25 banques, dont Dexia et Axa, ont échoué aux « stress tests » européens, oui mais….

Mise à jour: Ajout de l’analyse de Charles Sannat

Bonne nouvelle, nos économies seraient à l’abri, seulement 25 banques ont échoué aux stress-tests sur les 130 testées. Mais si les médias et les politiques se réjouissent, il ne faut pas crier victoire trop vite non plus! Car il ne faut pas oublier les articles publiés ces derniers jours sur le sujet, non seulement les banques qui ont échoué vont devoir se recapitaliser, et donc être sauvées avec nos sous (pourquoi ne pas les laisser s’effondrer au fait?), mais les résultats qui nous ont été présentés aujourd’hui sont ceux qui arrangent la BCE, je vous rappelle cette phrase qui a circulé dans plusieurs articles de la presse mainstream: « Les résultats donnés par EFE ne seraient pas définitifs et pourraient dès lors encore être adaptés. » Adaptés, comprenez par là que les résultats ne correspondent pas complètement à la réalité.

Les grandes banques ayant un « effet levier » (leverage) important et n’étant pas réellement en mesure d’affronter un bankrun s’il devait y en avoir un, ne sont pas signalées, comme la Deutshe Bank ou la Société Générale par exemple

Donc tout va bien ou presque officiellement? L’avenir risque de nous en apporter rapidement la réponse…

how-banksters-roam-free-remain-unpunished

Dexia et Axa Bank Europe n’ont pas satisfait aux exigences fixées par la Banque centrale européenne (BCE) dans le cadre de son analyse de la santé financière des banques de la zone euro. Les quatre autres grandes banques belges ont elles réussi le « stress test », a annoncé la BCE dimanche. Au total, 25 banques échoué aux tests de résistance européens. Selon la Banque nationale de Belgique, Axa Banque Europe et Dexia présentent une situation en capital inférieure à la limité fixée de 5,5 pc.

« Depuis fin décembre 2013, AXA Bank Europe a toutefois poursuivi ses ventes d’actifs liés à des activités non stratégiques pour diminuer son profil de risque et a procédé à des augmentations de capital de telle sorte qu’elle satisfait dès à présent aux exigences fixées par l’ECB et ne doit plus prendre de mesure complémentaire de renforcement de la solvabilité suite au Comprehensive Assessment », souligne la BNB dans un communiqué.

Le groupe Axa rappelle également, dans un communiqué, avoir anticipé le résultat du scénario « pessimiste » de la BCE en renforçant le capital d’Axa Bank Europe pour se conformer aux exigences de la BCE. « A la suite d’une augmentation de capital ‘Tier 1’ de 225 millions d’euros en septembre 2014, AXA Bank Europe répond aux exigences du Comprehensive Assessment de la BCE », insiste le groupe.

« Notre portefeuille d’obligations structurées est en liquidation depuis 2008 et nos activités de crédits en Hongrie sont à l’arrêt depuis 2011 », explique le CEO d’Axa Bank Europe Jef Van In. « En 2013, nous avons fermé nos succursales d’Europe de l’Est, en République Tchèque et en Slovaquie. La transformation d’AXA Bank Europe a atteint son paroxysme avec le lancement du repositionnement des activités de détail en Belgique annoncé en février 2014.

Ce plan de transformation recentre AXA Bank Europe sur le territoire belge. Toutes ces actions font partie d’une stratégie solide entièrement soutenue par notre actionnaire, nos collaborateurs et nos agents bancaires ». Le CEO insiste sur le fait qu' »avec 16 milliards d’euros de dépôts d’épargne sur les comptes d’AXA Bank pour financer 16 milliards d’euros de crédits aux familles belges, aux indépendants et aux petites entreprises, nous sommes complètement autofinancés et démontrons une stratégie solide et fiable ».

En ce qui concerne Dexia, « il a été tenu compte de ses spécificités en considérant le plan de restructuration actuel du groupe tel qu’approuvé par la Commission européenne », commente la BNB. « L’exercice de stress test ne remet dès lors pas en cause le plan de restructuration actuel de Dexia tel qu’approuvé par la Commission Européenne en 2012 et ne requiert aucune mesure complémentaire de la part du groupe. » Pour Karel De Boeck, administrateur délégué du groupe Dexia, « l’évaluation complète menée par la Banque Centrale Européenne et la Banque Nationale de Belgique confirme la trajectoire de résolution ordonnée du groupe ainsi que la qualité des actifs de la banque. »

Les quatre autres banques belges testées, à savoir KBC, Belfius, Argenta et New York Mellon, ont passé l’examen avec succès.

Article complet sur Dhnet.be

Et voici une mise à jour intéressante qui me fait plaisir, puisque elle nous vient de Charles Sannat, un diplômé de l’Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Etudes Diplomatiques et Stratégiques, et est actuellement directeur d’études économiques sur le site Aucoffre.com. Mais ce qui me réjouis autant, c’est de voir que son analyse n’est pas très éloignée de la mienne sur le fond, ce qui signifie qu’avec toutes ces années passées à raviler sur le blog, j’ai énormément appris et je commence à bien connaître mon sujet même si je n’en maîtrise pas toutes les spécificités (comme le langage technique ou les graphiques pointus par exemple…).

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Comme à chaque fois, il est totalement illusoire de croire qu’un tel examen puisse voir échouer une banque de taille importante pour la simple et bonne raison que le système bancaire est tellement imbriqué qu’un défaut important sur une banque pourrait entraîner… non, entraînerait l’effondrement de toute la planète finance, ne serait-ce que par l’activation des fameux produits dérivés qui se comptent par centaines de milliers de milliards de dollars (oui, je sais, c’est difficilement représentable).

Donc comme prévu, les banques importantes ont largement réussi leur examen de passage à la BCE. Bon, il y en a bien 25 qui échouent mais de vous à moi, on s’en fiche un peu vu que ce sont des banques qui ne comptent pas et qui sont fondamentalement insignifiantes en termes macro-économiques.

BCE : 25 banques ont échoué aux tests de résistance européens

Du coup, les agences de presse vont pouvoir faire des communiqués victorieux et la presse grand public, rassurer le « mougeon » (hybride mouton/pigeon correspondant aux con-tribuables que nous sommes qui, au bout du bout, sera le dindon de la plus grande farce financière de l’histoire mondiale).

Bref, voici ce que nous raconte l’agence Reuters :

« La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé dimanche que 25 banques de la zone euro sur 130 avaient échoué à l’examen sans précédent du secteur, évaluant leur besoin en capital à quelque 25 milliards d’euros.

Parmi les banques concernées, l’institution monétaire de Francfort a notamment recensé 9 italiennes, 3 grecques, 3 chypriotes, mais également l’allemande Münchener Hypothekenbank ainsi qu’un petit établissement français, la Caisse de refinancement de l’habitat.

Cet audit a été mené sur la base du bilan des banques à fin 2013 et douze des 25 banques qui ont échoué ont déjà comblé leurs besoins de capital en levant environ 15 milliards d’euros en 2014, a souligné la BCE. » Blablablablablablablablabla et etc., etc., etc., etc., tout va bien, on va bien, y’a pas de problème.

Le meilleur dans cette dépêche, c’est ce passage…

« Cet examen va doper la confiance publique dans le secteur bancaire, s’est félicité Vitor Constancio, vice-président de la BCE, cité dans ce communiqué. » Merci Vitor, je commençais à trouver le temps long avant que ne retentissent les trompettes et les tambours annonciateurs d’une victoire éclatante. Ridicule discours, et encore plus pathétique que de le voir repris immédiatement, sans mise en perspective, sans analyse de fond comme un mantra.

Autre passage assez rigolo :

« Menée dans le plus grand secret, cette opération baptisée Comprehensive Assessment, qui a mobilisé 6 000 personnes, visait à connaître aussi précisément que possible la situation financière des banques, avant que la BCE n’endosse le 4 novembre le rôle de superviseur bancaire européen… »

Alors là, je suis impressionné, mené dans le plus grand secret (le secret fascine toujours les peuples, genre 007 du bilan comptable des banques) et la mobilisation de moyens démentiels du genre 6 000 bonhommes tout de même. Remarquez, en ces temps de chômage de masse, voir du monde occupé même à ne rien foutre ça me va bien, c’est une forme de répartition de richesse. Ben oui, ils s’y sont mis à 6 000 pour réussir à choisir les 25 banques les plus petites et les plus minables d’Europe pour leur filer une mauvaise note et ils ont laissé les cancres du fond de la classe tranquilles vu qu’ils sont un peu trop gros, gras et baraqués…

J’aurais pu franchement faire ce boulot tout seul et en plus, une semaine aurait été largement suffisante. Je vous montre.

Les stress tests, comment faire en 5 minutes ?

Étape 1, choisir la banque par laquelle on va commencer. Tirer à « plouf ». Plouf, plouf, ce sera toi la première… Et hop ! BNP Paribas.

Étape 2, allumer votre ordi et appeler votre meilleur ami… Google. Taper dans le moteur de recherche « bilan BNP Paribas au 31/12/2013″. Laisser le machin charger les bidules. 20 Mo tout de même alors ça prend du temps. C’est ici : http://rapportannuel.bnpparibas.com/2013/ra/Rapport_Annuel_2013_BNPParibas.pdf

Étape 3, regarder deux choses. 1) Le total des fonds propres. 2) Le total des engagements. 3) Calculer le ratio de problèmes à venir contrariens, le RPAVC. Sachez que je ne peux en aucun cas parler de ratio de solvabilité et dire qu’ils sont totalement crétins et bidons vu leur mode de calcul juste surréaliste (parce que le dernier qui a tenté, le professeur Chevalier, sur son blog s’est retrouvé avec une amende 8 000 euros de l’AMF et comme je n’ai pas 8 000 euros à refiler à l’AMF, il va falloir louvoyer un petit peu, mais vous le savez bien et vous savez lire entre « mes lignes »).

Donc pour calculer un RPAVC que l’on peut écrire plus justement RPAWC, vu que tout cela est aussi clair que du jus de WC lors d’une épidémie de gastro-entérite, c’est simple.

Tout d’abord, un petit arrêt page 4 pour contempler les têtes de vainqueurs qui trônent en tête de ce rapport et dont le travail brillant vient de coûter quelques milliards de dollars d’amendes à la banque.

Ensuite, allez directement à la page 9. Petit tableau récapitulatif.

Fonds propres 87,571 milliards d’euros et total des engagements, c’est-à-dire de l’actif : 1 800 milliards d’euros et des brouettes. À noter, pour être intellectuellement juste, que la BNP a considérablement réduit la taille de son bilan puisqu’avant la crise ou au tout début, il était de presque de 2 600 milliards d’euros pour des fonds propres me semble-t-il nettement plus faibles. On peut donc effectivement considérer que la situation financière de cette très grande banque française s’améliore.

Bref, calcul du RPAWC : 1 800 divisé par 87 = 20,68

Cela veut dire que la banque a engagé presque 21 fois ses fonds propres… Ou encore que si 5 % du bilan de la banque ou de ses actifs foirent et valent 0 – et 5 % quand on est dans une énorme crise ce n’est pas énorme, c’est même optimiste puisque cela veut dire que 95 % du reste tient bon –, eh bien si seulement 5 % foirent, cela mange, bouffe, détruit 100 % des fonds propres de cette banque qui est l’une des plus grandes de notre pays et pas forcément la plus mal gérée d’ailleurs.

Alors moi ils me racontent ce qu’ils veulent avec leurs stress tests à la mords-moi le nœud, je ne crois que ce que je vois et ce que je vois ce sont des bilans qui ne sont pas rassurants. Navré pour les gentils banquiers de la BNP, mon analyse est tombée sur eux mais ce n’est pas de ma faute, on a juste tiré à la « plouf ». Mais qu’ils se rassurent, les autres banques françaises ne sont pas mieux, voire même pires.

À savoir pour la BCE et ses savants calculs nécessitant 6 000 pimpins

Je vais vous expliquer en gros la méthode de calcul. Je précise à l’AMF que j’explique en gros, donc inutile de venir me faire un procès parce que je n’aurais pas été exhaustif, d’abord je veux faire rigoler mes lecteurs et ensuite c’est juste pour leur expliquer une « logique ».

L’idée c’est que les bilans bancaires c’est super simple dans l’absolu et très compliqué en pratique puisqu’il y a des règles de gestion, des clefs de calcul pour chaque truc et dans chaque machin. Donc on calcule les fonds propres d’une banque par rapport à ses encours évidemment mais en fonction d’une sublime notion appelée « risques pondérés ». Par exemple, tous ceux qui avaient prêté à Lehman Brothers considéraient dans leur calcul de risques pondérés qu’il n’y avait aucun risque à prêter à la Lehman, pensez-donc ma brave dame, une banque de cette taille… Bref, donc du coup, en face d’un risque que l’on calcule comme faible ou inexistant, on ne met pas ou peu de ressources en fonds propres. Plus le crédit est risqué plus ce dernier « mangera » de fonds propres. Alors évidemment, cela laisse place à de l’interprétation et à de savants calculs, d’où le fait qu’ils s’y mettent pendant 6 mois à 6 000 pour y retrouver quelque chose ou faire semblant d’avoir un peu compris.

Je ne vous dirai pas non plus que les fonds propres par exemple de la BNP sont pour l’écrasante majorité placés en bonnes obligations d’États au bord de la faillite pour la simple raison qu’une obligation d’un État surendetté comme la France, ça, c’est autorisé pour placer les fonds propres d’une banque…

Je ne vous dirai pas non plus que les tests de la BCE ne prennent évidemment pas en compte l’hypothèse d’une faillite d’État, vu que de toutes les façons dans un tel cas c’est le système tout entier qui saute.

On va donc assister dans les prochains jours à de savants « glosages » d’experts tous aussi savants concernant la solidité impressionnante du système bancaire européen et la capacité que les grandes banques européennes ont eu à récupérer de la crise. On dira aux gens dormez tranquilles. Tout va bien brave gens, Ebola et le nuage de Tchernobyl ont été arrêtés au même poste frontière.

Laissez-les faire surtout. Mais calculez vos RPAWC vous-même si vous ne me croyez pas. Une fois que vous aurez fait quelques divisions (n’hésitez pas à utiliser une calculatrice, ça va plus vite), vous les laisserez braire en groupe et se taper sur le ventre dans leurs libations collectives et victorieuses, et vous en profiterez pour renforcer à bon compte aussi bien votre stock de boîtes de conserve que votre trésor de pirate en pièces d’or et d’argent parce qu’il est inéluctable qu’à un moment ou un autre, les ratios de solvabilité ne vaudront guère plus que mon très sérieux RPAWC…

Il est déjà trop tard. Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

Éditorialiste et rédacteur du Contrarien Matin
Directeur des études économiques AuCOFFRE.com

http://www.lecontrarien.com/

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement www.lecontrarien.com.

3 commentaires