Opinions favorables dans les sondages: Hollande 16%, Valls 30%

C’est clair, limpide même, ils sont impopulaire, pratiquement plus personne ne veut d’eux, c’est aussi pour cela qu’ils ne mettent pas trop en avant les élections européennes à venir, pour ne pas trop inciter les français à aller voter (contre eux).

1209963_2991428_800x400

Polémique Dieudonné, affaire Gayet, Jour de Colère, pataquès sur la loi Famille… Le président de la République et la majorité ne sont pas sortis indemnes d’un début d’année politiquement chaotique. Déjà dans le rouge vif, la cote d’impopularité de François Hollande et de son gouvernement a subi un nouveau rebond de 4 points, selon le baromètre de février réalisé par l’institut YouGov pour Le HuffPost et Itélé.

Avec seulement 16% d’opinions favorables (-1 point par rapport à janvier) et surtout 77% de défavorables (+4), le chef de l’Etat se rapproche à nouveau de son plus bas historique. Seuls 7% des personnes interrogées ne se prononcent pas. Avec respectivement 74% et 80% d’avis défavorables, le premier ministre Jean-Marc Ayrault et son gouvernement ne font guère mieux.

Impopularité économique

Inquiétant pour François Hollande, son image peine à se redresser dans son électorat, où sa cote de confiance se hisse péniblement à 48% contre 46% de mécontents.

50% des électeurs socialistes et écologistes portent un jugement défavorable sur l’action du gouvernement.

Alors que l’emploi continue de caracoler en tête des préoccupations des Français, l’annonce du pacte de responsabilité n’a visiblement pas amorti l’échec du gouvernement à inverser la courbe du chômage en 2013 comme le président s’y était engagé. « 82% de la population pense que l’économie française est en mauvais état, en hausse de 4 points depuis janvier. C’est notamment la gestion de l’économie du gouvernement qui est vue comme globalement mauvaise par 82% des Français, un chiffre en hausse de 5 points par rapport à janvier », note l’institut YouGov.

Lâché par sa base et honni par l’opposition (98% des électeurs UMP sont mécontents de François Hollande), l’exécutif a donc toutes les raisons de s’inquiéter pour les prochaines échéances électorales.

Valls continue de décrocher, Copé aussi

Dans ce climat sinistré, les têtes d’affiche du Parti socialiste ne seront pas d’un grand secours. Déjà en forte chute au mois de janvier suite à l’affaire Dieudonné, le populaire ministre de l’Intérieur Manuels Valls continue de décrocher même s’il conserve la tête de notre palmarès des personnalités. Celui-ci perd encore un point d’opinions favorables (30%) et gagne encore 3 points d’opinions défavorables (28%) ce mois ci.

Article complet sur Huffingtonpost.fr

 

2 commentaires

  • confucius

    Bonjour,

    Sous la monarchie le pouvoir appartenais à une dynastie.
    Plus précisément, la propriété foncière était détenue par la monarchie, via la noblesse d’épée qui la légitimait, puis avec celle de robe pour plaire aux courtisans.
    Aujourd’hui, nous avons des maîtres interchangeables, qui ressemblent à la noblesse de robe, choisie par les véritables « maîtres de l’argent ».
    Boof…! Avec les suivants ça ne sera pas mieux.
    Mais sans, avec l’idée de la constituante, peut-être…?
    Ex. l’Islande.
    Pour ce qui est des élections à venir, en vrac, pas d’illusions pour le futur de l’Humanité.
    Sauf si…les vieux pouvaient se dire que le futur est derrière eux, mais pas pour les jeunes.
    Tant que les vieux se projetterons dans le futur, pas de salut pour les jeunes, qui eux sont pourtant le vrai futur.