Chômage : Bruno le Maire veut réduire le code du travail de 3700 à 150 pages (+chiffres du chômage réel)

Soyez très inquiets avec ce genre de déclarations, car, nous en revenons toujours à cela, c’est la mise en place du TAFTA qui se cache derrière. En effet, le TAFTA impose que toutes les protections, tous les acquis, et que les droits fondamentaux disparaissent au nom du profit….pour les entreprises, pas pour les employés, c’est d’ailleurs dans ce sens qu’allait la loi Macron qu’ils voulaient nous imposer avec le 49.3 et dont bizarrement nous n’entendons plus parler.

Le pire, c’est que Bruno Le maire ose nous expliquer que le code du travail créé du chômage et que c’est pour cela qu’il faut l’attaquer! Mais si nos politiques voulaient lutter contre le chômage, ils le feraient!

code-du-travail-jdp

Pour Bruno Le Maire : « Le code du travail est la première crainte des PME. Il créé du chômage »

lors que le nombre de demandeurs d’emplois a de nouveau grimpé en mars, Le député UMP Bruno Le Maire juge qu’il faut faire passer le code du travail qui « créé du chômage », de 3.700 à 150 pages, proposition qui a déclenché l’ironie du secrétaire d’Etat Jean-Marie Le Guen.

Dans une interview aux Echos parus mardi, l’ancien ministre assure que « le code du travail est la première crainte des PME et des investisseurs étrangers. Il devrait protéger les salariés, il crée du chômage. »

« Moi je propose 149. Je suis plus fort que lui, hein! »

« Le code du travail doit passer de 3.700 pages à 150 pour définir les droits fondamentaux des salariés », a poursuivi le dirigeant d’opposition.

« Tout le reste, sans exception, doit être négocié dans les entreprises entre les directions et des représentants des salariés d’élus« .

« La loi de 2007 qui impose de saisir les partenaires sociaux avant toute réforme du code du travail est un obstacle à lever », selon l’élu de l’Eure.

Article complet sur Sudouest.fr

Quand au chômage soit-disant provoqué par le code du travail, il explose, et les records sont sans cesse dépassés, au mois de Mars, on dépasse la barre des 10 millions:

6 277 300 privés d’emploi et travailleurs occasionnels officieux, toutes catégories confondues, + 3 782 500 invisibles qui n’entrent pas ou plus dans les statistiques officieuses ( chiffres détaillés bas de page ).

total : + de 10 MILLIONS de chômeurs en France. (fourchette basse)

Radiations des listes A,B,C,(D,E) de Pôle Emploi par motifs, Février 2015 :

- Défauts d’Actualisation : 207 800, 44 % des sorties des listes. (- 1,4% sur 1 an)

- Radiations Administratives (les punis) : 46 200, 9,8 % des sorties. (- 11,4% sur 1 an)

- Autres Cas ( les morts, suicidés, emprisonnés .. ) : 51 400 et 10,9 % des sorties. (+ 1,2% sur 1 an)

soit 305 400 radiés des listes (64,7 %) ce mois pour autres motifs que :

- Stages parking : 45 700, 9,7 % des sorties. (+ 8,6% sur 1 an)

- Arrêts maladie, maternité, etc : 36 100, 7,6 % des sorties. (+ 5,9 % sur un an)

- Reprises d’emploi déclarées : 84 800, ne représentent que 18 % des sorties des listes de pôle emploi. ( -10,7% sur 1 an )

Demandeurs d’emploi par catégories :

A : 3 509 800 +0,4 % ( + 4,9 % sur 1 an ).

B : 684 000 -0,4 % ( + 4,5 % sur 1 an ) travailleurs pauvres moins de 78 heures.
C : 1 096 700 +1,4 % ( + 14,8 % sur 1 an ) travailleurs pauvres de + de 78 heures.

D : 279 600 +1,1 % ( + 1,3 % sur 1 an ) stages parking, occupationnels etc.
E : 378 000 -0,3% ( – 3,7 % sur 1 an ) contrats aidés etc.

TOTAL : 5 948 100 ( données corrigées ), hors DOM TOM, soit + 5,5 % sur 1 an, 30 000 chômeurs de plus, par rapport à Février.

TOTAL, dom-tom compris : 6 277 300 ( page 15 du rapport de la DARES, lien en bas de page ) et encore, données corrigées, les chiffres bruts sont + alarmants encore.

Quelques chiffres qui parlent :

Chômage Longue durée (entre 2 et 3 ans) : + 8,4 % sur 1 an.
Chômage Très Longue Durée + de 3 ans : + 18,7 % sur 1 an.

Chômage des 50 ans et +, + 9,5 % sur 1 an.

+ d’1 chomeur inscrit à pôle emploi sur 2 (51,6 %) ne perçoit AUCUNE INDEMNITE, ni ARE (allocation retour à l’emploi), ni allocation de solidarité (ASS, AER)

Offres d’emploi disponibles, dernier chiffre connu : 323 233.

Le + scandaleux, LE CHÔMAGE INVISIBLE, complètement en dehors des statistiques :

Ne sont pas comptés dans ces 6 277 300 demandeurs d’emploi et travailleurs pauvres occasionnels :

1 282 500 foyers bénéficiaires du RSA, en effet sur 2 300 000 environ de foyers (dernier chiffre connu) , seuls 1 017 500 sont inscrits à Pôle Emploi, les autres bénéficient d’autres suivis (associations, collectivités locales, etc.) en sachant qu’un foyer bénéficiaire, comporte parfois + d’un demandeur d’emploi en son sein, donc si on parle en nombre d’individus c’est pire.

+ encore 1 100 000 au bas mot, sur les environs 2 millions de bénéficiaires de l’AAH ou d’une pension d’invalidité, qui ne sont pas inscrits à Pôle emploi, malgré une aptitude et un désir d’accès à emploi adapté.

Source et article en intégralité sur Agoravox.fr