L’Arabie saoudite exécute 47 personnes pour terrorisme, l’Iran réclame vengeance

Voilà qui ne risque pas de calmer les tensions entre l’Iran et l’Arabie Saoudite qui se permet tout et n’importe quoi dans la plus grande impunité, puisqu’ils ont le pétrole et de l’argent…  Donc, on a les saoudiens qui financent le terrorisme, qui avec l’aide des Etats-Unis a mené un conflit très discret au Yémen, et ce pays des droits des l’homme et des femmes  extrêmement démocratique vient d’exécuter 47 personnes pour terrorisme, sachant que là-bas, pour être terroriste, il suffit simplement de ne pas être d’accord avec le régime en place… Mais ils restent les amis de la France, puisqu’ils ont de l’argent à distribuer…

387695_Iran-Saudi-Arabia

L’Arabie saoudite paiera un « prix élevé » pour l’exécution du dignitaire chiite saoudien Nimr Baqer al-Nimr, a déclaré samedi le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Hossein Jaber Ansari, cité par l’agence Irna.

« Le gouvernement saoudien soutient d’un côté les mouvements terroristes et extrémistes et dans le même temps utilise le langage de la répression et la peine de mort contre ses opposants intérieurs (…) il paiera un prix élevé pour ces politiques », a déclaré M. Jaber Ansari, après l’exécution de 47 personnes condamnées pour « terrorisme » en Arabie saoudite.

Parmi ces personnes, figure notamment le haut dignitaire chiite Nimr Baqer al-Nimr, figure de la contestation contre le régime.Les condamnés – 45 Saoudiens, un Égyptien, un Tchadien – ont été exécutés dans douze villes du royaume, a précisé le ministère de l’Intérieur saoudien dans une déclaration officielle.

Ils avaient été condamnés, selon les autorités, dans différentes affaires, notamment pour avoir épousé l’idéologie radicale « takfiri », rejoint des « organisations terroristes » et mis à exécution des « complots criminels ».

 

Source: 7sur7.be

La situation est bien plus déplorable que ce que nos médias veulent bien laisser penser…

Le cheik Nimr Baqer al-Nimr était accusé d’avoir organisé des manifestations antigouvernementales dans les années 2011-2013, lors desquelles 20 personnes étaient décédées. En 2014, le cheikh Nimr Baqer al-Nimr avait été condamné à mort pour «sédition», «désobéissance au souverain» et «port d’armes» par un tribunal de Ryad spécialisé dans les affaires de terrorisme. En 2015, la Cour suprême de l’Arabie saoudite avait rejeté son appel contre la peine de mort.

 

 

Suite à son exécution, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a prévenu qu’un tel comportement «coûterait cher à l’Arabie saoudite», d’après Reuters.

L’ayatollah Ahmad Khatami a même précisé que «du sang pur toucherait le col de la Maison des Saoud et les effacerait des page de l’histoire».

 

 

D’après les estimations des groupes de défense des droits de l’homme, l’Arabie saoudite a battu des «records» dans la non observation de ces derniers, l’année dernière. En 2015, la monarchie musulmane sunnite a exécuté au moins 158 personnes.

 

 

Article en intégralité sur Russia Today 

Mais la fin des Saoud est prédite de longue date, avec des conséquences très sérieuses… L’avenir nous dira ce qu’il en est réellement.

Mise à jour: la crise s’aggrave et des manifestants iraniens s’en sont pris à l’ambassade saoudienne:

Samedi soir, le ministère des Affaires étrangères iranien a demandé à la police de protéger les bâtiments diplomatiques saoudiens. A Téhéran, des manifestants en colère ont en effet lancé des cocktails Molotov contre l’ambassade saoudienne et l’ont incendiée pour protester contre l’exécution du dignitaire chiite saoudien, rapporte notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi.

Le consulat saoudien à Machhad, seconde ville du pays, a également été attaqué et incendié par d’autres manifestants en colère. Mais finalement, la police est intervenue pour reprendre la situation en main, à la fois à Téhéran et à Machhad. Quarante manifestants ont été arrêtés à Téhéran, a-t-on appris dimanche matin auprès du procureur de la capitale.

 

  

Article complet sur RFI

Un suivi de la situation en temps réel est disponible sur Russia Today.

Un commentaire