Herstal (Belgique): 50 fûts de cyanure de sodium dans une entreprise abandonnée

Il y a quelques jours, un article parlait d’explosifs et de munitions accessibles à tous sur un terrain abandonné en France, car il n’y a pas que des déchets nucléaires qui sont ainsi abandonnés, et bien aujourd’hui, c’est un problème qui n’est pas tant éloigné que cela qui fait l’actu en Belgique: 50 fûts de cyanure de sodium, cette matière qui a explosé en Chine à Tianjin.

Concrètement, si nous comptons les zones dangereuses mais non révélées (comme les zones de stockage des déchets nucléaires, voir lien plus haut), les zones Seveso, et les usines abandonnées sans que les stocks dangereux n’aient été retirés, cela représente quel danger exactement en cas de gros souci?

b7f520a55897b35e6eb462bbf80915c6-1441018174

Le cyanure de sodium est un produit dangereux : c’est ce qui a entraîné les importantes explosions en Chine, lors du terrible accident survenu il y a quelques semaines.

Cinquante fûts de ce produit ont été découverts à Herstal, dans une entreprise abandonnée. Une entreprise qui se trouve en plein cœur d’un quartier habité.

La Spaque (société publique d’aide à la qualité de l’environnement), le bourgmestre Frédéric Daerden, et le ministre wallon de l’environnement Carlo Di Antonio (cdH) étaient présents sur le site ce lundi matin pour rassurer et organiser l’évacuation des déchets. La situation est désormais sous contrôle, mais on a eu chaud, dans ce quartier de Herstal.

Cinquante tonnes de cyanure de sodium, sans compter des fonds de produits inconnus, dans des cuves, tout cela abandonné depuis deux ans, sans surveillance. Des produits hautement toxiques et surtout très inflammables.

Ce sont des enfants qui ont donnés l’alerte. Ils étaient venus jouer dans l’entrepôt, que des voleurs avaient laissé ouvert. Surpris par ces fûts avec des têtes de mort, ils ont alerté leur grand-mère qui, elle, a prévenu la commune.

Mais la découverte, par hasard, de ces déchets pose questions. Carlo di Antonio était lui aussi sur place. Pour le Ministre wallon de l’environnement, la loi pourrait être incomplète. « Je vais, sans doute, devoir modifier le décret pour tenir mieux compte de ce genre de situation puisque personne n’est prévenu. On ferme une entreprise, on y laisse des tonnes et des tonnes de produits hautement dangereux dans un quartier à forte densité de population. Les années s’écoulent comme ça sans aucune intervention. Difficile à dire qui est le responsable. Nous allons mener une enquête détaillée. Lors de la faillite, personne n’a prévenu la commune de l’existence de cette faillite ce qui constitue déjà un premier problème. Apparemment, nous allons devoir modifier la législation pour que ce soit obligatoire dans le cas d’entreprises qui utilisent des produits chimiques. Ensuite, il eût fallu sécuriser le site et faire en sorte que les produits ne soient plus accessibles ce qui, manifestement, n’était pas le cas. Nous allons regarder ce cas-ci en détail mais il y a d’autres sites potentiellement comme celui-ci à travers la wallonie et je tiens à adapter la législation ».

Depuis quelques jours, le site a été mis en sécurité, 24h/24 et une entreprise évacuera les produits cette semaine.

Source+vidéo: Rtbf.be

 

2 commentaires