Sagesse amérindienne: propos de Sitting Bull, chef sioux Hunkpapa. 1875

Depuis ces paroles pleines de sagesse, rien n’a changé, bien au contraire! Chaque mot est toujours criant de vérité, et il faudrait parfois s’inspirer bien plus de leur sagesse pour avancer un peu dans la vie…Sitting-Bull

‘Voyez, mes frères, le printemps est venu; la Terre a reçu l’étreinte de Soleil et nous verrons bientôt les fruits de cet amour.

Chaque graine s’éveille et de même chaque animal prend vie. C’est à ce mystérieux pouvoir que nous devons aussi notre existence; c’est pourquoi nous concédons à nos voisins, même à nos voisins animaux, le même droit qu’à nous d’habiter cette terre.Plus bas!

Pourtant, écoutez-moi, vous tous, nous avons maintenant affaire à une autre race -petite et faible quand nos pères l’ont rencontré pour la première fois, mais aujourd’hui grande et arrogante. Assez étrangement, ils ont dans l’idée de cultiver le sol et l’amour de posséder est chez eux une maladie.

Ces gens-là ont établi beaucoup de règles que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent. Ils revendiquent notre mère à tous, la Terre, pour leur propre usage et se barricadent contre leurs voisins; ils la défigurent avec leurs constructions et leurs ordures. Cette nation est pareille à un torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage.’

Qu’est-ce qui a changé exactement depuis? Pas grand chose. Nous voulons changer le monde, mais ne le ferons pas sans nous changer nous-même, les réponses sont en nous, encore faut-il accepter de les chercher et de faire le tri entre ce qui nous est superflu et l’indispensable…

15 commentaires

  • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

    encore faudrait-il vouloir simplement être que devenir

    • Arkadia62

      Et vouloir être plutôt qu’avoir.
      Espérons que notre Pachamama se réveille pour balayer ces structures emprisonnant les peuples d’être ce qu’ils sont…

  • Grand marabout Grand marabout

    http://www.artisanatindien.com/

    Les indiens d’Amérique du Nord
    La faune des grandes plaines de l’Amérique du Nord

  • article 35

    « Quand le dernier arbre aura été abattu – Quand la dernière rivière aura été empoisonnée – Quand le dernier poisson aura été péché – Alors on saura que l’argent ne se mange pas. »
    Géronimo .

    • samlours94

      Géronimo ne pouvait alors pas savoir qu’on aura depuis belle lurette appris à faire de la nourriture synthétique…
      L’humain avance, même si c’est dans le mauvais sens, du moins de notre point de vue.
      Là où Géronimo se trompe par contre vraisemblablement de façon certaine, c’est que lorsque tout ce dont il parle arrivera, il n’y aura plus d’humains sur terre …

      • laspirateur

        Là où tu te trompe c’est que Geronimo a pensé (même s’il ne le dit pas) qu’alors les humains commenceraient à mourir et à disparaître à leur tour! De la nourriture synthétique peut-elle vraiment servir si l’eau est empoisonnée?

      • laspirateur

        Hey SAMLOURS c’est pas encre le printemps, retourne dans ta tanhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gifière!

  • De plus en plus je me rend compte de l’inutilité des objets qui m’entourent, et de la futilité de cette existence telle qu’elle m’a été offerte (voire imposée). Je comprend de plus en plus de choses à suis en train de prévoir ma transition, et elle comprend un grand ménage….
    Je le dois aussi en partie à la sagesse des amérindiens que j’ai pu lire.

  • dek

    Trop bon trop c…
    Le peuple indien n’ était pas assez soudé, chacun était dans son coin à comptempler la montagne, rivière, ciel et aigle.
    Il fallait se réunir et combattre l’ ennemi jusqu’ à la mort.
    Les colonisateurs le savait et en ont profité pour s’ approprier leurs terres.
    De plus, maintenant, les indiens d’ amérique ont un semblant de liberté.
    Pour des gens qui se disent proche de la nature et leur philosophie, ils sont aussi victimes de la malbouffe américaine.
    Voyez comme ils sont difformes et obèse, c’ est malheureux.
    Les americains ont récupéré leurs tomawok.

    • Je suis d’accord …

      On nous parle toujours DES Amérindiens, mais n’étaient-ils pas déjà occupés à se faire la guerre entre eux ?

      Entre les Sioux, les Commanches, les Apaches, les Hurons, etc …
      Chacun son territoire, chacun sa religion, un peu comme en Ukraine, Afrique, xxxx en ce moment …
      L’histoire se répète …

      Ceci dit : Joli texte de Sitting Bull !!

  • Dubitatif

    Nous sommes LIBRES non pas quand nos jours sont sans soucis
    mais quand nos nuits sont sans désir.
    Quand on se libèrera des entraves des biens.

    Sur terre, rien ne nous appartient et quand on s’en va
    on n’emporte RIEN.

    Le fait même de chercher la liberté est un joug quand c’est un but et non un accomplissement.

    Le seul joug que je veux porter est mon Amour envers la Nature et les merveilles qu’elle m’offre sans restriction.

    J’ai compris que je lui donnais peu lorsque je lui donnais mes biens. Alors je lui donne de moi-même pour lui donner
    vraiment.

    Finalement ce n’est pas l’homme avec tout son bruit fureur
    qu’il engendre… qui empêchera le pinson de chanter.