Médicaments dangereux : le livre qui dénonce les effets secondaires

L’un des soucis avec les médicaments, c’est qu’en règle générale l’information est relativement mauvaise, il ne faudrait pas nuire au marché ni empêcher les profits possibles. Pourtant, il est reconnu que le nombre de médicaments apportant de véritables bienfaits sont peu nombreux, le reste étant juste un moyen de générer du profit comme un autre, avec les conséquences parfois désastreuses.

La première véritable conséquence de cette sur-médication est la résistance aux antibiotiques qui est considérée comme étant l’une « des plus graves menaces pour la santé mondiale », ce qui n’empêche pas nos médecins de gaver les personnes âgées de tout et n’importe quoi au nom de leur santé, 40 % des personnes de plus de 75 ans consomment plus de dix médicaments.

Quand sera-t-il rappelé que le meilleur médicament reste l’alimentation, en sélectionnant ses produits, en réduisant certains pour en privilégier d’autres… En attendant, un seul médicament peut changer une vie, et cela dans le mauvais sens, alors se renseigner sur ceux-ci avant d’avaler n’importe quoi en devient primordial.

L’affaire du 5603953_11-1-2024478840Mediator, qui se poursuit en justice, a-t-elle permis de faire des progrès ? Hélas, pas vraiment, à en croire un livre réquisitoire.

Plus jamais ça ? Cinq ans après la retentissante affaire du Mediator, coupe-faim aux effets cardiaques dévastateurs, où en est-on ? La vibrante promesse lancée en 2011 par Xavier Bertrand, alors ministre de la Santé, qu’aucun après lui ne devrait plus « pouvoir dire qu’il ne savait pas qu’un médicament était suspecté de poser problème » est-elle tenue ?

Quels freins l’empêchent encore ? Ces questions dressent la trame de la vaste enquête menée par Me Antoine Béguin et Jean-Christophe Brisard avec le docteur Irène Frachon, à paraître jeudi, dans un livre* que nous avons pu découvrir en exclusivité.

Prendre les patients pour des adultes
Thalidomide, Distilbène, Vioxx, Dépakine… La liste des médicaments et des scandales associés qui s’égrènent depuis l’après-guerre semble une sinistre ordonnance, au vu des victimes qui s’additionnent. Mais c’est en décortiquant les ressorts de chaque affaire, en analysant les cas d’autres molécules, comme la paroxetine (Deroxat), antidépresseur suspecté de risques suicidaires aux Etats-Unis mais toujours top des ventes en France, ou du dernier coupe-faim (Mysimba) américain, dont les gendarmes du médicament français (ANSM) ne veulent pas mais que l’Agence sanitaire européenne autorise, que se dessine la réponse. Elle se résumerait sur une copie d’un lapidaire « peut mieux faire ».

Et les défenseurs de toutes les victimes s’affolent de voir combien aujourd’hui encore le puissant lobby de l’industrie pharmaceutique reste protégé par les experts et le système juridique. Liens d’intérêts obligent : « En 2013, le Conseil économique et social européen se déclarait inquiet de voir que 85 % du budget de pharmacovigilance de l’Agence européenne est… financée par les labos », relève Jean-Christophe Brisard.

 

Source et article en intégralité sur Leparisien.fr

 

10 commentaires

  • romulus

    ….sans compter la couleuvre qu’on nous fait avaler sur les médicaments génériques, qui même s’ils ont sont composés de molécules identiques, n’ont pas du tout, pour certains que j’ai testés, le même effet que les originaux, à cause d’excipients pourris. Une sorte de Canada Dry du pauvre. Il faut exiger du médecin d’ordonner le médicament original sinon en pharmacie c’est trop tard. Après, l’effet délétère des propres molécules, c’est encore une autre histoire.

  • Graine de piaf

    il y a une chose que je ne comprends pas : l’homéopathie est sans danger (enfin presque car quelques remèdes ne doivent pas être pris à la légère) depuis plus de 30 ans je me soigne avec, mes enfants et petits-enfants également, et nous nous portons tous bien. Pourquoi ne pas l’utiliser ???

    Certains me diront « moi ça ne me fait rien » c’est possible, et même certain, si la personne est allée UNE SEULE FOIS chez l’homéopathe, et même ne pas hésiter à en changer selon son propre ressenti, car il lui faudra deux visites au moins pour bien cerner la personne, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne comme avec l’allopathie.

    « Ça n’agit pas dans l’urgence ou dans un cas grave », c’est faux car en quelques minutes j’ai été sauvée d’un œdème de Quincke qui m’aurait valu outre le transfert à l’hôpital par les pompiers, une trachéotomie et tout ce qui va avec ! heureusement que ma fille était présente, que mon médecin était au téléphone (23h30 !) et qu’il y avait à la maison de quoi de soigner, sinon je ne serais pas là à écrire plus de vingt ans après !
    Quant au cas grave – comme le cancer par exemple – effectivement l’homéopathie ne le traitera pas, mais elle permettra au corps de lutter efficacement contre cette maladie en renforçant les défenses immunitaires. Ce qui est loin d’être négligeable !

    Personnellement j’ai trois amis homéopathes que je ne consulte pratiquement jamais car je me soigne moi-même, et un quatrième, à 250 kms, que je garde en réserve pour le cas où je n’y arriverais pas. Pourquoi celui-là et pas les autres ? en fait parce que j’ai beaucoup plus de ressenti, de feeling avec lui, et qu’il est super comme médecin et il m’a guérie d’un cas grave considéré comme impossible, tant par les allopathes que les homéopathes. Comme quoi, il ne faut pas s’arrêter au premier que l’on aborde et ne pas hésiter à tester les uns ou les autres.
    Autre avantage de l’homéopathie : vous n’empoisonnez pas votre corps, car en soignant les effets d’un côté, l’allopathie en crée ailleurs, et les causes sont toujours sous-jacentes prêtes à refaire surface d’une façon ou d’une autre !

    • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

      L’idéal est de trouver un homéopathe uniciste Homéopathie uniciste

      Personnellement, je ne consulte jamais de médecin. Depuis presque 30 ans, lorsque je suis malade, je laisse mon corps se défendre par lui-même, sans avaler une seule pilule, en modifiant simplement mon alimentation dans ces moments là pour donner un coup de pouce. De ce fait, je reste relativement résistant aux maladies « classiques » et notamment la grippe que je n’ai plus contracté depuis ma jeunesse !

      Concernant l’homéopathie et son efficacité, j’en ai fait l’expérience quand j’ai « attrapé » un zona (conséquence de la réactivation du virus qui cause la varicelle). Les traitements allopathiques proposés pour soigner un zona sont catastrophiques pour l’organisme (antiviraux, analgésiques, corticostéroïdes) et pas forcément efficaces. A l’époque, je suis allé directement consulter un homéopathe qui m’a fait passer un interrogatoire :) de 30 minutes puis m’a prescrit un seul et unique tube de granules qui a fait mouche puisque le zona m’a quitté une semaine plus tard !

      Voila, c’était mon petit témoignage du jour, si ça peu aider …

      M.G.

  • Danielle Danielle

    Lorsque vous —prouvez— à des pseudos magistrats que des effets « secondaires » sont à l’origine de graves dysfonctionnements (cardiaques, hépatiques, neurologiques, neuropsychiatriques, etc…)… pour pouvoir écrire dans leurs « jugements » (iniques) de pures et éhontés mensonges et/ou déformation de vérités et —de faits—, l’arme fatale de cette « justice » à la botte des lobbys du fric est de « tout simplement » d’—occulter— les preuves en droit et en faits…

    En claire, vous communiquez des preuves mais la « justice » fait comme si ces preuves n’existaient pas et n’avaient jamais été portées à leur connaissance !

    Pour ceux qui voudrait encore croire dans la cour européenne des droits de l’homme… sachez qu’une (grande ?) partie des « juges » de la CEDH, sont « promus » à leur poste pour couvrir leurs CONfrères nationaux…

    Perso, si on devait refaire le monde, les premiers sur le banc des accusés (et même de l’échafaud !) devraient être tous les pseudos représentants de « justice » qui sont finalement les premiers responsables du déclin dont nous sommes quotidiennement les témoins.

    Bonne fin de journée.

    • http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif
      j’adhère complétement à tes propos….Nous devons utiliser les médicaments de la nature, surtout si cela paraît long, pourquoi? parce que la nature soigne à son rythme biologique, le temps est intemporel, le notre est de + en + faux…Nos journées ne sont plus de 24h depuis longtemps (aujourd’hui à peine 16h). Donc laissez la nature prendre soin de vous, elle peut tout faire, car elle le fait avec Amour.
      bonne fin de journée à toutes et tous.

  • Graine de piaf

    J’ai un ami homéopathe uniciste, mais j’avoue ne pas être vraiment adepte de ce genre de traitement n’en ayant pas éprouvé les mêmes effets qu’avec celui habituellement prescrit qui est plus doux pour l’organisme. je n’ai pas été convaincue. Au sein de la communauté des médecins homéopathes c’est très discuté d’ailleurs…

  • dubois20

    BONJOUR
    je vous laisse mediter cette video
    http://www.youtube.com/watch?v=tWD4b6_5EEA

    moi perso j essaie les plantes , les he huiles essentielles

    l homeopathie et labo BOIRON, j ai de sérieux doutes , et en tout cas pas d effet

  • kalon kalon

    C’est tellement plus compréhensible en le disant ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif
    le Registre Fedéral du Ministère de la Santé Américain (Federal Register of Health and Human Services) de 1984 n’hésite pas à publier : « tous les doutes possibles à propos de la sécurité du vaccin, qu’ils soient parfaitement fondés ou non, ne peuvent être autorisés à exister ». http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif
    Lire la suite :
    http://reseauinternational.net/le-consentement-fabrique-a-propos-des-vaccins-le-doute-meme-fonde-est-interdit/

  • mercredi999

    Bonsoir,
    j’utilise aussi les huiles essentielles qui sont extrêmement efficaces à mon avis , dont « ravintsare »…
    Mais aussi du chlorure de magnésium , oligoéléments parfois ainsi que l’argent colloïdal…et un peu d »amoxi »… pour les chats quand trop blessés!!
    Et je vois chaque jour les poignées de médicaments donnés aux patients…mais ces médicaments sont aussi comme un cordon ombilical entre le patient et son médecin, car les mots « guérisseurs ‘ ou qui aident, manquent terriblement dans le relationnel face à la maladie.Le poison qui soigne …ou pas, ou qui engendre effets secondaires….et y’a toujours un médoc pour calmer un effet secondaire…ainsi que des mots pour soulager, soigner , voir guérir des maux !!!

  • rouletabille rouletabille

    Naitre dans les bras des Pharmacies.
    Mourir en bonne santé est impossible.
    Dieu et Le paradis des grands Pharmaciens sont aux guichets.
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif