L’industrie alimentaire toujours championne de la malbouffe auprès des enfants

Attention à vos enfants! Ce sont 13 marques qui sont passées au crible, et pour chacune, les produits destinés aux enfants, 281 produits au total, et ô surprise, sur l’ensemble, seuls 29 sont considérés comme étant sains pour les enfants par l’OMS, le reste, c’est à dire 252 produits, sont considérés comme n’étant pas sain. Choisissez les bon aliments pour vos enfants, et sachez éviter les pièges.

kindermarketing-bilderstrecke-00001

L’engagement volontaire pris par l’industrie alimentaire européenne en 2007 à ne plus promouvoir les aliments trop gras ou trop sucrés auprès des enfants n’a pas été respecté, selon un rapport de Foodwatch. Un article d’EurActiv Allemagne.

Huit ans après leurs promesses de faire le ménage dans les publicités alimentaires destinées aux plus jeunes, les  grandes entreprises alimentaires européennes sont loin d’avoir rempli le contrat, conclut une étude réalisée par l’ONG Foodwatch.

En 2007, ces entreprises s’étaient pourtant engagées, dans une « EU Pledge » [promesse de l’UE] à « changer leur publicité destinée aux enfants », notamment en ne faisant la promotion des produits alimentaires auprès d’enfants de moins de 12 ans que si ces produits remplissaient des critères nutritionnels spécifiques.

Pourtant, à ce jour, les producteurs continuent à faire de publicité pour des produits alimentaires malsains. Foodwatch a analysé 281 produits fabriqués par des industriels allemands ayant signé la « promesse européenne », dont Kellogg’s, Ferrero, Danone, Nestlé et Coca-Cola. L’étude affirme que seuls 29 de ces produits devraient être promus auprès des enfants selon les critères de l’OMS pour un régime nutritionnel équilibré.

« Belles paroles »

« Avec ses belles paroles, l’industrie alimentaire s’est placée en première ligne de la lutte contre l’obésité et la malnutrition, alors que parallèlement elle continue à promouvoir des tonnes de bonbons et de nourriture malsaine, surtout auprès des enfants. C’est une triste stratégie de relations publiques », a commenté Oliver Huizinga, analyste chez Foodwatch.

Parmi les entreprises examinées, McDonald’s et Nestlé s’en sortent relativement bien. Près d’un tiers des produits que la chaine de fast-food promeut auprès des enfants respectent les critères nutritionnels de l’OMS. Dans le cas de Nestlé, 11 des 42 produits testés remplissent ces critères. Coca-Cola et PepsiCo sont de moins bons élèves. Aucune de ces deux sociétés ne commercialise de produits pouvant être qualifiés de sains selon le classement de l’OMS.

Une promesse non tenue

L’étude montre que l’industrie alimentaire n’est pas efficace, affirment l’association allemande contre le diabète (DDG) et Deutsche Diabetes-Hilfe, une organisation allemande de soutien aux diabétiques. Les limites nutritionnelles que se sont auto-imposés ces entreprises étaient trop laxistes. Les céréales pour les enfants, par exemple, peuvent contenir jusqu’à 30 % de sucre, alors que l’OMS recommande une quantité maximum de sucre de 15 %. Alors que même les chips remplissent les critères de la promesse européenne, commentent les experts.

>> Lire : Le diabète gagne du terrain au Royaume-Uni

L’engagement volontaire de la part des industriels promettait bel et bien l’arrêt de la publicité traditionnelle adressée aux enfants, mais l’utilisation de personnages de bandes dessinées sur les paquets est toujours autorisée.

Selon les experts médicaux, la limite d’âge fixée à 12 ans par les industriels est par ailleurs trop basse. Ils recommandent de l’élever à 16 ans. De grandes sociétés comme Dr. Oetker, Haribo, Bahlsen, Ehrmann et Hipp n’ont même pas signé la promesse. « La stratégie d’autolimitation volontaire, d’information et d’éducation a échoué », a estimé Dietrich Garlichs, directeur général de la DDG.

Article en intégralité sur Euractiv.fr

 

6 commentaires

  • C’est triste à dire, mais que ce soit pour les enfants ou pour les adultes, le seul moyen d’avoir une bouffe à peu près saine, c’est de la faire soi-même, que ce soit pour les céréales, les biscuits, le nutella, les jus de fruits ou les repas normaux. Le truc chiant c’est que ça demande des efforts et du temps. Et aussi de convaincre son/ses morpion(s) de ne pas faire de caprice devant un paquet de gâteaux ou une pub à la télé, ou en bouffer en louçedé dès que t’as le dos tourné…

  • vico

    manger sans faire cuire > légume épluché coupe ou broie si tu veut te faire un petit jus !
    à cause du mondialisme :p travailler <> de retour qu’une envie reposé et ingurgiter .. mais voilà faut suivre un train train quotidien! pas celui des reflex flemmard.
    Pour çà Tv <> pub à volonté ! Que ce soit l’adulte Qui Lui moins impacter mais tous aussi élever dans le monde secondaire malveillante ! l’enfant devrait pas être en otage.

    http://www.mystere-tv.com/la-toxicite-des-ogm-un-secret-industriel-v1484.html

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif Mc Do et Burger King devraient être à zéro comme Caca-Colé et Pepsi ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif car tout ça n’est que du pure poison ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif

  • Arrêtez d’acheter vos aliments au supermarchés et vous peterez moins …
    Ce qui n’empêche toutefois pas d’avoir encore des idées de m****…(dedicace gm)

  • Grand marabout Grand marabout

    Une étude américaine de la revue Consumer Reports détecte des bactéries liées à des matières fécales dans la totalité des steaks hachés testés par ses enquêteurs aux Etats-Unis
    Chaque échantillon contenait donc des bactéries entérocoques dans la totalité des steaks conventionnels et dans plus de 95% des steaks bio.

    l’alimentation du bétail est une des responsables de la situation. L’élevage conventionnel décrit dans l’étude consiste à parquer rapidement les bovins dans des stalles et les nourrir de maïs et de tourteaux de soja. Une alimentation face à laquelle le système digestif des boeufs est moins bien adapté, ce qui expliquerait la plus grande présence de bactéries que dans le boeuf bio.
    http://www.franceinfo.fr/vie-quotidienne/sante/article/une-etude-americaine-detecte-des-matieres-fecales-dans-les-hamburgers-720839