Jacques Sapir – Pétrole de schiste : une catastrophe se prépare aux États-Unis, « Il y aura du sang » !

201310_monde_schiste

La baisse des prix du brut, ça va commencer à vraiment faire mal, et avec 5000 milliards de dollars investis par les banques , si ce secteur implose, ce qui risque de plus en plus de se produire avec ces prix, il ne sombrera pas seul : un gros baril de poudre en plus … Z .

La question de l’huile (pétrole) de schiste revient sur le devant de la scène avec la nouvelle baisse des cours du brut (tant en WTI qu’en BRENT). En fait, ce qui était anormal était la timide hausse que l’on avait connu en février 2015. Mais, une tendance haussière va bien s’affirmer dès l’été 2015 ainsi qu’annoncé sur ce carnet le 1er janvier dernier[1]. Voici donc les dernières nouvelles de la catastrophe qui se prépare aux Etats-Unis. On se souvient du film « There will be blood »[2], et l’on peut ajouter « Yes, it will… ».

L’économie de la production d’huile de schiste.

La production de l’huile de schiste obéit à des règles assez particulières. L’une des caractéristiques de cette production est la forme très particulière de la courbe de production. Le pic de production est atteint entre le premier et le deuxième mois de la mise en service du forage. Le volume de la production décroit après très rapidement. En fait, on n’obtient plus que 25% de la production du pic d’exploitation entre 19 mois (2010) et 15 mois (2013).

Graphique 1

A-Gr3-500x261Source : Dyker D., « Why Shale Oil Is a Ponzi Scheme », note posté sur The Street, le 17 mars 2015,http://www.thestreet.com/story/13080666/1/dan-dicker-on-why-shale-oil-is-a-ponzi-scheme.html

Le niveau de production s’est largement amélioré de 2010 à 2014, mais conserve les mêmes caractéristiques. Cet épuisement rapide des forages impose un renouvellement rapide de ces derniers, et donc des investissements constants.

L’industrie de l’huile de schiste est composée, aux Etats-Unis et au Canada, essentiellement de petites compagnies, d’où d’ailleurs le mythe d’un « rêve américain » dans le domaine du pétrole. Mais, les conditions de rentabilité de ces petites compagnies (qui exploitent environ 85% des forages) sont très différentes de celles des grandes compagnies (comme Exxon) qui ont elles aussi investi dans ce secteur. Si, pour certains forages réalisés par Exxon le deuil de rentabilité est à 45 dollars le baril, il est bien plus élevé dans les petites compagnies, estimé entre 70 et 75 dollars.

Ces dernières réalisent leurs investissements avec un très fort effet de levier bancaire. Dès qu’elles obtiennent une concession, elles demandent un crédit à la banque, crédit qui peut couvrir entre 90% et 95% de l’investissement nécessaire. Le remboursement est assuré par la production dans la première année de vie active du forage, celle ou il est le plus productif. Mais, cela implique de garantir le prix. En fait, en incluant les intérêts, une compagnie gagnait de l’argent tant que le pétrole se vendait au-dessus de 80 dollars le baril. Les assurances prises par ces compagnies leur assuraient un prix garanti entre 80 et 90 dollars. Mais, ces assurances ne couvrent que 6 mois de production et elles n’ont pas été renouvelées à partir d’octobre 2014 devant la chute importante des prix du pétrole. Cela signifie qu’elles ne seront plus protégées à partir de la fin du mois de mars 2015.

A partir de cette date, seules les grandes compagnies pourront vendre avec un cours du baril (indice WTI sur l’Amérique du Nord) entre 43-45 dollars le baril. Cela implique un effondrement des investissements, donc des nouveaux forages, et à terme de la production de pétrole aux Etats-Unis. En effet, près de la moitié du pétrole produit est du pétrole de schiste.

L’effondrement des investissements et de la production.

De fait, l’effondrement des investissements est en train de se produire. Le nombre de forages diminue maintenant très rapidement. Cela signifie que des forages anciens (en fin de vie) sont retirés du marché tandis que de nouveaux forages ne viennent pas les remplacer. La chute a commencé à la mi-décembre 2014 (graphique 2).

Graphique 2

A-Gr11-500x305Source : Baker-Hugues

On constate d’ailleurs que cette chute, très rapide depuis le début de 2015, touche la production canadienne encore plus que celle des Etats-Unis. On avait 430 forages au Canada en octobre 2010 et environ 200 en mars 2015. En fait, par rapport à la mi-août 2014, moment ou la chute des prix a commencé à prendre de l’ampleur, la contraction des forages atteint plus de 41% aux Etats-Unis. Les « bassins » les plus atteints sont ceux du Texas mais aussi du Dakota (tableau 1)

Tableau 1

Nombre de forages utilisant des trépans rotatifs : voir ici

La différence entre la mi-août 2014 et la mi-mars 2015 est spectaculaire, puisqu’elle atteint 788 forages sur un total initial de 1913 forages pour les Etats-Unis. Le cas du Texas, avec son large bassin d’exploitation est typique du mouvement général. Il faut cependant noter que c’est aux Texas que sont implantés les forages dépendant des grandes compagnies. Néanmoins, le pourcentage de contraction y est supérieur à la moyenne des Etats-Unis avec -44%.

Graphique 3

A-Gr21-500x306Source: Baker-Hugues

C’est donc bien à une contraction énorme et spectaculaire que l’on est en train d’assister, et qui va se poursuivre dans les mois à venir (quoiqu’à un rythme probablement plus réduit). De ce point de vue, on peut effectivement dire, comme le héro du film, et en pensant aux conséquences de ces contractions de forages : « there will be blood »…

Conséquences sur l’industrie et sur l’économie des Etats-Unis.

Il faut alors évaluer les conséquences de cette contraction. Et tout d’abord en ce qui concerne les prix. Sur ce point, il y a actuellement une surproduction (excès d’offre). Mais, ceci ne se traduit pasnécessairement en excès d’offre disponible. L’offre théorique peut être bloqué du fait de conflits (Lybie, Irak, etc…). C’est ce qui explique la (petite) remontée des prix du baril à la fin de février. Mais, pour que s’amorce une tendance haussière nette, il faudra que la production des Etats-Unis (et du Canada) se stabilise, puis commence à baisser. On peut prévoir, sur la base de l’évolution des forages, que cela se produira vers mai-juin (pour la stabilisation) et vers juillet-septembre (pour la baisse). L’impact sur le prix devrait être sensible et le baril, en indice WTI, devrait remonter vers 70 USD pour le début de novembre. Notons cependant quelques incertitudes :

  • A quelle vitesse remontera-t-il ?
  • Comment le marché réagira-t-il à cette tendance haussière ?

On ne peut donc pas complètement exclure une remontée forte (vers 85 USD) suivie d’une correction (vers 65 USD) liée à la liquidation des stocks importants qui existent actuellement, avant que l’on retrouve un cours d’équilibre autour de 70 USD. Mais, le prix devrait se stabiliser en moyenne à 50% au-dessus de son prix de la mi-mars 2015.

Il faut ensuite envisager les conséquences financières des évolutions actuelles. De très nombreuses petites sociétés seront dans l’incapacité de servir leurs dettes, voire feront faillite. Les banques seront obligées de reclasser en « non-performing loans » ou d’effacer entre 250 et 400 milliards de dollars de dettes (en incluant celles des sous-traitant). Ce choc est gérable pour le système bancaire américain, mais il est important. Le Dollar devrait s’en ressentir, et baisser à nouveau à partir de juillet-septembre 2015. La réserve fédérale devrait reporter sa hausse des taux de 3 à 6 mois. Le taux de change Euro-Dollar devrait remonter vers 1 Euro pour 1,15 USD, sauf si la BCE accentue ses interventions.

L’impact sur l’activité économique aux Etats-Unis devrait se manifester à travers deux mécanismes, d’une part la remontée (certes limitée) des prix du pétrole, mais surtout la fin du « boom » de l’industrie de l’huile de schiste. Le premier mécanisme va peser sur la croissance, dans la mesure où les prix des carburants sont peu dépendants des taxes (contrairement en Europe) et où les compagnies pétrolières répercutent rapidement une large part des baisse ou des hausses du prix du pétrole. Le second mécanisme est encore plus important. Les profits accumulés dans l’industrie de l’huile de schiste irriguaient largement l’économie américaine, tant par le volume d’activité offert aux sous-traitants que par les hausses de revenu pour une fraction de la population entraînant une forte expansion des services. Ces deux effets ont eu un impact considérable sur l’activité depuis 4 ans. Or, si comme on peut l’anticiper, l’industrie de l’huile de schiste entre dans une crise profonde, et les prix du pétrole commencent à remonter, il faut s’attendre à une décélération importante de l’économie des Etats-Unis (et du Canada) dans le 2ème semestre 2015.

Par ailleurs, cela entraînera une restructuration du secteur de l’huile de schiste, avec un poids bien plus important des grandes compagnies au détriment des petits producteurs. Cette restructuration pourrait alors conduire à un changement des règles économiques présidant à la production de pétrole, car les grandes compagnies ont les moyens d’apporter des technologies beaucoup plus performantes dans ce secteur.

Les conséquences sur le reste du monde (zone Euro et Russie).

Ce qui nous conduit à nus interroger sur deux zones qui pourraient être potentiellement affectées par les conséquences sur les prix du pétrole et sur l’activité économique aux Etats-Unis, la zone Euro et la Russie.

La zone Euro est assez liée à l’économie des Etats-Unis, avant tout parce que cette dernière représente encore aujourd’hui un important marché d’exportation pour des pays comme l’Allemagne ou l’Italie. De ce point de vue, la forte probabilité d’une décélération importante de l’activité aux Etats-Unis est une mauvaise nouvelle. De plus, il est clair que la situation de mi-mars, où la zone Euro est aujourd’hui favorisée par une dépréciation de l’Euro et des prix du pétrole très faibles, ne devrait pas se maintenir dans le cours du 2ème semestre 2015, avec les conséquences que l’on peut en attendre sur l’activité économique. Ces différents facteurs laissent à penser que dernière devrait ralentir vers la fin de l’année, mais il est encore impossible de dire si ce ralentissement se fera sentir dès le quatrième trimestre de 2015 ou le 1er trimestre de 2016. Au total, il n’est pas impossible que la crise de l’industrie de l’huile de schiste entraîne pour la zone Euro une perte de 0,3% à 0,5% de croissance du PIB agrégé. Ce ralentissement devrait affecter l’Allemagne, mais aussi des pays comme l’Italie et l’Espagne qui sont très dépendants des hydrocarbures importés.

Pour la Russie, la remontée des cours du pétrole (vers 75 USD pour le BRENT) se traduira par un niveau d’équilibre du taux de change autour de 40 roubles pour 1 USD. Compte tenu des pressions spéculatives dont on peut penser qu’elles se maintiendront pour diverses raisons, le taux effectif devrait être compris entre 52 roubles et 35 roubles pour 1 USD. On peut penser que la Russie a intérêt à stabiliser le rouble dans la fourchette 45-50 roubles pour 1 USD si elle veut maintenir la compétitivité de son industrie. Mais, une appréciation de 20% du taux de change est à envisager d’ici la fin de l’année. Elle devrait avoir des effets bénéfiques sur l’inflation tout en permettant à la production d’augmenter rapidement. Dns ce scénario, l’année 2015 se solderait par une récession de -1,5% (et non -4% comme annoncé en janvier), et l’année 2016 pourrait être marquée d’une croissance de 1,5% à 2,5%.

[1] Voir Sapir J., Schistes, schistes, rage!, note publiée sur RussEurope, le 1 janvier 2015

[2] Film réalisé par Paul Thomas Anderson en 2007, et sorti en France en février 2008. Ce film est tiré du roman écrit par l’écrivain et dramaturge américain Upton Sinclair en 1927, Pétrole !

Source: Russeurope.hypotheses.org

Trouvé sur Resistanceauthentique.wordpress.com

 https://www.youtube.com/watch?v=pJjvdQ49tDM

28 commentaires

  • rouletabille rouletabille

    Ben oui,Mr SAPIR,quand parlerez vous de l’augmentation du prix de l’Eau POTABLE svp ?devenue de plus en plus rare(voir https:// http://www.youtube.com/watch?v=pJjvdQ49tDM)seras vendue plus chère que le GAZ de schiste..
    Merci quand même et croyez vous à une catastrophes de chiffres inventés pour nous asservir ?
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

  • Info à prendre avec des pincettes concernant cette histoire insensée du gaz de schiste
    Elle cacherait soi-disant la mise en place d’une subtile et vicieuse réduction de la population mondiale souhaitée par le NOM et « amis de l’humanité » additionnée aux profits financiers à venir
    Ce process qui détruit les ressources naturelles et vitales comme l’eau des nappes phréatiques et qui se répercute évidement sur toute la chaine alimentaire, augmentera sensiblement les couts des matières premières alimentaires du fait d’une obligation d’importation, et par effet ricochet fera engranger des profits colossaux aux grandes multi-nationnales (les même qui ont des actions dans l’extraction du gaz)
    Cette analyse m’a fait pensé au fait que ce sont très souvent les même majors qui produisent les produits nocifs pour l’homme et qui produisent également les remèdes, cancers et autres joyeusetés relatives à la santé
    En informatique par exemple c’est bien connu que ce sont souvent ceux qui élaborent les virus informatiques qui trouvent comme par hasard très rapidement les anti-virus
    Dans le cas du gaz de schiste, les profits sont à court et moyen terme pour l’extraction et la vente du gaz de schiste, et à moyen et long terme pour les remèdes pharmaceutiques et l’alimentaires
    Il est prévu une guerre alimentaire dû aux manques de ressources qui se raréfient et du aussi à l’évolution de la consommation mondiale
    Avec cette analyse on peut comprendre pourquoi l’écologie est plus que secondaire voire inexistante du fait que ce soit la finance qui dirige ce monde

    • rouletabille rouletabille

      Merci pour votre résumé.
      La pollution des nappes phréatiques engendre une agriculture polluée aussi,les répercussions dans l’alimentation de ces produits ainsi que l’ingérence directe de cette eau polluée permettra à l’industrie Pharmaceutiques de plantureux bénéfices grâce aux GAZ DE SCHISTE ,donc le GDS est un investissement à perte sur le court terme mais pas sur le long terme,sont pas cons comme souvent ils nous le font croire.http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

    • Cette histoire de la chute des cours du brut serait beaucoup plus subtile que ça encore et multi-fonction
      Cela permettrait entre-autre, et ne vais citer que cet exemple, de permettre aux US de stocker beaucoup de pétrole à bas coût afin de ne pas être en rade pour la guerre qui s’annonce, car qui dit guerre dit problèmes d’approvisionnement

      • boco

        Le but est de faire le ménage … le grand ménage, ils ont des réserves …

      • rouletabille rouletabille

        Bof,c’est NUL..
        Tout les brevets d’énergies libres sont séquestrés,les auteurs comme TESLA et autres compressions de l’air sont SUICIDES,le pétrole comme toute sources de mises en tutelles des gens ,en leur faisant croire à la LBERTE hahaghahest une forme de possession à travers des compteurs d’eaux,d’électricité,de rejets à l’égout,de triages de poubelles hahaha sous VIDÉO CAMERA l’humain est un sujet objet sans valeur depuis qu’il est inutile hahahah

        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

      • baron william baron william

        j agree cette synthese

      • vanvoght

        bien RTB , t’est en forme ce soire .

  • Tous ces silences doivent s’acheter à coups de millions de dollars … C’est pitoyable de voir à quel point au nom du dieu argent, on est prêt à tout !

  • dstati

    Vive Syriza!
    Et dire qu’en ce moment en Grèce tous les barrages, dont beaucoup ne se remplissaient pas depuis des années faute de pluie, sont full au point même de déborder! Du fait de la crise, les importations sont freinées, voir stoppées car les importateurs réclament d’être payé cash du fait que plus personnes ne veut les garantir! Du coup, les grecs ne savent plus acheter … de pesticide et autre produit Monsanto!

    C’est bon la crise non? D’autant plus qu’ils abandonnent la construction d’un énorme aéroport en Crète, laissant place à la nature!

    Bref, les grecs n’ont plus les moyens de polluer!!

    Et dire que Merkel et Draghi voudraient maintenant les aider!! Toujours à foutre la mer… ceux-là!

  • Grand marabout Grand marabout

    avant toutes décisions hâtives,vers une guerre
    il est préférable de consulter
    chuck norris
    ou
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif
    les chipendales à bérets avec stalone
    (c’est niais,je sais,désolé)

  • Maud Fontenoy fondatrice de la fondation du même nom consacrée à l’écologie a été invitée sur France 2 pour présenter son livre, elle en a profité pour donner son point de vue sur le gaz de schiste et sur le nucléaire, je vous laisse regarder son intervention dans cette vidéo.

    Ah! j’ai oublié, sur la page d’accueil du site internet de sa fondation on peut lire ceux-ci:

    « Elle mène des actions d’éducation à l’environnement auprès de la jeune génération et du grand public avec le soutien de son comité scientifique, du Ministère de l’Education nationale et du Ministère de l’Ecologie ainsi que de la Commission Océanographique Intergouvernementale de l’UNESCO. Son objectif, à la fois écologique et social »

    Vidéo: https://vid.me/X53M

  • Le dernier post de Ron Patterson.

    Without that shale surge in the USA here is what World C+C production looks like:

    On voit clairement sur ce graphique que la production mondiale de pétrole n’augmente plus depuis 10 ans.

    Or il faut que cette production augmente chaque année au moins pour deux raisons:

    1. l’augmentation de la population mondiale (en moyenne 77 millions par an ce qui correspond à une augmentation moyenne de 1,17% par an). Cette population supplémentaire il faut lui donner à boire, la nourrir, la loger, la transporter, etc. tout ça requiert de l’énergie, donc du pétrole;

    2. la « chère » croissance économique, rêvée par nos politiciens. La croissance c’est l’augmentation du PIB chaque année, le PIB c’est l’ensemble des biens et services chaque année, biens et services qui résultent de la transformation de ressources naturelles en objets divers, transformation qui requiert de l’énergie, donc du pétrole.

    Pour ces deux raisons, en tenant compte d’une augmentation annuelle de production de 3%, on auraît dû être à 88,7 millions de barils fin 2014 alors que comme on le voit sur le graphique on est à 66 millions! Un « léger » déficit qui est à la base de nos problèmes.

    A noter que c’est le pétrole de schiste des Etats-Unis qui a permis de maintenir cette production mondiale sur un plateau. Sans cela, la production mondiale de pétrole aurait déjà plongé!

    Comme notre système financier a absolument besoin de croissance pour fonctionner, ne fût-ce que pour payer les intérêts de la dette, et comme la production mondiale de pétrole ne peut désormais aller que dans une direction (vers le bas), ce système financier sera le premier à s’effondrer.

    Il le fera par manque d’énergie. Suivront ensuite (voir Dmitry Orlov) l’effondrement commercial, l’effondrement politique, l’effondrement social et l’effondrement culturel.

    Conclusion: je ne sais pas s’il y aura du sang, mais en tout cas il y aura des cadavres… beaucoup de gens vont mourir de soif.