Pourquoi le végétarisme ne sauvera pas le monde

Il est important de s’interroger sur la base même de ce qui construit notre vie, au fondement de la pyramide de Maslow, à savoir: l’alimentation. En effet, depuis des années, des débats passionnés ont lieu, où les camps ne semblent pas réellement définissables, voire à l’inverse de ce que l’on pense être de notre régime – quel qu’il soit.

253570Vegan

Rencontre avec l’ex-végétarienne extrême, écrivaine, Lierre Keith, pour une interview sur ce sujet très controversé. Le débat pourrait commencer ainsi: d’une part, un steak cultivé localement, d’une vache élevée sur de la bonne vieille herbe et sans hormones. D’autre part, un hamburger de soja hautement transformé qui a été cultivé quelque part très loin, avec beaucoup d’ingrédients imprononçable.

Si on vous dit cela, même avec ces options avancées, le choix aurait été facile en tant que végétarien. Le hamburger de soja est assurément le choix « moral » – en s’appuyant sur le moins de souffrance animale, le moins d’utilisation de carbone/eau, et la meilleure façon pour beaucoup de dormir la nuit.

Mais après avoir lu Lierre Keith et son livre particulièrement piquant sur « Le Mythe Végétarien », vous pourriez ne plus être sûr de rien.

Ian Mackenzie, auteur de l’article original, se pensait comme un « mangeur » averti et bien-informé. Il a lu les travaux de l’activiste alimentaire Michael Pollan et Jonathan Safran Foer. Ian a aussi visionné Food Inc. (ou Les Alimenteurs) et Le Discours Le Plus Important De Votre Vie de Gary Yourofsky.

Et pourtant, dans son manifeste réellement concis et poétique, Lierre, ex-vegan (végétalienne), fait valoir que les végétariens et les végétaliens ont été égarés.

Elle ne nous dit pas que nous pouvons avoir une existence « libéré du meurtre », et que le chemin est pavé de régimes entièrement « végés ». Mais que c’est là où réside le mythe :

La vérité est que l’agriculture est la chose la plus destructrice que les humains aient fait pour la planète, et ajouter plus [d’agriculture] ne nous sauvera pas. La vérité est que l’agriculture nécessite la destruction massive d’écosystèmes entiers. La vérité est aussi que la vie n’est pas possible sans la mort, que, peu importe ce que vous mangez, quelqu’un doit mourir pour vous nourrir.

Suite à ce message fort et après que le journaliste ait lu le livre, il a été décidé d’interviewer l’auteure afin de savoir comment réellement nourrir le monde.

Pourquoi était-ce si important pour vous que ce livre soit écrit ?

La raison principale est que la planète est en train d’être détruite par cet arrangement social appelé civilisation. Et l’agriculture est l’activité fondatrice de cette civilisation. Elle est, en fait, la chose la plus destructrice que le peuple ait fait sur ce monde. Le pire est que ceux qui se charge de veiller sur la nature – les environnementalistes – n’identifient pas l’agriculture comme un problème.

Le tout devient encore plus bizarre lorsque ce sont ces aliments issus de l’agriculture qui sont promus pour sauver la planète. Donc, je voulais atteindre les personnes les plus passionnés sur son état et essayer de leur expliquer que nous avons eu tout faux sur toute une génération. Ce ne sont pas les valeurs qui sont faussées, c’est purement informationnel.

La seconde raison est que je ne voulais plus voir un nouveau groupe de jeunes gens idéalistes détruire leur santé. Le régime végétarien – et spécialement celui des végétaliens – ne prévoit pas le suivi à long terme et la réparation du corps humain. Donc, les végétariens encaissent en fonction de leurs réserves biologiques. Finalement, le bât blesse. Toute une génération d’entre nous qui a cru en ça et a essayé jusqu’à ce qu’à ce qu’il se produise des dommages irréversibles sur notre corps. Tout ça pour rien. De la souffrance inutile. Et je veux empêcher les jeunes de faire la même chose.

Vous divisez chaque type de végétarien/végétalien en trois camps : moraux, politiques et nutritionnels. Pouvez-vous (brièvement) expliquer les croyances de chacun ?

Les végétariens moraux croient que c’est possible de manger avec un régime qui n’inclut ni animaux ayant soufferts, ni animaux morts. Les végétariens politiques pensent que si tout le monde était végétarien, nous pourrions stopper une somme considérable de destruction environnementale. Et le végétariens nutritionnels tendent à croire que les aliments animaliers sont la source de tous les maux, causant loin devant le reste les maladies et les cancers.

Je tombe dans la catégorie végétarien moral/politique – dans votre livre, vous révélez comment cet « activisme » ne saura pas sauver le monde, ou produire moins de souffrance animale. Pouvez-vous expliquer cela ?

Premièrement, un style de vie n’est pas politique. La gauche (extrême gauche écologiste USA) s’est complètement effondrée en essayant de promouvoir telle ou telle style de ive, abandonnant le concept d’organisation se confrontant au pouvoir. Il n’y a pas de solutions personnelles aux problèmes politiques. Seuls les mouvements politiques peuvent se confronter aux instances injustes des systèmes de pouvoir.

Plus précisément, l’agriculture est le nettoyage biotique. Elle nécessite la prise en charge et le déblaiement de communautés vivantes entières, puis l’utilisation de la terre pour l’homme seulement. Tout cela est le façon longue pour dire « extinction ». Aucun de nous ne peut vivre sans un endroit pour vivre, sans habitat. Une activité qui a détruit 98% de l’habitat de la plupart des animaux ne peut guère prétendre être à vocation des animaux.

Vous écrivez « Dominer, ce n’est pas tuer : c’est l’agriculture » (p.246) et « l’agriculture est plus ressemblante à une guerre qu’autre chose… » (p.36). Pouvez-vous expliquer comment l’agriculture est le vrai « méchant » dans nos objectifs vers un monde plus juste et un monde durable ?

Source et article complet sur Civilisation2 via Fortune

 

59 commentaires

  • GROS

    C’est pourtant une évidence.

  • Patrick De Rijk

    Vegetarisme c’est bien, mais faut pas tomber dans le tofu :)

  • yoananda

    La vérité est que l’agriculture est la chose la plus destructrice que les humains aient fait pour la planète, et ajouter plus [d’agriculture] ne nous sauvera pas. La vérité est que l’agriculture nécessite la destruction massive d’écosystèmes entiers. La vérité est aussi que la vie n’est pas possible sans la mort, que, peu importe ce que vous mangez, quelqu’un doit mourir pour vous nourrir.

    N’importe quoi. L’agriculture intensive destructrice d’écosystème et de biodiversité à été inventée pour nourrir les animaux dont on se nourrit !

    Après, le végétarisme ne sauvera rien parce que :
    * il restera minoritaire (on vit pas sur la planète bisounours aux dernières nouvelles)
    * de toute manière, tant que l’humanité ne régulera pas sa démographie, elle dévorera tout sur son passage.

    • Milou73

      Je suis de votre avis sauf pour la question démographique.
      Je mange peu de tout, plus de végétaux que de viande. Le constat que je fais lorsque je fais mes courses et qui me vient souvent à l’esprit lorsque je croise les gens « Nous mangeons trop ! » . Nous n’avons pas besoin de tout ça pour vivre, la société de consommation détruit la planète, trop de calories alors que nous sommes des sédentaires. Regardez l’obésité galopante (merci Nestlé, COCA COLA et consorts). Avions-nous besoin de chips, dips, curly, junk food, alimentation industrialisée, de boire des sodas ? Moi je dis non mais c’est juste mon opinion. Voilà ce qui détruit la planète, nous consommons plus que les millions de pauvres africains et nous gaspillons, nous jetons à la poubelle trop d’aliments. Mais ça ne changera jamais au contraire ça s’amplifiera comme les guerres : les industries alimentaires veulent du profit et innovent sans cesse, les industries de l’armement idem, il faut des guerres pour tester les innovations en réel pour attirer les clients ou écouler les vieux stocks.

    • Michele

      Yoananda, as-tu lu le livre de Lierre Keith?? Moi si!!
      elle explique comment on en est venus a donner des céréales aux animaux, alors que ce n’est absolument pas leur nourriture, et devines, c’est encore pour une question de fric, rien d’autre, et c’est a cause du surplus des récoltes qui a fait baisser les prix, que les agriculteurs ont utilisé les prés pour cultiver et ont donné le trop de céréales aux animaux.
      On ne fait pas de l’agriculture intensive pour nourrir les animaux, on nourrit les animaux parce qu’il y a l’agriculture intensive qui a pris tous les prés!!!!

  • Bardamu

    Notre intestin de taille intermédiaire, n’est tout simplement pas adapté à une alimentation strictement végétale. Même les singes, qui en ont un plus long et donc mieux adapté que le notre ( sans parler des muscles de la mastication ), sont généralement entomophages en complément de leur alimentation, voir carnivores quand l’occasion se présente.

  • Planete bleu Planete bleu

    Impact des modes alimentaires sur l’environnement et la disponibilité alimentaire mondiale

    http://www.alimentation-responsable.com/impact-des-modes-alimentaires-sur-lenvironnement-et-la-disponibilit%C3%A9-alimentaire-mondiale.

    PROFIT A TOUT PRIX : ACCAPAREMENT DES RESSOURCES

    http://www.factsory.fr/2014/accaparement-des-ressources/

    QUI VA NOURRIR LA CHINE : L’AGROBUSINESS OU LES PAYSANS CHINOIS ?

    http://www.alimenterre.org/ressource/va-nourrir-chine-lagrobusiness-paysans-chinois

    • GROS

      Je ne sais pas qui va nourrir tout ce monde-là, en tout cas ça ne sera certainement pas avec du bio.

      • Bans

        J’imagine que tu t’y connais dans le domaine de l’agriculture…
        Arrête de croire ce qu’on te met dans le crâne.

      • Planete bleu Planete bleu

        Bonjour Gros, voici un extrait de l’article ci-dessous, qui pourrais t’apporter une réponse.

        http://www.mangersantebio.org/9459/lagriculture-biologique-peut-elle-nourrir-lhumanite

        Une étude sur 7 ans portant sur 1000 fermiers cultivant 3200 ha dans le district de Maïkaal, dans le centre de l’Inde, établit que la production moyenne de coton, de blé et de piment était jusqu’à 20 % plus élevée dans les fermes biologiques… »

      • spipfx

        Laisse le, ne perd pas ton temps avec lui, GROS est une personne qui croit avoir la science infuse, on lui a déjà donner des reportages très bien comme celui ci qui démontre que nous n’avons pas besoin de pesticides pour nourrir le monde et ils s’en contrefou et continue d’étaler la culture inexistante qu’il a.

      • ciray

        «  »Je ne sais pas qui va nourrir tout ce monde-là, en tout cas ça ne sera certainement pas avec du bio «  ».
        Gros , Naze il ne suffit pas de balancer des phrases toutes faites sans argumentation .
        Comment sais tu ça ?
        En fait tu ne fais que répeter ce que des tas de cretins sans culture ni connaissance clament à tour de bras au profit de qui. As tu pris la peine de t’interresser aux dernières études de la FAO qui disent exactement le contraire .
        La FAO tu connais je suppose ?

      • spipfx

        Va regardez le reportage qu’on t’a donner au lieu de nous bassiner avec tes idées préconçues de vieux. Qui répètent tout ce que TF1 lui dit…

      • spipfx

        Allez arrête de nous raconter des conneries et va t’ouvrir l’esprit un peu sur la réalité :
        https://www.youtube.com/watch?v=OX5DB9EgR5w

  • Passetec Passetec

    Étant à la retraite je végète à rien …

  • Lola

    Quelqu’un a déjà magnifiquement bien exprimé que le début de nos malheurs, de nos erreurs, a commencé avec l’agriculture : c’est Paul Shepard , que je vous invite à lire dans :

    Dix mille années de crise

    http://www.liberterre.fr/gaiasophia/relationsinter/shepard-domestication.html

  • Balou

    Nous sommes omnivores : Et si cela était FAUX ?

    La grande majorité des gens a été éduquée pour croire que nous sommes omnivores.
    Pourtant, l’anatomie humaine montre que nous n’avons pas été biologiquement conçus
    pour manger de la chair d’animaux, ni même de poisson.

    En particulier, il faut remarquer que :
    L’Homme a exactement les mêmes caractéristiques anatomiques et physiologiques que
    les herbivores et non celles des omnivores ou des carnivores comme le chameau ou le cheval.
    Nos canines ont la même taille que les autres dents : comme les herbivores.
    Contrairement aux omnivores et carnivores, l’Homme doit cuire la viande pour éviter les microbes,
    donc maladies, et une mauvaise digestion – et la vue d’un cadavre nous dégoûte au lieu de nous affamer.
    Les enfants en bas âge détestent la viande.

    Voici les résultats d’une étude scientifique comparative sur 16 points entre Carnivores, Omnivores,
    Herbivores et Humains : Suite du texte dans la vidéo

    CAPACITE DE L’ESTOMAC :
    Carnivore : 60-70% du volume total de l’appareil digestif.
    Omnivore : 60-70% du volume total de l’appareil digestif.
    Herbivore : Moins de 30% du volume total de l’appareil digestif.
    Humain : 21 à 27% du volume total de l’appareil digestif.

    ACIDITE DE L’ESTOMAC :
    Carnivore : pH inférieur ou égal à 1.
    Omnivore : pH inférieur ou égal à 1.
    Herbivore : pH variant entre 4 et 5.
    Humain : pH variant entre 4 et 5.

    SALIVE :
    Carnivore : Acide, Glandes salivaire peu développées, Pas de ptyaline.
    Omnivore : Acide, Glandes salivaire peu développées, Pas de ptyaline.
    Herbivore : Alcaline, Beaucoup de ptyaline, Glandes salivaires développées.
    Humain : Alcaline, Beaucoup de ptyaline, Glandes salivaires développées

    CANINES :
    Carnivore : Très longues, fortes, grosses.
    Omnivore : Très longues, fortes, grosses.
    Herbivore : Taille réduite ou inexistantes.
    Humain : Taille réduite.

    FOIE :
    Carnivore : Désintègre très bien l’acide urique et la vitamine A.
    Omnivore : Désintègre très bien l’acide urique et la vitamine A.
    Herbivore : Désintègre uniquement l’acide urique produit par le corps et mal la vitamine A.
    Humain : Désintègre uniquement l’acide urique produit par le corps et mal la vitamine A.

    PEAU :
    Carnivore : Pas de pores. Refroidissement par halètement.
    Omnivore : Pas de pores. Refroidissement par halètement.
    Herbivore : Beaucoup de pores. Transpiration par la peau.
    Humain : Beaucoup de pores. Transpiration par la peau.

    INTESTIN GRELE :
    Carnivore : 3 à 6 fois la longueur du corps.
    Omnivore : 4 à 6 fois la longueur du corps.
    Herbivore : 10 à 12 fois la longueur du corps.
    Humain : 10 à 11 fois la longueur du corps.

    ONGLES :
    Carnivore : Griffes (fortes, dures).
    Omnivore : Griffes (fortes, dures).
    Herbivore : Ongles mous (ou sabot).
    Humain : Ongles mous.

    MÂCHOIRE :
    Carnivore : Mobile verticalement (pour déchirer, lacérer).
    Omnivore : Mobile verticalement (pour déchirer, lacérer).
    Herbivore : Mobile verticalement et latéralement (pour mastiquer, broyer).
    Humain : Mobile verticalement et latéralement (pour mastiquer, broyer).

    MUSCLES MACHOIRE :
    Carnivore : Muscle temporal.
    Omnivore : Muscle temporal.
    Herbivore : Muscle masséter.
    Humain : Muscle masséter.

    URINE :
    Carnivore : Acide.
    Omnivore : Acide.
    Herbivore : Alcaline.
    Humain : Alcaline.

    VITAMINE C :
    Carnivore : Capable de synthétiser avec son organisme.
    Omnivore : Capable de synthétiser avec son organisme.
    Herbivore : Nécessite un apport quotidien par la nourriture.
    Humain : Nécessite un apport quotidien par la nourriture.

    URASE :
    Carnivore : Présence d’urase (décompose l’acide urique de la viande).
    Carnivore : Présence d’urase (décompose l’acide urique de la viande).
    Herbivore : Pas d’urase.
    Humain : Pas d’urase (décompose mal l’acide urique toxique).

    COLON :
    Carnivore : Court, simple et lisse .
    Omnivore : Court, simple et lisse.
    Herbivore : Long, complexe avec villosités.
    Humain : Long, complexe avec villosités.

    MUSCLES DU VISAGE ET DE LA BOUCHE :
    Carnivore : Réduit pour une grande ouverture de la bouche.
    Omnivore : Réduit pour une grande ouverture de la bouche.
    Herbivore : Bien développé. Petite ouverture de la bouche.
    Humain : Bien développé. Petite ouverture de la bouche.

    REINS :

    Carnivore : Urine très concentrée.

    Herbivore : Urine concentrée modérément.

    Omnivore : Urine très concentrée.

    Humain : Urine concentrée modérément.
    Vous avez bien vu les points communs entre les Herbivores et l’Humain ?
    TOUS les scientifiques ayant étudié le sujet sont d’accord :
    L’Humain n’est pas un omnivore comme l’école nous l’a appris mais un strict végétarien !

    Source : http://www.diatala.org/article-l-humain-n-est-pas-un-omnivore-comme-l-ecole-nous-l-a-appris-mais-un-strict-vegetarien-119242036.html

    • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

      sa source c’est youtube on repassera pour la corrélation scientifique. Vidéo sponsorisé par les mouvement qui vont bien avec.
      Bref permet moi d’émettre des doutes sur le bien fondé de tout ça
      1) avant de savoir quel devrait être le régime alimentaire de l’humain encore faudrait t-il connaitre l’origine de l’humain.
      Ce que personne ne sais.
      2) ça ne s’adresse pas à toi mais plustot à tout les propagandiste qui ne savent faire que des vidéos qui file la gerbe au final c’est du même niveau que les Femen.

      Et c’est un mec qui ne mange quasiment pas de viande qui écrit ça ( he oui quand je suis invité je fais pas mon ayatollah )et qui intrasectement adore ça. Paradoxe ; aucunement simple question d’empathie et d’équilibre.

      Il va de soit que je ne cautionne en aucun cas l’élevage et encore moin intensif. Mais vous ne ferez pas changer les gens en leur faisant simplement changer de doctrine.
      Aucun changement ne sera fiable dans la durée s’il est fait dans la contrainte même psychologique.

    • Michele

      Balou, regardes-toi dans une glace et regardes bien où sont placés tes yeux par rapport à ta tête
      Ils sont de face n’est ce pas???
      comme tous les chasseurs carnivores, les prédateurs, pour pouvoir repérer leur proie
      les chassés, autrement dit les proies, ont les yeux placés latéralement et voient un plus grand angle pour pouvoir voir arriver le prédateur.

    • Fenrir

      Bonsoir Balou,

      et excuse-moi; mais lorsque je lis : « L’Homme a exactement les mêmes caractéristiques anatomiques et physiologiques que
      les herbivores et non celles des omnivores ou des carnivores comme le chameau ou le cheval. »

      Je m’interroge…

      Car j’ignorais que le chameau ou le cheval étaient des carnivores…

      Le reste de ta « démonstration » étant du même acabit, cela te donne une idée de la crédibilité que je donne à ton argumentation…

      Nous sommes des primates prédateurs omnivores.

      Lorsque nous l’accepterons, et le reconnaîtrons, nous commencerons à évoluer vers l’Humain…

      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

      • Balou

        Je n’ai fait que citer, je ne suis pas l’auteur du texte,
        qui n’est pas l’auteur de la vidéo dont il parle.

      • Planete bleu Planete bleu

        La viande favorise-t-elle les maladies intestinales ?

        http://l-ordonnance-ou-la-vie.com/viande-maladies-intestinales/

        Michele,Fenrir,Gros vous devriez lire cet article intéressant

      • Fenrir

        Exact, Planète Bleue, il est intéressant.

        Après, comme l’évoque l’un des participants, chacun consomme ainsi que bon lui semble.

        Après, il faudrait également se poser la question de quelles viandes parlons-nous ?

        Et dans quelles quantités et conditions, la consommons-nous ?

        Perso, je n’en consomme que fort peu maintenant. Et la majorité étant issue de ma production de poules, canards, oies et de lapins.

        J’arrive à me procurer ponctuellement (pour ne pas dire exceptionnellement) des colis de porcs noirs, ou de boeuf (en fait des vaches, mais ceci est une autre histoire…) issus directement d’élevages voisins que je connais.

        Le gibier est également une ressource que je ne néglige pas non plus. Un, voire deux chevreuils, ainsi qu’un petit sanglier, me contentent pour l’année.

        Je dois certainement consommer plus d’oeufs que de viande à proprement parler.

        Mais je fais parti des individus primaires qui préfèrent encore un pâté de ragondin à un pâté d’aubergines…http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

      • Michele

        ben étant donné que j’ai le gros intestin bien plus court que la normale, les fibres me causent beaucoup de maux, et d’ailleurs je suis un régime qui évite beaucoup de fibres, sinon c’est petit séjour en hosto et ce n’est pas du tout agréable.
        Donc a choisir, entre être malade tout le temps, et avoir un truc hypothétique plus tard, je préfère profiter de la vie tant que je peux, même si c’est court!!!!!!!
        et puis il n’est pas dit qu’ils aient raison, je connais au moins 3 personnes qui mangeaient très peu de viande et jamais de viande rouge et qui sont quand même décédées d’un cancer colorectal
        Mais il y a une chose qu’on ne dit jamais dans ces études, c’est ce que mangent les gens en dehors de la viande, est-ce de la viande transformée??? mangent-ils des céréales?? beaucoup de pain?? que boivent-ils?? il ne faut pas oublier qu’au moment ou les gens se sont mis a consommer plus de viande, ils se sont aussi mis a manger plus de sucre et ils ont aussi commencé a manger des blés mutés, arrosés d’engrais et de pesticides. Et on voudrait nous faire croire que ces cocktails chimiques n’y sont pour rien!!
        Quant à dire que la viande ça constipe, c’est parce que les gens ne mangent plus de graisses, graisses qui ont été élevées au rang d’ennemi public nº1 à cause d’un con d’Ancel Keys qui donnait de la graisse à manger aux lapins pour leur donner du cholestérol!!! Mais ça arrangeait bien l’industrie qui ne savait quoi faire des huiles de graines et qui a trouvé le filon en faisant bouffer du plastique, oh non, pardon, de la margarine, aux gens au lieu du bon vieux beurre.
        Perso je fais au moins 4 mois par an de régime sans résidus par an, et donc essentiellement carné, avec des oeufs et du poisson, et je n’ai absolument aucun problème de constipation, au contraire.
        Et ça m’a enlevé les plaques d’athérosclérose qui commençaient a se fixer sur mes artères !!!!

        Pour conclure je dirais, ce n’est pas parce qu’en France les gens meurent en majorité dans leur lit qu’il faut supprimer les litshttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

    • Bardamu

      Je sais pas ce que vous cherchez à démonter mais vos chiffres montrent que nous sommes plus proches du carnivore que de l’herbivore. Ça rejoint ce que je disais plus haut.

      Et heureusement, parce que je me vois mal passer mes journées à bouffer des plantes et mastiquer comme un ruminant …

    • Mehdi

      Perso, la vue d’un cadavre d’un bon boeuf bien engraissé me fait énormément baver. =)

  • So So

    Pour survivre (rester vivant) le vivant ne peut manger que du vivant (animal/végétal/minéral – l’eau, notamment, mais aussi les oligo-éléments).

    Pour le reste, à chacun ses croyances.

    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

  • Lionel

    Incroyable à quel point « ils » font des efforts pour nous enfumer !
    Il n’a jamais été question ( en dehors de quelques allumés ) de « sauver le monde » par le végétarisme, encore une belle façon de discréditer des choix de vie.
    La vraie question est que ce sont les élevages industriels et ( oui ! ) l’agriculture industrielle pour nourrir ces élevages qui contribuent en grande partie aux émissions de CO2…
    Exemple : près de 80% du soja et du maïs produits dans le monde sont destinés aux élevages.
    Ensuite il suffit de ne pas jouer les gogols et de se poser les bonnes questions, la manipulation est un art et la détecter un devoir !!!

  • Mouton Resistant Mouton Resistant

    Je dépense ENORMEMENT d’énergie physique tous les jours depuis de nombreuse années, j’ai arrêté la viande depuis 4 mois et je peux vous garantir que mon énergie mentale et physique c’est décuplée !

    De plus je réfléchis plus vite, fini le mal au crâne, je chie mieux, bonne prise musculaire, fini les cernes, plus de « ventre lourds », économies financières et j’en passe…

    Chacun son truc… moi je suis très satisfait de mon choix qui va dans le sens de mes idées.

    C’est un SDF qui m’a fait changer d’alimentation et je risque pas de re-manger du cadavre.

    Voici mon sdf préféré :

    http://www.youtube.com/watch?v=dkQp89S0KsE

    Merci bon-homme !!!

  • ciray

    Je n’ai jamais vu un article aussi nul . Je n’ai mème pas envie de polémiquer avec ceux qui ont écrit ce tissu de conneries . Globalement personne ne sauvera les humains ça c’est sur , mais individuellement les végés qui produisent une très grande partie de leur nourriture sur un espace très réduit ont nettement plus de chance de survie que la majorité des abrutis qui vont tous les jours au supermarché acheter leur daube . N’en déplaise a ces crétins .

    • ciray

      Je rappel messieurs et mesdames que l’homme est un très proche cousin des grands singes de ce fait que sa nourriture il y a 10 000 Ans était constituée de fruits et feuilles jeunes et fraiches des arbres de quelque bulbes et racines tendres plus quelques insectes Point barre le reste n’est que littérature
      ceux qui veulent absolument justifier à tout prix leur conso de bidoche ça ne nous interressent pas .
      Bouffez ce que vous voulez on s’en fou perso je rigole juste qd ces types se prennent un AVC ou un arrét cardiaque dans les dents .

      • Fenrir

        Désolé Ciray,

        mais l’étude des sites habités par l’homo sapiens, prouve que nos ancêtres pratiquaient la chasse de manière conséquente, ainsi que la pèche, et que l’élevage à précédé l’agriculture…

        Nous sommes effectivement des primates. Cousins des grands singes, tels que le gorille, l’orang-outang, le chimpanzé, le bonobo, voire même le babouin…

        Je vous recommande, à toutes et tous, de vous renseigner un peu sur l’évolution de notre espèce, voire de lire « Le singe nu » de Desmond Morris…http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

    • Michele

      Tu devrais lire le livre Ciray, pour comprendre ce que l’auteur explique avant de traiter les autres de crétins!!!!!
      les AVC et les crises cardiaques sont dues aux sucres, pas aux protéines et aux graisses

  • Grand marabout Grand marabout

    n’oubliez pas que c’est mardi le jour de soleil vert

    soleil vert,aliment miracle au concentré de plancton
    recueillis dans les mers et océans du monde

    ce message vous est offert par soleil rouge et soleil jaune
    végétaux à grande puissance énergétique

    peut etre pour la fin de ce siecle,l’humanité aura admis
    que manger des insectes est convenable

    enfin,pour ceux qui seront toujours là
    ceux qui auront échappé aux cancers,à l’air pollué et souillé,à l’eau impropre,aux cachets de BIGPHARMA

    bonne chance ou bon appetithttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

  • Déjà, si on mangeait moins…

    Mais bon, soyons sérieux. Si on mange, par jour, deux fruits, deux légumes (tout ça, de saison et local, bien sûr) et disons 50 g de viande… à mon avis, on mange déjà suffisamment. Et avec ça, on n’a pas besoin de foutre la planète en l’air pour surproduire.

    Mais bon, pour ce faire, faut aussi apprendre à ne pas jeter le légume parce qu’il est moche, ne pas gâcher, etc.

    Le problème aussi, dans le monde, ce n’est pas la nourriture ou l’agriculture: c’est la transformation; l’industrie de l’alimentaire transforme tout en plat cuisiné, conserve, etc. On rajoute des sucres, des sels, des produits chimiques (conservateurs, colorants, excipients et j’en passe), et surtout on consomme une énorme énergie pour tout ça.

    La première chose à supprimer pour un régime sain de notre civilisation, c’est le confort !

  • Pierre L

    On se demande à quoi sert ce genre d’article ? Sans doute, ça titille des consciences endormies d’enrégimenter tout le monde dans des pratiques qu’ils croient bonnes ?

    Ce ne sont que des opinions. Il vaut mieux vérifier soi-même ce qui convient le mieux.

    J’ai commencé à être végétalien (sans céréales et dérivés, ni soja, ni tofu) au printemps 1990 et ce n’est pas cet article qui me fera revenir à la viande. Je ne me reconnaît pas en charognard. D’ailleurs, enfant, je ne voulais pas manger de viande, mais on m’obligeait.

    Je conçois qu’il soit très difficile à bien des gens de se mettre au vrai végétalisme (ni céréales, ni tofu…, rien que des fruits et des légumes). Ils n’auront plus les hormones, qui leur donnent un coup de fouet, que leur organisme ne fabrique plus et qu’ils trouvent dans la viande des animaux qu’ils vampirisent. Ils devront sans doute passer par une phase de détoxination qui peut être très pénible, et ils auront perdu leur temps s’ils ne persévèrent pas.

    Et figurez-vous que mon régime me convient parfaitement. Question santé, bien que j’attrape parfois, très rarement, un rhume, qui me permet sans doute d’éliminer des toxines qui arrivent à passer, je ne suis jamais malade, au point de n’avoir ni mutuelle santé, ni médecin référent, ni budget santé, ni médicament chez moi. En fait, c’était en juin 1983 la dernière fois que j’ai vu un médecin.

    Ne croyez qu’une chose : Vous êtes un être spirituel, et même un « microcosmos » capable, s’il est sainement entretenu, de subvenir lui-même à tous vos besoins. Votre flore interne travaille pour vous, animée pas votre ambiance spirituelle. Elle fabrique les vitamines indispensables, même la fameuse B12. D’après le docteur Francis Lefébure, qui s’occupait dans les années 1950-60 des yogis du Dynam Institut, l’Homme en parfaite santé fabrique même dans son foie la vitamine C dont il a besoin.

    Tout est une question de foi positive.

    • Natacha Natacha

      J’aime bien cette façon de se présenter, peut-être l’écho. :)
      Je mange parfois les œufs de mes poules, le pollen, le miel de mes abeilles, quelquefois du fromage local de chèvre ou de brebis de qualité vérifiée à la source et je n impose pas ma façon de penser et de m’alimenter à mon entourage.
      Chacun son chemin, à son rythme. :)
      Je n’ai lu que quelques pages de ce livre qui reste l’ expérience personnelle d’ un individu qui a un terrain particulier ensemencé par des pensées qui lui appartiennent.

  • Ularius

    Tiens c’est marrant un bouquin qui sort au moment où une forte minorité d’occidentaux supprime la viande et le poisson de son alimentation !

    J’aime bien le « j’étais vegan » « j’étais végétarien » , les mots ne sont pas les choses. Ne pas manger de nourriture ANIMALE est une question de conscience pas une étiquette pour se faire bien voir en société.J’ai d’ailleurs remarqué qu’il y avait une certaine condescendance voir une certaine agressivité de ceux qui s’étiquettent « végémachinchouette ».

    J’ai mangé quotidiennement de la viande (boeuf,porc…)durant une trentaine d’années et je ne mange plus d’animaux depuis près de 5ans suite à un choc que je qualifierai de spirituel. Aujourd’hui prés de 75% de mon alimentation est composée de fruits et de légumes crus.L’évolution est radicale. Plus de problèmes de peau, de stress, une énergie décuplée (je suis triathlète et je pratique 2 heures de sport en moyenne/jour en plus de mon activité professionnelle); et ô surprise ! je mange moins et je bois moins (fruits et légumes regorgent d’eau)!!!
    Tous les animaux que nous mangeons ont eu peur et ont souffert (du fait notamment de l’élevage intensif), et nous mangeons cette peur et cette souffrance qui viennent entrer en contact avec les peurs et les souffrances que nous avons déjà en nous,nous entrainant dans un cycle infernale et créant cette réalité ,ce monde horrible, cet enfer sur terre. Ce qu’il faut comprendre n’est pas une simple question d’alimentation , c’est le rapport que nous entretenons chacun avec les animaux,les végétaux, le monde minéral et l’eau…

    Ma conclusion est que les êtres humains ne peuvent pas évoluer (et non pas changer) s’ils ne sont pas face à une souffrance forte,s’ils ne sont pas confrontés à une réalité physique effrayante, qui entraine de facto une remise en question totale « de ce que l’on est ».Et encore certains persistent à souffrir, à ne pas vouloir comprendre le but de la souffrance qu’elle soit psychologique ou physique.

    Donc l’effondrement économique à venir est salutaire et fait partie du cycle évolutif. Il faut le prendre comme un douloureux enfantement.Un passage nécessaire vers un être humain ayant pris conscience qu’il est « La Terre » et qu’en lui coule la Vie…et donc ne pas manger d’animaux pour cet être humain là est aussi naturel que de ne pas se jeter d’un précipice…

  • Michele

    Vous critiquez sans avoir lu le livre, c’est dingue ça!!!!!
    Cette personne était végane, et elle croyait dur comme fer, qu’en ne mangeant que des fruits et des légumes, elle ne tuait absolument aucun animal.
    Hors son parcours l’a amenée a devoir cultiver ses propres légumes, chose qu’elle voyait comme le summum de son approche végane politique.
    Mais elle a vite déchanté quand ses légumes ne poussaient plus car il n’y avait plus rien comme matière organique dans sa terre, ou quand les limaces et autres venaient manger ses salades.
    Un jour elle en a eu marre de ramasser les limaces et d’aller les emmener plus loin, c’était à n’en plus finir, et c’est là qu’elle s’est rendue compte que soit c’était les limaces qui mangeaient et elle crevais de faim ou elle allait chercher des salades au supermarché, soit elle se débarrassait de ces limaces et elle pouvait manger ses salades. C’est là qu’elle a pris des poules et des canards, pour qu’ils mangent les limaces…Et petit à petit elle s’est rendue compte que rien n’était aussi simple que ne l’affirmaient les végans, on ne peut pas vivre sans tuer, la vie vit de la mort des autres, et c’est pour tout pareil, que ce soient les plantes ou les animaux, nous faisons partie d’un cycle, et c’est comme ça.
    Elle a fini par manger les oeufs de ses poules et de ses canards, et de fil en aiguille elle est revenue à un régime quasi omnivore et s’est rendue compte qu’elle se sentait de mieux en mieux, elle qui avait eu des problèmes de santé pendant 20 ans
    J’ai trouvé ce livre très intéressant, car il parle des mécanismes qui nous ont amenés a donner à manger des céréales à tout le monde, surtout animal, et les fins cachées derrière tout ça, elle parle du pourquoi et du comment de la destruction de la terre, de la vie.

    • Lionel

      Le métier de paysan ne s’invente pas, aucun rapport avec son choix nutritif, si cette personne ne sait pas comment produire des légumes nourrissants et sains sans épuiser la terre, il est certain qu’elle ne peut être qu’en mauvaise santé et elle doit simplement s’approvisionner chez quelqu’un qui le fait correctement.
      Quand on est végétarien il est important de disposer de légumes de haute qualité nutritive, sinon se nourrir de légumes du supermarché c’est du suicide, alors que cette charmante retourneuse de veste choisisse ses convictions en fonction d’arguments qui en valent la peine !
      Tout ça se nomme « propagande », cet article est une arnaque typiquement étasunienne.

    • spipfx

      C’est juste une quiche, par exemple en Afrique pour repousser les éléphants des cultures, ils mettent une épice forte afin que les éléphants ne viennent pas, car c’est désagréables pour leurs trompes. Ils ne vont pas aller tuer les éléphants.

      Comme le dit Lionel on ne s’improvisent pas agriculteur.

      Je suis végétarien et en aucun cas mes choix tuent des animaux, c’est n’importe quoi.

      • Michele

        tu vis à poil au milieu des pâquerettes spipfx????
        tout ce qu’on fait, tout ce qu’on consomme en dehors de manger, tue directement ou indirectement des animaux, même si certains on ne les voit pas vraiment

        et pour le bouquin, j’ai vraiment très très résumé, alors avant d’insulter le gens en les prenant pour des quiches ou je ne sais quoi d’autre, lisez-le bon sang ou alors ne dites rien, c’est aussi bête d’argumenter dans le vide sans connaitre tous les arguments de l’autre partie que de discuter du sexe des anges

  • Bardamu

    Moi y’a un truc qui me fait toujours marrer, c’est quand je vais dans un magasin  » Bio « . Y’a pas d’endroit au monde, ou l’on trouve autant de compléments alimentaires et autres saloperies issues de la filière animale !

  • spipfx

    Je trouve cet article un peu spécial enfin bon, c’est pas le genre de contenu qu’on lit habituellement sur lesmoutonsenragés.

    On dirait du « je ne faisais pas vacciner mes enfants, mais maintenant oui et ils sont en meilleure santé! » omg, quelle est réellement le code moral de cette personne ?

    Ne plus manger de viande, comme je le fais depuis petit (et je me porte en parfaite santé) permet de réduire l’élevage intensif qui bousille les nappes phréatique, de réduire le gaspillage d’eau potable, de se poser des questions sur une alimentations végétale sans pesticides.

    Je trouve qu’au contraire c’est une très bonne démarche.

    Et puis c’est pas bien compliqué de se passer de viande, quand on s’informe sur le lien entre acides aminés et protéines et bien on mange des acides aminés issue de fruits, légumes, légumineuse et hop on à toutes les protéines qu’il faut et de l’acidité en moins dans l’organisme.

  • Balou

    — Le ventre, notre deuxième cerveau —
    « Il y a quelques années, les scientifiques ont découvert en nous l’existence d’un deuxième cerveau. Notre ventre contient en effet deux cents millions de neurones qui veillent à notre digestion et échangent des informations avec notre « tête ». Les chercheurs commencent à peine à décrypter cette conversation secrète. Ils se sont aperçus par exemple que notre cerveau entérique, celui du ventre, produisait 95 % de la sérotonine, un neurotransmetteur qui participe à la gestion de nos émotions. On savait que ce que l’on ressentait pouvait agir sur notre système digestif. On découvre que l’inverse est vrai aussi : notre deuxième cerveau joue avec nos émotions. »

    Film : http://www.dailymotion.com/video/x1ivxo4_le-ventre-notre-deuxieme-cerveau_tech

  • Balou

    Le soleil des adorateurs de la bête immonde
    Le soleil des adorateurs de la bête immonde