Israël Palestine : Bourdin censure un auditeur dans son émission sur RMC+mini revue de presse

Jean-Jacques Bourdin n’est déjà plus crédible auprès de ceux qui s’informent ne serait-ce qu’un minimum, et il vient de nouveau de se démarquer, lui qui vante sa « liberté de ton » à l’antenne… Liberté, oui, lorsqu’elle ne fait pas de vague et qu’elle ne dérange pas trop les auditeurs dans leur fauteuil! Depuis longtemps déjà les sujets les plus importants sont oubliés, les questions les plus délicates considérées comme indésirables, mais c’est à l’image de BFM qui diffuse l’émission à la télévision, puisque la « plus grande chaine d’info de France » comme elle se défini elle-même fait des direct et des soirées spéciales pour du foot, à croire qu’il s’agit de l’actualité la plus brûlante du moment… Bref, la liberté d’expression en France, oui, mais pas trop fort non plus, y’en a qui dorment…

Lors d’un débat sur le conflit Israëlo-palestinien, un auditeur de confession juive prend à partie la politique d’Israël et la critique ouvertement, après avoir été obligé de déclarer le contraire au standard de RMC (radio officielle de BFMTV) pour pouvoir passer à l’antenne.

Le journalope Bourdin, décontenancé, n’a trouvé qu’une seule solution : le traiter de menteur et de tricheur, tout en empêchant l’auditeur d’y répondre. La libre-parole censure selon Jean-Jacques Bourdin…

Vous avez raison, Monsieur Bourdin, les tricheurs et les menteurs ne passeront plus à l’antenne, en commençant par vous.

Bourdin

Source: Croah.fr via Sott.net

Cela n’est pourtant pas dur d’avoir des infos un peu plus réalistes que celles que certains veulent bien nous donner, il suffit juste d’accepter de les regarder..

Petite revue de presse du jour spéciale « conflit Israélo-palestinien »:

Des_Isra_liens_suivent_les_bom

Et enfin, un texte à méditer, qui dénonce Israël et sa politique, et qui ne peut être qualifié d’antisémite (on ne sait jamais avec ceux qui ont l’attaque facile) puisque initialement écrit par un juif israélien et publié dans un quotidien du pays.

Gideon Levy, né en 1953 à Tel-Aviv, est un journaliste et écrivain israélien. Il critique l’occupation israélienne et appelle au boycott économique pour la faire cesser.

Dans un article publié le 6 juin 2014 dans le quotidien israélien Haaretz « Our wretched Jewish state », il condamne la haine qui rythme la vie dans son pays. Depuis sa parution, cet article est partagé sur les réseaux sociaux par les femmes et hommes de paix.

Les jeunes de l’État juif attaquent des Palestiniens dans les rues de Jérusalem, exactement comme les jeunes chez les gentils [1] attaquaient les Juifs dans les rues d’Europe. Les Israéliens de l’État juif se déchaînent sur les réseaux sociaux, répandant une haine et un désir de vengeance d’une ampleur diabolique sans précédent. Des inconnus de l’État juif sur une base purement ethnique. Ce sont les enfants de la génération nationaliste et raciste – la descendance de Netanyahou.

Depuis cinq ans maintenant ils n’ont entendu qu’incitations, propos alarmistes et suprématie sur les Arabes de la part du véritable instructeur de cette génération, le premier ministre Benjamin Netanyahou. Pas un mot d’humanité, de compassion ou de traitement égal.

Ils ont grandi dans le contexte de la revendication provoquante de reconnaissance d’Israël comme « État juif » et ils ont tiré les conclusions qui s’imposent. Avant même la délimitation de ce que signifie « État juif » – sera-ce un État qui met les tefilin (phylactères), embrasse les mezouzot (des rouleaux de prières enfermés dans de petites boîtes métalliques ou en bois qui sont fixées aux chambranles des portes d’entrée), sanctifie des sortilèges, ferme le jour de Shabbath et observe strictement les lois de la cashrout – les masses ont compris.

La foule a d’emblée intériorisé la véritable signification : un État juif est un État dans lequel il n’y a place que pour les Juifs. Le sort des Africains est d’être envoyé au centre de détention de Holot dans le Néguev et celui des Palestiniens est d’endurer des pogromes.

C’est comme ça que ça marche dans un État juif : c’est à cette seule condition qu’il peut être juif. Dans l’État juif en cours de constitution, il n’y a même pas de place pour un Arabe qui fait de son mieux pour être un bon Arabe, comme l’écrivain Sayed Kashua. Dans un État juif, la présidente de l’Assemblée de la Knesset, Ruth Calderon (du parti Yesh Atid – inutile de préciser que c’est le « centre » de l’échiquier politique) coupe la parole au député arabe Ahmed Tibi (de la liste arabe unie Ta’al) à peine revenu, bouleversé, d’une visite à la famille de Shoafat, le jeune Arabe qui a été massacré, et le sermonne cyniquement sur le thème qu’il doit aussi faire référence aux trois jeunes Juifs massacrés (alors même qu’il venait de le faire).

Dans un État juif, la Cour Suprême autorise la démolition de la maison de la famille d’un homme suspecté de meurtre avant même qu’il ne soit condamné. Un État juif édicte des lois racistes et nationalistes. Les media d’un État juif se complaisent sur le meurtre de trois étudiants de yeshiva et ignorent presque complètement le sort de plusieurs jeunes Palestiniens du même âge qui ont été tués par des tirs de l’armée au cours des derniers mois, généralement sans raison.

Personne n’a été puni pour ces actes – dans l’État juif il y a une loi pour les Juifs et une loi pour les Arabes, dont les vies valent peu. Pas un soupçon de respect du droit international ni des conventions internationales. Dans l’État juif, il n’y a de compassion et d’humanité que pour les Juifs, des droits pour le seul Peuple Elu. L’État juif n’est que pour les Juifs.

La nouvelle génération qui grandit sous sa coupe est dangereuse à la fois pour elle-même et pour ce qui l’entoure. Netanyahou est son ministre de l’éducation ; les media militaristes et nationalistes font office de poème pédagogique ; le système d’éducation qui l’emmène à Auschwitz et à Hébron lui sert de guide.

Le sabra (natif d’Israël) d’aujourd’hui est une espèce nouvelle, piquante dehors comme dedans. Il n’a jamais rencontré son homologue palestinien mais il sait tout de lui – le sabra sait qu’il est un animal sauvage, qu’il a seulement l’intention de le tuer, qu’il est un monstre, un terroriste.

Il sait qu’Israël n’a pas de partenaire pour la paix, puisque c’est ce qu’il a ententu un nombre incalculable de fois de la part de Netanyahou, du ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman et du ministre de l’Économie, Naftali Bennett. De la bouche de Yair Lapid il a entendu qu’il y a des « Zoabis » – en référence condescendante à la députée de la Knesset Haneen Zoabi (du parti Balad).

Etre de gauche ou désireux de justice dans l’État juif est considéré comme un délit, la société civile est tenue pour tricheuse, la vraie démocratie pour diabolique. Dans un État juif – dont rêvent non seulement la droite mais le supposé centre gauche incluant Tzipi Livni et Lapid – la démocratie est floue.

Le principal problème de l’État juif ce ne sont pas les skinheads mais les embobineurs moralisateurs, les voyous, l’extrême droite et les colons. Non pas les marginaux mais le courant principal qui est en partie nationaliste et en partie indifférent.

Dans l’État juif, il ne reste rien de l’injonction biblique selon laquelle il faut être juste avec la minorité ou avec l’étranger. Il n’y a plus de ces Juifs qui ont manifesté avec Martin Luther King ou fait de la prison avec Nelson Mandela. L’État juif, qu’Israël veut absolument faire reconnaître par les Palestiniens, doit d’abord se reconnaître lui-même. Au terme de la journée, après une semaine terrible, il semble qu’un État juif ce soit un État raciste, nationaliste, conçu uniquement pour les Juifs.

[1] Traduction du yiddish « goyim » (goy au singulier), nom donné aux non-juifs par les anciennes communautés juives d’Europe centrale »

Source: Meta-TV via Sott.net

9 commentaires

  • Gribouille

    La réaction de Bourdin est quand même surjouée. Vous avez menti au standard téléphonique, je ne peux recevoir vos arguments.

    Le pire est probablement la séquence répétée par les médias « Les attaques israéliennes répondent aux attaques de roquettes ». En réalité, si on se remémore les étapes du conflit dans l’ordre. Vous avez 1) L’enlèvement et le meurtre des 3 israéliens 2) L’accusation (sans preuve) par le gouvernement israélien que le Hamas était responsable 3) Les bombardements de l’aviation israélienne 4) les lancements de roquettes en réponse au bombardement et 5) de nouvelles attaques israéliennes auxquelles vont répondre de nouveaux tirs de roquettes.

    On ne peut ne pas penser que l’offensive contre le Hamas était programmée depuis longtemps. Sauf qu’Israël avait besoin d’un prétexte. D’où son manque d’empressement à rechercher les vrais responsables du meurtre.

    • walter kurtz walter kurtz

      Salut gribouille , les pas suivant ont été dit mais pas compris.Ce gouvernement a proposé aux habitants de gaza de partir s’ils ne veulent pas subir les bombardements.
      Une fois partis ils ne pourront plus revenir , quelques coups de bulldozers , quelques paysagistes conductifs au boulots ,comme dans des jeux vidéos genre sims , et hop l’expanSION .

  • Grand marabout 3.0.1 Grand marabout 3.0.1

    bourdin = chroniqueur culinaires de basse cour
    une pintade qui glousse..

  • Jujusmart

    John Kerry ayant à plusieurs reprises refoulé Israel dans ses rangs concernant les accords de paix avec la Palestine a profondément déplu à Israel.
    Il fallait à tout prix une raison valide d’empêcher tout suivi des pourparlers.
    Avec la disparition des 3 enfants israéliens, cela a été, sinon orchestré, tout du moins, l’aubaine pour qu’Israel attaque en toute « légitimité » – Selon son point de vue – la Palestine.
    La France approuve, la Grande Bretagne via Cameron aussi, …
    C’est absolument terrible de voir que le monde entier laisse ce barbare de Netanyahou décider de détruire le pays qui le dérange sur un prétexte aussi fallacieux que possible.
    Maintenant, le peuple juif d’Israel,subit la même désinformation que nous tous. Pourquoi y échapperaient-ils ?
    Mais de là à laisser tuer des civils, de laisser les chaînes télés et radio faire la pluie et le beau temps sans réagir, c’est innommable !

  • Ce qui est étonnant dans cette interview c’est qu’au départ, il y a une certaine liberté d’expression. Il laisse même parler la personne qui évoque pourtant dès le départ d’autres arguments que ceux qu’elle avait annoncé. C’est ça le problème à la base. Bourdin voulait un débat contradictoire donc si tout le monde était pro-palestinien, ça ne collait pas. Bon, ok, alors autant le rembarrer tout de suite.

    Le hic c’est qu’il ne l’arrête que lorsque ça commence à lui piquer les yeux, lorsque l’auditeur commence à évoquer la piste (très sérieuse) du false flag. Alors là, ça ne rigole plus, pour Bourdin, on ne va pas refaire l’histoire. Israël a dit que c’était le Hamas donc il ne faut pas remettre cela en question (alors que le Hamas nie et qu’Israël ne peut apporter aucune preuve…normal c’est le Mossad qui a fait le coup).

    Bref, au pays de Oui oui, il ne faut pas trop faire de vagues. Mais ouf…le marchant de sable veille http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

  • babs

    m bourdin nous dit qu’il ne recois pas les tricheurs …
    http://www.youtube.com/watch?v=h3q2A80fVYU
    cette blague m’a fait beaucoup rire …
    je ne veux pas tirer sur l’ambulance non plus, j’ai compris un truc avec cahuzac …
    http://www.dailymotion.com/video/x1771s_la-fin-de-l-energie-noire-3-3_auto
    on ne change pas le systeme de l’intérieur …
    je crois meme que c’est un bon qui s’est laissé emporté dans le virage …
    il n’a pas su dire non a un moment …

    ps, je vous conseille de voir ou revoir ceci,
    http://www.dailymotion.com/video/x16pdf_la-fin-de-l-energie-noire-1-3_auto
    et big up a oilomobil tv http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

  • spipfx

    Bourdin est un lâche qui fait honte aux français