Même remaniée, la Loi Macron qui vient d’être adoptée au Sénat reste une mise en place du TAFTA

Cela ne vous rappelle pas le traité de Lisbonne? En 2005, le Traité Constitutionnel Européen est largement refusé, 55% des français qui se sont exprimé ont rejeté le traité. Durant 2 ans donc, le traité a été réécrit et avec la contribution de Sarkozy, le traité nous a été imposé sous le nom de « Traité de Lisbonne », et sans référendum! Là, il s’agit de la loi Macron, un peu modifiée et hop, la quenelle pour les français! L’ex-banquier de Rothschild qui montre bien que la finance est l’ennemie intime de Hollande voit donc sa loi d’adoptée au Sénat, et si personne n’y comprend rien, ce n’est pas grave, nous ne sommes de toute manière pas censés être inquiétés par celle-ci même si elle contribue à la mise en place du TAFTA, puisque nous ne sommes pas censés être informés de cette trahison…

N’oubliez pas non plus une chose, nous ne voulions pas de la loi Macron, ils n’ont pas hésité à utiliser le « 49.3 » pour tenter de la faire passer de force.

vaseline-13-pommade

Le Sénat a – enfin – voté, par 185 voix pour et 44 contres, le projet de loi sur la croissance et l’activité, dit « loi Macron ». Un texte décidément hors normes, qui aura nécessité 133 heures de débat en séance – les députés y avaient consacré 111 heures –, de reporter deux fois le vote final, avec 1 801 amendements déposés et 627 adoptés.

A l’Assemblée nationale, compte tenu du risque de l’absence de majorité, Manuel Valls avait décidé d’engager la responsabilité du gouvernement. Au Sénat, c’est une majorité UMP-UDI qui adopte le projet de loi issu des débats, mais un texte largement remanié par rapport à celui qui lui avait été transmis.

« Le texte a profondément évolué mais nous sommes restés dans une optique sénatoriale, c’est-à-dire de contribuer à faire évoluer la loi, assure Vincent Capo-Canellas (UDI, Seine-Saint-Denis), le président de la commission spéciale chargée de l’étudier. Le Sénat a rendu concrètes des propositions qui sont dans le débat. » La droite sénatoriale se défend d’avoir voulu dépecer la loi Macron mais, au contraire, dit s’efforcer de la « sauver ». « Intellectuellement, nous ne sommes pas loin de Macron. Au-delà de l’écume, on essaie d’aider à la modernisation », poursuit le sénateur.

Tribunaux spécialisés

Idem sur la spécialisation des tribunaux de commerce, autre point de friction qui a entraîné, lundi, une grève massive des dites juridictions, qui protestent contre la disposition du projet de loi qui prévoit de confier à des tribunaux spécialisés les contentieux concernant les entreprises, le seuil devant être fixé par décret. Le Sénat, lui, a fixé un seuil à 250 salariés. Le ministre s’est contenté de redire sa volonté de travailler avec les professionnels, regrettant qu’« ils contestent des seuils qui ne sont pas fixés ».

Autre volet important, celui sur le droit du travail. Pour l’essentiel, la majorité sénatoriale a adopté des dispositions qui relèvent de sa sensibilité, en élargissant l’ouverture dominicale des commerces, notamment aux magasins de biens culturels – un amendement réclamé par la Fnac –, et en dispensant les petits commerces de contreparties ; en relevant les seuils sociaux actuels de 10 à 20 salariés et de 50 à 100 ; en restreignant le droit d’information des salariés en cas de cession ; en introduisant en « miroir » aux accords de maintien de l’emploi défensifs des accords offensifs.

Article complet sur Le Monde

 

4 commentaires

  • defecator

    pour l’instant les merdias « parlent » du projet de loi macron … gageons que « projet » aura disparu dès … demain.
    stop-ttip.org/fr/

  • engel

    dixit:
    –  » Durant 2 ans donc, le traité a été réécrit et avec la contribution de Sarkozy, le traité nous a été imposé sous le nom de « Traité de Lisbonne»

    ou à un « r » et « l » près:

    – « Durant 2 ans donc, le traité a été réécrit et avec la contribution de Sarkozy le traître, nous l’a imposé sous le nom de « Traité de Lisbonne».

    La deuxième version n’est qu’une version humoristique sans prétention à une véracité quelconque.
    Une pure fiction n’ayant pour but que de faire sourire les vaselinés de la premières heures.

    PS:…On n’est jamais trop prudent par les temps qui courent.

  • fliouguer

    c’est l’occasion de reprendre cette page de Boazuk à propos de Marie Julie Jahenny -1850 – 1941, Prophéties :

    La Guerre civile
    « (…) Mon royaume sous peu, sera divisé. Les enfants de la France vont devenir les enfants d’un autre royaume, malgré leur prétention de rester français. »

    « Ils vont faire expulser de France les soldats français.

    Une grande partie va retomber dans ces lieux où ils ont tant soufferts, où ils ont été réduits à la misère. C’est après les avoir tous évadés de France que la lutte jettera son éclair. La France n’aura point d’appui. Personne pour la défendre : toutes les troupes, qui ont la garde du royaume, seront exilées. La révolte sera au Centre (Paris) de la France. Tout sera consommé. »

     » N’attendez rien de celui qui règne comme roi et qui, aujourd’hui, est assis dans le même fauteuil que les autres (président) : fauteuil qui ne porte aucune marque d’un pouvoir spécial et plus grand.

    Sa pensée est accordée à la pensée des autres, sa parole à leur parole, sa volonté à leur volonté.

    Sa puissance et ses pouvoirs ne sont pas plus que ceux de celui qui est le dernier.

    N’attendez rien de ce côté : il ne mérite pas plus de respect que tout le reste.

    Dans la tempête, sa voix criera aussi fort que les autres, contre tout ce que Dieu a établi…

    Il n’y a pas de fermeté en lui : ils l’ont mené ; ils l’ont dirigé.

    Voilà le portrait de cet homme : c’est un poteau de boue. Plaignons-le, mais n’y pensons guère.  »

    Paris:

    Paris brûle, 1903 : « Le feu du ciel tombera sur Sodome (Paris) et principalement sur cette salle de l’enfer où se fabriquent les mauvaises lois (assemblée nationale).

    Elle sera engloutie et sa place sera comme une immense carrière

    « Ils arriveront à attirer sur la France des châtiments de feu. (…)

    Il ne restera rien de ce foyer où se forgent les mauvaises lois (assemblée nationale), d’où l’on va achever la mort de la foi dans les âmes ; d’où l’on va jeter la dernière souillure dans l’âme des enfants (…). »

    25 août 1882, Saint Louis: « Ces pauvres malheureux ! En une nuit la plus obscure, le Centre se trouvera bombardé et les victimes n’en survivront pas. »

    http://www.touteslespropheties.net/marie-julie-jahenny/

    • fliouguer

      Je ne sais pas ce qu’il y a de vrais dedans et seul l’avenir nous dira ce qu’il y a de prophétique, mais une chose est sur c’est que l’on fait tout son possible pour que cela se produise.