Les coquilles Saint-Jacques bretonnes font l’aller-retour France-Chine

Il est évident que cet aller/retour pour un simple nettoyage, est une aberration. Par rapport aux sommes faramineuses dépensées par l’état, si on finançait l’outil indispensable, ça créerait des emplois sur place. Nous n’en sommes plus à un contre-sens près. On pourrait se demander si ce ramassis de cols blancs, veulent vraiment relancer l’économie en France. Nous savons que non! .

Wikipedia

La mondialisation s’applique aussi aux coquilles Saint-Jacques. Des millions de coquilles vides partent de Bretagne pour la Chine afin d’être nettoyées avant de revenir pour être garnies de farce.

L’info, révélée mardi par Le Télégramme, cible les coquilles de l’usine de décorticage Celtarmor, à Saint-Quay-Portrieux (Côtes-d’Armor). Les trajets en cargo jusqu’en Chine sont justifiés par «une question de coût» selon Georges Brézellec, vice-président de la Cobrenord, une coopérative qui détient 40% de l’usine.

Appel aux aides européennes

Pour remédier à cette situation ubuesque, la communauté de communes du Sud-Goëlo et l’usine Celtarmor souhaitent relocaliser ce nettoyage dans un atelier situé sur la collectivité.

Mais cette relocalisation a un coût: Le maire de Saint-Quay-Portrieux et vice-président de l’intercommunalité en appelle à l’Union européenne afin d’obtenir une aide pour financer la machine de nettoyage. En effet, le prix de celle-ci «avoisinerait les 150.000 euros» selon Thierry Simelière.

A.-L.B. pour 20Minutes

Les coquilles Saint-Jacques sont plus rares et plus chères en 2014 par rapport à 2013

 46 ans après Mai 68, Daniel Cohn-Bendit obtient son doctorat à Nanterre

 Le Conseil de l’Europe s’intéresse aux enfants transgenres

6 commentaires