Ebola : une nouvelle guerre américaine pour le pétrole ? par William Engdahl

Le président Obama présente son nouvel ennemi officiel, encore plus retors que Vladimir Poutine : un méchant virus…

Pour un président prix Nobel de la paix, Barack Obama semble destiné à rester dans les livres d’histoire comme le président ayant mené la plus agressive série de guerres jamais livrée par une administration américaine. Même George W Bush et Dick Cheney n’ont pas fait mieux.

Avant même que l’encre soit sèche sur son certificat de prix Nobel, Obama a annoncé le prolongement de l’occupation militaire de l’Afghanistan, comprenant l’envoi de 30000 soldats supplémentaires dans cette région ravagée par la guerre.

Puis vint la guerre d’Obama contre la Libye de Kadhafi, suivit immédiatement par sa tentative de renverser Bachar-El-Assad en Syrie. Peu après est venue la « guerre pour la démocratie en Ukraine » aussi appelée la tentative d’Obama pour entraîner la Russie dans une nouvelle guerre froide avec l’OTAN, cela en soutenant une clique d’oligarques ukrainiens, de criminels et de néo-nazis.

En juillet de cette année, l’administration Obama essaya de convaincre le président de lancer une seconde tentative pour bombarder la Syrie afin de la renvoyer à l’âge de pierre, en prenant comme prétexte la lutte contre l’EIIL, une secte djihadiste sunnite connue pour être un joint-venture de la CIA et des renseignements israéliens.

Maintenant les conseillers d’Obama, probablement sous l’influence de la conseillère à la sécurité nationale assoiffée de sang Susan Rice, ont décidé d’une nouvelle guerre. C’est la guerre contre Ebola. Le 16 septembre, le président Obama a solennellement déclaré la guerre. Il a déclaré, à la plus grande surprise de ses concitoyens encore sains d’esprit, qu’il avait ordonné à 3000 soldats, aussi appelées « troupes au sol » que le Pentagone refuse d’envoyer en Syrie, de mener la guerre… contre un virus !?

Dans une opération de communication soigneusement préparée, Obama a fait une apparition au Centre de lutte contre les maladies (CDC) pour lire un discours à glacer le sang. Il a qualifié l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’ouest de « menace globale, et qui demande une réponse globale. C’est une épidémie qui n’est pas juste une menace pour la sécurité régionale. C’est une menace potentielle contre la sécurité globale, si ces pays tombent, si leurs économies tombent, si les gens paniquent. » Obama continua, en employant des images qui auraient fait baver d’envie Michael Chrichton, l’auteur de « La variété Andromède ».Obama a aussi ajouté : « Cela a de profondes répercussions pour chacun d’entre nous, même si nous ne contractons pas directement la maladie. Cette épidémie a dors et déjà pris une trajectoire hors de contrôle. »

Après cette introduction à faire se dresser les cheveux sur la tête, le président avec les plus grands super pouvoirs au monde, a annoncé sa réponse. Comme le veut son rôle de commandant en chef des états-unis d’Amérique, il a annoncé qu’il allait envoyer 3000 soldats en Afrique de l’ouest, ce qu’il appela « la plus grande mobilisation internationale dans l’histoire du Centre de lutte contre les maladies. »

Il n’a pas précisé si la mission des soldats serait de tirer sur le virus partout où il dresserait son affreuse tête, ou bien de descendre de pauvres africains suspectés d’être infectés. Peu importe que l’armée des états-unis ne dispose nulle part de 3000 hommes avec le moindre entraînement concernant la santé publique.

Avant que nous ne paniquions tous et que nous nous alignions pour recevoir les millions de doses des « vaccin Ebola » non testés et hautement dangereux dont les majors fabricants de drogue se préparent à inonder le marché, certaines particularités de cette épidémie sont à souligner.

Des morts d’Ebola certifiées ?

L’organisation mondiale de la santé, par la voix de son directeur le docteur Margaret Chan, a sonné l’alarme lors d’une conférence de presse le 13 septembre, alertant qu’Ebola devenait hors de contrôle en Afrique de l’ouest. « Dans les trois pays les plus touchés, la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone, le nombre de nouveaux patients évolue plus rapidement que les capacités de prise en charge » avait avertit Chan. L’OMS annonça que près de la moitié des 301 personnels soignants ayant pris en charge des malades d’Ebola étaient eux-mêmes décédés ainsi que 2400 personnes sur les 4784 cas déclarés en Afrique. Le 08 Août, Chan avait déclaré la situation africaine liée à Ebola : « urgence de santé publique de portée internationale ».

Un problème majeur pour Chan et ses bailleurs de fonds, cependant, c’est que leurs statistiques d’Ebola sont très douteuses.

Pour ceux qui ont la mémoire courte, c’est la même Dr Chan qui s’était rendue coupable d’avoir déclenché une panique mondiale en 2009 dans le but d’écouler des vaccins non testés du virus de la grippe H1N1. Elle avait pour cela déclaré l’état de pandémie globale en utilisant des statistiques qui prenaient en compte tous les symptômes de la grippe commune comme étant des cas de H1N1 : le nez qui coule, la toux, les éternuements et les maux de gorge. Ce changement dans la définition des symptômes de la grippe H1N1 avaient permis de gonfler les statistiques et de déclencher l’état de pandémie globale. Il s’agissait d’une fraude totale, d’une fraude criminelle, sciemment ou non (elle pourrait simplement être stupide mais l’évidence suggère plutôt l’inverse), pour le compte des cartels pharmaceutiques américains et européens.

Un article récent du Washington Post affirme que 69% des cas d’Ebola au Libéria enregistrés par l’OMS n’ont pas été confirmés par des tests sanguins. Le Libéria est l’épicentre de l’alarme à Ebola en Afrique de l’ouest. Plus de la moitié des morts alléguées du virus, 1224, et près de la moitié des cas. Le test de laboratoire utilisé pour diagnostiquer la maladie est tellement peu fiable que la FDA a interdit à quiconque de s’y fier. Ce qui signifie qu’une proportion importante des 31% de cas d’Ebola confirmés par le biais de ce test peuvent être faux.

En bref, personne ne sait exactement de quoi sont morts les 1224 libériens des dernières semaines mais l’OMS affirme qu’il s’agit d’Ebola. Il faut noter que les pays touchés par l’alerte pandémique sont parmi les plus pauvres et les plus dévastés par la guerre au monde. Les guerres pour le contrôle des gisements de diamants et de pierres précieuses, les guerres tribales et néo-coloniales, ont laissé une population dévastée et mal nourrie.

La fiche officielle d’Ebola par l’OMS, qu’ils ont maintenant renommé EVD pour Ebola Virus Disease, affirme : « La première épidémie d’EVD est apparue dans des villages isolés en Afrique centrale, dans une zone de forêt tropicale, mais l’épidémie la plus récente est survenue en milieu urbain aussi bien qu’en zones rurales… » L’OMS note plus loin que « on pense que les chauves-souris frugivores sont des hôtes naturels du virus. Ebola est introduit dans la population humaine par le contact du sang, par des contacts avec les déjections ou d’autres liquides organiques d’animaux infectés comme les chimpanzés, les gorilles, les chauves-souris frugivores, les singes, les antilopes ou des porcs-épics trouvés malades ou morts. »

Ensuite, la fiche officielle consacrée à Ebola, et datée de septembre 2014, conclu : « il pourrait être difficile de distinguer Ebola d’autres infections comme la malaria, la typhoïde ou la méningite. »

Excusez-moi, docteur Margaret Chan, pourriez-vous répéter ça doucement ? Il pourrait être difficile de distinguer Ebola d’autres infections comme la malaria, la typhoïde ou la méningite ?

Et vous admettez que 69% des cas déclarés n’ont pas été testés de manière adéquate ? Et vous dites que les symptômes d’Ebola incluent « des apparitions soudaines de fatigue liée à la fièvre, des courbatures, le mal de tête, et des maux de gorge. Ces symptômes sont suivis de vomissements, diarrhées, des rougeurs, des symptômes d’insuffisance rénale et de la fonction hépatique, et dans certains cas, des hémorragies internes et externes. »

En bref, c’est sur ces définitions vagues et sans fondements que repose la nouvelle guerre d’Obama contre Ebola.

Une guerre contre Ebola ou pour le pétrole ?

Un des aspects frappant de ces informations qui pourrait expliquer la préoccupation du président américain pour le Libéria et les autres pays d’Afrique de l’ouest c’est que d’importantes réserves de pétrole ont été découvertes, pour l’instant inexploitées. La côte du Libéria et les autres pays concernés par la pandémie d’Ebola recoupent la carte de vastes gisements de pétrole et de gaz pour l’instant inexploités. La question du pétrole en Afrique de l’ouest, notamment dans les eaux du golf de Guinée, est devenue stratégique, du fait de la présence de la Chine qui cherche à s’implanter partout dans le monde à la recherche de ressources énergétiques pour sécuriser ses approvisionnements futurs. Pour les états-unis, la question géo-stratégique du pétrole a été résumée par l’ancien secrétaire d’état Henry Kissinger dans une phrase : « si vous contrôlez le pétrole, vous contrôlez les nations ».

L’administration Obama et le Pentagone ont continué le développement de l’AFRICOM initié par G W Bush en 2008 pour contrer le développement de l’implantation chinoise dans les pays africains disposant de ressources en hydrocarbures. Et l’Afrique de l’ouest a émergé rapidement comme une zone riche en réserves à peine entamées à ce jour. Le département US de l’énergie a établi des projections montrant que la production de pétrole sur le continent africain augmenterait de 91% entre 2002 et 2025, principalement dans la région touchée par Ebola.

Les compagnies chinoises sont présentes dans toute l’Afrique et particulièrement actives en Afrique de l’ouest, spécialement en Angola, au Soudan et en Guinée, les prochains pays visés par le déploiement des troupes d’Obama dans sa guerre contre Ebola.

Si le président américain était véritablement préoccupé par la lutte en faveur de la santé publique, il devrait suivre l’exemple de Cuba, la nation déclarée paria par les états-unis. Reuters rapporte en effet que le gouvernement de Cuba, une petite nation insulaire de 11 millions d’habitants qui vit sous embargo économique avec un budget annuel de 50 milliards de dollars, un PIB de 121 milliards de dollars et un PIB par habitants de tout juste 10000 dollars, a envoyé sur place 165 personnels soignants. Dans le même temps, Washington envoie 3000 soldats. Quelque chose semble vraiment pourri dans la pandémie d’Ebola.

Source : William Engdahl, publication pour le magazine en ligne New Eastern Outlook

Traduction : Ender pour les moutons enragés

(ndt : le titre original a été changé)

17 commentaires

  • Lilith Lilith

    merci a Ender pour pour cette traduction autre article intéressant sur ce site,
    http://journal-neo.org/2014/08/25/rus-bakterii-iz-ssha-ugrozhayut-sredizemnomor-yu/
    traduction de l’article susmentioné quand la contagion de bacterie Xylefa fastidiosa qui s’attaque aux arbres mais également à la vigne.
    Bonne lecture :-)
    Une bactérie venant des US menacerait la Méditerranée

    Une information récente dans différentes bureaux de rédactions a rapporté que la bactérie Xylella fastidiso menacerait de détruire les oliviers centenaires en Italie. Selon le Daily mail ce microbe qui jusqu’à présent n’était que localisé que en Amérique aurait déjà infecté 800.000 oliviers dans la municipalité de Salento dans la province de Apulia.

    D’autre producteur d’huile d’olive dans d’autre pays de la méditerranées ont également déclaré avoir des arbres infectés en particulier la Grèce, France et l’Espagne. De l’autre côté de la méditerranée la Tunisie et le Maroc ne sont pas épargné non plus par la bactérie.

    Selon les experts cette bactérie très dangereuse pour les arbres et plantes et n’avait jusqu’à présent uniquement été identifiée sur le sol Américain , à ce jour elle a déjà contaminer plus de 30 états surtout l’Alabama , Arizona, Arkansas, la Californie, le Delaware, la Floride, le Texas et la Virginie les autres états sont moins touché par cette épidémie qui se serait rependu en partie par les ours. Et d’après ces mêmes experts la bactérie s’attaque également au pieds vignes surtout les variétés de Chardonnay et de Pinot noir , ce qui inquiète au plus haut point les producteurs de vin Européens, autre cas inquiétant est que l’épidémie à également affecté les bananiers et qu’elle est en partie responsable de la ruine de plusieurs plantations en Asie du sud-est , et est en train de se répandre au moyenne Orient et l’Afrique de l’est. Dans le cas du bananier elle détruit la plante a la racine jusqu’à présent elle affecte essentiellement la variété Cavendish qui compte pour 95% de l’exportation globale

    D’après EPPO l’organisation de la protection des plantes en Europe l’épidémie est apparue dans le sud de l’Italie vers la mi-octobre 2013, elle a été rendu public grâce à un une personne qui a posté une photo sur facebook, selon de nombreuses sources indépendantes la bactérie aurait contaminé l’Europe via l’importation de produits viticoles depuis les US et l’industrielle BAYER aurait déjà créé un code- barre pour la bactérie XYLEFA.

    Dans de telles circonstances, les agriculteurs européens se demandent pourquoi les autorités de l’UE n’ont pas pris des mesures opportunes pour prévenir et localiser l’épidémie Xylella fastidiosa. Pourquoi se sont-ils laisser emporter par les jeux politiques, et les sanctions politiques conformément à la politique antirusse menée par Washington, qu’ils ne sont pas préoccupé des problèmes des agriculteurs européens et pourquoi n’ont-ils pas imposer des politiques plus rigoureuses de quarantaine pour les produits agricoles contaminés par le bactérie Xylella fastidiosa? En conséquence, les pertes financières de cette épidémie ne font qu’augmenter. Les observateurs européens ont l’impression que personne ne mène une enquête approfondie sur la façon dont la contamination des produits agricoles de l’UE a commencé par la bactérie Xylella fastidiosa, et qui devraient être désigné comme responsables pour les erreurs. Dans les conditions actuelles, seuls les spéculateurs alimentaires se frotter les mains.

    Les experts et les agriculteurs de la Méditerranée sont également à essayer de comprendre pourquoi les États-Unis, qui développe activement son système de défense biologique (BDS) sur son propre territoire et à l’étranger, n’a pas réussi à localiser en temps opportun la propagation de l’épidémie, puisque, dans une certaine mesure, les Etats-Unis portent la responsabilité de la contagion de l’épidémie r au-delà de ses frontières. Auparavant, la bactérie a été localisée uniquement sur le continent américain.

    Les experts et les agriculteurs de la Méditerranée sont également à essayer de comprendre pourquoi les États-Unis, qui développe activement son système de défense biologique (BDS) sur son propre territoire et à l’étranger, n’a pas réussi à localiser en temps opportun la propagation de l’épidémie, puisque, dans une certaine mesure, la Etats-Unis portent la responsabilité pour permettre à l’épidémie de se propager au-delà de ses frontières. Auparavant, la bactérie a été localisée uniquement sur le continent américain. En 2012 les autorités Américaine ont consacré plus de 60 millions de $ a la création de ce système de défense avec l’aide du pentagone ils ont installé plusieurs labos biologique dans différentes régions du monde. Et oh surprise! Quel sont c’est pays?

    Afghanistan, Pakistan, Burundi, Kenya, Ouganda, Inde, Irak, Tanzanie, Afrique du Sud, Ukraine, Arménie, Azerbaïdjan, Georgia, Kazakhstan, Uzbekistan et le Kirgistan, tous les chercheurs issus de ces pays coopérants avec les US au programme BSO (base de données en biologie) ne sont bien sûr pas au courant du projet secret du pentagone dans ce domaine.Le travail au programme du BDS est sous contrôle de la CIA et du pentagone. On peut dès lors se poser la question concernant la contagion du Xylella fastidiosa à quoi sert le programme BDS et quel sont les véritables but et enjeux de ce programme implanté par le gouvernement US et payer avec les deniers public.

    • Oui, merci beaucoup pour la traduction d’une grande qualité !

      Par ailleurs, l’article était très intéressant et représentatif de la situation: les Etats-Unis sont en déclin, et toujours plus prêts à tout pour sauvegarder des intérêts économiques. La chute de l’Empire approche…

      Mais il est écoeurant de constater à quel point les arguments peuvent être ainsi manipulés et détournés sans que personne ne tire jamais la véritable sonnette d’alarme… la vraie…

    • ConscienceU12 ConscienceU12

      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif Ce projet a surement été enterré, par les pétroliers comme tout ce qui libère ; …le monopole et la « pénurie » du pétrole fossile lui rend esclave, tout ce qui libère est irrémédiablement écarté, et là d’autant que ça réglait le problème du CO2 en plus, inacceptable de retirer la rente et le contrôle des masses par la phobie du réchauffement climatique ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif

      Suppression en cours…

    • Tremener

      Le vers est dans le fruit comme d’habitude, EXXON s’intéresse à ces travaux. Le brevet va disparaître dans les oubliettes comme d’habitude…

  • Maverick Maverick

    « Obola » n’est pas forcément impliqué (directement); sa réaction P.I.B. « Pétrole, Instabilité, Bidasses » est tellement prévisible … D’autant plus que l’Afrique de l’Ouest, c’est plus près que le Moyen Orient. Et puis là on ne va plus faire la guerre à un dictateur ou à des terroristes, c’est pour « sauver des gens » ? Y a bon publicité, peut être un autre Nobel …
    Je ne dis pas qu’il est impossible que ça soit un coup fourré : Il faut avoir de l’humilité. Si Moâ je n’ai pas le niveau pour monter une telle opération, cela n’exclut pas que d’autres l’aient. Si j’étais à la fois aussi intelligent et vicelard que ça, je serais déjà maître du monde, faut rester modeste :-)

  • kalon kalon

    C’était prévu, et c’est arrivé !
    Obama a encore réussi une belle connerie en Syrie,
    On frise la guerre civile et Turquie désormais !
    http://www.rfi.fr/europe/20141008-kobane-contestation-kurde-s-etend-turquie/

  • Electra

    « En trois mois Ebola, a fait 1500 morts… Tsahal le double… en trois semaines… Quel est le plus dangereux pour l’humanité ? »

    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

    http://www.lelibrepenseur.org/2014/10/08/evola-une-invention-des-satanistes-par-laurent-glauzy/

  • rouletabille rouletabille

    L’OBAMA est le virus en service..

    http://reseauinternational.net/ces-elites-considerent-les-humains-plaie-terre/

    .
    Si vous êtes attentifs vous verrez que Bill Gate est un crane d’œuf hahahaah,sa moumoute n’illusionne personne..http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

  • L4Them

    moarf fake fake et encore fake, ils utilisent des figurants !?
    CNN: Inside Liberia’s Ebola crisis
    https://www.youtube.com/watch?v=0wM9A-a2_Wk

    regardez à la fin le gosse qui vient s’allonger pour se mettre en scène !!!

    Souce glp