Le progrès est devenu le moyen de l’aliénation

Les lecteurs de Jacques Ellul ou de Théodore Kaczynski ne seront pas surpris par cette affirmation en titre, de même que tous ceux qui tentent de mener une réflexion personnelle sur la marche du monde par delà la doxa médiatique. Le collectif Pièces et Main d’oeuvre démonte dans ce petit article la construction de la notion de progrès qui en fait aujourd’hui un concept totalitaire typique du système marchand. Chaque progrès technologique s’accompagne ainsi d’un regrès de la condition humaine et de l’émancipation sociale…

Trouver le mot pour nommer la lutte

Cela fait des décennies, sinon un siècle ou deux, que des gens cherchent le mot, l’ont « sur le bout de la langue », qu’il leur échappe, leur laissant une vive et chagrine frustration – sans le mot, comment dire la chose ?

Comment donner et nommer la raison du désarroi, de la révolte, du deuil et pour finir du découragement et d’une indifférence sans fond. Comme si l’on avait été amputé d’une partie du cerveau : amnésie, zone blanche dans la matière grise.

La politique, en tout cas la politique démocratique, commence avec les mots et l’usage des mots ; elle consiste pour une part prépondérante à nommer les choses et donc à les nommer du mot juste, avec une exactitude flaubertienne. Nommer une chose, c’est former une idée. Les idées ont des conséquences qui s’ensuivent inévitablement.

La plus grande part du travail d’élaboration de la novlangue, dans 1984, consiste non pas à créer, mais à supprimer des mots, et donc des idées – de mauvaises idées, des idées nocives du point du vue du Parti -, et donc toute velléité d’action en conséquence de ces mots formulant de mauvaises idées.

Ce mot nous l’avons approché quelquefois, nous avons essayé « regret », c’était joli « regret », un à-peu-près qui consonnait, même s’il appartenait à un autre arbre étymologique. Une autre fois, nous avons dit « régrès » en croyant créer un néologisme, une déclinaison de « régression » qui rimerait avec « progrès », terme à terme. Nous y étions presque.

Nous sommes tombés sur « regrès », il y a fort peu de temps, un bon et vieux mot de français, « tombé en désuétude » comme on dit, bon pour le dictionnaire des obsolètes qui est le cimetière des mots. Et des idées. Et de leurs conséquences, bonnes ou mauvaises.

Un mot « oublié »

Il est évidemment impossible de croire que le mot « regrès », l’antonyme du « progrès » ait disparu par hasard de la langue et des têtes. Le mouvement historique de l’idéologie à un moment quelconque du XIXe siècle a décidé que désormais, il n’y aurait plus que du progrès, et que le mot de regrès n’aurait pas plus d’usage que la plus grande part du vocabulaire du cheval aujourd’hui disparu avec l’animal et ses multiples usages qui entretenaient une telle familiarité entre lui et l’homme d’autrefois.

Ainsi les victimes du Progrès, de sa rançon et de ses dégâts, n’auraient plus de mot pour se plaindre. Ils seraient juste des arriérés et des réactionnaires : le camp du mal et des maudits voués aux poubelles de l’histoire. Si vous trouvez que l’on enfonce des portes ouvertes, vous avez raison. L’étonnant est qu’il faille encore les enfoncer.

Place au Tout-Progrès donc. Le mot lui-même n’avait à l’origine nulle connotation positive. Il désignait simplement une avancée, une progression. Même les plus acharnés progressistes concéderont que l’avancée – le progrès – d’un mal, du chaos climatique, d’une épidémie, d’une famine ou de tout autre phénomène négatif n’est ni un petit pas ni un grand bond en avant pour l’humanité. Surtout lorsqu’elle se juge elle-même, par la voix de ses autorités scientifiques, politiques, religieuses et morales, au bord du gouffre.

Ce qui a rendu le progrès si positif et impératif, c’est son alliance avec le pouvoir, énoncée par Bacon, le philosophe anglais, à l’aube de la pensée scientifique et rationaliste moderne : « Savoir c’est pouvoir ». Cette alliance dont la bourgeoisie marchande et industrielle a été l’agente et la bénéficiaire principale a conquis le monde. Le pouvoir va au savoir comme l’argent à l’argent. Le pouvoir va au pouvoir.

Alliance du microscope (de l’éprouvette, de l’ordinateur, etc.) et du Capital. A rebours de ce que prétendent le socialisme scientifique et ses innombrables séquelles (de la gauche du PS à la « gauche de gauche »), les sans pouvoirs ne peuvent pas « se réapproprier » ce pouvoir. Ils ne peuvent pas plus s’emparer de l’appareil scientifico-industriel et le faire marcher à leur profit, que la Commune (1871) pouvait faire marcher à son profit l’appareil d’Etat bourgeois. Elle devait le détruire.

Le progrès est l’arme du pouvoir sur les sans pouvoirs

Et c’est la leçon qu’en tire Marx dans La Guerre civile en France. Les sans pouvoirs ne peuvent pas se « réapproprier » un mode de production qui exige à la fois des capitaux gigantesques et une hiérarchie implacable. L’organisation scientifique de la société exige des scientifiques à sa tête : on ne gère pas cette société ni une centrale nucléaire en assemblée générale, avec démocratie directe et rotation des tâches. Ceux qui savent, décident, quel que soit l’habillage de leur pouvoir.

Contrairement à ce que s’imaginait Tocqueville dans une page célèbre, sur le caractère « providentiel » du progrès scientifique et démocratique, entrelacé dans son esprit, le progrès scientifique est d’abord celui du pouvoir sur les sans pouvoirs.

Certes, une technicienne aux commandes d’un drone, peut exterminer un guerrier viriliste, à distance et sans risque. Mais cela ne signifie aucun progrès de l’égalité des conditions. Simplement un progrès de l’inégalité des armements et des classes sociales.

C’est cette avance scientifique qui a éliminé des peuples multiples là-bas, des classes multiples ici et prolongé l’emprise étatique dans tous les recoins du pays, de la société et des (in)dividus par l’emprise numérique.

Chaque progrès de la puissance technologique se paye d’un regrès de la condition humaine et de l’émancipation sociale. C’est désormais un truisme que les machines, les robots et l’automation éliminent l’homme de la production et de la reproduction. Les machines éliminent l’homme des rapports humains (sexuels, sociaux, familiaux) ; elles l’éliminent de lui-même. A quoi bon vivre ? Elles le font tellement mieux que lui.

Non seulement le mot de « Progrès » – connoté à tort positivement – s’est emparé du monopole idéologique de l’ère technologique, mais cette coalition de collabos de la machine, scientifiques transhumanistes, entrepreneurs high tech, penseurs queers et autres avatars de la French theory, s’est elle-même emparé du monopole du mot « Progrès » et des idées associées. Double monopole donc, et double escroquerie sémantique.

Ces progressistes au plan technologique sont des régressistes au plan social et humain. Ce qu’en langage commun on nomme des réactionnaires, des partisans de la pire régression sociale et humaine. Cette réaction politique – mais toujours à l’avant-garde technoscientifique – trouve son expression dans le futurisme italien (Marinetti) (1), dans le communisme russe (Trotsky notamment), dans le fascisme et le nazisme, tous mouvements d’ingénieurs des hommes et des âmes, visant le modelage de l’homme nouveau, de l’Ubermensch « augmenté », du cyborg, de l’homme bionique, à partir de la pâte humaine, « hybridée » d’implants et d’interfaces.

Le fascisme, le nazisme et le communisme n’ont succombé que face au surcroît de puissance technoscientifique des USA (nucléaire, informatique, fusées, etc.). Mais l’essence du mouvement, la volonté de puissance technoscientifique, s’est réincarnée et amplifiée à travers de nouvelles enveloppes politiques.

Dès 1945, Norbert Wiener mettait au point la cybernétique, la « machine à gouverner » et « l’usine automatisée », c’est-à-dire la fourmilière technologique avec ses rouages et ses connexions, ses insectes sociaux-mécaniques, ex-humains. Son disciple, Kevin Warwick, déclare aujourd’hui : « Il y aura des gens implantés, hybridés et ceux-ci domineront le monde. Les autres qui ne le seront pas, ne seront pas plus utiles que nos vaches actuelles gardées au pré. » (2)

Ceux qui ne le croient pas, ne croyaient pas Mein Kampf en 1933. C’est ce techno-totalitarisme, ce « fascisme » de notre temps que nous combattons, nous, luddites et animaux politiques, et nous vous appelons à l’aide.

Brisons la machine.

Source : Reporterre

19 commentaires

  • GROS

    on ne gère pas cette société ni une centrale nucléaire en assemblée générale, avec démocratie directe et rotation des tâches. Ceux qui savent, décident, quel que soit l’habillage de leur pouvoir.

    C’est ce qu’on appelle l’aristocratie, qui est une bonne chose si elle est prise dans son sens premier : le pouvoir pour le peuple par les personnes les plus morales, instruites, vertueuses.

    Ce qu’il ne faut pas confondre avec l’oligarchie, où c’est le pouvoir par des personnes pas forcément morales, instruites ou vertueuses, pour elles-mêmes.

    En ceci, l’aristocratie (la vraie) est un meilleur régime que la démocratie. Néanmoins, elle est inapplicable : selon quels critères et de quel droit une personne peut-elle considérer qu’elle est plus morale et apte à exercer le pouvoir qu’une autre pour œuvrer dans l’intérêt du peuple avant du sien ?
    Cette question sur la mise en application de l’aristocratie induit nécessairement que soient mis en avant des égos démesurés – souvent pathologique – de la part des prétendants au pouvoir (avec ses dérives oligarchiques), et la consultation du peuple pour qu’il y ait un consensus général sur les personnes retenues (avec ses dérives démocratiques).
    Bref, la gestion « scientifique » par des esprits « scientifiques », c’est beau sur le papier mais malheureusement ça relève de l’utopie.

    Dans la pratique, et on le voit tout les jours, ça conduit à la manipulation des masses par une bande de malades mentaux, sous couvert de prétendues préoccupations altruistes, au moyen d’un instrument dit démocratique.

  • yannick511

    La technocratie est une aristocratie, qui comme l’aristocratie politique, n’a donc jamais à répondre de ses échecs infinis.

    Par rapport à l’article, on peut noter la même déviation qui a eu lieu sur le mot « technologie ».
    « Le mot technologie, quel qu’en soit l’emploi moderne des médias, veut dire discours sur la technique. Cela n’a rien à voir avec l’emploi d’une technique » protestait Ellul en expliquant ainsi le titre de son oeuvre « le bluff technologique ». La technique ne bluffe pas : elle est efficace, elle est puissante. Le bluff étant dans sa justification, sa logique, sa philosophie, sa vérité. Bluff qui prend le nom de « progrès ».

  • Berrurier

    « Brisons la machine » écrit-il. Certes cela semble évident. Mais comment peut on briser cette machine ? Ce cercle infernal ? Et surtout comment le faire tout en prenant en compte que l’évolution va toujours de l’avant et jamais en arrière ? Le « progrès » tel que nous le connaissons est surement destructeur mais alors comment concilier évolution humaine et sociale avec ce progrès ? Les analyses c’est bien mais apporter des idées pour faire changer un système inadapté à cette évolution c’est non seulement nécessaire mais cela semble vital si on veut éviter une catastrophe mondiale au niveau humain, social et écologique. Or jusqu’ici je ne trouve, sur les sites alternatifs, que des analyses mais aucun début d’une solution. Faudra t’il, comme au siècle dernier, un conflit mondial destructeur pour avoir un électrochoc salutaire ? Faut il à chaque fois que les humains s’entretuent pour mieux se réconcilier et redémarrer une nouvelle philosophie de vie ? J’espère que non et que nous trouverons, avec un débat citoyen, un début de solution avant que tout bascule.

    • yannick511

      Il n’y a pas de solutions.
      Le progrès c’est un avion de ligne en pilotage automatique à destination de nulle part. On est tous dedans, condamnés à attendre qu’il s’écrase.

      • rouletabille rouletabille

        Nous faisons partie d’une conception sans importance,des milliards d’années permet l’émancipation d’autres perceptions/entités,nous on est les Indiens d’Amérique dans l’Univers au yeux d’une évolution plus évoluée..
        Ce qui nous est permis avec nos 5 sens dérisoires imposés nous donnent la faculté de procréer,de voler,de tuer et de recommencer indifféremment..

    • jjp

      Comment briser la machine?
      Il y a plusieurs manières, une d’elle serait d’arrêter de l’alimenter, en clair, d’arrêter de lui donner de l’argent, mais de lui en coûter, d’aller vivre à la campagne, de parler autour de soi pour informer les gens qui se trouvent dans la matrice et ne comprennent pas le piège qui les enferment.
      Accepter de dialoguer, ne pas avoir peur de se prendre des vents ….
      Des gens banals ont changé l’histoire, ils ont simplement été courageux.

  • Planete bleu Planete bleu

    L’homme n’a pas évolué, il a simplement amélioré ses conditions de vie et inventé des armes plus éfficace pour tuer. De toute façon pratiquement toute les technologies que l’homme invente tourne en arme de guerre.
    Mais ce qui m’inquiète le plus c’est qu’au non de la science, les scientifiques sont prés à faire n’importe quoi, comme la manipulation génétique sur les animaux, les plantes sans penser aux conséquences.

    Biotechnologie et Animaux Génétiquement Modifiés

    http://www.stopvivisection.info/spip.php?article68

    http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/actu/d/genetique-moutons-transgeniques-rendus-fluorescents-46117/

    • Thierry92 Thierry92

      Il faut quand meme faire un distingo chez les scientifiques.

      Certains travaillant pour les grands labos n’ont pas droit a l’appellation scientifiques. scientistes tout au plus. Séralini est tout autre de meme que bien d’autres chercheur qui pensent autrement et a autre chose que le fric.

  • Grand marabout 3.0.1 Grand marabout 3.0.1

    Les gens sont drôles.
    Ils dépensent de l’argent qu’ils n’ont pas gagné, achètent des choses dont ils n’ont pas besoin pour impressionner des gens qu’ils n’aiment pas.

    • Jujusmart

      Qui a détenu pour la toute première fois de l’argent si ce n’est celui qui l’a créé de rien, malgré qu’on nous dise que l’or soit une valeur ? L’or ne se trouve pas partout et il a bien fallu qu’on le découvre et qu’on le monnaie. Donc, l’argent n’appartient à personne et ne vaut rien ! L’or appartient à la terre et ce sont les hommes qui lui ont donné un prix

      • Grand marabout 3.0.1 Grand marabout 3.0.1

        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

        les premiers banksters!

      • Thierry92 Thierry92

        L’or n’a pas que sa valeur comme propriétés. Il en a bien d’autres.
        Comme sa ductibilité unique dans le monde des métaux, le nombre d’électrons de sa couche externe fait également que c’est le seul métal qui ne peut s’allier atomiquement avec une autre matière. on peut le mélanger a d’autres métaux mais pas le lier.
        Sa faible résistivité aussi etc etc.

      • Grand marabout 3.0.1 Grand marabout 3.0.1

        L’argent métal également,ce sont leurs caractéristiques techniques et métallurgiques qui en font des métaux intéressant
        l’argent pour ces propriétés anti bactériennes

  • Natacha Natacha

    Nous sommes le monde et ne le changerons que par l’expérience intérieure. Se regarder et peut-être le plus difficile mais il nous faut aller au commencement, à l’essence de notre être, dépouillés des conditionnements culturels.

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    Ce n’est pas le progrès qui est vraiment mauvais à vrai dire, d’ailleurs il aurait effectivement dû nous Libérer ; …sauf que des mauvaises personnes l’ont développé (ou plutôt sous-développé) en exploitant que les ressources leur permettant de nous rendre esclave et soumis ; …alors que si les énergies Libres étaient développées elle, nous serions tous libre et l’on vivrait en harmonie avec la création ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif

    Et de toute façon, si le progrès n’est pas partagé par tous, il n’est que ruine de l’âme ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif …et pi c’est tout !

  • sinouhelartiste sinouhelartiste

    C’est une tartine mais c’est l’histoire de Kaczynski . Pas de lien a vous présenter sur un blog il n’y en à plus… donc la tartine…

    La Conspiration Cybernétique 2.0, annexe 3
     
    UNABOMBER Theodore Kaczynski 
     

     
    « La liberté signifie la maîtrise – en tant qu’individu ou membre d’un groupe restreint – des questions vitales de sa propre existence : la nourriture, l’habillement, l’habitat et la défense contre toute menace éventuelle. Être libre signifie avoir du pouvoir ; non pas celui de dominer les autres, mais celui de dominer ses conditions de vie. » 
     
    Théodore Kaczynski
     
    Qu’ont en commun le LSD, les mathématiques de haut niveau, la technologie informatique, l’art multimédia, les plus grands scientifiques, les hippies et l’Unabomber? 
     
     
    La conspiration cybernétique 2.0 est d’une certaine manière une sorte de manifeste qui tante de mettre en relation plusieurs aspects multidimensionnels afin de comprendre pourquoi la technologie semble être une sorte de cancérisation de la conscience humaine au profit d’une nouvelle forme d’existence dans un univers matriciel cybernétique. Cela ne veut pas dire qu’il faut à tout prix s’en priver. Cela veut dire qu’il est possible de voir cet outils pour ce qu’il est non pour une nouvelle sorte de divinités devant laquelle il faut tout abandonné.
    L’étude, « la conspiration cybernétique 2.0 » permet une mise en perspective de l’action d’un ensemble d’acteurs clefs ayant eux un rôle important dans le projet de transmutation cybernétique de l’espèce humaine en cours de réalisation . Certain ont l’apparence de parfait activistes opposés au système dominent semblant contrôlé l’ensemble. D’autre sont de parfaits complices du programme et ou de la propagande mise en oeuvre à divers niveaux occultes , ordinaires et extraordinaires . D’autre encore se nourrissent des 2 aspects complices ou serviteurs. Puis il y a ceux qui sont de pures victimes d’un système qui donne d’une main et gifle de l’autre. Qui peut croire que des êtres d’apparences humaines en veulent à l’humanité? Nous aurons toujours la même réponse: L’homme est un loup pour l’homme alors, la loi du plus fort ferra le reste. C’est sans compté qu’aujourd’hui le plus fort est d’abord le plus rusé et certainement pas celui qui a les plus grandes qualités morale. Voilà pourquoi le grand bal des vampires à besoin de nouvelles victimes afin de continuer la danse en cadence sous les regards admiratifs des proies à peine conscientes que leurs sang est le carburant de la fête.
    Parmi les « victimes » de la conspiration cybernétique 2.0 il est temps de parler de Ted Kaczynski plus connu sous le label de UNABOMBER: (« UNiversity and Airline BOMber ») cet acronyme est le code crée par la FBI pour désigner l’auteur d’une série d’attentats à la bombe entre 1978 et 1995 . La particularité des attentats en question c’est, qu’ils vissaient tous des personnages relier à la technologie informatiques ou étant promoteurs d’une société sous contrôle technologique. C’est peut être la première fois dans l’histoire de la société contemporaine qu’une personne se dresse aussi radicalement contre la recherche scientifique perçu par tous comme la quintessence de l’évolution « réussit » de l’humanité. Kaczynski justifie sont action terroriste avec la rédaction d’un manifeste écrit en 1995 quelques mois avant son arrestation . Cet ouvrage est connu sous le non de « Manifesto » et sera par la suite complété par l’auteur.  Il proposa de cesser ses attentats si son manifeste était publié, ce qui arriva le 19 septembre 1995, le New York Times et le Washington Post publiant « La société industrielle et son avenir » . C’est d’ailleurs en reconnaissant son écriture qu’il sera dénoncé par son frère et par sa propre mère.
    Ted Kaczynski vient au final dans la trajectoire de cette étude mais il aurait pu illustré les début de l’ouvrage. Si tel n’a pas été le cas c’est par ce que la réflexion de Kaczynski ne prend pas en compte l’aspect multidimensionnel de l’ opération qui se trame en coulisses. Il donne une vision implacable et juste des égarement technologiques auquel l’humanité est aujourd’hui confronté, mais il ne fait aucune approche de la politique des cercles de l’oligarchie occulte véritables maîtres du jeux, l’usage de la violence nous conduit à la prudence dans le bien fondé de sa démarche, et donne à pensé qu’il n’a pas été maître de sa trajectoire.
    Le cas de UNABOMBER est singulier par plusieurs aspects. D’une part il est lui même issu du milieu des chercheurs en temps que mathématicien de haut niveau, mais il est aussi cobaye pour les expériences dans le cadre  du projet MKULTRA dont nous avons parler à plusieurs reprise dans l’étude. Tout comme Ken Kesey et d’autre personnages phare impliqué dans la contre culture des années 60/70 ces protagonistes ont tous eux des liens étroits avec les centres de recherches sur l’étude comportementale sous emprise de drogue psychédéliques et de conditionnement appropriés.
    Sur ce dernier point, des zones d’ombres subsistent, des études montre que UNABOMBER aurait pu être le produit  d’une opération sous contrôle . Cela n’empêche pas l’hypothèse que Ted Kaczynski soit le fruit d’un conditionnement raté débouchant sur les attentas qui ont fait au moins trois morts et de nombreuse victimes. Cela nous conduit à mettre en parallèle d’autre drames suspectés d’avoir été ourdis en coulisses à des fins qui échappent au bon sens humain mais certainement pas à celui des opérateurs cybernéticiens de l’époque.
    L’actualité récente remet l’affaire de Unabomber sous les projecteurs avec le cas de Andrers Behring Breivik le tueur aux 78 victimes, 8 à Oslo et 69 sur l’isle d’Utoya le 22 juillet 2011. D’après un article du Figaro du 25/07/2011, Breivik aurait littéralement fait un plagia du « Manifesto » de Kaczynski dans son manifeste à lui: »Déclaration européenne d’indépendance ».
    L’étude comparative des 2 documents montre que certains passages du manifeste de Breivik se contentent de paraphraser l’Américain, notamment les paragraphes 6 à 23 du manifeste d’Unabomber. Pas tout, puisque le document de 1995 de Unabomber fait 34 000 mots, alors que celui de Breivik en fait plus de 770 000. Le figaro annonce dans cet article 28 morts avec les attentats de Unabomber alors qu’il n’y a eut réellement que 3 morts et plus de 28 blessés entre 1978 et 1995 période pendant laquelle UNABOMBER envoi les colis pièges. Cela confirme la manipulation permanente des médias. Ce pourrait t’il que les conséquences des actes de l’un et de l’autre servent au final la même causes occultes ?
    Quoi qu’il en soit, bien des zones d’ombres sont évidentes dans l’affaires  Unabomber et dans l’affaire D’utoya , comme il a des zones d’ombre dans l’affaire Manson et la tueries de Cielo Drive ,dans l’affaire le Columbine  et les étudiants meurtriers, Aurora et le jocker Holms, Rocco Magnotta le dépeceur canadien et dernièrement Sandy hook et Adam Lanza etc…Le point commun de ces drames est bien que les criminels semble tous sous l’emprise d’une folie conforme aux pires scénarios décrit dans les films noirs à la mode. Ils sont cependant conformes  à l’idée que l’on peut se faire des résultats d’une emprise réelle sur la conscience à travers les exemples que nous ont donner les promoteurs des projets MKULTRA entre autre. Personne ne peut dire aujourd’hui que de telle expériences n’ont pas été menées et qu’elles continuent avec d’autre objectifs sachant que les programmations peuvent avoir des durées de quelques jours à plusieurs années et prendre diverses formes . 
     
    Là encore il est possible de voir dans l’épopée criminelle de Unabomber une forme d’embryon pour la réalisation d’un ensemble d’autre drames chaque fois plus fous et plus meurtrier. Kaczynski incarne le révolté sensible, visionnaire et surdoué , comme Manson incarne le guru halluciné à l’intelligence diabolique. Le point commun entre les deux est l’usage du  crime comme exutoire afin de combattre pour l’un la société technologique et pour l’autre la société des cochons deux face d’une même médaille et toujours des victimes bien réelle et souvent loin des idéaux des criminels en causes. L’idée révolutionnaire est présente dans les motivations de Kaczynski se qui ne l’empêche pas de conspué les mouvement gauchistes révolutionnaires tout comme Breivik ou encore Manson qui fait sa révolution acide tout en vouant une haine farouche aux noirs mais n’exécute que des blancs. Pourquoi Unabomber n’a t’il jamais visé les installations de Apple ou celles de Microsoft si il voulait vraiment atteindre les plus dangereux promoteurs de l’aliénation numérique? Il est difficile d’imaginé qu’il n’est pas eu vent des innovations dans le domaine du personal computer et de son emprise sur les consciences. D’autant plus qu’il ne devait pas être difficile de s’approcher d’un Jobs ou d’un Gate à cette époque surtout si l’on était comme se fut le cas de Unabomber un génie des mathématiques. Pourquoi à t’il choisi de s’exprimer par le crime plutôt que d’organisé des groupes de réflexions pour faire connaître ses craintes à propos d’un développement aveugle de l’environnement technologique? Pourquoi n’a t’il pas crée une communauté pacifiste et informé agissant dans une autre direction que celle de la violence? Pourquoi n’a t’il pas infiltré des groupes d’actions politiques afin de porter son message devant les électeurs? Pourquoi n’a t’il pas utilisé son intelligence supérieure et sa position d’enseignant pour justement formé des étudiants à ses vues? Voilà une sommes de question sans réponses, à moins de voir un peut plus loin et de regarder derrière le voile des apparences.
    La vision prophétique de Kaczynski de la chose technologique ne lui a servi à rien sinon à cibler  des personnes dont  l’importance dans la mise en place d’une société technologique n’est pas démontré.  De par son appartenance au milieux de l’intelligence froide, il lui était facile d’imaginé un autre mode opératoire dans le genre d’un Zorro bourgeois, pleutre le jours et héros masqué la nuit. Les modèles cinématographiques ne manques pas.

    Au lieu de cela il se terre dans les montagnes en précurseur des « survivalistes » armé jusqu’au dents, non sans avoir suivit à la lettre les indications du Whole Earth Catalog. Nous avons parler de cette fameuse bible de la contre culture des années 60/70 dans les paragraphes consacré aux Merry Pranksters le commando hippies à l’origine de la diffusion du LSD dans les milieux alternatifs et dans les universités Américaines. 
    Nous avons vu que l’un des membres des Prankster n’était autre que Stewart Brand un ancien militaire devenu comme par hasard l’éditeur du mondialement connu Whole Earth Catolog. C’est justement dans ce fameux catalogue que Kaczynski trouvera les plans de sa cabane de survie dans laquelle il aménage de 1970 à 1996, année où il fut arrêté, Theodore Kaczynski a vécu dans la montagne, dans une cabane qu’il avait fabriqué lui-même, sans électricité et sans eau courante, la surface étant de 3 mètres sur 3 mètres 65. Le paradoxe (si cela en est un) de l’histoire c’est que le Whole earth catalog est aussi un des premiers support médiatique qui développe la vente par correspondance de matériels électroniques destinés à construire des circuits et les logiciels. c’est également dans ce catalogue que se dessine le prototype du « Geek » et ces encore dans ce catalogue que seront préformaté tous les concepts survivalistes encore en vigueur . Steward Brand  jalonne toute la phase de formatage de la génération Peace and love et sera également un des précurseur de la mise en réseaux des ordinateurs domestiques dans la perspective de l’internet.  Pour finir le palmarès, il deviendra un des plus fervent défenseur de l’outil numérique pour la libération de l’homme moderne… Nous pouvons alors voir que là encore un faisceaux d’indices et de faits reliant Kaczynski à la conspiration cybernétique le présente plus en temps que victime qu’en temps que promoteur.
    Ce constat fait, nous pouvons nous interroger sur la logique des trajectoires destinant un homme ou une femme à la gloire ou à la déchéance. Nous avons vu dans les pages précédente que ce n’est pas seulement une affaire d’intelligence. Il semblerait que dans notre histoire récente la distribution des rôles se soit faite en amont pour assurer le bon déroulement d’un scénario destiné à la réalisation d’un film dans lequel se jouerait pour de vrai l’avenir de l’humanité.
    Il est possible de dire que les célébrités  mourant sous les assauts de tueurs prétendument incontrôlable sont toujours ceux qui ont fini de joué le rôle qui leurs avait été donné . La production ayant décidé de faire disparaître le personnage du scénario de la super production. L’exemple de Kennedy et de Lennon sont les plus manifeste. Cela démontre que les  acteurs principaux sont arrangé en fonction du développement des événements et supprimer quand la production le décide,dans la logique d’une société sous contrôle cybernétique. De fait il n’y à pas de risque de découvrir tel ou tel coupable réel dans le sens ou toute la production est coupable. Autrement dit la société dans son ensemble est coupable de ces meurtres et des drames qui s’affichent     en temps réel sur les écrans numériques et dans les mémoires vives des ordinateurs bientôt quantiques, véritables maîtres du jeux cybernétique construisant  notre existence au quotidien.

    Cela confirme l’idée que rien n’est laisser au hasard pas même le choix de la cabane de Kasczynski , pas même la couverture du premier Whole Earth Catalog qui n’est autre qu’une vue de l’espace de notre planète. Un clin d’oeil à peine voilé de l’existence d’un oeil de contrôle sans  visage qui nous regarde de haut. Le gouvernement occulte est derrière l’opération cela n’est pas le fait du hasard.
    Le propre de la cybernétique c’est justement de faire que le hasard n’en soit plus un: Le livre de Heinz Von Foerster ( père de la cybernétique de 2e ordre) « LA VERITE « ET » l’invention d’un MENTEUR » illustre parfaitement cela, car dans la cybernétique le mensonge est bien l’outil principal de la réussite du contrôle.
    Faut t’il conclure que: n’est pas révolutionnaire qui veut? Si l’on en juge par les cibles de Unabomber il faut bien reconnaître que son intelligence tactique n’a pas été au RDV de ces choix, mais peut être l’étaient t’ils pour les scénaristes de l’opération Unabumber. Le premier colis piéger était destiné à un certain CRIST, comment ne pas voir là un signe qui donne à l’acte un aspect rédempteur? A défaut du présumé CRIST se sera un simple policier qui ouvrira le colis. La première victime de la révolution de  Kaczynski n’avait rien à voir avec ses objectifs. Acte manqué? sans doute, mais acte révélateur dans tous les cas.
    Pourtant les idoles incontestable de la révolution du peuple sont souvent incarnées par des criminels notoire tel : le  Che, Lénine, Mao, Hitler,  etc . Mais dans leurs cas à eux le crime est une affaire de libération comparable aux prétendu vertus de la guerre. C’est bien la même revendication qui anime Unabomber: la libération, mais son souci de libération est à l’encontre des intérêts d’une société qui ne voit encore que du bon dans la perspective d’une société technologique à son service. Cela confirme que les chemins de la libération passent par des routes se croissant mais ne conduisant que très rarement à la véritable libération, jonchant les chemins de cadavres ordinaires ou de charnier résultant d’un holocauste rituel d’un autre temps de la barbarie à visage inhumain . Nous pouvons faire le même constat avec les promoteurs de la libération spirituelle qui confine aux mêmes aliénations que celles des promoteurs de révolutions politiques ou religieuses, cette dernière n’ayant plus grand chose à voir avec la spiritualité ni même avec la révolution. Cela explique certainement pourquoi le plan cybernétique a réserver des axes spécifiques à telle ou telle stratégie créant de toutes pièce les situations ainsi que les acteurs destinés à jouer: la star, la victime l’homme politique, voir même le scientifique porteur de la révélation salvatrice pour l’ensemble de l’espèce. Certain sont récompensé d’autre son juste formaté utilisé et mis à la poubelle. Celui ou celle qui trempe un jours trempera toujours mort ou vif . Nous voyons bien aujourd’hui tout les efforts surhumain que fait une pauvre femme comme madona qui n’en fini plus de vouloir être la reine et rejoué inlassablement le personnage pour lequel les producteurs l’ont engagé. Il ne nous reste aujourd’hui plus qu’à lui rappeler que les stars du show biz sont des étoiles déchu quelques fois plus rentable mortes que vives. Loin de nous l’idée de lui souhaité pareil sort mais il serait judicieux pour elle qu’elle lise notre étude pour comprendre le sort qui est réserver aux vielles strars à bout de souffle.
    Le triomphe post mortem des uns est t’il préférable à l’apoptose carcérale des autres? La gloire et la réussite dans ce monde est bien une histoire de rôle qui peut viré au cauchemar d’un moment à l’autre.
    La question est poser….quelle que soit la réponse il y a toujours des victimes de part et d’autre, faire couler le sang et crée le chaos est bien l’objectif des créatures de l’ombre car c’est par cela qu’ils s’alimentent… Le drames psychologique de toutes ces histoires nous conduit à penser que rien finalement ne ce déroule comme nous l’avions cru. Chaque gloires révolutionnaires , chaque idoles, chaque vedettes du show biz ayant marqué la trajectoire du XXe siècle ne sont rien d’autre que des outils utiles à la construction d’un « golem » monstrueux, ce « golem » est la bête cybernétique, l’Antéchrist. Ne le cherchons pas ailleurs il est là…La nouvelle Jérusalem est une citadelle non pas cosmique mais numérique dans laquelle s’incarnerons les plus anciennes trames en voies de dissolution par la redistribution des cartes qui vient. Ce monde « technotronique » est un monde de secours, sous peu il ne sera plu le notre mais seulement le support d’une multitude d’ordinateurs mis en réseaux sous le contrôle de super-calculateurs quantique régisseurs et programmateurs d’un monde virtuel accessible uniquement à ces créatures en manque de monde d’accueils . L’humanité quand à elle sera réduite en nombre par une auto destruction sous contrôle, la nature sera artificiellement maintenue dans certaine zones de type biosphère pour animer les moment ou ces créatures reprendrons un corps vacant stocké dans une sorte de bibliothèque des genres humain, le temps d’un séjours sur la terre de leurs anciennes colonies. L’immortalité des plans virtuels reproductible à l’infinie dans la logique des fractales nous permet de dire que l’homme de demain sera bien un homme à tête de choux…. La cybernétique n’est elle pas la science qui prétend supplanter toutes les autres? la cybernétique n’est pourtant rien d’autre que la science des prédateurs rusés aux ventre mous ayant réussit à nous faire croire qu’ils étaient les maîtres du monde.

    Ted Kaczynski est né à Chicago le 22 Mai 1942.  Enfant il est hospitalisé pendant une longue période suite a une réaction allergique consécutive à la prise de médicaments . Sa mère dira, qu’a partir de ce moment là Ted n’aura plus jamais le même comportement. Il sera diagnostiqué atteint du syndrome d’Asperger, une forme légère d’autisme. C’est d’ailleurs chez ces sujets que l’on constate le plus de dispositions mentale or du commun. Cet aspect de la trajectoire de Kaczynski montre une fois de plus que la chimie est encore présente dans la préparation cérébrale des enfants de du XXe siècle. Aujourd’hui il est possible de dire au regard de bon nombre d’études que l’autisme dans ces manifestations les plus graves ont des origines chimique . La vaccination est montré du doigt ainsi que l’alimentation dénaturé elle aussi par la chimie  et l’environnement psychologique désastreux résultant de cet empoisonnement généralisé . Tout cela participe inéluctablement à l’apparition de nouveau syndromes comme l’autisme, mais également d’autre pathologie tout aussi délétère pour l’espèce humaine . Les situation ne fait qu’empiré depuis la fin des années 30.
    A 10 ans les tests d’intelligence le gratifie d’un quotient de 167 alors que la norme est de 100 et qu’il faut seulement 137 pour être considérer comme surdoué . Cette particularité donnera une trajectoire inclassable à cette homme qui est aujourd’hui emprisonné à vie pour avoir mené une guerre solitaire contre une bête technologique ayant mis sous sa coupe l’avenir de l’humanité. Le recul nous permet de dire que ces analyses sont en phase de réalisation même si il est possible qu’il soit l’outils d’une propagande servant à justifier l’intérêt de ce qu’il dénonce. Une autre hypothèse serait de voir dans ces actes terroristes et plus encore dans la nature explicite du Manifeste de Hunabomber une forme de pré-figuration permettent aux promoteur de la société cybernétique d’afficher leurs objectifs, mais de contrôlé le feed back afin de détourné le libre arbitre des masses toujours prompt à alimenter celui qui leurs semble le plus fort et donc le plus apte à les conduire vers la paix et l’amour. La succession de drames qui jalonne la planète depuis 100 ans aurait naturellement dû conduire les peuples à mieux chercher à comprendre le sens des prophéties de Ted Kaczynski. Il n’en à pas été ainsi mais personne ne peut dire qu’il n’aura pas été averti.
    Si nous sommes d’accord avec certaine des analyses de ce prophète des temps modernes, il ne nous appartient pas de juger du bien fondé de son action terroriste même si il est possible de la condamné. D’autant plus que nous ne savons pas si son engagement est le fruit de sa seule réflexion ou si au contraire il à obéi à des injonctions propre aux expériences spécifique du contrôle mental. il n’en demeure pas moins que Ted Kaczynski est un être doté d’une intelligence supérieure qui aurait pu être utilisé à d’autres fins. De son côté Kaczynski défend ces actes par le principe de l’autodéfense:
    « À mon humble avis, l’utilisation de la violence (exemple : contre la réalisation de l’utopie d’une société technologique inhumaine), c’est de l’autodéfense. Certains peuvent en débattre, bien sûr. Si vous pensez que c’est immoral et inadéquat, alors vous devriez éviter TOUTE utilisation de la violence. Mais j’ai une question pour vous dans ce contexte : quel genre de violence a causé le plus de dégâts dans l’histoire de l’humanité ? La violence qui fut sanctionnée par les États (la société, la civilisation, l’idéologie). Ou la violence qui fut utilisée sans sanction, par les individus. »
    Il est possible de mettre en miroir la déclaration de Charles Manson distribué par ces disciples pendant le courant de son procès

     » Je me suis mis à l’index de votre monde… Vous avez fabriqué le monstre. Je ne suis pas des vôtres et je ne vous pardonne pas votre attitude injuste envers les choses les animaux et les gens que vous ne cherchez pas à comprendre. Je m’élève contre ce que vous faites et ce que vous avez fait dans le passé. Vous tournez dieu en ridicule et vous assassinez le monde au nom de Jésus-Christ. Ma foi en moi est plus forte que toutes vos armées, vos gouvernements, vos chambres à gaz.
    Je sais ce que j’ai fait. Votre tribunal est le jeux des hommes. L’amour est mon seul juge »

    Ce qui caractérise c’est deux message c’est qu’il revendique chacun un droit des rédacteurs ( je dit rédacteur car rien ne nous prouve que Manson et Kaczynski sont les auteurs de ces phrases même si ils le croit eux même) à l’auto défense face à un monde qui semble leur être étranger. D’un côté et de l’autre ils se démarque des actions de leurs semblable et s’en dédouane par des crimes et ou des attentas, mais sans jamais s’en prendre au vrai responsables de leurs revendications . L’un et l’autre semble récité une leçon apprise de longue date comme une litanie clef en main porteuse d’un certain bon sens pour justifié des actes qui n’en ont aucuns en apparence.

    En 1959 à l’âge de 16 ans Ted est un brillant élève de la prestigieuse université de Harvard il obtiendra tout les diplômes. Il est présenter comme un prodige en mathématique. C’est justement dans cette université que Ted Kaczynski participera à des expériences de contrôle mental avec 21 autres étudiants entre 1959 et 1962.  Henry Murray dirige le projet MKULTRA  et sera le maître d’oeuvre des expériences sur les étudiants de Harvard. Ted Kaczynski rencontrera régulièrement Murray pendant toute la durée de l’expérience. L’Autrichien Heinz Von Foerster le père de la cybernétique de 2e ordre et grand spécialiste de la magie conduira également les expériences à Harvard et à Berkeley, Ted Kaczynski sera un des sujets d’études de Von Foerster.
    Comme l’a affirmer Von Foerster : «Je n’ai aucune idée de ce que ma spécialisation. Ma spécialité est peut-être tout simplement pas une discipline. »

    C’est certain  le contrôle global n’est pas une spécialité ce qui n’empêche pas Von Foerster de ce définir comme un ordinateur même si il affirme peut de temps avant sa mort ne jamais avoir eu d’ordinateur personnel dans la mesure ou lui même en était un . Reste a savoir qui mettait les logiciel dans le computer Foerster….
    Cette vidéo en Allemand montre le personnage de Von Foerster peut de temps avant sa mort:Cet homme vient vraiment d’une autre planète!

    La vidéo a disparu …

    A l’heure actuelle personne  ne peut dire se qu’il est resté de ces expériences et quelles ont été les trajectoires des cobayes de Harvard à l’exception de celle de  Ted kaczynski qui défrayera la chronique dans les années 70 à 90 on vient de le voir.
    En 1964, il trouva une preuve du théorème de Wedderburn n’utilisant que des résultats de théorie des groupes finis démontrant pour celui qui connais les mathématiques que cette homme avait un avenir prometteur dans le domaine.
    Quelques années plus tard en 1967  Kaczynski devient professeur assistant à l’université de Berkeley.Rappelons que l’université de Berkeley proche de San Francisco est un des épicentres du mouvement Hippies, de la contre culture des années 60/70. Berkeley est certaine un des lieux sur terre ou la propagande pour la consommation sans retenue de drogues comme le LSD a été la plus spectaculaire . L’université est également le terrain de jeux de Ken Kesey, de Timothy Leary et il est possible d’y croisé Allen Ginsberg, Stewart Brand et tous les personnages emblématiques de la contre culture. Il est difficile de croire que Kaczynsky n’eut pas été en relation  avec un certain nombre d’entre eux. Surtout si l’on considère  sa vision de la société technologique et son appétence pour les thèses écologistes  en vogue à cette époque. Nous savons aujourd’hui que derrière une bonne partie des adeptes promoteurs du LSD se cachaient des agents d’un programme cybernétique pour le contrôle d’une génération. Comment est t’il possible qu’un homme tel que Kaczynski n’est pas perçu la trame derrière l’emprise tentaculaire du phénomène Beat et Hippie? Lui qui manie les formules et les théorèmes, lui qui à une vision de la chose cybernétique comme personne. Il se bornera à dénoncer les conséquences de la technologie sur l’avenir de l’homme sans évoqué le pourquoi du comment de la chose et sans dévoilé le dessous des cartes réellement. Sa littérature est souvent froide et semble tout droit sortie d’un ordinateur. La musique de ses textes est binaire et bizarrement c’est de cela qu’il veut se défendre. Alors pourquoi?
    Une réponse est possible: Kaczynski était un des élément du programme de reformatage cybernétique de la génération de l’après guerre. Comme la plus part de ceux que le système isole une fois le programme réalisé, il semble certain qu’il fut inconscient du rôle qu’il allait joué. Reste à savoir aujourd’hui quel enseignements il tire de tout cela . Les manipulateurs de l’ombre ont t’il enfin permis à Kaczynski de retrouver la liberté de sa pensée  à défaut de lui donner la liberté physique?
    Qui pourra enfin démontré de façon certaine qu’un nombre conséquent de sujets d’études et ou de cobayes humain des centres de recherches sont aujourd’hui des êtres brisés privé de liberté voire privé de vie tout court . Ils sont donc victime comme ceux  tomber sous leurs bombes ou sous leurs balles vue qu’ils endossent la responsabilité des actes seul et contre tous …Mais une autre interrogations survient: si il y a manipulation contrôle et programmes, il à des manipulé des programmés et des cibles . Dans une expérience en double aveugle il y à un groupe qui prend une molécule prétendument salvatrice, alors que l’autre croit en prendre une mais ne prend rien. Pourtant l’ensemble du groupe sera juger par la nature  des résultats visibles sur leurs santés et ou sur leurs comportement. Les deux groupe montreront des effets qui pourrait être imputé à la molécule testé. autrement dit comme dit Foerster: l’inventeur de la vérité est un menteur.
    Dans cette logique, il possible de pensé que certain drames sont imputés à tel ou tel personnages , livré ensuite en pâture à une foule voulant toujours mettre à mort le monstre. L’auteur présumé des actes monstrueux est alors confronté à sa propre culpabilité comme la foule est persuadé de détenir le coupable. L’un et l’autre seront dans leurs rôle et le monde peut dormir tranquille, comme les programmateurs se débarrassant d’une personne gênante, avançant dans leurs agendas satisfaisant la demande du peuple. Plus de contrôles plus de sécurité plus contraintes pour tous…
    Cela confirme l’idée que dans tous programmes réside des facteurs inconnus, connus seulement des programmateurs. Le plus grand cerveaux artificiel n’est intelligent qu’à la condition que des programmateurs utilisent ses capacités.
    Kaczynsky est donc présent à Berkeley au moment où le flower power bat son plein, l’année ou Manson déclare le lancement de « Helter skelter » où woodstock rassemble 500 000 jeunes, lui décide de prendre le large dans les montagne du Montana. La encore c’est une décision curieuse, car finalement il quitte la scène sociale au moment ou justement cette scène est prête à faire un triomphe à tout les porteurs de message nouveaux.
    Personne ne sait exactement quelle seront les activités de Ted entre 1970 et 1978. Certaine sources prétendent qu’il vivra en ermite dans la fameuse cabane construite à partir des plans du Whole Earth Catalog. D’autre racontent qu’il effectue des petits travaux de ci de là, mais rien de très concret sur ses activités.
     Alors que dire de plus sinon que la vie d’une multitude d’hommes et de Femmes sont victimes des dégâts  collatéraux d’une guerre silencieuse qui avance pas à pas pour conduire l’humanité vers une destination conforme aux prophétie de Ted Kaczynski. 
    Quelle que soit l’origine des stimuli et où d’une particularité spécifique à Kaczynski l’ayant conduit à produire sa vision, la réduction à la  paranoïa et à la schizophrénie ne peuvent pas être une réponse satisfaisante dans son cas. La réalité du monde actuel confirme qu’un effondrement des civilisations mondiale est inéluctable si l’emprise d’un gouvernement mondial sur la planète n’est pas dénoncé. La technologie est bien un outils entre les mains de ce gouvernement ,et cet outils participent à contraindre les peuples à l’acceptation de cet empire.
     
    Si les juges devaient décidés du sort  de certain grands personnages des livres  saints, il ne fait aucun doute que certains serait perçu aujourd’hui comme des paranoïaques schizophrènes à qui  la société moderne régleraient leurs sorts. Il est possible de se demande ce que ferait un juge si il devait interrogé Abraham sur sa tentative de sacrifié son fils par ce que la voix de dieu lui aurait imposé de le faire. Il est certain que de nos jours Abraham serait considéré  par les psychiatres comme une personne atteinte d’une grave Psychopathie.
    Que dirait t’ont de tout ces saints qui entendaient des voix ? de tout ces prophètes qui recevaient des message par le canal divin ? Nul doute qu’aujourd’hui ils seraient sous camisoles chimiques.
    Seulement voilà, Kaczynski à tué des gens et une société elle même meurtrière ne le supporte pas. Peut être qu’un jours nous seront en mesure de dire si oui ou non l’action de Kaczynski est le résultat d’un programme implanté en lui , peut être seront nous confronté à l’enfer qu’il nous prédis . Dans tous les cas il serait temps que la société se réveille et accepte de voir quelle est la nature des vrai criminels.
     
     
    Nous pouvons désormais répondre à la question posé au début de ce paragraphe:

     
    Qu’ont en commun le LSD, les mathématiques de haut niveau, la technologie informatique, l’art multimédia, les plus grands scientifiques, les hippies et l’Unabomber? 
    Unabomber est le produit de l’ensemble de ces disciplines . La cybernétique  contrôlant l’ensemble.
     

     
    Introduction du « Manifesto »
     
    1. La Révolution Industrielle et ses conséquences ont été un désastre pour la race humaine. Ils ont énormément augmenté l’espérance de vie de ceux d’entre nous qui vivons dans des pays « avancés », mais ils ont déstabilisé la société, ont rendu la vie peu satisfaisante, ont soumis les êtres humains à des indignités, ont conduit à des souffrances psychologiques généralisées (à des souffrances physiques aussi dans le Tiers-Monde) et ont infligé des dégâts sévères au monde naturel. La poursuite du développement de la technologie empirera la situation. Elle soumettra certainement les êtres humains à des indignités plus grandes et infligera des dégâts plus grands au monde naturel, elle mènera probablement à une rupture sociale et des souffrances psychologiques plus grandes et elle peut mener à plus de souffrances physiques même dans les pays « avancés ».
    2. Il se peut que le système industrialo-technologique survive ou qu’il s’écroule. S’il survit, il PEUT finalement permettre un bas niveau de souffrance physique et psychologique, mais seulement après le passage par une période longue et très douloureuse d’ajustement et seulement au prix d’avoir réduit de manière permanente les êtres humains et beaucoup d’autres organismes vivants en produits manufacturés et en simples rouages de la machine sociale. En outre, si le système survit, ces conséquences seront inévitables : il n’y a aucun moyen de réformer ou de modifier le système pour l’empêcher de priver les gens de dignité et d’autonomie.
    3. Si le système s’écroule les conséquences seront également très douloureuses. Mais plus gros le système devient, plus désastreux seront les résultats de son effondrement, donc s’il doit s’écrouler il vaut mieux qu’il s’écroule plus tôt que plus tard.
    4. Nous préconisons donc une révolution contre le système industriel. Cette révolution peut ou non se servir de la violence : elle peut être soudaine ou peut être un processus relativement graduel s’étendant sur quelques décennies. Nous ne pouvons rien prévoir de cela. Mais nous décrivons d’une façon très générale les mesures que ceux qui détestent le système industriel devraient prendre pour préparer la voie à une révolution contre cette forme de société. Ce ne doit pas être une révolution POLITIQUE. Son objet sera de renverser non des gouvernements, mais la base économique et technologique de la société actuelle.
    5. Dans cet article nous prêtons attention à certains seulement des événements négatifs qui sont issus du système industrialo-technologique. Nous ne mentionnons que brièvement d’autres événements ou les ignorons complètement. Cela ne signifie pas que nous considérons ces autres événements comme sans importance. Pour des raisons pratiques nous devons limiter notre discussion aux secteurs qui ont reçu une attention publique insuffisante ou sur lesquels nous avons quelque chose de nouveau à dire. Par exemple, dans la mesure où il y a des mouvements environnementaux et de défense de la vie sauvage bien développés, nous avons très peu écrit sur la dégradation environnementale ou la destruction de la nature sauvage, bien que nous les considérions comme des sujets extrêmement importants.
     
     
     
     
     
    La vidéo qui suit est un document a voir absolument pour comprendre la réalité de la cybernétique dans le monde moderne:
    Voyage en cybernétique, un film de Lutz Dammbeck, version française, l’histoire du net, de la cybernetic et d’un de ses contradicteurs révoltés.Théodore Kaczynski :
     
     
     
     Chercher Das net sut You tube ou bien venu en cybernétique…

     
     
     
     
     

    • Grand marabout 3.0.1 Grand marabout 3.0.1

      La réalité du monde actuel confirme qu’un effondrement des civilisations mondiale est inéluctable si l’emprise d’un gouvernement mondial sur la planète n’est pas dénoncé.
      La technologie est bien un outils entre les mains de ce gouvernement ,et cet outils participent à contraindre les peuples à l’acceptation de cet empire.

      Si le système s’écroule les conséquences seront également très douloureuses. Mais plus gros le système devient, plus désastreux seront les résultats de son effondrement, donc s’il doit s’écrouler il vaut mieux qu’il s’écroule plus tôt que plus tard.

      excellent!
      mais trop peu le comprenne,encore
      ……
      Le système DOIT forcer les gens à se comporter d’une manière qui s’éloigne de plus en plus des schémas naturels du comportement humain.

      Il est vrai que quelques limitations à la liberté pourraient être éliminées, mais EN GROS, la mise en coupe réglée de nos vie par de grandes organisations est nécessaire au bon fonctionnement de la société techno-industrielle.
      http://lesmoutonsenrages.fr/forum/viewtopic.php?f=22&t=7118