Snowden restera en Russie (mise à jour)

Edward Snowden est réfugié dans un « endroit sûr ». Il a reçu jeudi le document lui permettant de quitter l’aéroport de Moscou où il se terrait depuis plus d’un mois. Relayé par Wikileaks, l’ex-consultant de la NSA a remercié la Russie et s’est félicité que la justice ait « gagné ».

L’ancien consultant Edward Snowden, en fuite, était réfugié à l’aéroport de Moscou depuis plus d’un mois - DR

L’ancien consultant Edward Snowden, en fuite, était réfugié
à l’aéroport de Moscoudepuis plus d’un mois – DR

L’ancien consultant informatique de la NSA, Edward Snowden, est désormais à l’abri, selon son avocat. «  Je viens de lui remettre des documents en provenance du Service fédéral des migrations, attestant qu’il a reçu l’asile temporaire pour un an en Russie », a déclaré Me Anatoli Koutcherena, qui assiste Edward Snowden depuis le début de sa demande d’asile. « Le lieu où il se trouve ne sera pas divulgué pour des questions de sécurité car il est l’homme le plus recherché du monde », a-t-il ajouté devant la chaîne de télévision Rossia 24.

Edward Snowden a remercié la Russie de lui avoir accordé un asile provisoire d’un an et s’est félicité que la justice ait « gagné », dans son premier commentaire public relayé jeudi par Wikileaks. « Lors des huit dernières semaines on a vu l’administration Obama ne montrer aucun respect pour les lois internationales et nationales, mais en fin de compte la justice a gagné.

Je remercie la Russie de m’accorder l’asile en accord avec ses lois et ses obligations internationales », a-t-il déclaré.

Quelques heures auparavant, Snowden avait donc obtenu « avec succès » de la part des autorités un « certificat d’obtention du statut de réfugié en Fédération russe », selon les précisions apportées par son avocat et par WikiLeaks, le site fondé par Julian Assange qui fournit une aide importante à l’américain depuis le scandale PRISM. Plusieurs images de son passeport ont été diffusées, montrant qu’il a obtenu l’asile jusqu’au 31 juillet 2014. Une fois ce document entre les mains, Snowden a donc pu quitter discrètement l’aéroport de Moscou-Cheremetievo, situé au nord de la capitale, pour un endroit « sûr » et maintenu secret, sur le territoire russe. A présent, « il peut vivre où il veut en Russie », a commenté son avocat. La « prison internationale » dans laquelle Edward Snowden était reclus depuis son arrivée le 23 juin, lui aurait donc rouvert ses portes.

Offre d’emploi

A peine libre et à l’abri, Ed Snowden a reçu une proposition d’emploi émanant du fondateur du Facebook » russe, Vkontakte, le réseau social numéro un en Russie. « Nous invitons Edward Snowden à Saint-Pétersbourg (nord-ouest) et nous serions contents s’il décidait de rejoindre l’équipe de nos informaticiens stars », a écrit Pavel Dourov sur sa page Vkontakte. « Il n’y a pas de société internet plus populaire en Europe. Je pense qu’Edward sera intéressé à l’idée de s’occuper de la protection des données personnelles de nos utilisateurs », a-t-il ajouté. Vkontakte est le réseau social le plus populaire en Russie avec plus de 100 millions d’utilisateurs.

Le Kremlin relativise l’information

L’ancien consultant pourrait en outre, comme il l’avait récemment déclaré, choisir de rester un moment en Russie. Une nouvelle qui ne réjouit pas forcément les autorités russes. D’ailleurs, à peine rendue publique l’information de sa libération, le Kremlin s’est empressé d’en minimiser la portée : le cas Snowden serait trop « insignifiant » pour causer du tort aux relations américano-russes, aurait déclaré Iouri Ouchakov, un haut responsable de la présidence.

Les relations entre Washington et Moscou ont été quelque peu perturbées par la décision de Snowden de trouver provisoirement refuge à l’aéroport russe. Barack Obama doit se rendre en visite officielle en Russie avant le début du sommet du G20, mais Washington a laissé planer le doute quant au maintien de cette visite, qui devrait finalement avoir lieu. « Nous n’avons reçu aucun signal de la part des autorités américaines » sur l’annulation du déplacement, a ajouté Iouri Ouchakov.

« Il faut qu’il soit oublié et discrédité » aux Etats-Unis, pour réduire l’impact de ses révélations sur la politique intérieur américaine a, pour sa part, estimé Vassili Kachine, expert auprès du centre pour l’analyse des stratégies et des technologies.

Article complet+vidéo: lesechos.fr

Et bien sur, les USA ne sont pas contents!

Les Etats-Unis sont « extrêmement déçus » par la décision de Moscou d’octroyer l’asile au fugitif Edward Snowden et réfléchissent au maintien d’un sommet russo-américain prévu début septembre, a déclaré jeudi la Maison Blanche.

« Nous sommes extrêmement déçus du fait que le gouvernement russe ait pris cette décision malgré nos demandes très claires, et légales, en public et en privé, de voir M. Snowden expulsé vers les Etats-Unis pour qu’il réponde des accusations portées contre lui », a affirmé le porte-parole de l’exécutif américain, Jay Carney.

M. Snowden « est accusé d’avoir révélé des informations classifiées et est visé par trois chefs d’inculpation criminels. Et il devrait revenir aux Etats-Unis le plus vite possible », a ajouté M. Carney lors de son point de presse quotidien.

La décision russe « sape un bilan de longue date sur la coopération » en matière de sécurité entre Moscou et Washington, a-t-il affirmé.

Article complet sur 7sur7.be

2 commentaires

  • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

    Comment créer un problème et accuser son adversaire d’en être le responsable ,le double jeux hypocrite made inUS.

  • Taram

    Est-ce que les américains ont une seule fois refusé la protection aux milliers de transfuges de l’ex union soviétique.
    C’est juste un tout petit retour de manivelle qui évitera à ce monsieur de se prendre 300-400ans de prison dans la plus grande ploutocratie de cette planète si toutefois on le zigouille pas avant…