Accident nucléaire en Europe: que mangerons-nous ?

Vu qu’il y a des risques et que ceux-ci ne peuvent être ignorés, autant s’informer sur le sujet. À ne pas oublier au passage (puisque nous parlons de nucléaire) que des traces de radioactivité issues de Fukushima ont été découvertes sur les côtes canadiennes, rien de bien étonnant quand on sait que ces mêmes radiations ont touché de plein fouet les Etats-Unis… Egalement la dernière revue de presse spécialisée dans les infos nucléaires de Pectines.

nuclear-radiation-waarning

La révision des limites de contamination des aliments en cas d’accident nucléaire, est à l’ordre du jour de l’agenda européen en juillet 2015.

Les règlements qui établissent les Niveaux Maxima admissibles (NMA) de contamination des aliments ont établies en 1997-1990 dans le cadre du traité EURATOM. La vocation de ce traité est le développement de l’industrie nucléaire. Les NMA édictées se préoccupent donc plus de sauvegarder l’industrie nucléaire que de la santé des populations. Les enfants y sont particulièrement négligés.

La commission européenne a élaboré un projet de révision qui reprend les normes Euratom, sans autre modification que de prolonger de 6 mois à 1 an la définition du nourrisson.
Ce projet doit être présenté en Juillet 2015 devant le parlement européen qui aura le pouvoir de l’amender. Une occasion à saisir.

Je résume ci-dessous l’analyse que fait la CRIIRAD du projet de la commission européenne dans son bulletin d’information n°65 de Février 2015.


Les limites sont exprimées en Becquerels par Kilo : Bq/kg.
Une activité de 1 Bq correspond à une désintégration par seconde, avec à chaque fois l’émission d’un rayonnement ionisant.
Quand un produit contient 100 Bq/kg de Césium 137, cela signifie qu’à chaque seconde, dans un Kilogramme de cet aliment, 100 atomes de Césium se désintègrent et produisent un rayonnement gamma.

Si l’aliment est ingéré, les désintégrations se produisent à l’intérieur des organes où le Césium s’est fixé. Il va irradier tous les organes autour de lui tant que sa radioactivité ne sera pas éteinte ou qu’il soit éliminé.
Le Césium se concentre surtout dans les muscles dont le coeur; pour le Strontium c’est plutôt l’os d’où il va irradier la moëlle osseuse; pour l’iode c’est la thyroïde; pour le tritium c’est partout.

les 4 classes de produits radioactifs du projet

La réglementation divise les produits radioactifs en 4 classes:
Il s’agit ici de l’ingestion par l’alimentation ou la boisson.

1- Le groupe du STRONTIUM
Le Strontium 90 agresse particulièrement l’os et la moëlle osseuse. Il provoque le risque de cancer des os et de leucémie.
C’est un émetteur de rayons Bêta. Demi-vie:29 ans.
2- Le groupe des isotopes radioactifs de l’Iode.
L’organe sensible est ici la glande Thyroïde.
Le rayonnement émis: Bêta et Gamma. Demi vie de I131=8 jours.
3- le groupe du PLUTONIUM (plus Américium, Curium…)
la toxicité des rayons Alpha émis est 20 fois supérieure à celle des rayons gamma ou Bêta.
Sont spécialement concernés: les surfaces osseuses, la moëlle osseuse, le foie,les gonades.
(Par ailleurs, les poussières de Plutonium inhalées sont particulièrement dangereuses pour le poumon – cancer). Demi-vie du Pu 239: 24.000 ans.
4- Le groupe des Césium 134 et 137.
Ces radionucléides sont émis en grandes quantités en cas d’accident nucléaires.
Ils sont émetteurs Gamma.Demi vie: Cs137=30 ans – Cs 134=2 ans.
Les Césiums se fixent particulièrement sur les muscles dont le coeur.

Sont exclus du dispositif:
Le Tritium (demi vie: 12 ans) qui rend l’eau radioactive. Emetteur Bêta. Diffuse dans tout le corps; l’industrie ne sait pas l’empêcher de fuir à travers toutes les parois.
Et le Carbone 14 (demi-vie 5.730 ans).
Ils peuvent être émis en grande quantités en cas d’accident

Les aliments pouront être commercialisés quelle que soit leur teneur en Tritium ou en Carbone 14 qui ne seront pas comptabilisés.

Tableau radioactivité

Tableau repris du bulletin d’information de la CRIIRAD

Une aberration:
On n’additionne pas les contaminations des différents groupes !

Si l’activité radioactive de chaque groupe pris séparément est inférieure à la norme, l’aliment sera autorisé à la vente
On ne tiendra pas compte de la somme de la radioactivité des 4 groupes !

Du lait peut ainsi, sans être interdit à la vente contenir jusqu’à 1645 Bq/kg:

  • 125 Bq/kg de Strontium 90
  • + 500 Bq/kg d’Iode 131
  • + 20 Bq/kg de Plutonium 239
  • + 1000 Bq/kg de Césium 137
  • Soit 1645 Bq/kg
Les 5 catégories d’aliments

Les Niveaux Maxima Admissibles varient selon la catégorie d’aliments considérée:

1- Les aliments pour nourrissons:
Le législateur a considéré qu’il est acceptable d’autoriser un certain degré de contamination dans les aliments pour nourrisons !
.

La dénomination «aliments pour nourrissons» masque en pratique une réalité très restrictive. Contrairement à ce qui est suggéré, ne sont concernés que les produits étiquetés «préparation pour nourrissons» et qui couvrent tous les besoins alimentaires du nourrisson. En pratique n’est concerné que le lait infantile.
Le projet de révision de la commission européenne propose d’étendre l’application des maxima admissibles aux nourrisons aux enfants jusqu’à 1 an: c’est le seul point positif du texte.
Les laits pour nourrissons sont généralement des poudres; il faut y ajouter 90% d’eau qui elle a des normes bien plus élevées !!! (voir le tableau).
Les petits pots pour Bébés sont classés dans la colonne «autres aliments» dont les limites sont bien plus élevées (voir le tableau) . Même chose pour les fruits, légumes, fromages frais, céréales.
Aucune disposition n’est prévue pour les femmes qui allaitent.
Les vérifications effectuées par la CRIIRAD montrent que les nourrissons sont en fait très mal protégés. Et on sait qu’ils sont bien plus sensibles aux radiations que les adultes.

2- les produits laitiers
Aliment qui joue un rôle important dans l’alimentation des enfants en croissance. La limite de contamination est plus élevée que pour les nourrissons. Elle sera utilisée à partir de 1 an.

25 commentaires

  • Grand marabout Grand marabout

    Radioactivité, compteurs geiger : quelques conseils

    Un compteur Geiger permet-il de déceler si des aliments sont radioactifs ?
    Mon compteur Geiger détecte de la radioactivité ! L’environnement est donc bien contaminé ?

    Comment savoir si mon compteur fonctionne ?

    Pour savoir s’il fonctionne, il vous faut une source radioactive. Il faut aussi bien sûr que cette source radioactive soit inoffensive, et légale.
    La source la plus facilement accessible est le sel de régime, à base de chlorure de potassium, qu’on trouve dans tous les supermarchés. Son activité est cependant faible et seuls les compteurs les plus sensibles réagiront à son contact.

    Une autre source radioactive facilement trouvable et inoffensive est l’ouraline, ou verre à l’uranium. Son activité est plus importante que le potassium 40
    Le fait que l’uranium soit enfermé dans le verre élimine toute possibilité de contamination, c’est donc une source sûre.
    http://www.sebastien-billard.fr/tacticool/index.php?post/2014/05/01/Acheter-un-compteur-geiger-quelques-conseils

  • laspirateur

    Rappelons encore que d’ici 2 à 3 ans c’est la totalité de l’océan Pacifique soit la moitié de la planète qui sera irradié par les fuites de Fukushima. Parler de nucléaire c’est tout ce qu’il n’aurait jamais fallu faire!

  • laspirateur

    Confirmation, le site « nature alerte » après avoir mis en avant que 2200 milliards de becquerels avaient été rejetés l’année 2014, on commence à le relever sur les côtes Canadiennes :
    http://naturealerte.blogspot.fr/2015/04/07042015fukushima-des-traces-de.html

  • Trollzilla Trollzilla

    D’un autre côté de plus en plus de nourrissons deviennent intolérant au lait infantile, c’est pas ionisé au moins ?
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif

  • Anatole

    L’accident nucléaire a déja eu lieu, et nous sommes certainement déja tous plus ou moins contaminés: Toutes les espèces pélagiques du Pacifique sont gorgées de radionucléides de Fukushima, les pêcheries Japonaises ont écoulé leurs produits à bas prix à toutes les centrales d’achat mondiales qui se sont ruées sur la bonne affaire pour fabriquer des pizzas et des soupes de poisson, vendues dans tous les supermarchés de la planète.
    Quoi d’autre ?

    • voltigeur voltigeur

      En fait tous contaminés c’est le résultât, aucun aliment ne sera sain.
      Et ils ne parlent pas d’énergie alternative pour sortir de ce nucléaire mortifère.
      Faire bouillir de l’eau qui alimente des turbines pour produire de l’électricité, avec des matières dangereuses. C’est tout ce qu’ils ont trouvé.
      Il doit bien y avoir d’autres solutions pour chauffer la cocotte minute…..
      Et les déchêts se retrouvent partout, puisqu’impossible à détruire, les parpaings pour les constuctions, les ballasts pour les routes, etc etc….http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif

      • Planete bleu Planete bleu

        Bonjour volti,

        Il y a de quoi s’inquiéter quand tu sais que c’est l’exportateur qui doit vérifier la radioactivité des aliments avant de l’exporter. En plus je doute sérieusement de l’honnêteté du gouvernement Japonais

        Importation d’aliments radioactifs japonais

        http://www.senat.fr/questions/base/2014/qSEQ141013330.html

        Extrait:

        Lors de la discussion, la commission a indiqué les principes sur lesquels elle avait fondé sa proposition : tous les aliments pour animaux et toutes les denrées alimentaires (sauf les boissons alcooliques) originaires de la préfecture de Fukushima continuent de devoir être analysés avant exportation vers l’UE ; certains aliments pour animaux et certaines denrées alimentaires originaires des préfectures « à risque » figurent sur la liste des produits devant être analysés avant exportation vers l’UE. Une préfecture figure sur la liste dès que les autorités japonaises ont décelé une non-conformité sur un produit originaire de cette préfecture au cours de la 3e période de végétation après l’accident. Un aliment pour animaux ou une denrée alimentaire figure sur la liste dès que les autorités japonaises ont décelé, au cours de la 3e période de végétation après l’accident, une non-conformité sur ce produit lorsqu’il est originaire des préfectures « à risque » (sauf Fukushima) ; dans quelques préfectures, les seules non-conformités décelées ont porté sur des champignons, connus pour concentrer la radioactivité et sur quelques plantes comestibles. Pour ces préfectures, seuls les champignons et ces plantes comestibles doivent être analysés avant exportation vers l’UE. La proposition a été adoptée à la majorité qualifiée des États membres. C’est ainsi qu’ont notamment été prises les mesures suivantes, à comparer à celles du règlement précédent : suppression des préfectures de Tokyo et Kanagawa de la liste des préfectures « à risque » / introduction des préfectures d’Akita et Yamagata ; pour les préfectures déjà « à risque » (sauf Fukushima), suppression des produits sur lesquels aucune non-conformité n’a été décelée au cours de la 3e période de végétation après l’accident ; pour les préfectures d’Akita et Yamagata, nouvellement inscrites ainsi que pour la préfecture de Nagano déjà concernée par une obligation d’analyse pour les champignons, établissement d’une liste de denrées à analyser avant exportation vers l’UE : champignons, koshiabura, pousses de bambou, pousses d’Aralia, fougère grand aigle et produits dérivés.

      • voltigeur voltigeur

        Bonsoir Planète!
        Nous n’avons aucune solution!!! en cas de coup dur, c’est
        cancer pour tous, et leurs mesures de merde, de tant de ci et de là,
        peuvent se les gober au petit dej’, ou s’entroufigner avec!.
        Le titre pose la question, mais comme il n’y a aucune réponse possible,
        à moins de tout arrêter fissa et encore… que faire des déchets?….!!
        Mais je vois très mal « chochotte » se passer de sa machine à laver et
        de son sèche-linge, ainsi que de ses bouffe-cerveaux préférés sur
        écran géant LCD ou ultra sophistiqué.
        Et de sa baignoire à bulles, tous les jours; et.. et.. et merde!!
        Ce n’est pas les quelques « cinglés » qui agissent qui vont sauver tout le monde,
        pour 100 qui agissent dans le bon sens, il y en a 10.000 qui s’en tamponnent,
        je suis dégoutée.
        Chez moi aujourd’hui, un abruti à jeté huile de vidange et gravas, dans
        les containers ménagers… Et seule, écolo, triage et recyclage au maxi,
        je paie 255 € d’O.M, pareil que ces en….s avec des énormes maisons et
        des marmots à la pelle, à qui il ne faut surtout pas dire, de ne rien jeter par terre.
        Bande de moutons, jemenfoutiste GGGrrrrr!!! angry angry

      • Planete bleu Planete bleu

        Je comprend ta colère volti, car moi aussi je la ressens aussi quand je vois des abrutis jeter par terre alors que la poubelle est à quelque centimètre, il y en a qui on vraiment un poil dans la main. Il y a tout ce qu’il faut pour le tri sélectif près de chez moi mais certaines personnes sont trop paresseuse pour trié, alors elle laisse leur déchet près des containers. Pire encore certaines personnes jettent leurs déchets par les fenêtre de leur appartement. Un jour une personne de mon immeuble c’était plainte qu’un des locataires avait jeté des couches sales par la fenêtre, ces couches atterrissaient dans l’arbre qui était en face de la fenêtre de cette locataire

  • Quand je vois la pub pour les voitures électriques, ça me fait bondir. Voilà ensuite de quoi dire: on ne peut pas arrêter le nucléaire, sinon avec quoi les gens vont-ils rouler ?
    En plus de l’utilisation actuelle, bien entendu.

    Penser aussi à l’ionisation/irradiation des aliments. C’est de l’intoxication volontaire, au (faux) motif d’une meilleure conservation des aliments ! Il y a obligation de mention sur les emballages, mais encore faut-il que la loi soit appliquée, et que les consommateurs soient vigilants !

    Il y a des moyens de réduire cet impact mais on ne peut souvent pas les utiliser en permanence: charbon actif, chlorure de magnésium, argile…

    Dernier point: la meilleure énergie est celle qu’on ne consomme pas.

  • Maverick Maverick

    Petit rappel …

    http://www.youtube.com/watch?v=Oln1J2G2xxo

    Par contre, je n’ai pas encore retrouvé le docu à propos des armes chimiques de 14-18 ? http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

  • Graine de piaf

    Volti, je paie, étant seule et en pleine montagne, 380 euros d’OM ! or je mets pratiquement tout au compost ! je suis aussi écœurée que toi !

    • voltigeur voltigeur

      Affligeant, on paie pour tous au nom de la « solidarité »,
      ça augmente de 20€ par an depuis 5 ans, c’est du délire, plus tu tries, plus
      tu paies… Y a un truc qui va pas là!!
      Et avec nos misérables retraites, ça fait une sacrée ponction!
      On m’a dit que les « frais étaient partagés équitablement » entre tous les habitants.
      Mais maintenant que ce sont des communautés de commune, ils devrait y avoir, plus
      de monde pour partager non? Je ne connais pas le mode de calcul.
      Crève et tais toi! :(

  • Natacha Natacha

    Nous sommes Mithridate.