Ces ‘déchets alimentaires’ que l’on pourrait manger

Il y a toujours moyen de réduire ses déchets, surtout si ceux-ci sont alimentaires. Mieux, certains permettent même de faire des économies, en concoctant d’autres plats éventuellement… Mais bien sur, il faut prendre le temps de cuisiner, ce qui pour certains est devenu difficilement possible par manque de temps, ou de maitrise de l’art culinaire. D’ailleurs, l’un des choses que l’on apprend en cuisine, c’est que l’idéal pour un cuisinier, c’est de n’avoir aucun déchet, le maximum doit être réutilisé.

adt017Source de l’image et astuces sur la cuisine des épluchures: Eclectikgirl.wordpress.com

Les feuilles de certains légumes, le tronc du brocoli ou encore les viscères de poisson finissent souvent dans nos poubelles. Pourtant, on pourrait utiliser ces ‘déchets alimentaires’ pour élaborer de délicieux repas.

Une consommation responsable implique de veiller à faire les bons choix, ceux qui favorisent la production écologique et locale et limitent le gaspillage et les déchets, ainsi que de gérer ce que l’on achète.

Il est aussi très important de tirer le maximum de profit des aliments et de ne rien jeter des parties comestibles. Réduire les déchets alimentaires est important pour la planète mais aussi pour nos économies.

Vous pensez peut-être que ceci ne vous concerne pas, mais il y a en fait, une foule d’aliments que l’on considère et traite comme étant des « déchets » alors que l’on devrait pas. Les fanes de carottes ou de radis, les feuilles de betteraves ou d’orties, le tronc du brocoli ou les viscères de poisson ne sont que quelques exemples parmi tant d’autres.

Ce petit guide vous permettra d’économiser et de rendre votre alimentation plus durable, en tirant parti au maximum des ressources. En plus, vous pourrez découvrir de nouvelles textures et saveurs !

Quels sont les « déchets » de légumes comestibles ?

Lorsqu’on cuisine des poireaux, on a tendance à garder la partie charnue et à envoyer les feuilles vertes directement au compost. C’est une erreur car ces feuilles, loin d’être des déchets, constituent un aromate parfait qui apporte un goût frais aux soupes et bouillons.

Les troncs des brocolis et d’autres légumes sont aussi à mettre de côté et peuvent être incorporés dans les sautés de légumes. Pour surprendre vos invités avec une recette originale, préparez un carpaccio végétarien à base du tronc d’un brocoli coupé en tranches très fines et assaisonné de citron vert, huile d’olive, de sel et de poivre.

Les feuilles de betteraves les plus tendres finiront sans problème dans les salades tandis que les plus dures, peuvent être cuites à la vapeur ou sautées avec de l’ail et un peu de vinaigre. Même chose avec les feuilles des blettes.

Vous n’avez sûrement jamais pensé à manger les fanes des carottes, mais elles font des merveilles ajoutées dans les bouillons ou incorporées dans les omelettes. De même, les fanes des radis et des fenouils sont parfaites dans les sauces et vinaigrettes.

Les tiges vertes des oignons de printemps sont un excellent substitut à la ciboulette, idéal pour les soupes, les sautés de légumes ou les plats asiatiques. Il faut les ajouter au dernier moment, finement ciselées, pour qu’elles restent fraîches et aromatiques.

Même les épluchures de pomme de terre, bien lavées, s’avèrent délicieuses sous la forme de chips. Évidement, pour pouvoir manger les épluchures sans risque, il faut impérativement privilégier des fruits et légumes bio ou non traités à l’aide de produits chimiques.

Article en intégralité sur Consoglobe.com

 

8 commentaires

  • les grenouilles sont cuites les grenouilles sont cuites

    recette de fanes de radis:
    1botte de fane bien lavée
    1 ou 2 échalotes (suivant taille) hachées
    1 noix de beurre,
    1 brique de crème de coco
    Cuire les échalotes dans le beurre (ne pas faire roussir )
    puis les fanes, un peu d’eau, laisse mijoter 5 minutes
    mixer,
    ajouter la crème, saler, poivrer, mettre curry si l’envie est là
    et voilà

  • Hé bê ! Vous redécouvrez l’eau chaude…

    Malgré les progrès des transports, j’ai vraiment la sensation que les urbains sont de plus en plus loin des campagnes… http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif Ok, c’est très bien, mais si y’a plus de perte, comment je fais pour nourrir mes amis lombrics là ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

    • nux nux

      tu me coupe l’herbe sous les pieds ConscienceU12

      chez moi 100 % de mes déchets vert , coquilles d’œufs , mare de café etc .. sont directement posé sous le paillage pour nourrir les bébêtes qui travail mon sol et m’évite de passer le motoculteur …

      par contre cette article est très intéressant pour ceux qui n’ont pas de potagé http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

    • defecator

      ..je pense que c’est là qu’entrent en scène les viscères de poisson http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

  • Nez

    Si vous voulez télécharger de très pratiques manuels sur ce sujet, ainsi que la cuisine des restes, et le manuel des jardiniers sans moyens ou sur l’apiculture populaire …
    http://horizonalimentaire.fr/ambassade/manuels-et-outils

    Petit à petit la prise de conscience se fait, sur la nécessité d’une plus grande autonomie locale.

  • J’ai un doute pour les épluchures de pommes de terre, côté toxicité. Même bio. Mais pour le reste, c’est OK. Il y a longtemps que je fais la soupe de fanes de radis.
    De temps à autre, je cueille des feuilles de blettes sauvages, en prenant soin de ne pas toucher au tronc et de laisser des jeunes feuilles pour qu’elles grandissent. Juste une crainte: que les sauvages des services techniques tondent le coin ! Elles sont à l’abri et il y a peu de passages de voitures dans ce coin.

    Attention aux betteraves non bio, elles sont souvent OGM.