseau mondial de régimes de substitution pro-américains contrôlés par une « souveraineté supranationale » (gouvernement mondial) composée de grandes institutions financières, de milliardaires et de leurs fondations philanthropiques » (voir Michel Chossudovsky,La globalisation du capitalisme, le « gouvernement mondial » et la crise du coronavirus. mai 2020).

Simuler les pandémies

La Fondation Rockefeller propose l’utilisation de la planification de scénarios comme moyen de réaliser la « gouvernance mondiale ». (Pour plus de détails, voir Michel Chossudovsky, 1er mai 2020). Dans le rapport 2010 de la Fondation Rockefeller intitulé « Scénarios pour l’avenir de la technologie et du développement international« , des scénarios de gouvernance mondiale et les mesures à prendre dans le cas d’une pandémie mondiale ont été envisagés. Plus précisément, le rapport envisageait (p 18) la simulation d’un scénario « Lock Step » incluant une souche de grippe virulente à l’échelle mondiale. L’étude Rockefeller de 2010 a été publiée dans le sillage immédiat de la pandémie de grippe H1N1 de 2009.

Une autre simulation importante a été réalisée le 18 octobre 2019, moins de trois mois avant que le SRAS-2 ne soit identifié début janvier 2020.

L’événement 201 a été organisé sous les auspices du Johns Hopkins Center for Health Security, parrainé par la Fondation Bill et Melinda Gates et le Forum économique mondial. (Pour plus de détails, voir Michel Chossudovsky, mars 2020)

Le renseignement et « l’art de la tromperie ».

La crise de la Covid-19 est un instrument sophistiqué des élites du pouvoir. Elle présente toutes les caractéristiques d’une opération de renseignement soigneusement planifiée utilisant « la tromperie et la contre-déception ». Leo Strauss: « a considéré le renseignement comme un moyen pour les décideurs politiques d’atteindre et de justifier des objectifs politiques, et non de décrire les réalités du monde. Et c’est précisément ce qu’ils font dans le cadre de la Covid-19.

Vidéo : L’exercice de pandémie Event 201. 18 octobre 2019. Se concentre sur l’ampleur de la pandémie. La simulation traite également de la manière de gérer les médias sociaux en ligne et la « désinformation ». Écoutez attentivement) [en anglais]

Intervention macro-économique. Évolution de l’économie mondiale

Histoire du « traitement de choc » économique. Du programme d’ajustement structurel (PAS) à l’ »ajustement global (AG) ».

La fermeture (simultanée) des économies nationales des 190 États membres de l’ONU le 11 mars 2020 est diabolique et sans précédent. Des millions de personnes ont perdu leur emploi et leurs économies de toute une vie. Dans les pays en développement, la pauvreté, la famine et le désespoir règnent.

Bien que ce modèle d’ »intervention mondiale » soit sans précédent, il présente certaines caractéristiques qui rappellent les réformes macroéconomiques menées au niveau national, notamment l’imposition d’une « médecine économique » forte par le FMI. Pour aborder cette question, examinons l’histoire du « traitement de choc économique ».

Retour sur le Chili, le 11 septembre 1973.

En tant que professeur invité à l’université catholique du Chili, j’ai vécu le coup d’État militaire dirigé contre le gouvernement démocratiquement élu de Salvador Allende. Il s’agissait d’une opération de la CIA dirigée par le secrétaire d’État Henry Kissinger, associée à des réformes macro-économiques dévastatrices.

Image à gauche : Kissinger avec le général Augusto Pinochet (années 1970)

Dans le mois qui a suivi le coup d’État, le prix du pain est passé de 11 à 40 escudos du jour au lendemain. Cet effondrement artificiel des salaires réels et de l’emploi sous la dictature de Pinochet a favorisé un processus d’appauvrissement à l’échelle nationale. Alors que les prix des denrées alimentaires avaient explosé, les salaires avaient été gelés pour assurer « la stabilité économique et éviter les pressions inflationnistes ». Du jour au lendemain, un pays entier a été précipité dans une pauvreté extrême : en moins d’un an, le prix du pain au Chili a été multiplié par trente-six et quatre-vingt-cinq pour cent de la population chilienne a été poussée en dessous du seuil de pauvreté ». C’était la « réinitialisation » du Chili en 1973.

Deux ans et demi plus tard, en 1976, je suis retourné en Amérique latine en tant que professeur invité à l’Université nationale de Cordoba, dans le cœur industriel du Nord de l’Argentine. Mon séjour a coïncidé avec un autre coup d’État militaire en mars 1976. Derrière les massacres et les violations des droits de l’homme, des réformes macro-économiques de « libre marché » avaient également été prescrites – cette fois sous la supervision des créanciers argentins de New York, dont David Rockefeller qui était l’ami du ministre de l’économie de la Junta, José Alfredo Martinez de Hoz.

Image à droite : Le président général Jorge Videla, David Rockefeller et le ministre argentin de l’économie Martinez de Hoz, Buenos Aires (années 1970)

Le Chili et l’Argentine étaient des « répétitions générales » pour les choses à venir : L’imposition du programme mondial d’ajustement structurel (PAS) du FMI a été imposée à plus de 100 pays à partir du début des années 1980. (Voir Michel Chossudovsky, The Globalization of Poverty and the New World Order, Global Research, 2003)

Un exemple notoire du « marché libre » : En août 1990, le Pérou a été puni pour ne pas s’être conformé aux diktats du FMI : le prix du carburant a augmenté 31 fois et le prix du pain a augmenté plus de douze fois en une seule journée. Ces réformes – menées au nom de la « démocratie » – ont été bien plus dévastatrices que celles appliquées au Chili et en Argentine sous le régime militaire.

Et maintenant, le 11 mars 2020, nous entrons dans une nouvelle phase de déstabilisation macro-économique, plus dévastatrice et plus destructrice que 40 ans de « traitement de choc » et de mesures d’austérité imposées par le FMI au nom des intérêts financiers dominants.

Il y a une rupture, une rupture historique ainsi qu’une continuité. C’est le « néolibéralisme au énième degré« 

Image à gauche : Kissinger avec le dictateur général argentin Jorge Videla (années 1970)

Fermeture de l’économie mondiale : Impacts économiques et sociaux au niveau du monde entier

Comparez ce qui se passe dans l’économie mondiale aujourd’hui avec les mesures macro-économiques « négociées » pays par pays imposées par les créanciers dans le cadre du Programme d’ajustement structurel (PAS). L’ »Ajustement global » du 11 mars 2020 n’a pas été négocié avec les gouvernements nationaux. Il a été imposé par un « partenariat privé/public », soutenu par la propagande des médias, et accepté, invariablement par des politiciens corrompus.

Inégalité sociale et appauvrissement « artificiels ». La mondialisation de la pauvreté

Comparez les « lignes directrices » de l’ « Ajustement global » du 11 mars 2020, qui touchent l’ensemble de la planète, au Chili le 11 septembre 1973.

Par une ironie amère, les mêmes intérêts financiers qui sont à l’origine de l’ »Ajustement global » de 2020 ont été activement impliqués au Chili (1973) et en Argentine (1976). Souvenez-vous de l’ »Opération Condor » et de la « Guerre sale » (Guerra Sucia).

Il y a une continuité. Les mêmes puissants intérêts financiers : Les bureaucraties du FMI et de la Banque mondiale sont actuellement impliquées dans la préparation et la gestion des opérations de la dette « nouvelle normale » post-pandémique (au nom des créanciers) dans le cadre du Grand Reset (la Grande remise à zéro ou Grande initialisation).

Henry Kissinger a participé à la coordination du « Reset » chilien du 11 septembre 1973.

L’année suivante (1974), il a été chargé de la rédaction du « Mémorandum 200 sur la sécurité stratégique nationale » (NSSM 200) qui a identifié le dépeuplement comme « la plus haute priorité de la politique étrangère américaine envers le Tiers Monde ».

L’élan de la « dépopulation » dans le cadre de la Grande remise à zéro ?

Aujourd’hui, Henry Kissinger est un fervent partisan, aux côtés de la Fondation Gates (qui est également fermement engagée dans le dépeuplement), de la Grande réinitialisation [Grande remise à zéro] sous les auspices du Forum économique mondial (FEM).

Pas besoin de négocier avec les gouvernements nationaux ou de procéder à un « changement de régime ». Le projet du 11 mars 2020 constitue un « Ajustement global » qui déclenche des faillites, du chômage et des privatisations à bien plus grande échelle touchant d’un seul coup les économies nationales de plus de 150 pays.

Et tout ce processus est présenté à l’opinion publique comme un moyen de combattre le « virus tueur » qui, selon le CDC et l’OMS, est similaire à la grippe saisonnière. (Virus A, B).

La structure de pouvoir hégémonique du capitalisme mondial

Les grands capitaux, y compris les fondations de milliardaires, en sont la force motrice. Il s’agit d’une alliance complexe entre Wall Street et le secteur bancaire, les grandes sociétés pétrolières et énergétiques, les « Defense Contractors », les grandes sociétés pharmaceutiques, les conglomérats de biotechnologie, les médias d’entreprise, les géants des télécommunications, des communications et des technologies numériques, ainsi qu’un réseau de groupes de réflexion, de groupes de pression, de laboratoires de recherche, etc.

La propriété de la propriété intellectuelle joue également un rôle central. Ce réseau décisionnel complexe implique d’importantes institutions créancières et bancaires : La Réserve fédérale, la Banque centrale européenne (BCE), le FMI, la Banque mondiale, les banques régionales de développement et la Banque des règlements internationaux (BRI), basée à Bâle, qui joue un rôle stratégique clé.

De leur côté, les échelons supérieurs de l’appareil d’État américain (et les alliés occidentaux de Washington) sont directement ou indirectement impliqués, notamment le Pentagone, les services de renseignement américains (et leurs laboratoires de recherche), les autorités sanitaires, la sécurité intérieure et le département d’État américain (y compris les ambassades américaines dans plus de 150 pays).

Appropriation continue de la richesse par les super-riches

« V le Virus » [Covid-19] serait responsable de la vague de faillites et de chômage. C’est un mensonge. Il n’y a pas de relation de cause à effet entre le virus et les variables économiques. Ce sont les puissants financiers et les milliardaires qui sont derrière ce projet (décisionnel) qui a contribué à la déstabilisation (mondiale) de l’économie réelle.

Au cours des neuf derniers mois, ils ont encaissé des milliards de dollars. Entre avril et juillet, la richesse totale détenue par les milliardaires du monde entier est passée de 8 000 milliards de dollars à plus de 10 000 milliards de dollars,

Le rapport Forbes n’explique pas la véritable cause de cette redistribution massive des richesses :

« la richesse collective des milliardaires a augmenté à son rythme le plus rapide au cours de la dernière décennie ».

En fait, il s’agit de la plus grande redistribution de la richesse mondiale de l’histoire du monde. Elle est fondée sur un processus systématique d’appauvrissement mondial. Il s’agit d’un acte de guerre économique.

Les milliardaires n’étaient pas seulement les bénéficiaires de généreux « plans de relance gouvernementaux » (c’est-à-dire de subventions), l’essentiel de leurs gains financiers dès le début de la campagne de peur de la Covid, début février, était le résultat de délits d’initiés, de connaissances préalables, de commerce de produits dérivés et de manipulation des marchés financiers et des matières premières. Warren Buffett identifie à juste titre ces instruments spéculatifs comme des « armes financières de destruction massive« .

La richesse combinée des milliardaires américains a augmenté de 850 milliards de dollars du 18 mars 2020 au 8 octobre 2020, soit une augmentation de plus de 28 %. Cette estimation ne tient pas compte de l’augmentation de la richesse au cours de la période précédant le 18 mars, qui a été marquée par une série de krachs boursiers. (Voir Michel Chossudovsky, Vers un chaos économique mondial et une destruction de la société, novembre 2020)

Le 18 mars 2020, les milliardaires américains avaient une richesse combinée de 2 947 milliards de dollars. Le 8 octobre, leur richesse avait atteint 3,8 billions de dollars.

Cette classe supérieure de milliardaires manipule les marchés financiers à partir de février, puis ordonne la fermeture de l’économie mondiale le 11 mars, dont l’objectif déclaré est de combattre la Covid-19, c’est-à-dire semblable à la grippe saisonnière.

L’ « économie réelle » et le « Big Money »

Pourquoi ces politiques de verrouillage de Covid sont-elles le fer de lance de la faillite, de la pauvreté et du chômage ?

Le capitalisme mondial n’est pas monolithique. Il existe en effet un « conflit de classe » « entre les super-riches et la grande majorité de la population mondiale ».

Mais il y a aussi une intense rivalité au sein du système capitaliste. À savoir un conflit entre la Haute Finance (« Big Money Capital« ) et ce que l’on pourrait décrire comme le « Capitalisme réel » qui consiste en des sociétés dans différents domaines d’activité productive aux niveaux national et régional. Il comprend également les petites et moyennes entreprises.

Ce qui est en cours est un processus de concentration des richesses (et de contrôle des technologies de pointe) sans précédent dans l’histoire du monde, par lequel les établissements financiers (c’est-à-dire les créanciers de plusieurs milliards de dollars) sont censés s’approprier les actifs réels des entreprises en faillite ainsi que les actifs de l’État.

L’ »économie réelle » constitue le « paysage économique » de l’activité économique réelle : actifs productifs, agriculture, industrie, services, infrastructures économiques et sociales, investissements, emploi, etc. L’économie réelle aux niveaux mondial et national est visée par le verrouillage et la fermeture de l’activité économique. Les institutions financières Haute Finance Mondialisée (Global Money) sont les « créanciers » de l’économie réelle.

« La deuxième vague ». Un autre verrouillage

La deuxième vague est un mensonge. Elle est présentée à l’opinion publique comme un moyen de combattre le virus et de sauver des vies.

C’est ce que les gouvernements nous disent. La campagne de peur est passée à la vitesse supérieure, appliquée simultanément dans différentes régions du monde.

Test, Test, Test, Au Royaume-Uni, les forces armées participent à des opérations de test de masse en utilisant le PCR, dont l’objectif est de faire augmenter le nombre de cas dits positifs.

Si vous vivez seul au Royaume-Uni, vous pouvez mettre en place une « bulle de soutien » (voir à gauche)

Inutile de dire qu’au début de cette deuxième vague, l’économie mondiale est déjà dans un état chaotique. Si les rapports ne révèlent pas la profondeur et la gravité de cette crise mondiale, les preuves (qui sont encore provisoires et incomplètes) parlent d’elles-mêmes.

La raison d’être de la deuxième vague est d’empêcher et de retarder la réouverture de l’économie nationale, associée à l’application de la distanciation sociale, au port du masque facial, etc.

Les cibles sont l’économie des services, les compagnies aériennes, l’industrie du tourisme, etc. Le maintien de restrictions strictes sur les voyages aériens revient à mener les grandes compagnies aériennes à la faillite. Le programme de faillite est conçu et imposé. Rien que dans le secteur du tourisme et des voyages aux États-Unis, 9,2 millions d’emplois pourraient être perdus et « entre 10,8 et 13,8 millions d’emplois … sont gravement menacés ».


Et la deuxième vague a pour but de permettre aux milliardaires de recoller les morceaux, en acquérant la propriété de secteurs entiers de l’activité économique à des prix dérisoires.

L’argent qu’ils se sont approprié au cours de la crise financière (par le biais d’une manipulation pure et simple) sera utilisé pour racheter des sociétés et des gouvernements en faillite.

Image : Aéroport de Hong Kong. Vide

Gouvernance mondiale : Vers un État totalitaire

Les personnes et les organisations impliquées dans la simulation du 18 octobre 2019 201 sont maintenant impliquées dans la gestion réelle de la crise dès qu’elle a été mise en place le 30 janvier 2020 dans le cadre de l’urgence de santé publique de portée internationale de l’OMS (PHEIC), qui a à son tour préparé le terrain pour la crise financière de février.

Le verrouillage et la fermeture des économies nationales déclenchent une deuxième vague de chômage massif, associée à la faillite artificielle (appliquée dans le monde entier) des petites et moyennes entreprises.

Tout cela est mené par l’installation d’un État totalitaire mondial qui a l’intention de briser toutes les formes de protestation et de résistance.

Le vaccin

Le programme de vaccination contre les infections à Covid (y compris le passeport numérique intégré) fait partie intégrante d’un régime totalitaire mondial.

Qu’est-ce que la fameuse ID2020 ? Il s’agit d’une alliance de partenaires public-privé, dont des agences des Nations unies et la société civile. Il s’agit d’un programme d’identification électronique qui utilise la vaccination généralisée comme plateforme pour l’identité numérique. Le programme exploite les opérations existantes d’enregistrement des naissances et de vaccination pour fournir aux nouveau-nés une identité numérique portable et persistante liée à la biométrie. (Peter Koenig, La pandémie de coronavirus COVID-19: Le vrai danger est « l’Agenda ID2020 », mars 2020)

« La Grande Remise à zéro »

Les mêmes créanciers puissants qui ont déclenché la crise de la dette mondiale de Covid établissent maintenant une « nouvelle norme » qui consiste essentiellement à imposer ce que le Forum économique mondial décrit comme la « grande remise à zéro » :

En utilisant les verrouillages et les restrictions de COVID-19 pour faire passer cette transformation, la Grande Reset se déploie sous l’apparence d’une « Quatrième Révolution Industrielle » dans laquelle les entreprises plus anciennes doivent être conduites à la faillite ou absorbées dans des monopoles, fermant de fait d’énormes pans de l’économie pré-COVID. Les économies sont « restructurées » et de nombreux emplois seront assurés par des machines pilotées par l’IA.

Les chômeurs (et ils seront nombreux) seront placés sur une sorte de revenu de base universel et verront leurs dettes (l’endettement et la faillite à grande échelle sont le résultat délibéré de blocages et de restrictions) annulées en échange de la remise de leurs actifs à l’État ou plus précisément aux institutions financières qui contribuent à cette grande réinitialisation. Le FEM affirme que le public « louera » tout ce dont il a besoin : en supprimant le droit de propriété sous le couvert de la « consommation durable » et en « sauvant la planète ». Bien entendu, la petite élite qui a lancé cette grande réinitialisation sera propriétaire de tout. (Colin Todhunter, Dystopian Great Reset, 9 novembre 2020)

D’ici 2030, les créanciers mondiaux se seront appropriés les richesses du monde dans le cadre du scénario « Ajustement global », tout en appauvrissant de larges secteurs de la population mondiale.

En 2030 « Vous ne posséderez rien, et vous serez heureux« . (voir vidéo ci-dessous, en anglais)

Les Nations Unies : Un instrument de gouvernance mondiale au nom d’un partenariat public/privé non choisi

Le système des Nations unies est également complice. Il a approuvé la « gouvernance mondiale » et le « Grand Rétablissement ».

Si le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, reconnaît à juste titre que la pandémie est « plus qu’une crise sanitaire », aucune analyse ou débat significatif n’a été entrepris sous les auspices des Nations unies quant aux causes réelles de cette crise.

Selon un rapport de l’ONU de septembre 2020 :

« Des centaines de milliers de vies ont été perdues. La vie de milliards de personnes a été perturbée. En plus des effets sur la santé, la COVID-19 a mis en évidence et exacerbé de profondes inégalités… Il nous a touchés en tant qu’individus, familles, communautés et sociétés. Il a eu un impact sur chaque génération, y compris sur celles qui ne sont pas encore nées. La crise a mis en évidence les fragilités au sein des nations et entre elles, ainsi que dans nos systèmes de mise en place d’une réponse mondiale coordonnée aux menaces communes. (Rapport de l’ONU)

Les décisions qui ont déclenché la destruction sociale et économique dans le monde entier ne sont pas mentionnées. Aucun débat au Conseil de sécurité de l’ONU. Consensus entre les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies.

Le Virus est tenu pour responsable.

Le FEM « Reimagine and Reset our World » dans un partenariat privé-public a été approuvé par l’ONU.

Retour sur George Kennan et la doctrine Truman à la fin des années 1940. Kennan pensait que les Nations unies offraient un moyen utile de « relier le pouvoir à la morale », en utilisant la morale comme moyen d’approuver les « guerres humanitaires » des États Unis.

La crise de Covid-19 est l’aboutissement d’un processus historique.

Le verrouillage et la fermeture de l’économie mondiale sont des « armes de destruction massive ». Nous sommes confrontés à des « crimes contre l’humanité » de grande envergure.

Joe Biden et la « Grande réinitialisation »

Le « président élu » Joe Biden est un homme politique soigné, un mandataire de confiance, au service des intérêts de l’establishment financier.

N’oublions pas que Joe Biden était un fervent partisan de l’invasion de l’Irak ayant comme motif que Saddam Hussein « disposait d’armes de destruction massive ». « Le peuple américain a été trompé dans cette guerre », a déclaré le sénateur Dick Durbin. Ne vous laissez pas tromper à nouveau par Joe Biden.

Des acronymes en évolution. 9/11, GWOT, WMD et maintenant COVID : Biden a été récompensé pour avoir soutenu l’invasion de l’Irak.

Fox News le décrit comme un « socialiste » qui menace le capitalisme : « Joe Biden a des liens inquiétants avec le mouvement socialiste ‘Great Reset’ ». Bien que ce soit une absurdité absolue, de nombreux « progressistes » et militants anti-guerre ont soutenu Joe Biden sans analyser les conséquences plus larges d’une présidence Biden.

La Grande réinitialisation est une source de division sociale, elle est raciste. C’est un projet diabolique du capitalisme mondial. Il constitue une menace pour la grande majorité des travailleurs américains ainsi que pour les petites et moyennes entreprises. Une administration Biden-Harris activement impliquée dans la réalisation de la « Grande remise à zéro » [ou Grande réinitialisation] est une menace pour l’humanité.

En ce qui concerne la Covid, Biden est fermement engagé dans la « Deuxième vague », c’est-à-dire le maintien de la fermeture partielle de l’économie américaine et de l’économie mondiale comme moyen de « combattre le virus tueur ».

Joe Biden fera pression pour l’adoption de la « Grande réinitialisation » du FEM, tant au niveau national qu’international, avec des conséquences économiques et sociales dévastatrices. Le Forum économique mondial (FEM) prévu pour l’été 2021 se concentrera sur la mise en œuvre du « Great Reset », la « Grande remise à zéro ».

Une administration Joe Biden poursuivrait activement le projet totalitaire de la Haute Finance : La Grande réinitialisation.

À moins d’une protestation importante et d’une résistance organisée, au niveau national et international, la Grande réinitialisation sera intégrée dans les programmes de politique étrangère, tant nationaux qu’américains, de l’administration Joe Biden-Kamala Harris.

C’est ce que vous appelez l’impérialisme à « visage humain ».

Michel Chossudovsky

Article original en anglais :

The Covid “Pandemic”: Destroying People’s Lives. Engineered Economic Depression. Global “Coup d’Etat”?

Traduit par Maya pour Mondialisation

Note aux lecteurs : veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Faites suivre cet article à vos listes de diffusion. Publiez cet article sur votre site de blog, vos forums Internet, etc.

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Prof Michel Chossudovsky, Mondialisation.ca, 2020

Les assertions ou analyses sont sous la responsabilités de leurs auteurs et ne sauraient engager LME.

8 commentaires

  • Avatar Leveilleur

    « Les chômeurs (et ils seront nombreux) seront placés sur une sorte de revenu de base universel. Le FEM affirme que le public « louera » tout ce dont il a besoin : en supprimant le droit de propriété sous le couvert de la « consommation durable » et en « sauvant la planète ».

    Bon alors d’accord, ce que je comprends c’est que le citoyen lambda ne pourra plus faire de crédit, acheter de voiture neuves, de maison, de terrain, de piscine, de mobilier, de billet d’avion, de vacances de rêves… retour à l’essentiel, je dirais que oui, ce n’est pas plus mal pour la planète, mais du coup, qui va pouvoir faire vivre les multinationales du pétroles, les concessionnaires, les magasins de meubles, les banquiers, les marchants de pierres précieuses, du temple, de produits de luxes, les dirigeants… si 90 % de la population se retrouve à vivre avec un revenu minimum ?

    90 % des gens qui restent sans rien faire ça va en faire réfléchir plus d’un, ce que les 1% redoutent pourtant, parce qu’on ne va pas passer notre temps à rester enfermé et se faire laver le cerveau par la TV, on va vouloir des activités, sortir, nous réunir, trouver une autre façon de vivre en société, de s’entraider, de partager et d’être libre.

    De qui avons nous besoin le plus ? D’esprits éclairés pour construire ensemble un nouveau paradigme ou de ces 1% qui se mettent une balle dans le pied en croyant nous contrôler, qu’est ce qu’on s’en fou d’eux, ils ne contrôlent rien du tout, leur petite affaire ne marchera pas, tout simplement parce qu’il n’y a aucune garantie de rien à long terme, la vie est mouvement et changement et nous voyons que cette civilisation arrive à son apogée.

    Si au final tout ça nous permet de revenir à l’essentiel, de réfléchir à comment vivre plus en harmonie avec la nature et notre prochain, à trouver d’autres solutions de subsistances, à nous passer des 1 % qui ne représentent rien ni personne, alors nous auront réussi à dépasser notre dépendance à ce système qui ne pourra plus nous contrôler. La liberté est propre à chaque être humain et rien ni personne ne pourra à long terme l’empêcher.

    • Avatar nomdemon

      Exactement, chassez le naturel et il revient au galop ! Le monde artificiel qu’ils appellent de leurs voeux n’est pas viable. Il ne durera qu’un temps mais l’être humain n’est pas une machine. Il a besoin de vivre et pas d’être contrôlé dans tous ses actes. Il lui faudra peut-être un peu de temps pour réagir mais la Nature reprendra ses droits.

      • Avatar Leveilleur

        Bien sûr, tout ça n’est qu’un rêve illusoire de technocrates qui veulent la suprématie sur le monde mais le monde ne se laissera pas attacher, enfermer, pour l’instant la peur permet encore le contrôle mais tout le monde n’a pas peur, de plus, la liberté est plus forte que la peur et finira par reprendre sa place au sein de l’humanité. Les 1% qui nous dirigent ont déjà perdu, dans l’avenir eux aussi vont devoir vivre avec l’essentiel car ce sera une question de survie pour l’humanité entière, ils voudront nous contrôler par la force mais nous résisteront jusqu’à épuiser leur pouvoir sur nous car la liberté vaincra toujours.

      • Avatar boco

        « un peu de temps » à l’échelle de l’univers ? un million d’années ?
        Si t’es « croyant » 10 ou 20 ans ?
        https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

  • Avatar boco

    Si je comprends bien, quoi qu’il se passe, ce sont les mondialistes ?

    Voyages inter-continentaux, migrants, big data, 5G, spéculations, … c’est l’ouverture, la marche vers un gouvernement mondial…

    Blocage des frontières, arrêt des vols internationaux, vaccination, identification, contrôle des flux monétaires … c’est toujours le gouvernement mondial ?

    Finalement ? … heureusement qu’on a encore de très nombreux marchands de barbelés et de fiers coqs, qui s’opposent violemment à cette mondialisation sur les réseaux « sociaux », sinon, où en serions nous ?

    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

  • Avatar mianne

    Donc, puisque le citoyen lambda , avec le principe du revenu universel et du  » besoin de rien , revenons à l’essentiel » , pas besoin de crédit , le citoyen lambda, armé de ce principe du « besoin de rien » pourra squatter tranquillement les grands appartements et les belles villas des riches qui n’ont pas besoin de tant d’espace, utiliser leurs voitures , leurs avions privés, leurs yachts et leurs piscines ( les riches n’ayant pas le don d’ubiquité n’ont pas besoin de tout ça) etc …
    Oups …j’ai du mal comprendre

  • Avatar criminalita

    Leur but final c’est de rayer de la terre les 80% car c’est nous les pollueurs. Puis avec une police robotisée les esclaves seront manipulables à souhait.
    Games of trônes en exemple.