« Nous avons au mieux 18 mois devant nous »..

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Jacques Attali est décidemment particulièrement en forme ces dernières semaines. Alors qu’il nous avait gratifiés d’un excellent papier que j’avais repris dans les colonnes du Contrarien Matin et intitulé « Débrouillez-vous », le voilà qui poursuit dans sa veine contrarienne en nous prédisant une énorme crise en 2015 dans son dernier article dont le titre est « La prochaine crise : en 2015 ? ».

Jacques Attali y développe un raisonnement l’amenant à étayer pourquoi il pense que l’on arrive à la fin d’un cycle et donc au seuil d’une nouvelle crise qui ne sera jamais que le prolongement de celle que nous n’avons pas quitté depuis l’épisode paroxystique de 2007/2008.

Il explique surtout ce qu’il faudrait faire pour éviter cette nouvelle crise, et là, permettez-moi d’être dubitatif d’ailleurs sur deux choses. La première étant que même les éléments avancés ne me semblent pas de nature à nous permettre d’éviter ce qui va nous déferler dessus dans la mesure où cela ne répond pas ni à la raréfaction du travail ni à la raréfaction des ressources naturelles, et la deuxième c’est que quand bien même Jacques Attali aurait raison (et moi tort), il est fort à parier que rien de ce qu’il n’avance ne sera mis en place pour la simple et bonne raison que notre Monsieur 3 % (voir le dernier sondage du Figaro à ce sujet) qui siège à l’Élysée n’a toujours pas la moindre conscience de ce à quoi il est confronté et n’a, pour ainsi dire, strictement rien compris à la situation économique de notre pays. Je vous passe également le manque cruel de courage dont il a fait preuve jusqu’à présent et je le vois assez mal mettre encore plus de flexibilité dans le marché du travail alors que dès 2015 nous aurons de facto la suppression du régime (ultra-flexible) des auto-entrepreneurs aligné sur celui de la micro-entreprise avec quelques menus contraintes en plus…

Je vois également mal notre nodocéphale élyséen se changer brutalement en De Gaulle ou en Churchill capable de changer en totalité les modalités de fonctionnement de notre société. Notre situation est fondamentalement au-delà de toute notion de réforme. Encore une fois, nous vivons sur des structures héritées de la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Il y a 70 ans ! Nous étions en plein exode rural, nous avions besoin de bras pour remplir nos usines d’ouvriers, la mondialisation n’existait pas, pas plus que le transport aérien de masse ou encore les TGV, je ne parle même pas des réseaux informatiques, de la dématérialisation ou de l’informatique et de la révolution robotique qui nous arrive dessus !

Bref, il y a peu de chances que cette « nouvelle » crise – car n’en doutez pas, on vous la « vendra » comme étant « nouvelle » – puisse être évitée, ce qui nous amène donc à ses conséquences potentielles.

Les conséquences de la future crise de 2015

En gros, pour Attali (et je pense exactement la même chose), nous avons atteint des niveaux d’endettement jamais vu en temps de paix dans les pays dits « développés ». Lors de la prochaine crise, il faudra bien passer à la caisse et payer les pots cassés, cela ne pourra se faire que par la ruine des épargnants puisqu’en réalité, ceux qui ont financé les dettes sont bien les épargnants finaux à travers leurs différents supports d’épargne. Effacer les dettes ce n’est pas uniquement « punir » les méchantes banques (qui d’ailleurs le méritent), effacer les dettes c’est surtout effacer l’épargne des gens, une épargne sur laquelle ils comptaient pour tout un tas de choses et de projets.

Jacques Attali vous met en garde contre l’affaire chypriote qui préfigure les « bail-in », c’est-à-dire les effacements de dettes, à venir ainsi que sur la nouvelle législation européenne (encore peu connue selon lui ce qui est vrai pour le « vulgus pecum » mais nettement moins pour le contrarien moyen parfaitement informé) qui donne tout le cadre juridique à nos autorités politiques et monétaires pour nous ruiner au-delà de 100 000 euros, ce qui ne veut pas dire, soit dit en passant, que nous ne le serons pas sous cette fameuse barre des 100 000 euros. Tout dépendra de l’ampleur de la future catastrophe.

Enfin, Jacques Attali évoque à juste titre bien que « trop » pudiquement le véritable risque des pays européens qui est un risque de balkanisation et de guerres civiles.
« D’autre part parce que, à la différence des crises précédentes, le monde est loin d’être en paix ; les guerres et les menaces de guerres, civiles ou entre nations, se multiplient rendant les investisseurs plus frileux encore. »

Traduisons clairement ce que sous-entend ici Jacques Attali. Il faudrait être sourd et aveugle ou un « fasciste » du politiquement correct pour ne pas se rendre compte des fractures qui cisaillent de nombreux pays européens et ces fractures, que cela plaise ou non, sont d’ordre ethnique et religieux sur fond de misère sociale compensée par des aides massives afin de maintenir un semblant d’ordre social. Tout cela peut se déchirer en un clin d’œil en cas de crise grave menant par exemple à l’insolvabilité de l’État français et à son incapacité par exemple à verser les prestations sociales tant attendues dans certains quartiers.
Cette radicalisation de part et d’autre dans une Europe multiculturelle en échec patent se matérialise évidement par le vote massif Front National en France lors des dernières élections européennes. Certains s’en réjouiront, d’autres (dont beaucoup ne sont pas allés voter car ils avaient forcément autre chose de beaucoup plus important à faire) en « pleurent ».

Peu importe tout cela car ce sera balayé par la crise et je vous laisse imaginer l’état de notre pays si demain les « gamelles » étaient vides. Il est fort probable que de nombreux pays européens, dont le nôtre, connaîtraient des situations de violences extrêmes confinant à une forme de guerre civile avec des populations urbaines absolument pas en mesure de s’autosuffire au moins en partie et dépendant en totalité soit des modes de transports et d’approvisionnements soit des aides sociales soit des deux… Si jamais toute cette belle mécanique venait à se gripper, tout ce qui est actuellement contenu par des digues plus ou moins fragiles se déverserait et l’état réel de notre pays apparaîtra crûment à tous, et croyez-moi ce ne sera pas beau à voir.

Alors comment vous préparer ?

Voilà la question que nous nous posons tous et à laquelle chacun, dans notre configuration personnelle et « sous contrainte », nous essayons de répondre.

Lorsque que l’on parle de se protéger de faillite bancaire et d’effacement de l’épargne, il n’y a pas 36 solutions. Il faut évidemment débancariser au maximum et avoir son argent en dehors des griffes de l’État. Il faut donc détenir des actifs tangibles comme l’or, l’argent et même dans une certaine mesure des billets de banque (les retraits étaient très fortement limités à Chypre).

Lorsque l’on parle de possibles ou d’éventuelles guerres civiles, il faut se situer dans des zones rurales et non-urbaines. Cela est également valable pour l’autonomie d’une famille toujours plus facile à la campagne qu’en ville. Un simple potager et un poulailler vous aideront grandement à améliorer l’ordinaire.

Nous avons vécu l’exode rural puisque les villes avaient besoin de bras pour faire tourner les usines. Les progrès technologiques étant passés par là, l’avenir sera rural et nous devrions vivre comme la Grèce qui est précurseur sur ce point-là, un véritable exode urbain.

Quittez les villes tant que vous le pouvez car après il se pourrait qu’il soit trop tard et je vous renvoie à l’article précédent du même Jacques Attali où il vous appelait à vous « débrouiller » ! Oui, n’attendez plus de savoir ce que l’État pourra faire pour vous, car l’État est devenu le problème et ne nous apportera plus aucune solution.

Le temps des demi-mesures est révolu. Il y aura à l’avenir deux types de gens. Ceux qui auront su prendre à temps les bonnes décisions et changer leur postulat de vie, ceux qui en un mot auront décidé de se débrouiller et tous les autres.

Je vous souhaite à toutes et tous bonne chance et beaucoup de courage dans vos prises de décisions car vous allez devoir décider aujourd’hui, sur un risque hypothétique pour demain, de changer de vie tout de suite ! Évidemment, c’est tout sauf facile ou évident surtout lorsque cela engage une famille, un conjoint et des enfants et que vos choix iront complètement à l’encontre du consensus mou qui nous entoure.

En cette veille du 70e anniversaire du débarquement allié en Normandie, je me souviens de ma grand-mère paternelle qui avait été prise pour une grande folle en faisant rentrer 600 boîtes de pâtés début 39. Je me souviens de ma grand-mère maternelle qui avait demandé sa mutation en tant qu’institutrice dans un bled de campagne de 250 habitants car elle avait 3 gamines en bas-âge à nourrir. Je me souviens de ce que l’on m’a raconté sur la réaction de son inspecteur d’académie qui l’a longuement regardée et lui a trouvé l’un des villages les plus reculés de France en lui disant le plus sérieusement du monde : « Si cela devait mal se passer, là-bas au moins vous ne devriez pas voir trop de boches. »

Aujourd’hui, la probabilité pour que les choses se passent très mal augmente de jour en jour. Je laisse donc la parole à Jacques Attali lui-même en relayant ici son dernier article que je vous invite à lire là encore avec attention autant pour ce qu’il dit, que pour ce qu’il suggère ou encore pour ce qu’il ne dit pas, tant les propos d’Attali, un homme brillant, peuvent et doivent se lire sur ces trois niveaux.

« La prochaine crise : en 2015 ? » par Jacques Attali

« L’avenir pourrait nous rappeler très bientôt que, depuis plus de vingt-cinq ans, une grande crise économique et financière s’est déclenchée tous les sept ans :

En octobre 1987, le Dow Jones perd 22,6 % en une journée ; c’est le premier krach de l’ère informatique. La crise s’étend vite ; le 2 novembre 1987, Time Magazine fait sa couverture sur : « La panique s’empare du monde ». La FED réussit à calmer le jeu.

En décembre 1994, alors qu’une euphorie des entreprises fondées sur Internet enfle dans la Silicon Valley, l’Orange County, tout à côté, spécule sur les marchés financiers, et se déclare en faillite ; un peu plus tard, une brutale et brève crise monétaire et financière asiatique se propage en Russie et au Brésil puis aux États-Unis. La FED réussit là encore à maîtriser la situation.

Dès avril 2001, la bulle Internet, qui s’est formée depuis cinq ans, explose ; l’indice Dow Jones perd 7,3 % en une journée. Encore une fois, la FED calme le jeu en inondant le pays de liquidités, qui se transformeront en crédits immobiliers.

À l’été 2008, l’explosion d’une bulle sur la titrisation des crédits hypothécaires déclenche une nouvelle crise, cette fois véritablement planétaire. Les banques centrales et autres prêteurs permettent une nouvelle fois, aux États et aux entreprises, de s’endetter à bas taux, sans pour autant obtenir qu’ils investissent et se réforment.

Nous approchons de la fin d’une nouvelle période de sept ans. Des bulles se sont partout reformées. Et si la croissance n’est pas au rendez-vous, ou si une crise géopolitique vient l’interrompre (en Ukraine, en Chine, au Brésil, ou ailleurs) ces bulles exploseront ; les taux d’intérêt monteront ; le financement des emprunts deviendra très difficile ; la mondialisation fera le reste et les marchés, qui ne disent plus la valeur du risque, seront une nouvelle fois pris de panique.

En toute logique, cette crise devrait se déclencher en 2015. Si on ne s’y prépare pas, elle sera pire que les précédentes, en particulier en Europe. Pour deux raisons : d’une part, parce que presque tous les jokers ont été utilisés – nul ne pourra s’endetter d’avantage – et la BCE, même en utilisant tous les moyens à sa disposition, y compris les plus hétérodoxes, ne pourra pratiquement rien. D’autre part parce que, à la différence des crises précédentes, le monde est loin d’être en paix ; les guerres et les menaces de guerres, civiles ou entre nations, se multiplient rendant les investisseurs plus frileux encore.

Il n’y aura alors plus d’autres solutions que de payer la note ; en clair, de rembourser les dettes ou de les annuler. Et cela ne pourra être fait, en particulier en Europe, qu’en mettant à contribution les détenteurs finaux des créances, c’est-à-dire les épargnants, qui verront leur épargne spoliée, non par l’inflation, mais par une ponction sur leurs comptes, comme cela fut le cas à Chypre (ce que permettent explicitement les accords récents sur l’Union Bancaire, dits de « bail in », même si c’est encore peu connu).

Il est encore temps de s’en rendre compte. Et d’agir. En particulier en Europe, en recréant les moyens d’une croissance saine et durable ; cela ne passe que par quatre moyens, qu’il faut d’urgence utiliser simultanément :
Une action pour faire baisser significativement l’euro relativement au dollar, qui suppose que les ministres des Finances de la zone euro la demande enfin explicitement à la Banque Centrale.
Une relance de l’investissement, qui ne peut venir que par de grands projets publics, en particulier en matière de réseaux d’énergie et de télécommunication, financés par des eurobonds, ou par la BEI, ou par les diverses Caisses des Dépôts nationales. Encore faudrait-il que ces institutions cessent de s’accrocher à leur sacrosaint triple A, qui les paralyse.

Une accélération des réformes de structure dans l’Europe du Sud, en particulier en France, libérant les forces créatrices, comme l’ont fait, chacun à leur façon, avec le succès que l’on sait, les Allemands, les Anglais, les Suédois, et les Canadiens.

La recherche attentive de la paix, en particulier entre les Européens et leurs voisins de l’Est et du Sud.

Si tout cela n’est pas très vite entrepris, avec courage et ténacité, en particulier par les pays européens enfin rassemblés, bien des orages éclateront. Dans les 18 prochains mois.
Personne ne pourra prétendre qu’il n’était pas prévenu. »

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT pour Le Contrarien

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement www.lecontrarien.com.

Le blog de Jacques Attali est ici

54 commentaires

  • yoyo

    Ils font croire qu’ils vont supprimer le régime d’auto entrepreneur car c’est un piège à c… et c’est une stratégie comme pour ouikikiliks… Pire il n’y a pas ! Le réel simplifié c’est bien mieux, c’est sûr faut savoir presque lire et presque écrire, même pas sûr !

    • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

      Ça dépend ,pour les grosses entreprises qui récupèrent de la TVA oui c’est mieux le réel simplifié mais pour les petites qui font peu d investissement, l’auto entrepreneur est bien, pas de temps perdu en paperasserie, pas de frais comptable soit une économie annuelle de environ 3000 euros.

      • So So

        « pour les petites qui font peu d investissement, l’auto entrepreneur est bien, pas de temps perdu en paperasserie, pas de frais comptable soit une économie annuelle de environ 3000 euros. »

        Économie annuelle de 3 000 euros ? Tout dépend du montant de leur chiffre d’affaires et de leur secteur d’activité (les plafonds et taux de taxation varient http://www.statutdautoentrepreneur.com/)

        http://www.cci.fr/web/creation-d-entreprise/revenus-des-entrepreneurs

        Il n’est pas envisagé de disparition pure et simple du statut d’auto-entrepreneur mais bien de modifier les plafonds et taux de taxation (surtout des activités hors services qui se verront taxer beaucoup plus lourdement) et en outre de subordonner l’acquisition du statut d’auto-entrepreneur à une obligation de formation. N’oublions pas le gros avantage de ce statut pour l’État : faute de cotiser à l’assurance-chômage, l’auto-entrepreneur ne pourra pas influer sur la courbe du chômage…

        Une alternative dont on ne parle jamais dans les medias : le statut d’entrepreneur-salarié d’une Coopérative d’Activité et d’Emploi

        http://www.alternatives-economiques.fr/les-cooperatives-d-activites-et-d-emploi_fr_art_350_27917.html

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Coop%C3%A9rative_d%27entrepreneurs

      • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

        3000 euros ce sont les frais de comptabilité, uniquement, Certains diront ,ils sont avantagées d’autres le contraire ,qui a raison ,qui a tord.
        Mais bon il faut savoir de quoi on parle sinon ,je ne vois pas l’intérêt.
        Pour de la prestation de service en restant dans les limites imposées par ce mode du fait que c’est surtout et principalement de la Main d’œuvre,donc peut d’investissement peu de stock, donc pas de TVA récupérable, il est intéressant.
        Un stage de gestion de comptabilité à la chambre des métiers est nécessaire afin de ne pas se planter.
        Enfin chacun, voit midi à sa porte.
        A vous de voir,il n’y a pas de recette universelle.

      • Maverick Maverick

        Quand c’est sorti, j’ai regardé le régime auto-entrepreneur. Je suis arrivé à la conclusion que c’était un gadget. C’est super pour démarrer les premiers mois, on te fait pas chier tant que tu fais pas du business « pour de vrai ». Sauf que pour vivre de ton activité, t’es OBLIGE de dépasser les seuils de Chiffre d’Affaires, point barre. Et pour les dépasser, il te faut obligatoirement assez de fonds de roulement / tréso pour fonctionner. Et comme d’hab’, les banques te plombent et se sucrent sur le découvert. On n’en sort pas; pour lancer une affaire, il faut un business model qui génère un max de cash flow, ou alors il faut commencer avec un bon matelas d’oseille qui passe en trésorerie.

  • kalon kalon

    « En gros, pour Attali (et je pense exactement la même chose), nous avons atteint des niveaux d’endettement jamais vu en temps de paix dans les pays dits « développés ». Lors de la prochaine crise, il faudra bien passer à la caisse et payer les pots cassés »
    OK, nous sommes endetté comme « pas possible » mais, moi, ce que j’aimerait tout de même qu’on me dise un jour a QUI nous devons cet argent !
    Les banques sont endettées, les états sont endettés, nous sommes endettés, en fait l’univers entier est endetté !
    Mais endettés vis à vis de qui ou de quoi ?
    Bien malin celui qui connait la réponse à une question portant très simple: A qui devons nous cette montagne d’argent ?

    • gentil bombus

      Bonjour

      nous avons atteints des niveaux d’endettement……
      ne mettons pas tout le monde dans le même sac svp….

      qui a créer la dette????

      qui a donner la banque de France aux rotmachin ????

      qui a mis au pouvoir des incompétents inconscients?????

      et figue de chat après tout homosapiens destructor a ce qu’il mérite.

    • GROS

      L’argent des uns, c’est la dette des autres. Ce que l’on appelle « argent », c’est en fait une reconnaissance de dette. Le chiffre que tu as sur ton compte bancaire, et que tu penses être l' »argent » que tu possèdes, c’est la dette qu’a la banque envers toi.
      Et tout argent, quel qu’il soit de nos jours, n’est que la dette d’un autre. L’argent n’est plus convertible en or depuis le 15 août 1971 : depuis cette date, l’argent n’est que de la dette, c’est-à-dire que sa valeur repose sur la confiance que les autres rembourseront leurs emprunts (rembourser quoi, on ne sait pas, puisque c’est détaché de l’or et que ça ne repose sur rien, c’est ce qu’on appelle la monnaie fiduciaire – fidus=confiance en latin).
      Donc moins de dette = moins d’argent.

      En somme, dans ce système où l’argent-dette nait du crédit, tout le monde est en fait endetté vis-à-vis de tout le monde. Et comme le crédit est fait avec un taux d’intérêt, il y a toujours plus de dette en circulation qu’il n’y a d’argent pour en honorer les remboursements : la dette ne peut que gonfler, et au bout d’un moment ça explose.

      Plus pragmatiquement : ce qui détient la dette, ce sont les comptes bancaires, les comptes épargne-logement, les assurances-vie, les livret A, les comptes épargne-retraite, etc. Bref, tout ce qui est libellé en devises (dollar, euro, etc.) Si on supprime la dette, on supprime tous ces comptes : effacer une dette, c’est effacer la promesse de remboursement d’une personne, et donc effacer l' »argent » d’une autre. Et ça, c’est sans frontières. Ainsi fonctionne ce système de dingue qui porte dans son ADN les gênes de sa propre destruction, mais aussi de la misère et de la guerre (quand les gens finissent par avoir faim, c’est ce qui arrive).

      On ne peut se prémunir complètement de la cata à venir, mais on peut déjà adopter quelques mesures de précaution au niveau individuel, en ayant des actifs qui ne soient pas libellés en devises, c’est-à-dire en ayant des biens réels et tangibles.

      • Grand marabout 3.0.1 Grand marabout 3.0.1

        J’avais fait un sujet sur la fin de la convertibilité de l’or et ses conséquences:
        http://lesmoutonsenrages.fr/forum/viewtopic.php?f=25&t=7462

        La solidité du système était garantie dans la mesure où les États-Unis possédaient à la fin de 1945 environ la moitié des réserves en or, soit 574 millions d’onces.(il parait…)

        Le 12 août 1971, l’Angleterre fait de manière inattendue la demande aux États-Unis de convertir environ 750 millions de dollars en or.
        Cette requête accélère le processus décisionnel qui incite l’Amérique à tourner le dos à l’étalon-or, avec les risques inhérents à un tel choix.

        Durant l’été 1971, l’administration Nixon s’est trouvée dans la nécessité de combattre une inflation rampante — d’autant plus que les élections présidentielles étaient prévues l’année suivante. Montrer aux Américains que des initiatives étaient prises pour lutter contre l’inflation est apparu comme nécessaire pour espérer l’emporter.

        et ce n’est pas pour rien que les USA ont des problèmes de trésoreries et des soucis pour restituer l’or physique qu’ils doivent a plusieurs pays(sans parler de l’or papier)

    • Capitou Capitou

      cherche des vidéos d’Olivier Delamarche
      il est passé sur Meta TV il y a peu……

      il est limpide quand il explique
      « la dette, tout le monde en a »
      « faire un défaut de payment sur la dette, c’est ruiner tout le monde »

  • Maverick Maverick

    J’ai cherché le mot « Islande » dans le blog d’Attali, et dans ce post, mais il n’y est pas ?

    • Pseud

      Tout simplement parce que ce qu’il écrit n’est pas une « prédiction » mais un souhait. C’est lui et ses copains qui ont provoqué tout ça, c’est plus que voulu de faire entrer l’Europe en guerre civile. Tout ce qu’écrit Attali, c’est le plan du NOM à découvert et l’Islande n’en fait pas parti. Il suffit juste de lire entre les lignes. Aujourd’hui, on a même la date ! 18 mois ! C’est bon à savoir ! Au moins, ils nous préviennent, ils sont fair-play :-) (enfin ils se préviennent surtout entre eux, un peu comme pour les 2 tours du WTC)
      Rappelez-vous bien la déclaration de Sarko : « on ira ensemble vers ce NOM, que vous le vouliez ou non ! ». Ils ont tout prévu, ne cherchez pas. Faites vos réserves, achetez un terrain à la campagne, foutez-y une caravane et priez pour que le voisin ait fait la même chose, sinon c’est chez vous qu’il viendra se servir.

      • Capitou Capitou

        Pseud, rien à ajouter comme on dit !

        18 mois ? ouf j’ai encore un peu de temps, j’avais peur d’être juste
        :D

      • rouletabille rouletabille

        C’est du fatalisme ce type ne connais pas l’avenir ,QUI FAIT CONFIANCE à Attali et toute la clique de menteurs comme BHL,Fabius,Coppé ,bref le GOUVERNEMENT ?..
        Se faire avoir par des clowns est évident,mais comme ils leur reste BAFTV et les autres Chaines pour les pensionnés ca me fait peur hahahahaahahah..

      • Capitou Capitou

        si, il connait l’avenir qu’ils VEULENT NOUS IMPOSER
        mais il ne connait pas l’avenir que NOUS PREPARONS

        biz’

      • Maverick Maverick

        PTDR : A force de zoner sur zerohedge, j’ai pris leur côté sarcastique :-)
        C’était justement ce que je voulais dire; Attali & Co essaient de nous enfumer, et de nous faire oublier que l’Islande leur a mis bien profond. Si on fait ce que Môssieur Attali dit, avec les EuroBonds, on va se retrouver ficelés dans un système où la dette sera mutualisée au niveau européen, donc impossible d’en sortir sans l’unanimité. Et comme Max Keyser l’expliquait dans sa vidéo de l’autre post, « ils » vont commencer avec la BCE, et puis le « Ponzi Scheme » continuera avec une Banque Mondiale, etc … Et a chaque étape, on continuera de renflouer ces p***** de banques avec nos impôts.
        « Ils » nous menacent d’avoir la GUÊÊÊrrEUH si on met un terme à cette farce européenne; mais on a le choix entre la guerre peut-être maintenant, ou la servitude et probablement la guerre plus tard. L’option islandaise (même si on en chie pendant quelques années) est à mon avis la seule façon d’éviter cette fameuse guerre. C’est à nous d’être courageux, maintenant, parce que c’est la seule façon de sauver nos enfants. La crise économique, ils y survivront plus facilement qu’à une guerre mondiale potentiellement nucléaire.

      • Capitou Capitou

        « L’option islandaise (même si on en chie pendant quelques années) »

        ha bon, ils en chient les islandais ?

        regarde l’info qui est tombé récement : le gouvernement islandais est entrain d’annuler une partie des dettes des ménages

        BIG UP au peuple Islandais
        !!!

  • Steins Gate – Opening HD vostfr

    Mushishi Zoku shou AMV

    ♥♥

  • Bardamu

    Quelle crise ?

    Ce que nous vivons n’est pas une crise financière mais plus probablement la fin du mythe de la croissance perpétuelle dans un monde finit.

    A partir de maintenant, Attali pourra donc refaire son papier tous les 2 ans ou à chaque fois qu’un trader s’enrhume …

    • Capitou Capitou

       » pas une crise financière mais plus probablement la fin du mythe de la croissance perpétuelle dans un monde finit.  »

      je dirais plutot
      la crise que nous vivons EST la fin du mythe de la croissance perpétuelle

      c’est bien une crise
      et elle est différente de toutes les précédantes !
      en quoi ?

      simple :
      que ce soit en 29, et toutes les autres crises économiques passées, nous n’avions jamais été dans la situation actuelle
      – tic tac tic tac font les stock de matières non renouvellables
      – tic tac tic tac font les dettes publiques de quasi TOUS LES PAYS OCCIDENTAUX, bientot ça sera un exploit de ne pas être au dessus des 100 %

      2 éléments que l’économie mondiale n’a JAMAIS CONNUE AUPARAVANT
      Ainsi que les taux de pollutions diverses et variées, qui atteignent des sommets
      regardez les citadins chinois obligés de porter des masques !

      Je rajoute : lisez ce que PSEUD a écrit un peu + haut…

      • rouletabille rouletabille

        Ben mon pote CAPITOU t’est dans l’erreur.
        Il y a crise à cause de l’obsolescence programmée..
        Pourquoi ne pas faire des produits durables ,la réponse est facile…
        La pollution comme la dette sont au service de quelque guignols tristes que nous connaissons ..

      • Capitou Capitou

        ça va de pair…
        dette+pollution viennent en partie de l’obsolescence programmé

        mais moi j’y peux rien si tout la majorité est assez co**** pour acheter des trucs de mer***

        mais dettes et pollutions, ça vient surtout des lois bancaires !!
        ça remonte à quand que l’Etat battait monnaie ?
        Pompidou, ancien de chez RotShit
        1973

        mai 68 financement secret CIA
        exit De Gaulle

        il leur a fallu 5 ans pour resserer l’étau de la dictature banquaire
        et de commencer la GRANDE SPOLIATION

        Sarkozy a dit
        « aucun budget n’a été équilibré depuis 1973 »
        hahahaaaahhh!!!

      • So So

         » mais moi j’y peux rien si tout la majorité est assez co**** pour acheter des trucs de mer***  »

        Où c’est qu’on trouve encore autre chose ?

      • Capitou Capitou

        j’ai du mal m’exprimer
        je ne parlais pas de produits alimentaires
        je parlais de la majorité des gens qui font tourner l’économie mondiale en renouvelant frénétiquement leurs produits technologiques made in « obsolescence programée »

      • So So

        J’avais bien compris, mais ce que je voulais dire, c’est que l’on a de plus en plus de mal à trouver des produits de qualité, simples et durables. Qu’il s’agisse d’outillage, d’électro-ménager, ou même de véhicules (trouve-moi un modèle neuf sur lequel il est encore possible de remplacer une ampoule de phare sans avoir à désosser tout l’avant ? trouve-moi un frigo qui n’ait pas l’intérieur revêtu de nanoparticules d’argent « plus hygiéniques » à un prix raisonnable, trouve la pièce détachée qui permettra de réparer -et évitera de bazarder- ton lave-vaisselle ou ta machine à laver… ). On a soi-disant plus de choix, mais le choix se limite à une multiplication de produits bas de gamme, tous prévus pour tomber en rade au bout d’un certain temps. Cela, ce n’est pas le consommateur qui en a décidé.

        Après, il y a toujours les c*** comme tu dis qui investissent des fortunes dans le superflu mais on les a bien dressés pour…

      • quidam31

        Le consommateur a décidé sa part. On est tous responsables (à différents niveaux certes) de cette situation.

      • Capitou Capitou

        entièrement d’accord avec cela
        et je rajoute que toutes ces merd***
        sont les FAUX BESOINS de notre société contemporaine
        desquels il faut se débarasser…

        un lave-vaisselle?
        le mien c’est un bassine d’eau ^^
        si c’est vraiment sale – incrusté, tu remplis la bassine d’eau bouillante, et tu laisse agir la nature ^^
        un ptit frottement d’éponge après trempage, et c’est tout propre ^^

        les véhicules, parlons-en, c’est bien la plus grosse arnaque ça, les véhicules récents !!!
        la déchéance électronique est arrivé au début des années 2000
        donc une bonne vieille occasion vous fera faire + de KM pour BCP MOINS de passages obligatoire chez le garagiste avec 100 euros et quelques rien que pour brancher la mallette diagnostique électronique

        Sinon, à noter : DACIA
        véhicules neufs, avec « moteurs anciens »
        pas d’électronique
        pas chère à l’achat
        pas chère à l’entretient

      • quidam31

        Souvenez-vous de la 2CV ou plus proche, la 205.
        Les « increvables ».
        Simples d’entretien, simples à réparer…
        Finalement, ce que l’on a perdu au fil du temps (à tous niveaux) n’est-ce pas la simplicité? ;-)

      • So So

        oui, un lave-vaisselle !
        parce que la bassine remplie d’eau bouillante où tu laisses la nature agir, lorsque tu as l’habitude de recevoir régulièrement des tablées de 8 à 12 personnes, ça t’occupe un certain temps pour ne pas dire un temps certain… je n’ai pas de nostalgie particulière des deux heures de vaisselle les lendemains matin ; sans compter que, question dialogue, on ne peut pas dire que mon évier soit vraiment à la hauteur…
        et, oui, un lave-vaisselle, parce qu’au terme de savants calculs, il s’avère qu’il permet de consommer moins d’eau…

        mais là on est en train de sortir du sujet, non ?

      • Capitou Capitou

        et bien dans ce cas, la même bassine d’eau avec de l’eau chaude mais pas bouillante et une éponge
        et chaque convive est invité, en fin de repas, de s’amuser à faire trempette et de poser sa vaisselle propre sur un torchon sec
        :)

        les mentalités doivent changer
        la vie en communauté apprend bcp de choses

        PS : consommer moins d’eau que 3 ou 4 L dans une bassine, dans lesquels la 10aine d’invités pourront frotter leurs couverts et assiètes?
        et éventuellement 1 ou 2 L d’eau clair et froide dans une autre bassine pour le rincage…

        4 ou 5 L, contre combien pour un cycle de lave-vaisselle ?

        Oui, il me semble aussi qu’on s’éloigne du sujet
        :D

      • quidam31

        Voilà pourquoi on est tous responsable. Parce qu’individuellement on pense à son petit confort sans se préoccuper de ce qu’engendre l’acte de consommer.
        l’exemple du lave-vaisselle n’est pas du tout hors sujet au contraire ! Bon ok il ne consomme pas beaucoup.
        Plastique, Énergie pour le produire (y compris la pub), énergie pour le faire tourner, sans compter qu’il faut en racheter un tous les 5 ans. Si on prend tout en compte ça nous mène bien loin l’envie de « pas se prendre la tête » avec la vaisselle » ;-)
        Bon c’est vrai aussi que les délocalisations pour le fabriquer en Chine alimentent les conversations avec les convives :-D

      • Capitou Capitou

        ++ Quidam
        et après la discution sur les délocalisations, la bataille d’eau autour de la bassine à vaisselle

        je propose un nouveau slogan pour EELV :
        « la vaisselle alternative, le tissus social de demain »

        :D

      • rouletabille rouletabille

        Tu dis que tu n’en peut rien ok…
        Ben nous non plus,sa rassure ?
        On sais tous ici ce que veut dire 1973..
        Il n’y a que de la merde à acheter et critiquer les gents qui n’ont pas d’autre choix me semble pas sympathique.
        En fait,tu dis ce que nous savons TOUS,mais en faisant de la peine aux gents qui n’ont plus que de la merde bon marché pour se nourrir..

      • Capitou Capitou

        lol
        non, je parlais des gens qui balance 500 euros pour un I Phone
        ou 800 euros pour un nouvel Ordi avec windows 8

        tu parlais d’obsolescence programmée, non?
        donc je parlais de ces produits la

      • Capitou Capitou

        la nourriture c’est un autre débat….
        et un indice, dans les poubelles des supermarchés TOUT EST GRATUIT et DISPONIBLE EN GRANDE QUANTITE
        et en + y’a les produits de merdes ET les bons produits (si tu tombes les bons jours, enfin plutot les bons soirs ^^)

  • ecs

    Nous avons 18 mois,…………..

    mon analyse : comme d’hab.

  • Capitou Capitou

    Notez : apocalypse = renouveau

  • GROS

    Une crise, c’est limité dans le temps.
    Après 7 ans, on peut dire que ce n’est pas une crise, mais un déclin.

  • 108

    ça manque d’amour tout ça !! ^^

  • Cordule22

    Il y a une chose que vous n’avez pas compris. Cette crise économique qui va survenir en 2015 impliquera sans l’ombre d’un doute la 3ème guerre mondiale. Mais cette dernière sera différente des précédentes en ce point: ce sera les Hommes VS les extraterrestres. Ils veulent nous vider de tout notre stock d’or et d’argent et ensuite se barrer.
    Nous allons gagner, car nous aimons Dieu.

    • Ouais…… Bon….. Les extraterrestres avec leur technologie, s’ils s’intéressaient à l’or et à l’argent, tu penses vraiment qu’ils auraient attendu que ceux-ci soient planqués ou irradiés,?

      • Maverick Maverick

        Pourquoi s’emm***r à extraire de l’or sur Terre, alors qu’il doit être vachement plus facile de miner les astéroïdes ? Non ?

    • Jujusmart

      Cordule22 : Les extra-terrestres ont déjà agi puisque l’Allemagne et l’Autriche cherchent désespérément après leur or !

    • rudolphe vandenberg rudolphe vandenberg

      Ils veulent quoi? Les montagnes de papier que constituent les billets ou les montagne de disques dur dans lesquels sont gravé magnétiquement des suite binaires?

      ha ils veulent l’or? c’est quand même con de faire tout ce chemin pour un métal qu’ils peuvent crée de toutes pièce tranquillement chez eux?

  • ecs

    @cordule22, tu crois franchement que des ET, attendent ou provoquent une crise économique pour créer une 3WW?
    Tu crois pas qu’ils auraient plus facile de débarquer et de nous mettre une tannée, sans passer par la case $$
    Tu crois qu’en cas de 3WW et/ou contre des petits gris, les hommes vont se ‘groupir’ pour faire face ensemble?? faut pas rêver.
    Et enfin la crise comme tu dis de 2015, t’inquiète : il y a eu 14/18 40/45, l’algérie, le vietnam, la guerre froide dans les 60’s, ou le monde était à deux doigts, même pas de se faire bronzer au nucléaire, la crise du pétrole des années 70, une nouvelle en 80, Quasi 800000 chômeurs en France en 90, la fin du monde de l’an 2000, la fin du monde de toutes les années entre 2000 et today, spécialement le 21/12/12, etc etc etc etc. t’inquiète, il y aura des pleurs en 2014, mais aussi en 15, 2020, 2030 etc………